Fables d’Ésope (trad. Chambry, 1927)/Les Bœufs et l’Essieu

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir Les Bœufs et l’Essieu.

Traduction par Émile Chambry.
FablesSociété d’édition « Les Belles Lettres » (p. 34).

70


LES BŒUFS ET L’ESSIEU


Des bœufs traînaient un chariot. Comme l’essieu grinçait, ils se retournèrent et lui dirent : « Hé ! l’ami, c’est nous qui portons toute la charge, et c’est toi qui cries ! »

Ainsi l’on voit des gens qui affectent d’être fatigués, quand ce sont d’autres qui ont la peine.