Fables d’Ésope (trad. Chambry, 1927)/Les Chiens affamés

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir Les Chiens affamés.

Traduction par Émile Chambry.
FablesSociété d’édition « Les Belles Lettres » (p. 77).
176
LES CHIENS AFFAMÉS

Des chiens affamés virent des peaux qui trempaient dans une rivière. Ne pouvant les atteindre, ils convinrent entre eux de boire toute l’eau, pour arriver ensuite aux peaux. Mais il advint qu’à force de boire ils crevèrent avant d’atteindre les peaux.

Ainsi certains hommes se soumettent, dans l’espérance d’un profit, à des travaux dangereux, et se perdent avant d’atteindre l’objet de leurs désirs.