Histoire de Gil Blas de Santillane/Déclaration de l’auteur

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


DÉCLARATION DE L’AUTEUR


Comme il y a des personnes qui ne sauraient lire sans faire des applications des caractères vicieux ou ridicules qu’elles trouvent dans les ouvrages, je déclare à ces lecteurs malins qu’ils auraient tort d’appliquer les portraits qui sont dans le présent livre. J’en fais un aveu public : je ne me suis proposé que de représenter la vie des hommes telle qu’elle est ; à Dieu ne plaise que j’aie eu dessein de désigner quelqu’un en particulier ! Qu’aucun lecteur ne prenne donc pour lui ce qui peut convenir à d’autres aussi bien qu’à lui ; autrement, comme dit Phèdre, il se fera connaître mal à propos : Stulte nudabit animi conscientiamî[1].

On voit en Castille, comme en France, des médecins dont la méthode est de faire un peu trop saigner leurs malades. On voit partout les mêmes vices et les mêmes originaux. J’avoue que je n’ai pas toujours exactement suivi les mœurs espagnoles ; et ceux qui savent de quel désordre vivent les comédiennes de Madrid pourraient me reprocher de n’avoir pas fait une peinture assez forte de leurs dérèglements ; mais j’ai cru devoir les adoucir, pour les confirmer à nos manières.



  1. Quiconque en mes portraits se sera reconnu
    Mettra sa conscience et sa sottise à nu.

    (Prologue du livre III des Fables de Phèdre.)