Histoire de Gil Blas de Santillane/I/5

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Garnier (tome 1p. 17-25).
◄  IV
VI  ►
Livre I


CHAPITRE V

De l’arrivée de plusieurs autres voleurs dans le souterrain, et de l’agréable conversation qu’ils eurent tous ensemble.


Comme le seigneur Rolando achevait de parler de cette sorte, il parut dans le salon six nouveaux visages. C’était le lieutenant avec cinq hommes de la troupe qui revenaient chargés du butin. Ils apportaient deux mannequins remplis de sucre, de cannelle, de poivre, de figues, d’amandes et de raisins secs. Le lieutenant adressa la parole au capitaine, et lui dit qu’il venait d’enlever ces mannequins à un épicier de Benavente, dont il avait aussi pris le mulet. Après qu’il eut rendu compte de son expédition au bureau, les dépouilles de l’épicier furent portées dans l’office. Alors il ne fut plus question que de se réjouir. On dressa dans le salon une grande table et l’on me renvoya dans la cuisine, où la dame Léonarde m’instruisit de ce que j’avais à faire. Je cédai à la nécessité, puisque mon mauvais sort le voulait ainsi ; et, dévorant ma douleur, je me préparai à servir ces honnêtes gens.

Je débutai par le buffet, que je parai de tasses d’argent, et de plusieurs bouteilles de terre pleines de ce bon vin que le seigneur Rolando m’avait vanté : j’apportai ensuite deux ragoûts, qui ne furent pas plus tôt servis que tous les cavaliers se mirent à table. Ils commencèrent à manger avec beaucoup d’appétit ; et moi, debout derrière eux, je me tins prêt à leur verser du vin. Je m’en acquittai de si bonne grâce, que j’eus le bonheur de m’attirer des compliments. Le capitaine, en peu de mots, leur conta mon histoire, qui les divertit fort. Ensuite, il leur parla de moi fort avantageusement ; mais j’étais alors revenu des louanges, et j’en pouvais entendre sans péril. Là-dessus, ils me louèrent tous ; ils dirent que je paraissais né pour être leur échanson, que je valais cent fois mieux que mon prédécesseur. Et comme depuis sa mort, c’était la señora Léonarde qui avait l’honneur de présenter le nectar à ces dieux infernaux, ils la privèrent de ce glorieux emploi pour m’en revêtir. Ainsi, nouveau Ganymède, je succédai à cette vieille Hébé.

Un grand plat de rôt, servi peu de temps après les ragoûts, vint achever de rassasier les voleurs, qui, buvant à proportion qu’ils mangeaient, furent bientôt de belle humeur et firent un beau bruit. Les voilà qui parlent tous à la fois : l’un commence une histoire, l’autre rapporte un bon mot ; un autre crie, un autre chante ; ils ne s’entendent point. Enfin Rolando, fatigué d’une scène où il mettait inutilement beaucoup du sien, le prit sur un ton si haut, qu’il imposa silence à la compagnie. Messieurs, leur dit-il, écoutez ce que j’ai à vous proposer ; au lieu de nous étourdir les uns les autres en parlant tous ensemble, ne ferions-nous pas mieux de nous entretenir en personnes raisonnables ? Il me vient une pensée : depuis que nous sommes associés, nous n’avons pas eu la curiosité de nous demander quelles sont nos familles, et par quel enchaînement d’aventures nous avons embrassé notre profession. Cela me paraît toutefois digne d’être su. Faisons-nous cette confidence pour nous divertir. Le lieutenant et les autres, comme s’ils avaient eu quelque chose de beau à raconter, acceptèrent avec de grandes démonstrations de joie la proposition du capitaine, qui parla le premier dans ces termes :

Messieurs, vous saurez que je suis fils unique d’un riche bourgeois de Madrid. Le jour de ma naissance fut célébré dans la famille par des réjouissances infinies. Mon père, qui était déjà vieux, sentit une joie extrême de se voir un héritier, et ma mère entreprit de me nourrir de son propre lait. Mon aïeul maternel vivait encore en ce temps-là : c’était un bon vieillard qui ne se mêlait plus de rien que de dire son rosaire et de raconter ses exploits guerriers ; car il avait longtemps porté les armes, et souvent il se vantait d’avoir vu le feu. Je devins insensiblement l’idole de ces trois personnes ; j’étais sans cesse dans leurs bras. De peur que l’étude ne me fatiguât dans mes premières années, on me les laissa passer dans les amusements les plus puérils. Il ne faut pas, disait mon père, que les enfants s’appliquent sérieusement, que le temps n’ait un peu mûri leur esprit. En attendant cette maturité, je n’apprenais ni à lire ni à écrire ; mais je ne perdais pas pour cela mon temps : mon père m’enseignait mille sortes de jeux. Je connaissais parfaitement les cartes, je savais jouer aux dés, et mon grand-père m’apprenait des romances sur les expéditions militaires où il s’était trouvé. Il me chantait tous les jours les mêmes couplets ; et, lorsque, après avoir répété pendant trois mois dix ou douze vers, je venais à les réciter sans faute, mes parents admiraient ma mémoire. Ils ne paraissaient pas moins contents de mon esprit, quand, profitant de la liberté que j’avais de tout dire j’interrompais leur entretien pour parler à tort et à travers. Ah ! qu’il est joli ! s’écriait mon père, en me regardant avec des yeux charmés. Ma mère m’accablait aussitôt de caresses, et mon grand-père en pleurait de joie. Je faisais aussi devant eux impunément les actions les plus indécentes ; ils me pardonnaient tout : ils m’adoraient. Cependant, j’entrais dit dans ma douzième année, et je n’avais point encore eu de maître. On m’en donna un : mais il reçut en même temps des ordres précis de m’enseigner sans en venir aux voies de fait ; on lui permit seulement de me menacer quelquefois pour m’inspirer un peu de crainte. Cette permission ne fut pas fort salutaire ; car, ou je me moquais des menaces de mon précepteur, ou bien, les larmes aux yeux, j’allais m’en plaindre à ma mère ou à mon aïeul, et je leur disais qu’il m’avait maltraité. Le pauvre diable avait beau venir me démentir, il passait pour un brutal, et l’on me croyait toujours plutôt que lui. Il arriva même un jour que je m’égratignai moi-même, puis je me mis à crier comme si l’on m’eût écorché. Ma mère accourut et chassa le maître sur-le-champ, quoiqu’il protestât et prît le ciel à témoin qu’il ne m’avait pas touché.

Je me défis ainsi de tous mes précepteurs, jusqu’à ce qu’il vînt s’en présenter un tel qu’il me le fallait. C’était un bachelier d’Alcala. L’excellent maître pour un enfant de famille ! Il aimait les femmes, le jeu et le cabaret : je ne pouvais être en meilleures mains. Il s’attacha d’abord à gagner mon esprit par la douceur : il réussit, et, par là, se fit aimer de mes parents, qui m’abandonnèrent à sa conduite. Ils n’eurent pas sujet de s’en repentir ; il me perfectionna de bonne heure dans la science du monde. À force de me mener avec lui dans tous les lieux qu’il aimait, il m’en inspira si bien le goût, qu’au latin près je devins un garçon universel. Dès qu’il vit que je n’avais plus besoin de ses préceptes, il alla les offrir ailleurs.

Si dans mon enfance j’avais vécu au logis fort librement, ce fut bien autre chose quand je commençai à devenir maître de mes actions. Je me moquais à tout moment de mon père et de ma mère. Ils ne faisaient que rire de mes saillies ; et plus elles étaient vives, plus ils les trouvaient agréables. Cependant, je faisais toutes sortes de débauches avec des jeunes gens de mon humeur ; et comme nos parents ne nous donnaient pas assez d’argent pour continuer une vie si délicieuse, chacun dérobait chez lui ce qu’il pouvait prendre ; et, cela ne suffisant point encore, nous commençâmes à voler la nuit. Malheureusement, le corrégidor[1] apprit de nos nouvelles. Il voulut nous faire arrêter ; mais on nous avertit de son mauvais dessein. Nous eûmes recours à la fuite, et nous nous mîmes à exploiter sur les grands chemins. Depuis ce temps-là, messieurs, Dieu m’a fait la grâce de vieillir dans la profession, malgré les périls qui y sont attachés.

Le capitaine cessa de parler en cet endroit, et le lieutenant, comme de raison, prit la parole après lui. Messieurs, dit-il, une éducation tout opposée à celle du seigneur Rolando a produit le même effet. Mon père était un boucher de Tolède ; il passait, avec justice, pour le plus grand brutal de la ville, et ma mère n’avait pas un naturel plus doux. Ils me fouettaient dans mon enfance comme à l’envi l’un de l’autre ; j’en recevais tous les jours mille coups. La moindre faute que je commettais était suivie des plus rudes châtiments. J’avais beau demander grâce les larmes aux yeux et protester que je me repentais de ce que j’avais fait, on ne me pardonnait. Quand mon père me battait, ma mère, comme s’il ne s’en fût pas bien acquitté, se mettait de la partie, au lieu d’intercéder pour moi. Ces traitements m’inspirèrent tant d’aversion pour la maison paternelle, que je la quittai avant que j’eusse atteint ma quatorzième année. Je pris le chemin d’Aragon et me rendis à Saragosse en demandans l’aumône. Là je me faufilai avec des gueux qui menaient une vie assez heureuse. Ils m’apprirent à contrefaire l’aveugle, à paraître estropié, à mettre sur les jambes des ulcères postiches, etc. Le matin, comme des acteurs qui se préparent à jouer une comédie, nous nous disposions à faire nos personnages. Chacun courait à son poste ; et le soir nous réunissant tous, nous nous réjouissions pendant la nuit aux dépens de ceux qui avaient eu pitié de nous pendant le jour. Je m’ennuyai pourtant d’être avec ces misérables, et, voulant vivre avec de plus honnêtes gens, je m’associai avec des chevaliers d’industrie. Ils m’apprirent à faire de bons tours : mais il nous fallut bientôt sortir de Saragosse, parce que nous nous brouillâmes avec un homme de justice qui nous avait toujours protégés. Chacun prit son parti. Pour moi, j’entrai dans une troupe d’hommes courageux qui faisaient contribuer les voyageurs ; et je me suis si bien trouvé de leur façon de vivre, que je n’en ai pas voulu chercher d’autre depuis ce temps-là. Je sais donc, messieurs, très bon gré à mes parents de m’avoir si maltraité ; car, s’ils m’avaient élevé un peu plus doucement, je ne serais présentement sans doute qu’un malheureux boucher, au lieu que j’ai l’honneur d’être votre lieutenant.

Messieurs, dit alors un jeune voleur qui était assis entre le capitaine et le lieutenant, les histoires que nous venons d’entendre ne sont pas si composées ni si curieuses que la mienne ; je suis sûr que vous en conviendrez. Je dois le jour à une paysanne des environs de Séville. Trois semaines après qu’elle m’eut mis au monde (elle était encore jeune, propre, et bonne nourrice) on lui proposa un nourrisson. C’était un enfant de qualité, un fils unique qui venait de naître dans Séville. Ma mère accepta volontiers la proposition ; elle alla chercher l’enfant. On le lui confia ; et elle ne l’eut pas sitôt apporté dans son village, que, trouvant quelque ressemblance entre lui et moi, cela lui inspira le dessein de me faire passer pour l’enfant de qualité, dans l’espérance qu’un jour je reconnaîtrais bien ce bon office. Mon père, qui n’était pas plus scrupuleux qu’un autre paysan, approuva la supercherie ; de sorte qu’après nous avoir fait changer de langes, le fils de don Rodrigue de Herrera fut envoyé, sous mon nom, à une autre nourrice, et ma mère me nourrit sous le sien.

Malgré tout ce qu’on peut dire de l’instinct et de la force du sang, les parents du petit gentilhomme prirent aisément le change. Ils n’eurent pas le moindre soupçon du tour qu’on leur avait joué, et jusqu’à l’âge de sept ans je fus toujours dans leurs bras. Leur intention étant de me rendre un cavalier parfait, ils me donnèrent toutes sortes de maîtres ; mais j’avais peu de disposition pour les exercices qu’on m’apprenait, et encore moins de goût pour les sciences qu’on me voulait enseigner. J’aimais beaucoup mieux jouer avec les valets, que j’allais chercher à tous moments dans les cuisines ou dans les écuries. Le jeu ne fut pas toutefois longtemps ma passion dominante ; je n’avais pas dix-sept ans que je m’enivrais tous les jours. J’agaçais aussi toutes les femmes du logis. Je m’attachai principalement à une servante de cuisine qui me parut mériter mes premiers soins. C’était une grosse joufflue, dont l’enjouement et l’embonpoint me plaisaient fort. Je lui faisais l’amour avec si peu de circonspection, que don Rodrigue même s’en aperçut. Il m’en reprit aigrement, me reprocha la bassesse de mes inclinations, et, de peur que la vue de l’objet aimé ne rendît ses remontrances inutiles, il mit ma princesse à la porte.

Ce procédé me déplut : je résolus de m’en venger. Je volai les pierreries de la femme de don Rodrigue ; et ce vol ne laissait pas d’être assez considérable ; puis, courant chercher ma belle Hélène, qui s’était retirée chez une blanchisseuse de ses amies, je l’enlevai en plein midi, afin que personne n’en ignorât. Je passai plus avant : je la menai dans son pays, où je l’épousai solennellement, tant pour faire plus de dépit aux Herrera que pour laisser aux enfants de famille un si bel exemple à suivre. Trois mois après ce mariage, j’appris que don Rodrigue était mort. Je ne fus pas insensible à cette nouvelle ; je me rendis promptement à Séville pour demander son bien, mais j’y trouvai du changement. Ma mère n’était plus, et, en mourant, elle avait eu l’indiscrétion d’avouer tout en présence du curé de son village et d’autres bons témoins. Le fils de don Rodrigue tenait déjà ma place, où plutôt la sienne, et il venait d’être reconnu avec d’autant plus de joie, qu’on était moins satisfait de moi ; de manière que, n’ayant rien à espérer de ce côté-là, et ne me sentant plus de goût pour ma grosse femme, je me joignis à des chevaliers de la fortune, avec qui je commençai mes caravanes.

Le jeune voleur ayant achevé son histoire, un autre dit qu’il était fils d’un marchand de Burgos ; que dans sa jeunesse, poussé d’une dévotion indiscrète, il avait pris l’habit et fait profession dans un ordre fort austère, et apostasié quelques années après. Enfin, les huit voleurs parlèrent tour à tour ; et lorsque je les eus tous entendus, je ne fus pas surpris de les voir ensemble. Ils changèrent ensuite de discours. Ils mirent sur le tapis divers projets pour la campagne prochaine ; et, après avoir formé une résolution, ils se levèrent de table pour s’aller coucher. Ils allumèrent des bougies, et se retirèrent dans leurs chambres. Je suivis le capitaine Rolando dans la sienne, où, pendant que je l’aidais à se déshabiller : Eh bien ! Gil Blas, me dit-il, tu vois de quelle manière nous vivons. Nous sommes toujours dans la joie ; la haine ni l’envie ne se glissent point parmi nous ; nous n’avons jamais ensemble le moindre démêlé. Nous sommes plus unis que des moines. Tu vas, mon enfant, poursuivit-il, mener ici une vie bien agréable ; car je ne te crois pas assez sot pour te faire une peine d’être avec des voleurs. Eh ! voit-on d’autres gens dans le monde ? Non, mon ami, tous les hommes aiment à s’approprier le bien d’autrui ;’est un sentiment général, la manière seule de le faire en est différente. Les conquérants, par exemple, s’emparent des États de leurs voisins. Les personnes de qualité empruntent et ne rendent point. Les banquiers, trésoriers, agents de change, commis, et tous les marchands, tant gros que petits, ne sont pas fort scrupuleux. Pour les gens de justice, je n’en parlerai point ; on n’ignore pas ce qu’ils savent faire. Il faut pourtant avouer qu’ils sont plus humains que nous ; car souvent nous ôtons la vie aux innocents, et eux quelquefois la sauvent aux coupables.



  1. Corrégidor, correcteur. Nom du premier officer de justice dans les villes et les provinces d’Espagne.