Histoire du Canada, tome IV/Livre XV/Chapitre III

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Imprimerie N. Aubin (IVp. 183-206).


CHAPITRE III.




CRISE DE 1827.



1827-1828.

Nouvelle crise. — Adresse de M. Papineau et d’une partie des membres de la chambre à leurs commettans en réponse au discours prononcé par le gouverneur en ajournant la session. — Assemblées publiques. — Destitutions dans la milice. — La presse. — Élections. — Réunion du parlement. — Le gouverneur désapprouve le choix de M. Papineau comme président de l’assemblée. — Le parlement est prorogé. — Adresses des partisans de lord Dalhousie au roi. — Assemblées publiques dans toutes les parties du pays. — Adresses au roi et aux deux chambres du parlement impérial. — M. Waller, rédacteur du Spectateur arrêté deux fois. — MM. Neilson, Viger et Cuvillier députés à Londres avec les adresses des Canadiens. — M. Gale avec celles du parti opposé. — Affaires du Canada devant le parlement impérial. Discours de MM. Huskisson, Labouchère, sir James Macintosh, Hume, Wilmot, Stanley dans les communes. — Les adresses sont renvoyées à un comité. — Rapport du comité. — M. Huskisson est remplacé dans le ministère des colonies par sir George Murray. — Le rapport du comité n’est ni rejeté ni adopté. — Sir George Murray annonce aux députés canadiens qu’on va prendre des mesures pour faire cesser les difficultés. — Sir James Kempt remplace lord Dalhousie en Canada.


La violence des journaux et celle de lord Dalhousie dans son discours de prorogation annonçaient une nouvelle crise. La question des finances est celle qui fournit des armes ordinairement aux partis dans les grandes luttes politiques ; c’est celle qui détermina les révolutions d’Angleterre, des États-Unis et de France. Elle n’en fut pas la cause seule ; mais elle en fut le principal prétexte et c’est elle qui les commença.

Au milieu du débordement des esprits la Gazette de Québec rédigée par l’un des chefs du parti libéral, M. Neilson, conserva un ton de modération et de dignité calme qui désespéra les adversaires de la chambre. Les principaux membres du district de Montréal crurent devoir répondre aux raisonnemens du discours du gouverneur, par une adresse à leurs commettans. Cette adresse qui était écrite avec autant de mesure qu’en permettaient les circonstances, fut signée par MM. Papineau, Heney, Cuvillier, Quesnel et d’autres membres moins marquans, et avait pour but d’expliquer la conduite de la majorité, en faisant retomber la suspension des travaux législatifs sur le gouverneur lui-même et sur son entourage. Elle devait provoquer la réélection de tous les membres de la majorité, car une nouvelle élection était maintenant inévitable, et eut un grand retentissement. Elle détermina presqu’un mouvement populaire. Les habitans des campagnes commencèrent à s’assembler. Les résolutions d’abord fermes mais positives, devinrent bientôt violentes et accusatrices. Les discours subissaient la même influence. Une question nouvelle vint augmenter l’ardeur des esprits et le feu des discordes. L’expiration des lois de milices faisait revivre, suivant le procureur général, les anciennes ordonnances, qui furent remises en vigueur par un ordre du 14 mai.

Ces vieilles réminiscences d’un temps où la liberté était inconnue, n’étaient plus de mise avec les institutions nouvelles. Les journaux de l’opposition donnèrent l’éveil ; ils firent craindre qu’elles ne fussent exécutées avec rigueur et ne servissent à influencer les élections qui allaient avoir lieu. On critiqua la mise à la retraite des officiers de milice et leurs remplacemens ; il y eut en quelques endroits refus de commander et refus d’obéir. Grand nombre d’officiers furent destitués pour avoir refusé de paraître aux revues, induit les miliciens à désobéir, commis des actes d’indiscipline dignes de châtiment, manqué de respect à leurs supérieurs, s’être servi d’un langage insultant en renvoyant leur commission, avoir convoqué des assemblées publiques, excité le mécontentement du peuple, enfin pour s’être montré les agens actifs d’un parti hostile au gouvernement. L’un écrivait : « Après avoir considéré la manière peu généreuse que vous employez pour poursuivre les miliciens de ma compagnie, qui ont manqué aux exercices, je crois devoir vous informer que je me suis refusé et que je me refuse à me conformer à vos instructions et à exécuter vos ordres à cet égard. » Un autre répondait : « En ce jour qu’on ne saurait être citoyen et officier de milice, que tant de personnes mille fois plus respectables que moi ont été déplacées, je me croirais souillé si je retenais une commission qui n’a plus rien que de dégradant à mes yeux. Je ne l’acceptai qu’après avoir su que mon devoir serait d’agir conformément à la loi ; cette conformité ne pouvant plus être, ma commission cesse d’exister. »

Ces destitutions firent aux yeux du peuple des martyrs politiques, mais n’empêchèrent point la grande majorité des miliciens de se conformer à la loi en se rendant aux exercices. Dalhousie dont la conduite aurait pu être blâmée en Angleterre si la désobéissance eût été générale, s’empressa d’en exprimer toute sa satisfaction, et de déclarer qu’il espérait que malgré les artifices des gens mal intentionnés pour répandre les doutes et les soupçons dans l’esprit du peuple, les officiers et les miliciens continueraient à montrer le zèle, l’obéissance et la subordination qui avaient distingué jusque là la milice canadienne. Il est inutile de dire qu’au milieu de ces dissensions beaucoup d’officiers furent destitués injustement ou pour des motifs que l’esprit de parti avait fort exagérés.

Cependant la chambre avait été dissoute, quoique les élections faites dans des circonstances comme celles où l’on se trouvait, eussent toujours tourné contre le gouvernement et augmenté le parti populaire. La polémique des journaux ne cessait pas d’être d’une virulence extrême. Les discours prononcés dans les assemblées publiques étaient souvent empreints des passions les plus haineuses, et les journaux de l’administration qui auraient dû conserver au moins par politique l’apparence de la modération, employaient le langage le plus insultant pour la population française, faute dont leurs adversaires se prévalaient aussitôt pour prouver l’antipathie de l’administration contre l’ancienne population. Des Canadiens fixés à Plattsburgh, état de la Nouvelle-York, établirent une feuille, l’Ami du Peuple, pour soutenir les droits de leurs compatriotes. « Canadiens, disaient-ils, on travaille à vous forger des chaînes ; il semble que l’on veuille vous anéantir ou vous gouverner avec un sceptre de fer. Vos libertés sont envahies, vos droits violés, vos privilèges abolis, vos réclamations méprisées, votre existence politique menacée d’une ruine totale… Voici que le temps est arrivé de déployer vos ressources, de montrer votre énergie, et de convaincre la mère patrie et la horde qui depuis un demi siècle vous tyrannise dans vos propres foyers, que si vous être sujets, vous n’êtes pas esclaves. » Le Spectateur de Montréal en accueillant ces paroles s’écriait : « La patrie trouve partout des défenseurs, et nous ne devons point encore désespérer de son salut. »

La chambre remporta une victoire complète. Les élections accrurent encore sa force de plusieurs membres malgré l’opposition éprouvée en plusieurs endroit. Au quartier ouest de Montréal, à Sorel, à St.-Eustache, il y eut des rixes entre les deux partis et beaucoup de désordres ; mais les libéraux l’emportèrent. « Les élections sont presque finies, s’écriait le Spectateur, les amis du roi, de la constitution et du pays, ont remporté une victoire signalée. Les employés de l’administration de lord Dalhousie et l’administration elle-même ont éprouvé une désapprobation générale et formelle. » Cette feuille était rédigée par M. Waller, fervent catholique et journaliste de talens distingués, qui s’était acquis par ses idées libérales la haine du gouvernement, dont il était un des plus rudes adversaires. Il était frère d’un baronnet d’Irlande, et pour cela même entouré d’un certain prestige aux yeux de ses compatriotes en Canada, qui avaient voté avec plusieurs Anglais ou Écossais pour M. Papineau, au quartier ouest de Montréal. Le gouverneur dont la politique était si solennellement condamnée par la voix du peuple dans une élection générale, ne vit plus désormais de justification que dans une persistance plus opiniâtre à voir des rebelles dans tous les chefs de l’opposition. Il prit occasion d’un nouvel ordre général de milices pour porter une accusation contre elle. « Son excellence s’empresse, disait-il, de faire connaître aux milices ses sentimens sur des faits récens qui affectent leur fidélité et leur honneur. Les lois temporaires qui les concernaient étant expirées les anciennes ont repris leur première vigueur ; des personnes mal disposées ont cherché à répandre des doutes sur la légalité de ces ordonnances ; à ces doutes elles ont ajouté des faussetés et des calomnies grossières sur les intentions du gouvernement, tendant à exciter au mécontentement, et surtout à la désobéissance aux officiers de milice ; son excellence a vu échouer leurs efforts avec la plus grande satisfaction, et sauf l’absence de quelques officiers, les revues de juillet et d’août ont été plus nombreuses qu’à l’ordinaire ; elle en témoigne sa plus vive reconnaissance aux miliciens qui ont ainsi fait preuve de leur fidélité et su apprécier leur devoir ; mais en même temps elle se croit obligée de priver de leur commission tous les officiers qui ont négligé d’assister aux revues, ou qui dans leurs discours aux assemblées publiques, ont manqué de respect au représentant de leur souverain. »

Le résultat des élections et cet ordre général annonçaient la détermination de chaque parti de persister dans la voie qu’il avait prise. Mais rien n’était d’un plus dangereux exemple que ce mélange de discours civiques et de devoirs militaires où tout esprit politique doit disparaître.

Les chambres se réunirent le 20 novembre. Sur l’ordre de l’huissier, l’assemblée se rendit dans la salle du conseil législatif, où le président l’informa que le gouverneur lui ferait part des causes de la convocation après qu’elle se serait choisi un président, et qu’elle eût à le présenter le lendemain à deux heures à son approbation. M. Papineau fut proposé par M. Letourneau et M. Vallières de St. Réal par le solliciteur général Ogden. Après quelques débats la chambre se partagea. Trente neuf membres votèrent pour M. Papineau et cinq seulement pour M. Vallières. Cette division annonçait que le parti de l’administration était réduit à rien dans l’assemblée, parce que quelques uns des membres qui avaient appuyé la candidature de M. Vallières, étaient contre le gouvernement.

Le lendemain l’assemblée se rendit au conseil avec son président qui informa le gouverneur assis sur le trône du choix qu’elle avait fait. Le président du conseil répondit aussitôt que son excellence le désapprouvait au nom de sa Majesté, et qu’elle eût à retourner dans la salle de ses séances pour en faire un autre, et le présenter à son approbation le vendredi suivant ; qu’ensuite elle lui communiquerait les dépêches qu’elle avait reçues de Londres sur les affaires publiques. Ce résultat n’était pas inattendu. Le Spectateur de Montréal disait le 7 novembre : « La gazette du château regarde le président de la chambre d’assemblée comme l’organe de la conciliation… est-ce la conciliation avec son excellence ? Quelle conciliation peut-on espérer d’une administration qui depuis sept ans viole les lois, viole les droits constitutionnels du pays ? Qui a travaillé à faire tourner les ministres anglais contre nous, qui a juré une guerre éternelle à nos droits, qui a déshonoré et diffamé le lieutenant gouverneur Burton, qui a refusé de communiquer des documens nécessaires sur des sujets importans, qui a insulté, calomnié, diffamé la représentation nationale ?… Quelle espérance de conciliation reste-il avec une pareille administration, qui fait revivre des ordonnances militaires contre les plus simples règles d’interprétation légale, qui voyage pour remercier une demi douzaine de flatteurs ou d’intrigans… Il n’y a guère à douter que le gouvernement anglais ne regarde une pareille administration comme une nuisance, dont les folies et la mauvaise conduite finiront bientôt si le pays prend de son côté des mesures fermes et décisives. » Le refus du gouverneur fournit de nouveaux motifs et de nouvelles armes à l’opposition, et la grande majorité se montra décidée à maintenir la position qu’elle avait prise. Le fauteuil du président était resté vide. Sur la proposition de M. Cuvillier, il fut résolu : Que le choix du président devait être fait librement et indépendamment du gouvernement ; que M. Papineau avait été choisi, que la loi n’exigeait pas d’approbation et qu’elle était comme la présentation une simple formalité d’usage. Après cette déclaration, M. Papineau fut reconduit au fauteuil et les membres de la minorité se retirèrent. Sur la motion de M. Vallières, une adresse au gouverneur pour l’informer de ce qu’on avait fait, fut adoptée à l’unanimité, et une députation fut envoyée pour savoir quand il voudrait bien recevoir la chambre. Le gouverneur fît répondre qu’il ne pouvait recevoir ni message ni adresse d’elle avant qu’il eût approuvé son président, et le soir même le parlement fut prorogé.

Le gouvernement dont les organes célébraient l’énergie et disaient que sans la fermeté du comte de Dalhousie cette scène aurait conduit à une révolution, le gouvernement avait voulu dans le même temps sévir contre la presse. Un grand jury de Montréal avait rejeté les accusations qu’on lui avait présentées ; on en choisit un autre plus commode qui en accueillit au commencement de novembre contre le Spectateur ; mais loin de modérer l’ardeur des journaux cette démonstration sembla l’accroître. Le peuple lui-même commença à s’agiter. Il y eut des assemblées publiques dans les villes et dans les campagnes ; on y organisa des comités pour rédiger des résolutions et de nouvelles adresses au roi et au parlement impérial, que l’on ferait ensuite signer par le peuple.

Le parti qui appuyait la politique de lord Dalhousie, très faible en nombre en Canada, mais puissant à Londres par l’influence de ses amis, et soutenu par le bureau colonial qui avait donné carte blanche pour faire triompher sa politique, tint lui aussi une assemblée à Montréal pour adopter une adresse à l’exemple de ses adversaires, et la transmettre à l’Angleterre, sans cesse importunée maintenant par ses colons indociles et remuans. Il déclarait que la chambre avait retenu injustement les fonds de douane du Haut-Canada, passé des lois temporaires pour tenir l’exécutif dans sa dépendance, refusé de donner des représentans aux cantons anglais et d’établir des bureaux d’hypothèques afin d’entraver l’immigration ; il l’accusait aussi d’être conduite par un esprit de domination et de mépris pour les prérogatives de la couronne, et remerciait la providence d’avoir permis que ces prérogatives fussent maintenues pour assurer au pays son caractère anglais, et le gouverneur d’avoir montré une si noble énergie en toute occasion au milieu des funestes divisions qui déchiraient le pays, espérant que les actes de la chambre allaient enfin porter l’Angleterre à prendre la situation en très sérieuse considération et à corriger les défauts et les erreurs que l’expérience du passé et les dernières prétentions des représentans avaient mis au jour. Le gouverneur répondit suivant son rôle dans ces débats lorsqu’on lui remit l’adresse pour la transmettre au roi : « Vous avez très exactement tracé la tendance funeste des mesures que la chambre a adoptées depuis quelques années. Quoique l’effet de ces mesures arrête depuis longtemps les améliorations publiques, je considère cela comme rien en comparaison de l’atteinte beaucoup plus audacieuse qu’elle a osé porter récemment à la prérogative royale. Je ne puis attribuer cet acte à l’ignorance ; quelques uns de ceux qui se trouvent à la tête des mesures factieuses de ce corps, sont des hommes éclairés, et pour cette raison il est du devoir de tous ceux qui savent priser le bonheur dont ils jouissent sous la constitution britannique, de se montrer.

« Je regrette beaucoup de ne pouvoir déposer moi-même en personne votre adresse aux pieds de sa Majesté, tant je désire y ajouter tout le poids que ma situation au milieu de vous pourrait lui donner. De tout ce qui sera en mon pouvoir rien ne sera oublié pour recommander les sentimens et les opinions qui y sont exposés, à la considération immédiate et favorable du secrétaire d’état de sa Majesté… »

Cette réponse contenait un appel à tous les partisans du château de s’agiter comme leurs adversaires. Il continua à s’exprimer dans le même sens à l’occasion de chaque adresse qu’on lui présentait. Les townships de l’est imitèrent leurs compatriotes de Montréal et préparèrent aussi des pétitions à l’Angleterre.

Les partisans de la chambre n’étaient pas en reste. Ils continuaient leur agitation partout avec activité. Ils tinrent encore une grande assemblée à Montréal sous la présidence de M. Jules Quesnel, l’un des principaux citoyens de la ville. M. D. B. Viger et M. Cuvillier y furent les principaux orateurs. On y passa des résolutions qui furent incorporées dans une pétition au roi et aux deux chambres du parlement impérial, dans lesquelles le gouverneur fut accusé d’avoir commis des actes arbitraires tendant à rompre les bases du gouvernement et à aliéner l’affection des habitans ; tiré par warrant, ou autrement, des mains du receveur-général, des sommes considérables sans être autorisé par la loi ; supprimé volontairement ou soustrait à la connaissance du parlement, divers documens et papiers nécessaires à l’expédition des affaires ; conservé, en violation de son devoir envers son souverain et envers le Canada, M. John Caldwell dans l’exercice de ses fonctions longtemps après que ce fonctionnaire eut avoué sa défalcation ; nommé en violation de son devoir, John Hale, écuyer, pour le remplacer ; usé en différens temps, de son autorité, comme commandant en chef, pour influencer et intimider les habitans dans l’exercice de leurs droits civils et politiques ; destitué un grand nombre d’officiers de milice sans raison suffisante ainsi que plusieurs officiers civils ; maintenu et conservé en place plusieurs fonctionnaires dont la nomination et la conduite étaient préjudiciables au service public ; multiplié sans nécessité les cours d’oyer et terminer ; nui aux intérêts publics en empêchant la passation d’actes utiles par des prorogations et des dissolutions violentes et subites du parlement ; porté des accusations fausses dans ses discours contre les représentans du peuple afin de les déprécier dans l’opinion de leurs constituans ; toléré et permis que les gazettes publiées sous son autorité portassent journellement les accusations les plus mensongères et les plus calomnieuses contre la chambre d’assemblée, ainsi que contre tout le peuple de cette province ; menacé, par le même moyen, le pays d’exercer la prérogative royale d’une manière violente et despotique en dissolvant le corps représentatif ; puni en effet le pays en refusant sa sanction à cinq bills d’appropriation ; violé la franchise élective en voulant directement et indirectement influencer les électeurs ; créé dans le pays par ces divers actes d’oppression un sentiment d’alarme et de mécontentement général ; déprécié le pouvoir judiciaire et affaibli la confiance du peuple dans l’administration de la justice ; enfin d’avoir répandu dans toute la province un sentiment insurmontable de méfiance contre son administration.

Le pouvoir qui voulait intimider les organes de l’opposition et atténuer au loin l’effet de ces grandes démonstrations publiques par quelque coup d’éclat qui répandit le soupçon, choisit pour faire arrêter une seconde fois l’éditeur du Spectateur, M. Waller, le moment où il se rendait à l’assemblée. Mais ces tentatives d’intimidation ne faisaient qu’aigrir davantage les esprits. Le lendemain le Spectateur disait : « Un autre attentat a été commis au préjudice de la liberté de la presse et des droits et immunités des sujets anglais. Lorsque l’on réfléchit à la misérable folie qui a marqué d’une manière indélébile l’administration ; lorsque l’on voit l’indiscrétion et la passion qu’elle a montrées ; lorsque l’on se rappelle ce que les intérêts de la société ont souffert, ce qu’ont enduré ses sentimens, ses droits, la constitution, la représentation, on ne peut être surpris des tentatives faites maintenant pour étouffer la presse, ou réduire au silence toutes celles qui ne sont pas payées par l’administration ou qui ne sont pas dans sa dépendance. » Les autres villes et tous les districts ruraux se réunissaient ou s’étaient réunis pour le même objet. On adoptait des adresses de toutes parts dans lesquelles on s’exprimait avec la même énergie et la même unanimité qu’à Montréal. À Québec on en adopta une qui semblable au fond à celle de Montréal, était plus modérée dans les termes. 80,000 signatures couvrirent bientôt ces représentations que M.M. Neilson, Viger et Cuvillier furent chargés d’aller porter en Angleterre. Les menaces de la presse officielle ne fit qu’exciter le zèle des partisans de la chambre. En vain les accusait-elle de trames séditieuses et de rébellion, ils marchèrent droit à leur but, guidés par cet instinct secret qui a été de tout temps comme la sauve-garde et le bouclier sacré des Canadiens. Chacun sentait que le bureau colonial persistant dans son projet, cherchait des motifs pour revenir au bill d’union de 1822, car sans ses sympathies, sans son appui au parti opposé à la chambre, prouvés par la marche rétrograde du gouvernement depuis 1820, les difficultés auraient été arrangées depuis longtemps. Le chef de police de Montréal, M. Gale porta en Angleterre les dépêches de lord Dalhousie et les adresses qu’il avait reçues. Le bruit courait alors qu’il devait demander une nouvelle division des deux Canadas, par laquelle l’île de Montréal et les townships de l’est auraient été annexés au Haut-Canada. C’était un partisan violent de l’administration. Sa haine contre les Canadiens était notoire, et on savait qu’il avait pris une grande part dans les attentats contre la liberté de la presse, et à la rédaction de la Gazette de Montréal qui demandait l’union des Canadas, demande que le caractère officiel de cette feuille rendait solidaire avec le gouverneur.

Le départ des agens Canadiens ne fit point diminuer les assemblées ni l’agitation. L’on déclarait partout que les prétentions de l’administration répandait l’alarme ; que la chambre devait avoir le contrôle sur les subsides ; que la conduite de la majorité était digne de toute approbation ; que le refus de confirmer la nomination de son président après en avoir appelé au peuple, était un acte d’insulte et de mépris de nature à aliéner son affection ; que par la conduite qu’il avait tenue le gouverneur avait perdu la confiance publique, et que ceux qui acceptaient des commissions pour remplacer les officiers de milice destitués méritaient la réprobation et devaient être regardés comme les ennemis des droits du peuple,

Les partisans du pouvoir, quoique peu nombreux, continuaient de leur côté à s’agiter sans relâche sur tous les points où ils pouvaient s’en rallier quelques-uns, et envoyaient des adresses dans lesquelles ils manifestaient leurs sentimens avec une ardeur qui n’en cédait point à celle de leurs adversaires. Dalhousie répondait à l’une, celle du comté de Warwick : « J’ai vu avec une grande satisfaction par votre langage que la conduite des chefs factieux est généralement réprouvée par tout homme loyal et respectable. » À l’autre, celle des Trois-Rivières : « Je me suis vu forcé de défendre contre des empiétemens, les principes les plus évidens de la constitution et les prérogatives les plus indubitables de la couronne. Vous pouvez être assurés que je ne changerai point de conduite, car je suis certain de recevoir finalement l’appui de tous les fidèles sujets du roi, et parmi eux je compte la très grande partie du peuple qui s’est laissé égarer. »

Un pareil langage après ce qu’il savait des projets des ministres et de leur détermination de noyer les Canadiens dans une majorité étrangère, n’était-il pas la violation la plus évidente de la sainteté de la vérité. Il rendait son administration désormais impossible. Ne gardant plus de mesures, il continua à sévir contre les magistrats, contre les officiers de milice et contre la presse. Plusieurs magistrats furent destitués. La Gazette de Québec disait : « Que le pays méprise cette nouvelle insulte ; il peut confier sans crainte ses destinées à un roi et à un gouvernement anglais. » Quoique toujours plus modéré que les autres, ce journal était alors en butte aux poursuites du gouvernement. Quatre actes d’accusation pour libelles avaient été portés contre son rédacteur, pour avoir publié les résolutions adoptées dans les assemblées publiques.

Pendant que le Bas-Canada était ainsi livré aux dissensions qu’amène le despotisme d’une minorité maintenue par la force, car elle n’aurait pu rien faire sans l’appui de l’Angleterre, le Haut-Canada était en proie aux mêmes agitations dues à la même cause. Le parti libéral s’était soulevé contre l’oligarchie. Cette coïncidence dans deux contrées dont la masse de la population était d’origine différente, annonçait une cause réelle de souffrance et donnait par là même du poids aux représentations de chacune. Déjà M. Hume y avait fait allusion à l’occasion des subsides pour l’armée. « Les dépenses des colonies renfermaient, suivant lui, la question de savoir de quelle manière ces colonies étaient gouvernées. L’étaient-elles d’une manière sage et sensée ? ou le gouvernement ne mettait-il pas plutôt tout en usage pour les irriter et pour les porter dans leur désespoir à tout tenter ? Pourquoi, ajoutait-il, avoir à présent 6000 soldats en Canada ? Si ce n’était pour tenir de force le peuple sous un gouvernement qu’il haïssait et méprisait ? Que dirait la chambre des communes si elle était traitée comme le sont les assemblées législatives dans ce pays ? Que dirait-elle si le roi refusait le président qu’elle se serait nommé par une majorité de 55 contre 5. Qu’on regarde les États-Unis. Il n’y a pas pour garder leur immense frontière autant de soldats qu’en Canada. Le même système erroné subsiste dans toutes les autres colonies, où le peuple anglais connaît peu le gouvernement arbitraire qu’on impose. Car tous les gouverneurs militaires sont arbitraires par nature. On devrait les remplacer par des gouverneurs civils. »

M. Huskisson proposa une motion tendante à faire nommer un comité pour s’enquérir de l’état des deux Canadas. « La question, dit-il, est de savoir si ces deux provinces ont été administrées de manière à favoriser leur établissement, leur prospérité et leur attachement à l’Angleterre. Sinon ce sera au parlement à faire les modifications nécessaires. Bien des défauts peuvent exister dans le système ; mais ils étaient inévitables à l’époque où la constitution a été établie. Le pays, ses ressources, ses intérêts étaient alors peu connus, et il n’y a rien de surprenant qu’il s’y trouve des imperfections, quoique cette constitution ait été imaginée par les plus grands hommes d’état de l’Angleterre. Ils avaient à remplir les engagemens que nous avions pris avec les colons français tout en tâchant autant qu’il était compatible avec ces engagemens, d’introduire les avantages qui découlent des lois, de la jurisprudence et d’une administration anglaise.[1]

« L’acte de 91 vous permet de l’amender et d’en considérer toutes les imperfections pour les corriger ; Pitt les avaient prévues.

« La France céda le Canada à l’Angleterre en 63 sans condition, sans stipuler de quelle manière il serait administré, en pleine et entière souveraineté. Sa population n’excédait pas 65,000 âmes. La France y avait introduit son système féodal dans toute sa vigueur, je pourrais dire dans toute sa difformité. Le système français fut suivi non seulement dans les institutions, mais même dans les édifices. Les maisons de campagne des colons avaient tous les défauts et tout le mauvais goût qu’on voit à Versailles, la grandeur et l’étendue exceptées. Tel était l’état du Canada sous le régime français, le système féodal florissant dans toute sa vigueur parmi une poignée d’habitans au milieu d’un désert.

« Ce système avec la coutume de Paris arrêta tout progrès. Le ministre passant ensuite à l’intention du roi après la conquête de porter des colons en Canada en leur promettant une assemblée législative et les lois anglaises, continua : L’on fit tout ce que l’on put pour introduire ces lois et les faire observer jusqu’en 1774. On y envoya des juges pour les administrer ; mais on ne donna point de législature par suite de la révolte des autres provinces qui survint alors. Pour se concilier les Canadiens, on abandonna ces projets, on révoqua les promesses d’introduction des lois anglaises excepté pour le code criminel, on confirma les anciennes lois, on y reconnut la religion catholique et on substitua au système de taxation français le système anglais bien moins onéreux.

« L’acte déclaratoire de 78 abandonna aux colonies le droit de se taxer, droit qui fut confirmé par la constitution de 91. Tous les droits devaient être imposés et appropriés par la législature, et le Haut-Canada fut distrait du Bas pour les colons anglais. On fit la faute de diviser les collèges électoraux non suivant l’étendue du territoire, mais suivant l’étendue de la population, ce qui a eu l’effet de mettre la prépondérance de la représentation dans les seigneuries. » L’esprit du ministre perce partout ; il aurait voulu qu’on eût donné à quelques habitans des townships la majorité sur la masse de la population.

« Il reste, dit-il, une autre difficulté encore plus formidable, celle du contrôle de la législature coloniale sur le revenu public. Les taxes qui ont remplacé les taxes françaises, furent appropriées par l’acte de 74 au payement de la liste civile et de l’administration de la justice. Elles se montent à £35,000 ; à £40,000 avec le revenu des amendes et confiscations. Les autres revenus qui ont été imposés par la législature et qui sont à sa disposition, s’élèvent à £100,000 environ. La chambre d’assemblée réclame tout ce revenu, surtout le droit de décider quelles branches du service public et quels établissemens judiciaires seront payés sur les £40,000. La couronne lui nie cette prétention, qui n’est fondée ni sur la loi ni sur l’usage, et la chambre là-dessus refuse tout subside pour forcer le gouvernement à lui abandonner le contrôle sur la totalité des revenus. Telle est la question en débat entre les deux chambres.

« Mais avant de m’asseoir, je demanderai à ajouter un mot ou deux sur un point auquel on a fait allusion dans cette chambre et qu’on a discuté ailleurs. Je veux parler de l’abandon de nos colonies. Ceux qui sont de cette opinion disent que nous devrions nous épargner la peine d’améliorer l’état de ces provinces, en prenant la voie la plus sage, qui serait de les abandonner à elles-mêmes. Mais que ceux qui parlent ainsi considèrent que ce sont nos compatriotes qu’on abandonnerait, qu’ils sont nés comme nous dans l’allégeance du roi, qu’ils remplissent tous les devoirs de ses sujets, qu’ils désirent le demeurer et en remplir toutes les obligations comme habitans de l’empire. Tant qu’il en sera ainsi, je dis qu’ils ont droit à la protection dont leur fidélité et leur bonne conduite les rendent si dignes. Sur un pareil sujet, je ne ferai pas usage d’une autre raison, l’importance de ces provinces pour la marine, pour le commerce et pour la politique de la Grande-Bretagne. Que ceux qui hasardent une pareille suggestion considèrent l’honneur de ce pays et l’impression que ferait sur toutes les nations un pareil abandon accompli sans nécessité et sans être demandé. Devons-nous abandonner une pareille contrée de notre seul et unique mouvement ? Ou comme cela a déjà eu lieu une fois touchant une autre partie de l’Amérique qui a appartenu à la France, la Louisiane, en ferons-nous une affaire de louis, chelins et deniers ? Vendrons-nous le Canada à une puissance étrangère ? Non, l’Angleterre n’est pas tombée si bas. Le Canada nous appartient par les souvenirs d’une haute et honorable valeur tant sur mer que sur terre. C’est un trophée trop glorieux pour s’en défaire par aucun de ces deux moyens. Nous devons tout employer pour conserver le Canada et le défendre jusqu’à la dernière extrémité. Ainsi la question présentée sous ce point de vue ne peut être un seul instant douteuse. Qu’on se rappelle aussi que c’est un pays où il n’y a point de ces malheureuses distinctions qui existent dans quelques-unes de nos autres colonies ; il n’y a aucune distinction de castes, de maîtres et d’esclaves. Le peuple forme, pour ainsi dire, une seule famille, que les liens les plus forts attachent à la métropole. L’Angleterre est la mère de plusieurs colonies, dont quelques unes forment déjà un des empires les plus vastes et les plus florissans de l’univers : celles-ci et beaucoup d’autres ont porté dans tous les coins du monde notre langue, nos institutions, nos libertés et nos lois. Ce que nous avons planté a pris racine ; les pays que nous favorisons aujourd’hui comme colonies, deviendront tôt ou tard des nations libres, qui à leur tour communiqueront la liberté à d’autres contrées. Mais me dira-t-on, l’Angleterre a fait pour cela des sacrifices immenses ; je l’avoue ; mais malgré ces sacrifices l’Angleterre est encore par l’étendue de ses possessions la plus puissante et la plus heureuse nation qui existe et qui ait jamais existé. Je dirai de plus que nous serons bien payés de tous les sacrifices qu’il faudra faire encore, par la moisson de gloire que nous ajouterons à celle que nous avons déjà acquise, la gloire d’être la mère-patrie de pays où l’on jouira dans les siècles à venir du bonheur et de la prospérité qui distinguent de nos jours l’empire britannique. Telle sera la gloire qui nous reviendra de l’établissement de la surabondance de notre population non seulement en Amérique, mais dans toutes les parties du monde. Quel noble sujet d’orgueil pour un Anglais de voir que sa patrie a si bien rempli sa tâche, en travaillant à l’avancement du monde. Que le Canada reste à jamais attaché à l’Angleterre, ou qu’il acquiert son indépendance, non pas, je l’espère, par la violence, mais par un arrangement amical, il est toujours du devoir et de l’intérêt de ce pays d’y répandre des sentimens anglais et de lui donner le bienfait des lois et des institutions anglaises. »

Ce discours était rempli d’adresse. Le ministre dissimulait la question des finances, qui était un terrain dangereux devant une chambre de communes pour laquelle la votation des impôts était un droit sacré, et appuyait principalement sur la gloire pour l’Angleterre de faire du Canada un pays vraiment anglais d’affection comme de nationalité. Tout ce qu’avait fait jusque-là le bureau colonial avait tendu vers ce but. Aussi Huskisson donna-t-il une approbation complète à l’administration canadienne, censura-t-il les mesures de l’assemblée et s’éleva-t-il avec force contre l’agitation extraordinaire qui régnait dans le pays. Les gouverneurs n’avaient agi dans tout ce qu’ils avaient fait que par l’ordre formel de Downing-Street, et la nomination du comte Dalhousie au gouvernement des Indes, était une preuve que sa conduite en Canada était loin d’être désavouée du cabinet. Il n’est donc pas étonnant de voir le ministre élever la voix contre les colons, puisque leurs plaintes étaient la censure la plus grave de ses propres fautes et de celles de ses prédécesseurs.

L’un des membres marquans des communes, M. Labouchère, homme d’origine française comme les Canadiens, prit leur défense et exposa avec force les droits de cette race en face de tous les préjugés qui s’élevaient contre elle : « Je considère, dit-il, l’acte de 91 comme la grande charte des libertés canadiennes. Je crois que si l’intention de Pitt et des législateurs de son temps avait été suivie d’une manière plus efficace, le Bas-Canada aurait eu meilleure chance de parvenir à la prospérité qu’on lui destinait et de jouir de cette concorde et de cette tranquillité que son alliance avec la métropole devait lui assurer. Il me paraît évident que l’intention de Pitt a été de donner au Bas-Canada une assemblée populaire et un conseil législatif, mais non pas de composer entièrement ce conseil de la plus petite portion de la population, c’est-à-dire de la partie anglaise des habitans. Le secrétaire des colonies ne rendait pas justice aux Canadiens ni à leur chambre d’assemblée en disant que l’expérience de Pitt n’avait pas réussi, puisqu’il était vrai que cette expérience n’avait jamais été tentée ou mise à l’épreuve de bonne foi… Je suis fâché que le nom du ministre des colonies se trouve attaché au bill d’union de 1822, qui a si puissamment contribué à exciter le mécontentement qui existe généralement aujourd’hui. L’on se rappelle que vers la fin de juin, lorsqu’il n’y avait pas soixante membres présens, il introduisit un bill pour anéantir la constitution que Pitt, le gouvernement et la législature de ce pays avaient donnée aux Canadas ; la manière dont cette mesure fut introduite était une marque évidente qu’on voulait prendre les Canadiens par surprise, afin de les empêcher d’exprimer leur opinion sur la conduite du gouvernement. » Sir James Macintosh maintint qu’on ne pourrait conserver longtemps le Canada sans le gouverner avec justice. « Mes maximes en politique coloniale, dit cet homme d’état, sont simples et peu nombreuses. Protection pleine et efficace contre l’influence étrangère ; liberté complète aux colonies de conduire elles-mêmes leurs affaires locales ; obligation pour elles de payer les dépenses raisonnables de leur propre gouvernement en en recevant en même temps le parfait contrôle, et entier affranchissement de toute restriction quelconque sur l’industrie du peuple. Telles sont les seules conditions que je voudrais imposer à l’alliance des colonies avec la métropole, les seules conditions auxquelles je désirerais que toutes fussent gouvernées. On ne peut guère douter que placées dans de telles circonstances les colonies ne fussent sous un gouvernement plus doux, dans un état plus heureux, que si elles se trouvaient sous la protection immédiate, sous le gouvernement direct de la mère-patrie.

« Pour revenir sur les observations qui ont été faites au sujet de la coutume de Paris, je prie la chambre de considérer que ce code n’a subi aucun changement depuis 1760 jusqu’à 1789 ; et tout en admettant que ce puisse être un mauvais système quant à l’aliénation des immeubles et aux hypothèques, un système qui entraîne de grands frais dans les poursuites judiciaires, je dois cependant déclarer que les Canadiens ne peuvent être si mal partagés avec des lois formées sous les auspices du parlement de Paris, d’un corps qui a été composé des plus grands génies qui se soient jamais appliqués à l’étude du droit, et qui peut montrer les noms de l’Hôpital et de Montesquieu. » Ici l’orateur donnant cours à son esprit sarcastique prit occasion de faire une espèce de comparaison entre les lois françaises et les lois anglaises. Il releva avec un esprit inimitable toutes les complications, toutes les bizarreries, toutes les singularités que les lois anglaises ont conservées des temps barbares, et en effet le champ était vaste et varié, puisque l’aliénation des propriétés foncières est devenue une science en Angleterre des plus compliquées, et que l’achat d’une simple propriété coûte autant d’écriture qu’un traité important entre deux nations.

Reprenant son sérieux, Macintosh continua : « Dans le vrai, le ministère, n’a mis devant la chambre aucune information suffisante, et il est bien loin d’avoir rendu sa cause parfaite. Mais telle qu’elle est, avec la connaissance que nous avons des faits, et sans entrer dans d’autre détail, je suis d’opinion que la chambre d’assemblée est pleinement justifiable d’avoir agi comme elle a fait. Indubitablement elle a le droit d’approprier l’argent qu’elle accorde. Cela est même dans la nature de son vote. C’est le droit de toute assemblée représentative, et c’est à l’exercice de ce droit que la chambre des communes est redevable de toute son importance. Si la chambre d’assemblée ne possède pas ce droit, c’est une pure illusion que son prétendu contrôle sur la dépense publique. En 1827 elle passa 31 bills la plupart pour effectuer des réformes ; quelques uns ayant rapport à l’administration intérieure, d’autres à des changemens utiles dans ses lois, d’autres enfin dans la constitution. La chambre haute les désapprouva tous. Le gouverneur en est-il responsable ? Je réponds qu’il l’est. Le conseil n’est autre chose que l’instrument du gouvernement. Ce conseil n’est pas un contrepoids constitutionnel entre le gouverneur et la chambre élective, c’est le conseil du gouverneur. Des 27 membres qui le composent, 17 remplissent des charges qui dépendent du bon plaisir du gouvernement. Ces 17 personnes reçoivent entre elles £15,000 de l’argent public, et cette somme n’est pas peu de chose dans un pays où £1000 passent pour un revenu considérable. Je ne parle pas de l’évêque qui peut être porté vers l’autorité, mais qui est d’un caractère pacifique. Les 9 autres, fatigués à la fin de lutter contre les 17 fonctionnaires, ont cessé d’assister aux délibérations ; et deux d’entre eux, qui sont parmi les plus forts propriétaires fonciers de la province, ont signé la pétition. Les choses en étant ainsi, je demande si les Canadiens n’ont pas grand droit de regarder l’existence d’un pareil conseil comme un grief.

« Le ministre des colonies s’est adressé aux sentimens de cette chambre, pour exciter notre sympathie, non en faveur des pétitionnaires, mais en faveur des Anglais du Canada, et dans plusieurs parties de son discours il a fait allusion à eux. Mais je demande qu’on me montre une seule loi passée par l’assemblée du Bas-Canada contre les colons anglais ? Une loi qui s’applique à eux séparément ? Et le remède qu’on propose, c’est de changer la représentation ? et l’objet de ce changement, ce sont les intérêts de ces 80,000 Anglais ? Mais quelle influence, quel pouvoir peuvent-ils avoir contre plus de 400,000 Canadiens, qui ont entre leurs mains toutes les terres, toutes les propriétés du pays ? Les Anglais, à peu d’exception près, sont renfermés dans les villes, et se composent en grande partie de marchands ou d’agens de marchands. Ce sont tous des gens respectables je n’en doute pas ; mais ne serait-ce pas la plus grande injustice que de leur donner l’influence que les Canadiens doivent posséder par leurs propriétés. Lorsque j’entends parler d’enquête pour protéger les colons anglais, je ne puis m’empêcher d’éprouver un sentiment pénible. Je suis fâché qu’on tienne un pareil langage ; et je regarderais comme un mauvais symptôme si cette chambre était disposée à traiter une classe d’hommes comme une race privilégiée, comme une caste dominante, placée dans nos colonies pour surveiller le reste des habitans. Aurons-nous en Canada une colonie anglaise séparée du reste de la population ? Les Anglais formeront-ils un corps favorisé par excellence ? Auront-ils des privilèges exclusifs ? Seront-ils unis d’intérêt et de sympathie pour assurer la domination protestante ? Et donnerons-nous à ces colonies 600 ans de calamités comme nous avons donné à l’Irlande, parcequ’il se rencontre dans ce pays une population anglaise avec des intérêts et des sympathies anglaises ? Au nom de Dieu ! n’introduisons pas un pareil fléau dans une autre région. Que notre politique soit de donner à toutes les classes des lois équitables et une égale justice ; et qu’on ne fasse pas croire que les Canadiens nous sont moins chers, qu’ils ont moins de droit à notre considération comme sujets du roi, qu’ils sont moins dignes de la protection des lois que les Anglais. La chambre doit faire attention ; elle ne doit établir aucune distinction entre ces deux classes d’hommes. S’il est de la nature d’un gouvernement équitable de donner la plus grande portion du pouvoir politique à ceux qui ont la plus grande portion de la propriété et qui forment la majorité, quel droit a la minorité de se plaindre ? Ce n’est pas ce qui découle du plan de Pitt : et si la liberté civile et le pouvoir politique ne suivent pas le grand nombre et la propriété, le peuple ne peut plus les tenir que du bon plaisir de ses gouvernans. Je regarde comme un symptôme dangereux la distinction des races et la formation d’un peuple en deux classes distinctes. »

M. Hume parla aussi avec force à l’appui des plaintes des Canadiens, et surtout de ceux du Haut-Canada qui l’avaient chargé de leurs pétitions. Il blâma sévèrement la politique du bureau colonial. Si la seule colonie du Canada, dit-il, portait des plaintes, on pourrait supposer qu’elle est plus disposée que les autres à se quereller avec le gouvernement. Mais à l’exception de la Nouvelle-Écosse, il n’y en a pas une seule qui ne se plaigne depuis de longues années sans obtenir de satisfaction.

Les discours des amis des Canadiens qui paraissaient fondés sur la raison et sur la justice, firent une grande sensation.

M. Wilmot répliqua à M. Labouchère. Il prétendit que la métropole devait se conserver le droit de taxer les colonies, surtout leur commerce, en leur laissant le produit de la taxe. M. Stanley vint après ; il maintint que le conseil législatif devait être changé, que le gouverneur s’en servait comme d’un écran pour se mettre à couvert, qu’il était toujours opposé au peuple et tenait la place d’une aristocratie sans en avoir les qualifications. On ne devait point, suivant lui, accorder de privilèges à l’église, et il était important que les Canadiens n’eussent aucune raison de jeter les yeux au-delà de l’étroite frontière qui les séparait des États-Unis et qu’ils n’y vissent rien à envier. M. Warburton et M. Baring s’exprimèrent dans le même sens. Les communes renvoyèrent les affaires du Canada à un comité spécial.

En présence de l’appui que les Canadiens trouvaient dans cette chambre et auquel on ne s’était peut-être pas attendu, leurs ennemis à Londres commencèrent à se remuer de nouveau. Une quarantaine de marchands de cette ville adressèrent une pétition au parlement en faveur de l’union des deux Canadas. Quoiqu’une grande partie des signataires n’eût jamais vu ce pays, elle fut renvoyée au comité comme les autres ainsi que celle que l’on reçût à peu près dans le même temps contre les destitutions des officiers de milice. Le comité interrogea sir Francis Burton, M. Grant, les agens de la chambre d’assemblée, celui du Haut-Canada, M. Ryerson, M. Gale, M. Ellice, M. Wilmot et quelques marchands. Une partie des témoignages eut rapport à la question des subsides. Il envisagea cette question d’un point de vue élevé, et laissa percer aussi que l’horizon qu’on apercevait pourrait s’élargir encore et qu’il fallait tout préparer pour aller plus loin lorsque le temps viendrait d’augmenter de nouveau les libertés canadiennes ; du moins c’est ce que l’on doit conclure de quelques passages.

Il rapporta que dans l’état des esprits il n’était pas prêt à recommander l’union des deux Canadas, mais que les dispositions déclaratoires de l’acte des tenures touchant les concessions en franc et commun soccage, devaient être maintenues en introduisant les hypothèques spéciales et les lois d’aliénation du Haut-Canada ; que l’on devait donner aussi la faculté de changer la tenure seigneuriale, et d’établir des cours de circuit dans les townships pour les causes concernant les terres soccagères. Il était fermement d’opinion que les Canadiens devaient demeurer dans la paisible jouissance de leur religion, de leurs lois et de leurs privilèges tels que toutes ces choses leur avaient été garanties par le parlement, et que lorsqu’ils désireraient avoir de nouvelles seigneuries on leur en accordât ; qu’il pourrait être avantageux d’augmenter la représentation sur la base adoptée pour le Haut-Canada ; que le pouvoir de confiscation pourrait être exercé pour remédier aux abus et faire remettre dans le domaine de la couronne les terres restées incultes pour les vendre à d’autres ; que l’on pourrait aussi lever une légère taxe sur les terres non défrichées ni occupées ; qu’il serait avantageux de mettre à la disposition de l’assemblée tous les revenus de la province, sauf le revenu héréditaire et territorial, et de conserver à la couronne le pouvoir de destituer les juges.

Il regrettait qu’on n’eût pas informé le parlement impérial de l’appropriation des revenus du Canada sans le consentement de ses représentans. Quant à la défalcation de M. Caldwell, il fallait prendre à l’avenir les mesures nécessaires pour se mettre en garde contre les détournemens du receveur-général et des shériffs. Les biens des jésuites devaient être appropriés à l’éducation. Le conseil législatif devait être rendu plus indépendant, de manière à le lier plus intimement d’intérêts avec le peuple. Les juges ne devaient point prendre part aux discussions politiques dans le conseil législatif ni avoir de siège dans le conseil exécutif. Enfin on devait borner les changemens à faire à la constitution de 91 à l’abandon à la législature locale de toutes les affaires intérieures et ne faire intervenir le parlement impérial que lorsque son autorité suprême serait nécessaire.

Quant au partage des droits de douane entre le Haut et le Bas-Canada, il était désirable, suivant lui, de régler cette affaire d’une manière amicale et permanente. Les terres de la couronne et du clergé devaient être vendues à la condition expresse du défrichement, et leur prix approprié au maintien des églises de toutes les sectes protestantes, eu égard à leur nombre si le gouvernement le jugeait convenable. La constitution de l’université du Haut-Canada devait être changée et le serment religieux aboli. La loi du jury devait être perfectionnée. On devait permettre aux deux Canadas d’avoir chacun un agent à Londres comme les autres colonies. S’il y avait des défauts sérieux dans les lois ou dans la constitution de ces deux provinces, les difficultés actuelles provenaient principalement d’une mauvaise administration. Malgré les perfectionnemens et les suggestions qu’il proposait, sans un système constitutionnel impartial et conciliatoire on ne devait pas attendre de repos. Enfin quant à la conduite de lord Dalhousie lui-même depuis le départ des agens touchant la destitution des officiers de milice et les poursuites pour libelle à l’instance du procureur-général, le comité ne pouvait s’empêcher d’appeler l’attention du gouvernement sur la pétition qui les concernait et de l’engager à faire faire une enquête sévère en donnant les instructions que demandaient la justice et la saine politique.

Ce document dressé avec beaucoup de précaution permettait ou plutôt laissait entrevoir beaucoup plus de concessions qu’il n’en accordait réellement. On y voyait évidemment un désir de satisfaire tout le monde ; mais la chose était fort difficile sinon impossible. On voulait conserver la prépondérance au parti anglais quoiqu’il fût dans une immense minorité et satisfaire en même temps les plaintes les plus justes des Canadiens. Le comité se montrait fort libéral en parole ; mais toutes faibles qu’étaient ses concessions, elles ne furent pas même sanctionnées par les communes. Le rapport ne fut ni adopté ni rejeté. Le nouveau ministre, sir George Murray, qui venait de remplacer M. Huskisson, promit d’en suivre les recommandations quand la chose serait possible. Ainsi tout en reconnaissant la réalité des griefs du peuple par des paroles qui ne liaient point le ministère, la métropole ne prenait aucun engagement solennel de les redresser, abandonnant ce soin à la discrétion du bureau colonial, dont les sympathies allaient être, sous des paroles plus douces et plus réservées, plus hostiles que jamais.

Dans une entrevue des agens canadiens avec sir George Murray quelques jours après, ce ministre leur dit qu’il regrettait de voir que lord Dalhousie eût perdu la confiance du Canada, colonie si importante pour l’Angleterre ; mais qu’il pouvait les assurer que l’on allait prendre des mesures pour faire cesser les difficultés qui troublaient le pays depuis si longtemps. Pour rendre le rétablissement de la paix plus facile, lord Dalhousie fut rappelé et nommé au commandement des Indes en remplacement de lord Combermere. Sa retraite était d’autant plus nécessaire que sa popularité était complètement perdue. Il n’aurait pu la reconquérir sans suivre une politique diamétralement opposée à celle qu’il avait tenue jusque-là, ce qui aurait rendu son administration méprisable. Ses rares partisans lui présentèrent une adresse louangeuse, et il partit chargé de l’imprécation des masses, imprécation due moins à son caractère qu’au vice du système qu’il avait trouvé établi et qu’il avait suivi avec plus de zèle que de sagesse et de justice.

Sir James Kempt, lieutenant-gouverneur de la Nouvelle-Écosse, vint le remplacer. C’était un homme plus réservé et plus adroit, qui dès son début voulut marcher sans faire alliance avec aucun parti et qui, comme tous les nouveaux gouverneurs, prit le timon de l’état entouré de l’espérance que donne toute nouvelle administration. Ainsi se termina la nouvelle phase, la nouvelle secousse qui venait d’exposer pour la seconde fois le vaisseau mal conduit de l’état. Tandis que l’agitation et la discorde divisaient encore les chefs, qui débattaient sur les moyens de le gouverner pour l’avantage du plus grand nombre, il suivait toujours sa route sur les flots du temps et s’élevait dans l’échelle des peuples.

Le parlement impérial en laissant en suspend le rapport du comité, abandonna, comme on l’a dit, la réparation des abus au bureau colonial lui-même, c’est-à-dire que rien n’était réglé et que les dissensions allaient bientôt reprendre leur cours. En effet, malgré les censures du comité, il y a lieu de croire que le ministère serait sorti victorieux de la lutte si on eût été aux voix et qu’il aurait eu pour lui une grande majorité. C’est ce résultat presque certain qui empêcha les amis des Canadiens d’insister davantage. Ils préférèrent sagement de s’en tenir aux promesses des ministres quelques vagues qu’elles fussent que de s’exposer à tout perdre. Car si la lutte eut été poussée à outrance, le premier discours de M. Huskisson annonçait déjà assez qu’il en aurait fait une question nationale, une question de race, et devant les préjugés anglais les Canadiens français auraient été sacrifiés sans hésitation.

  1. Le ministre trahit ici l’esprit du bureau colonial dans sa conduite envers les Canadiens français. Il ne peut dissimuler ses sentimens