éléments Wikidata

Livre:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome IV, 1852.djvu

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome IV, 1852.djvu
TitreHistoire du Canada, Tome IV
Sous-titredepuis sa découverte jusqu’à nos jours
VolumeIV
AuteurFrançois-Xavier Garneau Voir l'entité sur Wikidata
Maison d’éditionImprimerie N. Aubin
Lieu d’éditionQuébec
Année d’édition1852
BibliothèqueBAnQ
Fac-similésdjvu
AvancementTerminé
SérieIIIIIIIV

Pages


HISTOIRE
DU
CANADA
DEPUIS SA DÉCOUVERTE JUSQU’À NOS JOURS.
PAR
F. X. GARNEAU.


TOME QUATRIÈME.


QUÉBEC :
IMPRIMÉ PAR JOHN LOVELL, RUE DE LA MONTAGNE.

1852.


SOMMAIRES.

LIVRE TREIZIÈME.
CHAPITRE I.



Établissement d’un gouvernement représentatif. — Réunion de la législature. — Le parti anglais veut abolir l’usage de la langue française ; vives discussions à ce sujet. — Les Canadiens l’emportent. — La discussion est renouvelée lors de la considération des règles pour la régie intérieure de la chambre. — Violens débats ; discours de M. Bédard et autres. — Les anglificateurs sont encore défaits. — Travaux de la session ; projets de loi pour les pauvres, les chemins et les écoles. — Biens des Jésuites. — Subsides. — Justice. — Prorogation des chambres ; discours de sir Alured Clarke. — Lord Dorchester. — Il convoque les chambres. — Organisation de la milice. — Comptes publics. — Judicature. — Suspension de la loi de l’habeas corpus. — Association générale pour le soutien du gouvernement. — Troisième session. — Revenus et dépenses. — Fixation des charges ; rentes seigneuriales. — Voies publiques. — Monnaies. — Lord Dorchester remplacé par le général Prescott. — Session de 97. — Défection de MM. De Bonne et de Lotbinière. — Traité de commerce avec les États-Unis. — Émissaires français. — Les pouvoirs de l’exécutif sont rendus presque absolus ; ses terreurs. — Exécution de M. Law. — Sessions de 98 et 99. — Amélioration du régime des prisons. — Impôts, revenus publics. — Querelles entre le gouverneur et son conseil au sujet de la régie des terres. — Il est rappelé avec le juge Osgoode. — Sir Robert Shore Milnes convoque les chambres en 1800. — Nouvelle allusion aux principes de la révolution française ; motif de cette politique. — Proposition d’exclure le nommé Bouc de l’assemblée. — Le gouvernement s’empare des biens des Jésuites. 
 7

CHAPITRE II.



Élections de 1800. — Institution royale. — Principe de la taxation. — La nationalité canadienne. — Établissement du Canadien. — Affaire de la Chesapeake. — Situation de nos relations avec les États-Unis. — Premières difficultés avec cette république. — Arrivée de sir James Craig en Canada. — Ordre militaire. — Proclamation politique. — Ouverture des chambres. — Projet de loi pour exclure les juges de l’assemblée. — M. Bedard et autres officiers de milice cassés. — Ministère responsable. — Dissolution du Parlement. — Discours insultant de Craig. — Les idées du Canadien sur la constitution et la responsabilité ministérielle. — Subsides. — Agent à Londres. — Exclusion des juges de la chambre. — Dissolution subite du parlement. — Saisie du Canadien et emprisonnement de M. Bedard, Taschereau et Blanchet. — Proclamation du gouverneur. — Élection. — Ouverture des chambres. — Élargissement des prisonniers. — Affaires religieuses. — Entrevues de sir James Craig et de M. Plessis au sujet de l’église catholique. — Nomination des curés par le gouvernement. — Fin de l’administration de Craig. 
 39

LIVRE QUATORZIÈME
CHAPITRE I.



Sir George Prevost ; sa politique. — Situation des rapports entre l’Angleterre et les États-Unis. — Premières hostilités sur mer. — Le parti de la guerre l’emporte à Washington. — La guerre est déclarée. — L’Angleterre adopte un système défensif. — Forces des États-Unis. — Organisation de la défense du Canada. — Zèle du clergé catholique. — M. Plessis travaille à faire reconnaître officiellement le catholicisme par le gouvernement. — Mission secrète de John Henry aux États-Unis et son résultat. — Mouvement des forces américaines. — Le général Hull envahit le Canada et puis se retire. — Divers escarmouches et combats. — Le général Brock fait prisonnier le général Hull avec ses soldats. — Van Rensalaer envahit le Canada. — Combat de Queenston ; mort du général Brock. — Défaite de l’ennemi. — Nouvelle et inutile invasion du Canada par le général Smith. — Le général Dearborn fait mine d’attaquer le Bas-Canada, puis se retire. — Événemens sur mer. — Session du parlement. — Il élève les droits de douane pour faire face aux dépenses de la guerre 
 79

CHAPITRE II.



Campagne de 1813 — Opérations sur les lacs Érié, Ontario et Champlain. — Combats de French town et du fort Meigs. — Attaque de Sandusky. — Combat naval de Put-in-Bay. — Bataille de Thames. — Destruction des Criques. — Prise de Toronto. — Le colonel Harvey surprend les Américains à Burlington. — Black Rock est brûlé. — Batailles des Chrystlers Farm et de Châteauguay. — Retraite des armées américaines. — Surprise du fort Niagara. Lewiston, Manchester brûlés. — Opérations sur mer. — Travaux du parlement à Québec. — Le juge Sewell accusé va se justifier à Londres. — Il suggère l’union de toutes les colonies. — Campagne du fort Érié. — Défaite de Drummond. — Expédition de Pittsburgh. — Attaque des côtes des États-Unis. — Washington pris et le capitole brûlé. — Bataille de la Nouvelle-Orléans. — Cessation des hostilités. — Traité de Gund. — Réunion des chambres. — Sir G. Prevost accusé pour sa conduite à Pittsburgh, remet les rênes du gouvernement et passe en Angleterre. — Sa mort. — Réhabilitation de sa mémoire. 
 99

LIVRE QUINZIÈME
CHAPITRE I.



Les dissensions entre la chambre et l’exécutif recommencent après la guerre. — Union des colonies anglaises. — Le général Drummond. — Abus dans le bureau des terres et des postes. — Rejet des accusations contre les juges Sewell et Monk. — Dissolution du parlement. — Sir John Coape Sherbrooke gouverneur. — Il transmet aux ministres un tableau de l’état des esprits en Canada. — Instructions qu’il reçoit. — Le clergé catholique : M. Plessis. — Le juge Sewell. — MM. Uniacke et Marshall. — Situation des finances. — Leur confusion. — Dépenses faites sans appropriation. — Instructions de lord Bathurst. — Droit de voter les subsides. — Le juge Foucher accusé. — Le duc de Richmond remplace Sherbrooke. — Reprise de la question des finances. — Liste civile augmentée demandée pour la vie du roi. — Elle est refusée. — Le juge Bedard accusé. — Mort soudaine du duc de Richmond. — Dissolution du parlement. — Le comte de Dalhousie gouverneur. — M. Plessis à Londres. — Ses entrevues avec lord Bathurst. — Les discussions sur la question des finances continuent. — M. Papineau nommé au conseil exécutif. — Refus des subsides. — Division dans le conseil législatif. — Partage des droits de douane avec le Haut-Canada. 
 135

CHAPITRE II.



L’union des deux Canadas désirée par les Anglais de Montréal. — Ellice est leur agent. — Histoire de la fortune de ce marchand. — Le bill d’union amené secrètement devant le parlement impérial. — Parker donne l’alarme. — Sir James Macintosh et sir Francis Burdett avertis arrêtent le Bill dans la chambre des communes. — Nature de ce bill. — Il est ajourné. — Sensation que la nouvelle de son introduction dans le parlement fait dans les deux Canadas. — Pétitions contre : M.M. Papineau et Neilson députés à Londres. Habile mémoire qu’ils présentent au gouvernement. — Les ministres abandonnent la mesure. — Paroles d’Ellice à M. Papineau. — Appréciation d’Ellice par sir James Macintosh. — Opinion de sir Francis Burdett sur l’union. — Entrevues de M. Papineau avec lord Bathurst. — Opinion des hommes d’état sur la durée de l’union des États-Unis. — Montant de la défalcation de Caldwell. — Affaires religieuses. — Lord Dalhousie passe en Angleterre et revient à Québec. — Refus des subsides. — Discours insultant de ce gouverneur en prorogeant le parlement. 
 167

CHAPITRE III.



Nouvelle crise. — Adresse de M. Papineau et d’une partie des membres de la chambre à leurs commettans en réponse au discours prononcé par le gouverneur en ajournant la session. — Assemblées publiques. — Destitutions dans la milice. — La presse. — Élections. — Réunion du parlement. — Le gouverneur désapprouve le choix de M. Papineau comme président de l’assemblée. — Le parlement est prorogé. — Adresses des partisans de lord Dalhousie au roi. — Assemblées publiques dans toutes les parties du pays. — Adresses au roi et aux deux chambres du parlement impérial. — M. Waller rédacteur du Spectateur arrêté deux fois. — MM. Neilson, Viger et Cuvillier députés à Londres avec les adresses des Canadiens. — M. Gale avec celles du parti opposé. — Affaires du Canada devant le parlement impérial. Discours de MM. Huskisson, Labouchère, sir James Macintosh, Hume, Wilmot, Stanley dans les communes. — Les adresses sont renvoyées à un comité. — Rapport du comité. — M. Huskisson est remplacé dans le ministère des colonies par sir George Murray. — Le rapport du comité n’est ni rejeté ni adopté. — Sir George Murray annonce aux députés canadiens qu’on va prendre des mesures pour faire cesser les difficultés. — Sir James Kempt remplace Lord Dalhousie en Canada. 
 183

LIVRE SEIZIÈME
CHAPITRE I.



Espoir trompeur que le rapport du comité de la chambre des communes fait naître en Canada. — Instructions de sir James Kempt. — La presse canadienne devient plus modérée. — Ouverture des chambres. — Décision des ministres sur la question des subsides et autres points mineurs. — Les espérances de l’assemblée s’évanouissent. — Résolutions qu’elle adopte. — Nouvelles adresses à l’Angleterre. — Travaux de la session. — Session de 1830. — Réponse des ministres aux dernières adresses. — Résolutions sur les ordonnances de milice et les subsides. — Conseils législatif et exécutif. — Opinion de sir James Kempt à leur sujet. — Sensation qu’elle produit. — Assemblée de St.-Charles. — Sir James Kempt, qui a demandé son rappel, est remplacé par lord Aylmer. — Le procureur-général Stuart suspendu. — Concessions et réformes proposées par Lord Goderich. — Appel nominal de la chambre. — Elles sont refusées. — Faute de l’assemblée en cette occasion. — Lord Aylmer très affecté. — Les juges Kerr et Fletcher accusés. — Le Parlement impérial change l’acte constitutionnel pour abandonner tous les revenus du Canada au contrôle de sa législature. — Session de 1831-2. — Nouvelles dépêches de Lord Goderich. — Indépendance des juges. — Terres de la couronne et réserves du clergé. — Bureau des postes. — Fin de la session. — Regret de Lord Aylmer de voir les concessions de Lord Goderich si mal accueillies. — Émeute du 21 mai à Montréal. — Le choléra en Canada : ses terribles ravages. — Assemblée des Canadiens à St.-Charles, des Anglais à Montréal. — Réponse des ministres touchant le juge Kerr et l’indépendance des juges. — Retour des ministres à une politique rétrograde. — Adresse au roi pour le prier de rendre le conseil législatif électif. — Résolutions contre l’annexion de Montréal au Haut-Canada. — Le procureur-général Stuart et le juge Kerr destitués. — Adresse du conseil législatif au roi. — Double vote de son président. — Townships de l’est. — Session de 1834. — Dépêches de lord Stanley sur divers sujets. — Considération de l’état de la province. — Les 92 résolutions. — Lord Aylmer accusé. — Adresse du conseil législatif. — Prorogation. 
 207

CHAPITRE II.



Effet des 92 résolutions en Angleterre. — Une partie des townships de l’est se rallie à la chambre d’assemblée. — Comité nommé dans les communes sur nos affaires. — Débats. — Une partie du ministère anglais résigne. — M.Stanley est remplacé aux colonies par M. Rice et plus tard par lord Aberdeen. — Comités de district en Canada. — Nouvelles pétitions. — Lettre de M. Roebuck. — Nouveaux débats dans la chambre des communes. — Dissolution du parlement canadien. — Associations constitutionnelles. — Rapprochement entre les libéraux du Haut et du Bas-Canada. — Le parlement s’assemble à Québec. — Nouvelle adresse à l’Angleterre. — Une nouvelle section de la majorité se détache de M. Papineau. — Dépêches de lord Aberdeen. — Ministère de sir Robert Peel. — Trois commissaires envoyés en Canada. — Lord Gosford remplace lord Aylmer. — Chambre des lords. Ouverture du parlement canadien. — Discours de Lord Gosford. — La chambre persiste dans la voie qu’elle a prise, en votant 6 mois de subsides qui sont refusés. — Le parlement est prorogé et convoqué de nouveau. — Les autres colonies qui devaient faire cause commune avec le Bas-Canada l’abandonnent et acceptent les propositions de l’Angleterre. — Rapport des commissaires. — La conduite du ministère approuvée. — Les assemblées continuent en Canada. — Langage des journaux. — Agitation dans les campagnes. — Bandes d’hommes armés. — M. Papineau descend jusqu’à Kamouraska. — Opinion réelle de la masse des habitans. — Nouvelle session du parlement aussi inutile que les autres. — Nouvelle adresse au parlement impérial. — Magistrats et officiers de milice destitués. — Associations secrètes à Québec et à Montréal, où l’on résout de prendre les armes. — Démonstrations en faveur du gouvernement. — Assemblée des six comtés. — Mandement de l’évêque de Montréal. — Le gouvernement fait des armemens. — Troubles à Montréal. — Mandats d’arrestation lancés. — Les troupes battues à St.-Denis ; victorieuses à St.-Charles. — La loi martiale proclamée. — Plusieurs membres invitent inutilement le gouverneur à réunir immédiatement les chambres. — Affaire de St.-Eustache. — L’insurrection supprimée. — Troubles dans le Haut-Canada. — Résignation de Lord Gosford. — Débats dans les communes. — Les ministres promettent de soumettre l’insurrection par les armes. 
 241

CHAPITRE III.



Effet des troubles de 1837 en Angleterre, en France et dans les États-Unis. — Mesures du parlement impérial. — Débats dans les deux chambres. — Suspension de la constitution. — Lord Durham nommé gouverneur. — Son arrivée à Québec ; train royal qu’il mène. — Sa proclamation au peuple. — Il organise son conseil. — Les accusés politiques sont amnistiés ou éloignés temporairement. — M. Wakefield député secrètement vers M. Papineau, et quelques autres chefs. — Attitude des partis. — Lord Durham dans le Haut-Canada. — Il y rallie la majorité à son plan d’union. — Réunion des gouverneurs des provinces du golfe à Québec. — L’ordonnance d’amnistie qui exile quelques accusés à la Bermude, est désavouée en Angleterre. — Lord Durham résigne son gouvernement. — Adresses qu’il reçoit et ses réponses. Il s’embarque pour l’Europe. — Sir John Colborne lui succède. — Une nouvelle insurrection s’organise dans la Rivière Chambly et est abandonnée. — Colborne y marche avec 7 à 8000 hommes. — Il incendie le pays. — Arrestations nombreuses. — Procès des accusés. — 89 sont condamnés à mort et 13 exécutés. — 47 sont exilés. — Rapport de lord Durham. — Le bill d’union introduit dans le parlement impérial. — Il est ajourné à l’année suivante. — M. Poulett Thomson gouverneur. — Il arrive à Québec. — Il monte dans le Haut-Canada et y convoque les chambres. Il leur fait agréer les conditions du bill d’union, qui est enfin passé malgré les pétitions du Bas-Canada et l’opposition du duc de Wellington et de Lord Gosford. — L’union proclamée en Canada. — Remarques générales. — Population et autres renseignemens statistiques du Bas-Canada au temps de l’union. Conclusion. 
 285