éléments Wikidata

Livre:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome IV, 1852.djvu

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome IV, 1852.djvu
TitreHistoire du Canada, Tome IV
Sous-titredepuis sa découverte jusqu’à nos jours
VolumeIV
AuteurFrançois-Xavier Garneau Voir et modifier les données sur Wikidata
Maison d’éditionImprimerie N. Aubin
Lieu d’éditionQuébec
Année d’édition1852
BibliothèqueBAnQ
Fac-similésdjvu
AvancementTerminé
SérieIIIIIIIV

Pages

Logo BAnQ noir.svg BIBLIOTHÈQUE
ET ARCHIVES
NATIONALES
DU QUÉBEC
Notez que la numérisation des documents provenant de BAnQ ne contient généralement aucune page sans texte ou annotation, ce qui peut expliquer les différents sauts de pages dans la présentation de certains documents.

007 008 009 010 011 012 013 014 015 016 017 018 019 020 021 022 023 024 025 026 027 028 029 030 031 032 033 034 035 036 037 038 039 040 041 042 043 044 045 046 047 048 049 050 051 052 053 054 055 056 057 058 059 060 061 062 063 064 065 066 067 068 069 070 071 072 073 074 075 076 077 078 079 080 081 082 083 084 085 086 087 088 089 090 091 092 093 094 095 096 097 098 099 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 tdm tdm tdm tdm tdm tdm tdm err


HISTOIRE
DU
CANADA
DEPUIS SA DÉCOUVERTE JUSQU’À NOS JOURS.
PAR
F. X. GARNEAU.


TOME QUATRIÈME.


QUÉBEC :
IMPRIMÉ PAR JOHN LOVELL, RUE DE LA MONTAGNE.

1852.


SOMMAIRES.

LIVRE TREIZIÈME.
CHAPITRE I.



Établissement d’un gouvernement représentatif. — Réunion de la législature. — Le parti anglais veut abolir l’usage de la langue française ; vives discussions à ce sujet. — Les Canadiens l’emportent. — La discussion est renouvelée lors de la considération des règles pour la régie intérieure de la chambre. — Violens débats ; discours de M. Bédard et autres. — Les anglificateurs sont encore défaits. — Travaux de la session ; projets de loi pour les pauvres, les chemins et les écoles. — Biens des Jésuites. — Subsides. — Justice. — Prorogation des chambres ; discours de sir Alured Clarke. — Lord Dorchester. — Il convoque les chambres. — Organisation de la milice. — Comptes publics. — Judicature. — Suspension de la loi de l’habeas corpus. — Association générale pour le soutien du gouvernement. — Troisième session. — Revenus et dépenses. — Fixation des charges ; rentes seigneuriales. — Voies publiques. — Monnaies. — Lord Dorchester remplacé par le général Prescott. — Session de 97. — Défection de MM. De Bonne et de Lotbinière. — Traité de commerce avec les États-Unis. — Émissaires français. — Les pouvoirs de l’exécutif sont rendus presque absolus ; ses terreurs. — Exécution de M. Law. — Sessions de 98 et 99. — Amélioration du régime des prisons. — Impôts, revenus publics. — Querelles entre le gouverneur et son conseil au sujet de la régie des terres. — Il est rappelé avec le juge Osgoode. — Sir Robert Shore Milnes convoque les chambres en 1800. — Nouvelle allusion aux principes de la révolution française ; motif de cette politique. — Proposition d’exclure le nommé Bouc de l’assemblée. — Le gouvernement s’empare des biens des Jésuites. 
 7

CHAPITRE II.



Élections de 1800. — Institution royale. — Principe de la taxation. — La nationalité canadienne. — Établissement du Canadien. — Affaire de la Chesapeake. — Situation de nos relations avec les États-Unis. — Premières difficultés avec cette république. — Arrivée de sir James Craig en Canada. — Ordre militaire. — Proclamation politique. — Ouverture des chambres. — Projet de loi pour exclure les juges de l’assemblée. — M. Bedard et autres officiers de milice cassés. — Ministère responsable. — Dissolution du Parlement. — Discours insultant de Craig. — Les idées du Canadien sur la constitution et la responsabilité ministérielle. — Subsides. — Agent à Londres. — Exclusion des juges de la chambre. — Dissolution subite du parlement. — Saisie du Canadien et emprisonnement de M. Bedard, Taschereau et Blanchet. — Proclamation du gouverneur. — Élection. — Ouverture des chambres. — Élargissement des prisonniers. — Affaires religieuses. — Entrevues de sir James Craig et de M. Plessis au sujet de l’église catholique. — Nomination des curés par le gouvernement. — Fin de l’administration de Craig. 
 39

LIVRE QUATORZIÈME
CHAPITRE I.



Sir George Prevost ; sa politique. — Situation des rapports entre l’Angleterre et les États-Unis. — Premières hostilités sur mer. — Le parti de la guerre l’emporte à Washington. — La guerre est déclarée. — L’Angleterre adopte un système défensif. — Forces des États-Unis. — Organisation de la défense du Canada. — Zèle du clergé catholique. — M. Plessis travaille à faire reconnaître officiellement le catholicisme par le gouvernement. — Mission secrète de John Henry aux États-Unis et son résultat. — Mouvement des forces américaines. — Le général Hull envahit le Canada et puis se retire. — Divers escarmouches et combats. — Le général Brock fait prisonnier le général Hull avec ses soldats. — Van Rensalaer envahit le Canada. — Combat de Queenston ; mort du général Brock. — Défaite de l’ennemi. — Nouvelle et inutile invasion du Canada par le général Smith. — Le général Dearborn fait mine d’attaquer le Bas-Canada, puis se retire. — Événemens sur mer. — Session du parlement. — Il élève les droits de douane pour faire face aux dépenses de la guerre 
 79

CHAPITRE II.



Campagne de 1813 — Opérations sur les lacs Érié, Ontario et Champlain. — Combats de French town et du fort Meigs. — Attaque de Sandusky. — Combat naval de Put-in-Bay. — Bataille de Thames. — Destruction des Criques. — Prise de Toronto. — Le colonel Harvey surprend les Américains à Burlington. — Black Rock est brûlé. — Batailles des Chrystlers Farm et de Châteauguay. — Retraite des armées américaines. — Surprise du fort Niagara. Lewiston, Manchester brûlés. — Opérations sur mer. — Travaux du parlement à Québec. — Le juge Sewell accusé va se justifier à Londres. — Il suggère l’union de toutes les colonies. — Campagne du fort Érié. — Défaite de Drummond. — Expédition de Pittsburgh. — Attaque des côtes des États-Unis. — Washington pris et le capitole brûlé. — Bataille de la Nouvelle-Orléans. — Cessation des hostilités. — Traité de Gund. — Réunion des chambres. — Sir G. Prevost accusé pour sa conduite à Pittsburgh, remet les rênes du gouvernement et passe en Angleterre. — Sa mort. — Réhabilitation de sa mémoire. 
 99

LIVRE QUINZIÈME
CHAPITRE I.



Les dissensions entre la chambre et l’exécutif recommencent après la guerre. — Union des colonies anglaises. — Le général Drummond. — Abus dans le bureau des terres et des postes. — Rejet des accusations contre les juges Sewell et Monk. — Dissolution du parlement. — Sir John Coape Sherbrooke gouverneur. — Il transmet aux ministres un tableau de l’état des esprits en Canada. — Instructions qu’il reçoit. — Le clergé catholique : M. Plessis. — Le juge Sewell. — MM. Uniacke et Marshall. — Situation des finances. — Leur confusion. — Dépenses faites sans appropriation. — Instructions de lord Bathurst. — Droit de voter les subsides. — Le juge Foucher accusé. — Le duc de Richmond remplace Sherbrooke. — Reprise de la question des finances. — Liste civile augmentée demandée pour la vie du roi. — Elle est refusée. — Le juge Bedard accusé. — Mort soudaine du duc de Richmond. — Dissolution du parlement. — Le comte de Dalhousie gouverneur. — M. Plessis à Londres. — Ses entrevues avec lord Bathurst. — Les discussions sur la question des finances continuent. — M. Papineau nommé au conseil exécutif. — Refus des subsides. — Division dans le conseil législatif. — Partage des droits de douane avec le Haut-Canada. 
 135

CHAPITRE II.



L’union des deux Canadas désirée par les Anglais de Montréal. — Ellice est leur agent. — Histoire de la fortune de ce marchand. — Le bill d’union amené secrètement devant le parlement impérial. — Parker donne l’alarme. — Sir James Macintosh et sir Francis Burdett avertis arrêtent le Bill dans la chambre des communes. — Nature de ce bill. — Il est ajourné. — Sensation que la nouvelle de son introduction dans le parlement fait dans les deux Canadas. — Pétitions contre : M.M. Papineau et Neilson députés à Londres. Habile mémoire qu’ils présentent au gouvernement. — Les ministres abandonnent la mesure. — Paroles d’Ellice à M. Papineau. — Appréciation d’Ellice par sir James Macintosh. — Opinion de sir Francis Burdett sur l’union. — Entrevues de M. Papineau avec lord Bathurst. — Opinion des hommes d’état sur la durée de l’union des États-Unis. — Montant de la défalcation de Caldwell. — Affaires religieuses. — Lord Dalhousie passe en Angleterre et revient à Québec. — Refus des subsides. — Discours insultant de ce gouverneur en prorogeant le parlement. 
 167

CHAPITRE III.



Nouvelle crise. — Adresse de M. Papineau et d’une partie des membres de la chambre à leurs commettans en réponse au discours prononcé par le gouverneur en ajournant la session. — Assemblées publiques. — Destitutions dans la milice. — La presse. — Élections. — Réunion du parlement. — Le gouverneur désapprouve le choix de M. Papineau comme président de l’assemblée. — Le parlement est prorogé. — Adresses des partisans de lord Dalhousie au roi. — Assemblées publiques dans toutes les parties du pays. — Adresses au roi et aux deux chambres du parlement impérial. — M. Waller rédacteur du Spectateur arrêté deux fois. — MM. Neilson, Viger et Cuvillier députés à Londres avec les adresses des Canadiens. — M. Gale avec celles du parti opposé. — Affaires du Canada devant le parlement impérial. Discours de MM. Huskisson, Labouchère, sir James Macintosh, Hume, Wilmot, Stanley dans les communes. — Les adresses sont renvoyées à un comité. — Rapport du comité. — M. Huskisson est remplacé dans le ministère des colonies par sir George Murray. — Le rapport du comité n’est ni rejeté ni adopté. — Sir George Murray annonce aux députés canadiens qu’on va prendre des mesures pour faire cesser les difficultés. — Sir James Kempt remplace Lord Dalhousie en Canada. 
 183

LIVRE SEIZIÈME
CHAPITRE I.



Espoir trompeur que le rapport du comité de la chambre des communes fait naître en Canada. — Instructions de sir James Kempt. — La presse canadienne devient plus modérée. — Ouverture des chambres. — Décision des ministres sur la question des subsides et autres points mineurs. — Les espérances de l’assemblée s’évanouissent. — Résolutions qu’elle adopte. — Nouvelles adresses à l’Angleterre. — Travaux de la session. — Session de 1830. — Réponse des ministres aux dernières adresses. — Résolutions sur les ordonnances de milice et les subsides. — Conseils législatif et exécutif. — Opinion de sir James Kempt à leur sujet. — Sensation qu’elle produit. — Assemblée de St.-Charles. — Sir James Kempt, qui a demandé son rappel, est remplacé par lord Aylmer. — Le procureur-général Stuart suspendu. — Concessions et réformes proposées par Lord Goderich. — Appel nominal de la chambre. — Elles sont refusées. — Faute de l’assemblée en cette occasion. — Lord Aylmer très affecté. — Les juges Kerr et Fletcher accusés. — Le Parlement impérial change l’acte constitutionnel pour abandonner tous les revenus du Canada au contrôle de sa législature. — Session de 1831-2. — Nouvelles dépêches de Lord Goderich. — Indépendance des juges. — Terres de la couronne et réserves du clergé. — Bureau des postes. — Fin de la session. — Regret de Lord Aylmer de voir les concessions de Lord Goderich si mal accueillies. — Émeute du 21 mai à Montréal. — Le choléra en Canada : ses terribles ravages. — Assemblée des Canadiens à St.-Charles, des Anglais à Montréal. — Réponse des ministres touchant le juge Kerr et l’indépendance des juges. — Retour des ministres à une politique rétrograde. — Adresse au roi pour le prier de rendre le conseil législatif électif. — Résolutions contre l’annexion de Montréal au Haut-Canada. — Le procureur-général Stuart et le juge Kerr destitués. — Adresse du conseil législatif au roi. — Double vote de son président. — Townships de l’est. — Session de 1834. — Dépêches de lord Stanley sur divers sujets. — Considération de l’état de la province. — Les 92 résolutions. — Lord Aylmer accusé. — Adresse du conseil législatif. — Prorogation. 
 207

CHAPITRE II.



Effet des 92 résolutions en Angleterre. — Une partie des townships de l’est se rallie à la chambre d’assemblée. — Comité nommé dans les communes sur nos affaires. — Débats. — Une partie du ministère anglais résigne. — M.Stanley est remplacé aux colonies par M. Rice et plus tard par lord Aberdeen. — Comités de district en Canada. — Nouvelles pétitions. — Lettre de M. Roebuck. — Nouveaux débats dans la chambre des communes. — Dissolution du parlement canadien. — Associations constitutionnelles. — Rapprochement entre les libéraux du Haut et du Bas-Canada. — Le parlement s’assemble à Québec. — Nouvelle adresse à l’Angleterre. — Une nouvelle section de la majorité se détache de M. Papineau. — Dépêches de lord Aberdeen. — Ministère de sir Robert Peel. — Trois commissaires envoyés en Canada. — Lord Gosford remplace lord Aylmer. — Chambre des lords. Ouverture du parlement canadien. — Discours de Lord Gosford. — La chambre persiste dans la voie qu’elle a prise, en votant 6 mois de subsides qui sont refusés. — Le parlement est prorogé et convoqué de nouveau. — Les autres colonies qui devaient faire cause commune avec le Bas-Canada l’abandonnent et acceptent les propositions de l’Angleterre. — Rapport des commissaires. — La conduite du ministère approuvée. — Les assemblées continuent en Canada. — Langage des journaux. — Agitation dans les campagnes. — Bandes d’hommes armés. — M. Papineau descend jusqu’à Kamouraska. — Opinion réelle de la masse des habitans. — Nouvelle session du parlement aussi inutile que les autres. — Nouvelle adresse au parlement impérial. — Magistrats et officiers de milice destitués. — Associations secrètes à Québec et à Montréal, où l’on résout de prendre les armes. — Démonstrations en faveur du gouvernement. — Assemblée des six comtés. — Mandement de l’évêque de Montréal. — Le gouvernement fait des armemens. — Troubles à Montréal. — Mandats d’arrestation lancés. — Les troupes battues à St.-Denis ; victorieuses à St.-Charles. — La loi martiale proclamée. — Plusieurs membres invitent inutilement le gouverneur à réunir immédiatement les chambres. — Affaire de St.-Eustache. — L’insurrection supprimée. — Troubles dans le Haut-Canada. — Résignation de Lord Gosford. — Débats dans les communes. — Les ministres promettent de soumettre l’insurrection par les armes. 
 241

CHAPITRE III.



Effet des troubles de 1837 en Angleterre, en France et dans les États-Unis. — Mesures du parlement impérial. — Débats dans les deux chambres. — Suspension de la constitution. — Lord Durham nommé gouverneur. — Son arrivée à Québec ; train royal qu’il mène. — Sa proclamation au peuple. — Il organise son conseil. — Les accusés politiques sont amnistiés ou éloignés temporairement. — M. Wakefield député secrètement vers M. Papineau, et quelques autres chefs. — Attitude des partis. — Lord Durham dans le Haut-Canada. — Il y rallie la majorité à son plan d’union. — Réunion des gouverneurs des provinces du golfe à Québec. — L’ordonnance d’amnistie qui exile quelques accusés à la Bermude, est désavouée en Angleterre. — Lord Durham résigne son gouvernement. — Adresses qu’il reçoit et ses réponses. Il s’embarque pour l’Europe. — Sir John Colborne lui succède. — Une nouvelle insurrection s’organise dans la Rivière Chambly et est abandonnée. — Colborne y marche avec 7 à 8000 hommes. — Il incendie le pays. — Arrestations nombreuses. — Procès des accusés. — 89 sont condamnés à mort et 13 exécutés. — 47 sont exilés. — Rapport de lord Durham. — Le bill d’union introduit dans le parlement impérial. — Il est ajourné à l’année suivante. — M. Poulett Thomson gouverneur. — Il arrive à Québec. — Il monte dans le Haut-Canada et y convoque les chambres. Il leur fait agréer les conditions du bill d’union, qui est enfin passé malgré les pétitions du Bas-Canada et l’opposition du duc de Wellington et de Lord Gosford. — L’union proclamée en Canada. — Remarques générales. — Population et autres renseignemens statistiques du Bas-Canada au temps de l’union. Conclusion. 
 285