Histoire du Canada (Garneau)/Tome II/Livre V/Chapitre I

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Imprimerie N. Aubin (IIp. 1-47).

LIVRE V.


CHAPITRE I.




COLONIES ANGLAISES.

1690.



Objet de ce chapitre. — Les persécutions politiques et religieuses fondent et peuplent les colonies anglaises, qui deviennent en peu de temps très puissante. — Caractère anglais dérivant de la fusion des races normande et saxonne. Institutions libres importées dans le Nouveau-Monde, fruit des progrès de l’époque. — La Virginie et la Nouvelle-Angleterre. — Colonie de Jamestown (1607). — Colonie de New-Plymouth et gouvernement qu’elle se donne (1620). — Immensité de l’émigration. — L’Angleterre s’en alarme. — La bonne politique prévaut dans ses conseils, et elle laisse continuer l’émigration. — New-Plymouth passe entre les mains du roi par la désolation de la compagnie. — Commission des plantations établie ; opposition qu’elle suscite dans les colonies : elle s’éteint sans rien faire. — Établissement du Maryland (1632) et de plusieurs autres colonies. — Leurs diverses formes de gouvernement : gouvernemens à charte, gouvernemens royaux, gouvernemens de propriétaires. — Confédération de la Nouvelle-Angleterre. — Sa quasi-indépendance de la métropole. — Population et territoire des établissemens anglais en 1690. — Ils jouissent de la liberté du commerce. — Jalousie de l’Angleterre : actes du parlement impérial, et notamment l’acte de navigation passés pour restreindre cette liberté. — Opposition générale des colonies ; doctrines du Massachusetts à ce sujet. — M. Randolph envoyé par l’Angleterre pour faire exécuter ses lois de commerce ; elle le nomme percepteur général des douanes. — Négoce étendu que faisaient déjà les colons. — Les rapports et les calomnies de Randolph servent de prétextes pour révoquer les chartes de la Nouvelle-Angleterre. — Ressemblance de caractère entre Randolph et lord Sydenham. — Révolution de 1690. — Gouvernement. — Lois. — Éducation. — Industrie. — Différence entre le colon d’alors et le colon d’aujourd’hui, le colon français et le colon anglais.


Le Canada n’avait pas été actuellement en guerre avec les Anglais depuis le traité de St.-Germain-en-Laye en 1632. À cette époque reculée, où les colonies de l’Amérique septentrionale naissaient à peine, les combattans étaient tous des Européens, qui se disputaient des lambeaux du continent dû au génie de Colomb. Aucun d’eux n’avait pris les armes pour défendre le sol de sa vraie patrie ; la terre qu’ils foulaient était encore à leurs yeux une terre étrangère. Mais en 1689 les choses avaient déjà changé. Il y avait alors des Canadiens, il y avait des Américains, il y avait une patrie, ce mot si magique pour le soldat. Et chose remarquable, les Européens laissèrent pour ainsi dire le champ libre à ces nouveaux hommes, qui essayèrent leur force et leur courage les uns contre les autres, et déployèrent dans la lutte cette même ardeur et cette haine nationale dont leurs mères-patries respectives donnaient le douloureux spectacle depuis des siècles dans l’ancien monde.

Nous savons quel développement avait pris en 1689 le Canada en population, en industrie et en richesses. Pour bien apprécier les moyens relatifs des parties belligérantes, et les dangers de la guerre pour ce pays, il est nécessaire de posséder la même connaissance relativement aux colonies anglaises, qui forment aujourd’hui une des premières nations du monde.

Après les tentatives infructueuses de colonisation dont il a été dit quelques mots dans une autre partie de cet ouvrage, l’Angleterre cessa de s’occuper de l’Amérique, qu’elle ne fréquenta plus que par ses pêcheurs et ses baleiniers. La France montra plus de persévérance, elle s’obstina dans son entreprise jusqu’à ce qu’elle eût réussi à s’établir en Acadie et en Canada d’une manière permanente.

Mais à peu près dans le temps où elle s’était assurée un pied solide dans le Nouveau-Monde, des guerres politiques et religieuses vinrent bouleverser l’Angleterre, et rejeter hors de son sein une population formée par les débris des partis vaincus, qui, tour à tour opprimés par le vainqueur, abandonnèrent leur patrie pour aller s’en créer une nouvelle ailleurs. Ils fondèrent la Virginie, New-Plymouth, le Massachusetts et bien d’autres provinces. La bigoterie et un zèle aveugle régnaient parmi toutes les sectes chrétiennes. Chacun niait à son voisin ce que tous les hommes avaient droit de posséder, la liberté de conscience. C’est à cela que l’on doit attribuer, sinon l’établissement, du moins l’état florissant de l’Amérique aujourd’hui.[1] La cause première de cette émigration involontaire subsistant toujours, ces nouvelles colonies se peuplèrent rapidement et surpassèrent bientôt celles de la France.

Ensuite, le génie commerçant de l’Angleterre, qui commençait à se déployer à la faveur de la liberté, favorisa l’accroissement de ces mêmes possessions lointaines. Ce fut un bonheur pour celles-ci que cette nouvelle direction donnée à l’esprit national ; elles en profitèrent plus que leur mère-patrie elle-même.

La race saxonne, agreste et engourdie, observe un écrivain, aurait fait peu de bruit dans le tournoi des peuples, si des myriades de Normands, de Poitevins et d’autres Français de toutes les provinces, ne fussent venus la réveiller rudement à la suite de Guillaume-le-Conquérant. De cette époque et de la fusion graduelle des deux races, datent les progrès qui se sont manifestés successivement dans le génie, les institutions et la puissance de l’Angleterre. L’audace, l’activité et la rapacité normandes ont fécondé la vieille torpeur saxonne. Des excès de la tyrannie organisée par la conquête et des résistances féodales sont nées les alliances des intérêts lésés, et de ces alliances tout le système municipal et parlementaire de la Grande-Bretagne.[2] Les colons américains importèrent avec eux, comme un dépôt sacré, ce système municipal et parlementaire, première cause de leurs succès futurs.

L’époque de l’établissement de l’Amérique septentrionale est remarquable par la révolution qui s’opérait dans les esprits chez toutes les nations et particulièrement en Angleterre, où le peuple, ne se contentant pas de vaines théories, réclamait la mise en pratique de ces grands principes sociaux, que la marche de la civilisation et les doctrines chrétiennes commençaient à développer aux yeux de la multitude. Ce peuple fut le premier qui posséda, dans son parlement, l’arme nécessaire pour lutter avec avantage contre le despotisme. Jacques I donnait le nom de rois[3] aux membres des Communes, à ceux même que Henri VIII avait traités de brutes, tant s’était accrue déjà leur puissance. Les principes de la liberté, les droits de l’homme, la nature et l’objet d’un gouvernement, étaient des questions qui occupaient tous les esprits, et qui se discutaient jusque dans le village le plus reculé du pays avec une extrême chaleur. Mais faute d’habitude on abusa, comme cela arrive toujours là où la liberté ne fait que de naître, de cette même liberté pour laquelle on combattait ; et le vainqueur la refusa au vaincu, qui fut poursuivi, persécuté, proscrit. Les querelles de religion se mêlant à celles de la politique, fournirent de nouveaux alimens à l’incendie dans lequel disparurent les restes de l’Église de Rome et le trône. Les puritains prétendaient vouloir la liberté religieuse et la liberté politique, et cependant, durant leur domination sous Cromwell, ils se montrèrent plus exclusifs et plus persécuteurs que les royalistes qu’ils avaient renversés. Mais les principes survivent à ceux qui en abusent ; et les nouvelles idées fructifièrent en Amérique, où les portèrent ces mêmes puritains déchus. La réaction qui eut lieu en Angleterre après la mort du Protecteur, les priva de toute autorité, et les livra à la vengeance d’un vainqueur irrité également contre les maximes religieuses et contre les maximes politiques qu’ils avaient invoquées indistinctement pour opérer la révolution qui avait amené Charles I à l’échafaud et l’établissement d’une république. Les plus zélés et les plus compromis durent alors chercher à se soustraire à un gouvernement auquel leurs idées ne pouvaient jamais leur permettre de se rallier, et ils émigrèrent sur les rives du Nouveau-Monde, emportant avec eux leurs principes et ces institutions libres dans lesquelles ils avaient converti des maximes générales en vérités pratiques. Le droit de représentation, l’institution précieuse du jury, le vote des subsides par le peuple, et plusieurs autres priviléges essentiels à la liberté du citoyen, furent des dogmes qu’ils y transplantèrent, qui servirent de base à leur organisation sociale, et qui ne cessèrent plus d’être regardés comme les droits les plus précieux de l’homme. Les monopoles, les ordres privilégiés, les charges sur l’industrie, comme les maîtrises et corporations des métiers, etc., la féodalité, et toutes les chaînes qui accablaient encore le peuple, même dans les pays les plus libres de l’Europe, ne suivirent point ces colons au-delà des mers.

Jacques I divisa la partie du continent américain, située entre les 34e et 45e degrés de latitude, en deux vastes provinces : la Virginie et la Nouvelle-Angleterre. La première fut concédée à une compagnie de Londres, et la seconde, à des marchands de Plymouth avec le droit de les établir et d’y commercer, en 1606.

Dès l’année suivante, ou quatre ans après la fondation de Port-Royal, la compagnie de Londres envoya 108 colons dans la Virginie pour commencer l’établissement de cette province, lesquels s’établirent dans un lieu qu’ils nommèrent Jamestown ; mais les privations et la misère réduisirent leur nombre à une quarantaine au bout de quelques mois. Cinq cents autres émigrés les suivirent en 1609. N’ayant ni plus de moyens, ni plus de prévoyance que les premiers, ils se virent bientôt en proie à une affreuse famine qui les fit périr presque tous. La fertilité du sol, la beauté du climat et l’émigration contribuèrent cependant à faire oublier ces désastres, et petit à petit la province prit des développemens qui la mirent au-dessus de tous les périls. Ces premiers pionniers de la la civilisation américaine vécurent à profits communs jusqu’en 1613. À cette époque des terres leur furent distribuées ; et la plupart des planteurs n’ayant point de femmes, la compagnie leur envoya quatre-vingt-six jeunes filles, qui leur furent vendues à raison de cent à cent cinquante livres de tabac chacune. Six ans plus tard fut convoquée, par le chevalier George Yeardley, la première assemblée représentative qu’il y ait eue en Amérique ; et les représentans, élus par les bourgs, réglèrent les affaires de la colonie, qui jusque-là avaient été dirigées par la compagnie de Londres. En 1621, la province reçut une espèce de gouvernement constitutionnel composé d’un gouverneur, d’un conseil et d’une assemblée générale élective. Peu de temps après, elle fut attaquée par les Sauvages, qui massacrèrent plus de 300 personnes, tant hommes que femmes et enfans ; la compagnie, blâmée de n’avoir pas protégé suffisamment les habitans, fut dissoute, et le roi prit la Virginie sous sa protection (1624). Elle perdit sa législature sous le roi Jacques, mais Charles I, son fils, la lui restitua.

De son côté, la compagnie de Plymouth envoya, en 1607, une colonie de cent et quelques personnes à Sagahadoc (Kénébec) dans la Nouvelle-Angleterre, sous les ordres de George Popham ; mais ce dernier étant mort, les colons retournèrent en Europe le printemps suivant ; ce qui découragea tellement la société, qu’elle abandonna toute idée de colonisation jusqu’en 1620. Alors des puritains (Brownistes), qui s’étaient réfugiés dans la Hollande une douzaine d’années auparavant,[4] pour échapper aux persécutions qui pesaient sur eux en Angleterre, demandèrent à la compagnie de Londres la permission d’émigrer dans la Virginie avec la liberté d’y professer leur religion, eux et leur postérité. Le roi s’y refusa d’abord, mais il y consentit ensuite ; et l’année suivante ils purent faire voile pour l’Amérique. Trompés par leur pilote qui fit fausse route, ils abordèrent plus au nord qu’ils n’avaient intention de le faire, et au lieu de débarquer dans la Virginie, ils se trouvèrent dans la Nouvelle-Angleterre, où ils jetèrent les premiers fondemens de la colonie de New-Plymouth. N’ayant point de charte du roi, ils formèrent une espèce de société volontaire, et obéirent à des lois et à des magistrats établis par eux-mêmes, jusqu’à l’époque de leur union avec le Massachusetts en 1692.

« Ce pacte gouvernemental, dit le Dr. Story,[5] est sinon le premier, du moins le titre primordial le plus authentique de l’établissement d’une nation, que l’on trouve dans les annales du monde. Les philosophes et les juristes en appellent constamment à la théorie d’un pareil contrat, pour établir la mesure des droits et des devoirs des gouvernans et des gouvernés ; mais presque toujours cette théorie a été regardée comme un effort d’imagination, qui n’est appuyé ni par l’histoire ni par la pratique des nations, et qui ne fournit par conséquent aucune instruction solide pour les affaires réelles de la vie. On ne pensait guère que l’Amérique pût fournir l’exemple d’un contrat social d’une simplicité primitive et presque patriarcale ».

Deux ans après, la compagnie de Plymouth concéda un territoire dans le Massachusetts, à quelques personnes qui essayèrent inutilement d’y former un établissement. D’autres tentatives suivirent celles-ci avec plus ou moins de succès jusqu’en 1628. Enfin, dans cette même année, une nouvelle compagnie acheta de celle de Plymouth le territoire de cette province, et fut incorporée par charte royale. Elle transféra le gouvernement de la colonie dans le pays même ; et quelque temps après les habitans élurent des députés pour faire des lois, établir des cours de justice, etc. L’immigration devint considérable ; il arriva dans une seule année (1630) plus de 1500 colons, par quelques uns desquels la ville de Boston fut commencée. En 1633, ils débarquèrent encore en plus grand nombre ; la plupart de ces émigrés étaient des mécontens politiques, des hommes qui avaient des lumières, de l’expérience et même de la fortune, excellens matériaux pour fonder un pays. L’Angleterre, voyant grossir ce torrent de population désaffectionnée qui s’en allait en Occident, prit l’alarme. L’ordre fut promulgué de suspendre le départ de tous les vaisseaux destinés pour le Nouveau-Monde ; et il fut enjoint aux patrons de ceux qui auraient à l’avenir une pareille destination avec des émigrants, d’obtenir au préalable une permission de l’autorité publique. En même temps les capitaines des navires dont le départ avait été suspendu, furent sommés de se présenter devant le conseil d’état avec la liste de leurs passagers. Mais après réflexion, la bonne politique prévalut heureusement dans ce conseil, et les émigrans eurent permission de partir après avoir été informés, que « Sa Majesté n’avait aucune intention de leur imposer la liturgie de l’Église anglicane, et qu’elle croyait que c’était pour jouir de la liberté en matière de religion, qu’ils passaient dans le Nouveau-Monde ».[6]

Cette conduite du roi d’Angleterre et de son conseil, contraste bien étrangement avec celle de Louis XIV, qui ne tolérait d’autre opinion que la sienne, et qui fermait à ses sujets les portes de toutes ses colonies comme pour montrer que même l’avenir devait subir les lois de sa volonté, et qu’il modèlerait à son gré les empires futurs !

Au nombre des passagers dont le départ avait été ainsi arrêté par l’ordre de la cour de Londres, se trouvait un homme obscur, mais qui allait emporter avec lui les destinées de sa patrie ; cet homme était Cromwell. L’œil royal devina-t-il l’avenir de ce nom roturier en parcourant la liste de ces passagers ? vit-il dans celui qui le portait le possesseur futur de son trône et le chef de la nation ? L’ordre qu’il avait donné causa du délai, et dans l’intervalle le puritain, le futur protecteur de la Grande-Bretagne, changea d’opinion et ne sortit point de son pays ; sa destinée devait s’accomplir.

La compagnie de Plymouth s’étant dissoute, la colonie passa sous l’autorité du roi comme celle de la Virginie. Cet événement exerça alors peu d’influence sur l’administration intérieure, qui resta entre les mains des habitans. Ils élisaient tous leurs fonctionnaires, depuis le gouverneur en descendant jusqu’au dernier degré de l’échelle hiérarchique. La législature était élective dans toutes ses branches.

Plus tard pourtant, en 1638, les clameurs que leurs ennemis ne cessaient de pousser contre eux en Angleterre, se renouvelèrent avec plus de fureur que jamais. Le roi, trompé par leurs assertions haineuses et intéressées, nomma une commission, dont l’archevêque de Cantorbéry était le chef, à laquelle fut départie une autorité suprême et absolue sur toutes les colonies, avec le pouvoir de faire des lois et des ordonnances affectant leur gouvernement et la personne et les biens des habitans. À cette nouvelle, le Massachusetts fit les remontrances les plus énergiques contre « cette commission », dont l’établissement abrogeait d’un seul coup toutes les libertés coloniales. Il exposa que les colons étaient passés en Amérique avec le consentement de Sa Majesté, dont ils avaient beaucoup agrandi les domaines ; que si on leur enlevait leur charte, ils seraient forcés de s’en aller ailleurs, ou de retourner dans leur pays natal ; que les autres établissemens seraient également abandonnés, et que tout le pays tomberait ainsi entre les mains des Français ou des Hollandais. Il terminait par demander qu’on les laissât jouir de leurs anciennes libertés, et qu’on ne mît point d’entraves à l’émigration vers le Nouveau-Monde.

L’Angleterre n’osa pas mettre à exécution un projet devenu odieux dès sa naissance ; et la commission des plantations s’éteignit sans rien faire, tant il est vrai de dire que l’opinion publique avait déjà de force dans ce royaume, fruit inappréciable de la liberté.

Les colonies anglaises, respectées ainsi dans leurs droits, se formaient insensiblement aux habitudes du gouvernement représentatif, tandis que l’arrivée continuelle des partisans vaincus dans les luttes civiles de la mère-patrie, augmentait leur population et leurs richesses. Les puritains persécutés cherchaient un asile dans la Nouvelle-Angleterre ; les catholiques dans le Maryland ; les royalistes dans la Virginie.

Le Maryland fut concédé par Charles I à lord Baltimore, baron irlandais, et fondé en 1632 par 200 gentilshommes catholiques. Huit ans après ils demandèrent et obtinrent un gouvernement libre. Cette province est la première qui ait eu l’honneur de proclamer dans le Nouveau-Monde, le grand principe de la tolérance universelle, et de reconnaître la sainteté et les droits imprescriptibles de la conscience.[7] Elle se peupla rapidement. Jouissant de la tranquillité pendant que les autres provinces étaient déchirées par des persécutions religieuses, l’émigration s’y portait en foule, sûre d’y trouver le repos et la paix.

Telle fut l’origine des deux premières colonies anglaises, la Virginie et la Nouvelle-Angleterre, autour desquelles les autres sont venues ensuite se grouper. En lisant l’histoire des premières on voit celle des dernières ; elles ont eu toutes, plus ou moins, les mêmes obstacles à vaincre et les mêmes avantages à utiliser. Elles présentent aussi toutes la même physionomie et le même caractère politique ou social. Peuplées du reste par des habitans d’une même nation, elles ont été commencées à peu de distance les unes des autres comme l’indique le tableau suivant :

La Virginie, 1608.

La Nouvelle-York, fondée par les Hollandais en 1614, sous le nom de Nouvelle-Belgique, devient anglaise en 1664.

Plymouth, 1620, réuni au Massachusetts en 1692.

Le Massachusetts 1628.

Le New-Hampshire, 1623.

Le New-Jersey, fondé par les Hollandais, en 1624, devient anglais en 1664.

Le Delaware, fondé par les Hollandais en 1627, devient anglais en 1664. Quelques Suédois s’y étaient établis en 1638 ; mais ils furent subjugués par les Hollandais, et la plupart quittèrent le pays.

Le Maine en 1630 ; réuni au Massachusetts en 1677.

Le Maryland en 1633.

Le Connecticut en 1635, établi par des colons du Massachusetts.

Le New-Haven en 1637, réuni au Connecticut en 1662.

Providence en 1635

Le Rhode-Island en 1638

réunis en 1644.

La Caroline du Nord en 1650 ; colonie distincte en 1729.

La Caroline du Sud en 1670. Cette date, relativement aux deux Carolines, a rapport ici à l’établissement des Anglais ; car longtemps auparavant, sous l’amiral de Coligny, les Huguenots français y avaient fondé une colonie florissante, qui finit par l’affreuse catastrophe vengée par le chevalier de Gourgues.

La Pennsylvanie en 1682.

La Géorgie fondée plus tard en 1733.

Ces diverses colonies possédaient trois formes bien distinctes de gouvernement, qui, modifiées par les habitudes et par la nature de la société américaine, constituèrent ensuite les élémens du gouvernement fédéral établi par la révolution de 1776. C’étaient les gouvernemens à charte, les gouvernemens royaux ou provinciaux, et les gouvernemens de propriétaires. Les gouvernemens à charte étaient limités à la Nouvelle-Angleterre. Les peuples de cette province, où il y avait plusieurs colonies, jouissaient de tous les priviléges de sujets nés anglais, étaient investis de tous les pouvoirs gouvernemental, législatif, exécutif et judiciaire. Ils choisissaient les gouverneurs, élisaient les assemblées législatives et nommaient les magistrats. Une seule restriction était imposée à leur autorité législative, c’est que les lois qu’ils se faisaient ne pouvaient être contraires à celles de l’Angleterre. Plus tard, la métropole réclama le droit de révoquer les chartes ; mais les colons maintinrent qu’elles étaient des pactes solennels et irrévocables, excepté pour causes légitimes. Dans quelques cas néanmoins, elles furent forcément supprimées, particulièrement vers la fin du règne de Charles II, où les corporations métropolitaines éprouvèrent le même sort. Les contestations auxquelles cette question donna lieu entre la mère-patrie et les colonies à charte, furent une des causes de la révolution.

Le pouvoir législatif, qui était sans appel, résidait dans un corps nommé, "The General Court of the Colony of Massachusetts Bay," et était composé d’un gouverneur, d’un député-gouverneur, de dix magistrats et de deux députés de chaque ville, tous élus annuellement par le peuple. Le gouverneur et les magistrats formaient une chambre, et les députés l’autre. Cette législature siégeait tous les ans.

Le pouvoir exécutif était exercé par le gouverneur et un conseil, dont sept membres étaient nécessaires pour délibérer, et qui siégeait deux fois par semaine.

Les gouvernemens royaux étaient ceux de la Virginie, de la Nouvelle-York, et, plus tard, des Carolines (1728), de la Géorgie, du New-Hampshire et du New-Jersey (1702). Dans ces colonies, le gouverneur et le conseil étaient nommés par la couronne ; et les chambres d’assemblée élues par le peuple. Les gouverneurs recevaient leurs instructions du roi ou de ses ministres. Ils avaient voix négative dans les procédés des législatures. Les juges et autres officiers civils étaient aussi nommés par le roi, mais payés par les colonies. Les actes arbitraires des gouverneurs, et le droit de veto réclamé par la couronne sur les actes des assemblées, furent des causes incessantes de difficultés dans ces gouvernemens. Le Canada nous fournit le modèle de cette espèce de régime.

Les gouvernemens de propriétaires, qui tenaient de la nature féodale, offraient quelque ressemblance avec les palatinats d’Allemagne. Les propriétaires de ces provinces étaient revêtus de certains pouvoirs royaux et législatifs ; mais le tout subordonné à l’autorité suprême de l’empire. Le Maryland, la Pennsylvanie, et, dans les premiers temps, les deux Carolines et le Jersey, étaient soumis à cette forme de gouvernement, qui a existé dans les deux premières provinces ainsi que dans le Delaware jusqu’à la révolution. Ces colonies appartenaient à des propriétaires ou particuliers, à qui des territoires avaient été concédés par le souverain avec pouvoir d’y établir des gouvernemens civils et d’y faire des lois, sous certaines restrictions. Leur histoire est un long tissu de querelles occasionnées par la manière dont les propriétaires exerçaient leur droit de révoquer ou négativer les actes des assemblées législatives ; car même dans ces colonies des corps représentatifs furent introduits, dont les membres étaient nommés mi-partie par les propriétaires et mi-partie par le peuple. En 1719, les habitans de la Caroline exaspérés contre leurs maîtres, s’emparèrent du gouvernement et élurent un gouverneur, un conseil et une assemblée, qui se réunirent pour publier une déclaration d’indépendance, dans laquelle ils exposèrent les motifs de leur renonciation à leur ancienne forme de gouvernement. Les anciennes lois de l’assemblée de la Virginie (1624) renferment une déclaration qui définit le pouvoir de l’assemblée de taxer et d’imposer des charges personnelles.


Dès l’origine (1643), les provinces de la Nouvelle-Angleterre formèrent entre elles une confédération offensive et défensive, chacune se réservant néanmoins son gouvernement et sa juridiction particulière. Les affaires générales de la confédération étaient réglées par un congrès composé de deux commissaires de chaque colonie. Cette législature se nommait The General Court of the United Colonies of New-England.[8] Pour marque de sa souveraineté, la Nouvelle-Angleterre frappait monnaie ; et toutes les commissions se faisaient au nom du gouverneur du consentement du conseil. Suivre les lois anglaises ou les ordres du roi sans permission de l’autorité coloniale, c’était faire acte d’infraction de ses priviléges.[9] Nous avons déjà fait allusion ailleurs à cette confédération qui possédait, comme l’on voit, une quasi-indépendance ; mais qui ne la garda pas longtemps.

C’est à partir de 1630, que la population des colonies anglaises augmenta rapidement. Elle pouvait être alors de 4,000 âmes, et déjà au bout de vingt ans elle atteignait 80,000 âmes, et, en 1690, époque de la seconde guerre avec le Canada, elle devait excéder 200,000 âmes, puisqu’en 1701, on l’évaluait à 262,000. La population du Canada et de l’Acadie ne dépassait pas alors 12 à 15,000 âmes, c’est à dire qu’elle était treize fois moins considérable que celle des provinces voisines contre lesquelles elle allait avoir à lutter les armes à la main. Le désavantage du nombre n’était pas le seul qu’elle eût à surmonter. La différence d’institutions politiques pesait aussi d’un grand poids dans la balance, de même que celle du climat. C’est au moyen de cette supériorité numérique et de richesse que les colonies américaines ont pu mettre dans tous les temps sur pied des armées qui comptaient autant de combattans qu’il y avait d’hommes capables de porter les armes dans toute la Nouvelle-France.


Occupant les parties centrales de l’Amérique du nord, sur le bord de la mer Atlantique, c’est à dire, depuis le Canada jusqu’à la Floride, les établissemens anglais jouissaient d’un ciel chaud ou tempéré dans toute leur étendue, et d’un sol dont les productions, extrêmement variées, étaient par cela même un gage d’abondance continuelle. Le blé croît partout dans cet immense pays ainsi que le maïs, plante indigène qui vient sans effort surtout dans le centre et dans l’ouest des États-Unis, où il rend le double du blé. La culture du tabac commence dans le Maryland, par le 39e. ou 40e. degré de latitude : c’est aujourd’hui le principal article d’exportation de cet État et de la Virginie. Le coton se cultive depuis le 37e. degré en gagnant le sud ; mais on n’a commencé à en exporter qu’en 1791. Le ris, qui exige un climat chaud et un sol marécageux, vient dans les mêmes latitudes que le coton. Les provinces du nord produisent du blé, du chanvre, du lin, du houblon, etc. Favorisées ainsi de la nature et par une immigration nombreuse, ces colonies devinrent en peu de temps riches et florissantes.

Dans les premières années elles jouirent d’une liberté de commerce illimitée. Les vaisseaux de toutes les nations étaient admis dans leurs ports ; elles allaient acheter dans tous les pays où elles trouvaient les plus grands avantages. Mais après qu’elles eurent passé par les souffrances, les inquiétudes, les dangers, qui ont accompagné partout la fondation des établissemens européens dans le Nouveau-Monde, après qu’elles eurent commencé à acquérir ce bien-être et ces richesses, qui n’étaient le partage que du petit nombre dans l’ancien, l’Angleterre résolut de les faire contribuer davantage aux charges de l’état, puisqu’elles profitaient autant que les autres parties de l’empire, de la protection du gouvernement.

En 1665 Cromwell, qui venait de subjuguer l’Irlande et de se baigner dans le sang de ses malheureux habitans, se chargea de l’exécution de cette mesure, qu’il fallait sa volonté forte pour faire réussir. Il fallait d’abord faire naître les prétextes qui ne tardèrent point en effet à se présenter. Il voulut engager la Nouvelle-Angleterre à envoyer des émigrans en Irlande pour repeupler les déserts que ses armées y avaient faits ; celle-ci ne voulut pas plus envoyer ses enfans dans ce pays que dans la Jamaïque, où il les invita ensuite de s’établir. Première désobéissance. Dans la guerre civile terminée par la mort de Charles I, le parti royaliste avait été vaincu, et la Virginie ainsi que le Maryland qui avait embrassé ce parti, durent être soumis par les armes du protecteur. Ce fut une seconde offense. C’en était assez pour fournir des motifs plausibles au gouvernement d’imposer des restrictions au commerce des colonies. Le parlement impérial passa un acte pour leur défendre d’importer ou d’exporter leurs marchandises dans d’autres vaisseaux que dans des vaisseaux anglais, équipés par des matelots anglais. Cet acte fut bientôt suivi d’un autre, l’acte de navigation, qui prohiba l’exportation de certains articles des colonies en ligne directe à l’étranger. En 1663, une troisième loi, plus sévère encore que les premières, les obligea de vendre leurs produits sur les marchés de l’Angleterre seulement, et d’acheter les articles de manufacture étrangère dont elles pourraient avoir besoin des marchands anglais à l’exclusion de tous autres. Enfin en 1672, il imposa aussi les produits exportés d’une colonie à une autre colonie. Sa politique était évidemment d’empêcher les colons d’établir des manufactures et de se créer un commerce avec l’étranger, au préjudice de ses intérêts.[10] Mais ces lois prohibitives ne furent pas observées immédiatement partout. Le Massachusetts jouit encore longtemps après d’une entière liberté ; et elles furent ouvertement ou secrètement violées par toutes les provinces, qui avaient fait, lors de leur promulgation, les remontrances les plus énergiques contre ce qu’elles regardaient comme une violation de leurs droits. M. Randolph, agent de la métropole (1676), voyant arriver dans le port de Boston des navires de l’Espagne, de la France, de la Méditerranée, des Canaries, etc., fit observer au gouverneur que cela était contraire à l’acte de navigation. Celui-ci lui répondit que les lois faites par le roi et son parlement n’obligeaient la Nouvelle-Angleterre qu’en autant qu’elles étaient conformes aux intérêts de la colonie, dans laquelle seule résidait le pouvoir législatif, en vertu de la charte accordée par le père de Sa Majesté régnante ; et que toutes les matières en contestation devaient être déterminées en définitive par elle sans appel à l’autorité royale, qui pouvait bien augmenter, mais non restreindre, ses libertés.[11]

Toutes les provinces ne réclamèrent pas leurs libertés avec la même hardiesse. La Virginie, par exemple, était plus soumise, et les réponses du chevalier Berkeley aux lords commissaires en 1671, nous apprennent qu’elle s’était conformée à l’acte de navigation, à son grand détriment. En effet, cette loi y avait fait cesser presque complètement la construction des navires, branche importante de son commerce.

Cette lutte sourde d’intérêts commerciaux entre les colonies et la métropole, annonce les progrès que les premières avaient déjà faits. Le chiffre de leurs exportations dans la Grande-Bretagne fut en 1701 de £309, 136 ; et celui de leurs importations du même pays, de £343, 828, l’excédant des importations sur les exportations étant probablement couvert par les achats que faisaient les émigrans en s’embarquant pour l’Amérique, et par les dépenses du gouvernement militaire. Ces colonies payaient elles-mêmes depuis longtemps les dépenses de leur gouvernement civil. En temps de guerre, elles fournissaient aussi leurs contingens d’hommes et d’argent, selon leurs forces, leur population et la proximité du théâtre des hostilités.

Le Massachusetts a toujours été la première et la plus avancée des provinces britanniques. Possédant en abondance dans son sein tout ce qui est nécessaire à l’existence d’une marine et à sa fourniture, comme des bois de construction de toute espèce, de la poix, du goudron, du chanvre, du fer, des douves, des madriers, etc., elle bâtissait tous les ans quantité de navires, qu’elle vendait en Angleterre et ailleurs. Son commerce employait déjà près de 750 vaisseaux de 6 à 250 tonneaux ; ses principaux chantiers de construction étaient à Boston, Charlestown, Salem, Ipswick, Salisbury et Portsmouth.

Elle exportait des bois, des animaux vivans, de la farine, de la drèche, du biscuit, des salaisons de viande et de poisson, etc., dans la Virginie et le Maryland, à la Jamaïque, à la Barbade, à Nevis, à St.-Christophe et dans plusieurs autres îles du golfe mexicain, en Espagne, en Portugal, aux îles Madère et Canaries, en France, en Hollande, aux villes anséatiques, et enfin dans les îles britanniques de la Manche ; et elle en rapportait les objets dont elle pouvait avoir besoin pour sa consommation ou pour son négoce. Les marchandises manufacturées et les produits des climats méridionaux formaient la masse de ces importations. Ce commerce, elle le faisait cependant malgré la métropole.

M. Randolph écrivait à la cour qu’on ne tenait aucun compte en Amérique de l’acte de navigation et des lois passées par le parlement impérial pour régler le commerce, qui était complètement libre à toutes les nations. Quant à celui des Indes occidentales, disait-il, le marchand anglais en est presque exclu par celui de la Nouvelle-Angleterre, qui peut y donner ses denrées à un prix considérablement plus bas. Ainsi la Grande-Bretagne a perdu la plus grande partie du commerce de l’ouest. Le marchand américain expédie même déjà des navires chargés de mâtures pour la Guinée, Madagascar et les côtes de l’Inde.

L’Angleterre, effrayée par cette activité toujours croissante, songea enfin à prendre des moyens prompts et efficaces pour faire rentrer le négoce des colonies dans les bornes d’un système moins préjudiciable à ses intérêts. Par ses lois, par ses douanes, elle réussit à le modifier, à le restreindre selon ses vues ; mais les colons ne se soumirent qu’à la force, en attendant l’occasion de revendiquer ce qu’ils regardaient comme les droits imprescriptibles des sujets anglais, la liberté du commerce, aussi sacrée à leurs yeux que la liberté politique et religieuse.

L’instrument dont la métropole se servit pour amener cette révolution, fut l’agent que nous avons déjà nommé, M. Edouard Randolph, homme résolu, infatigable et doué de beaucoup de pénétration et d’adresse dans les affaires. Charles II l’envoya en Amérique en 1676 avec ordre de lui faire un rapport sur l’état de la Nouvelle-Angleterre. Le caractère de ce commissaire a une analogie frappante avec celui de lord Sydenham, sous les auspices duquel s’est élaboré et accompli l’acte d’union des Canadas. Leurs dépêches présentent plusieurs coïncidences remarquables, et se ressemblent surtout par le ton de passion et le cynisme d’une politique sans morale et sans dignité qui y règnent.[12] Les habitans du Massachusetts tiennent dans les lettres de Randolph la place qu’occupent les Canadiens français dans celles de l’agent moderne. À l’entendre on dirait qu’il n’y a que cette province à punir ; les petites colonies de New-Plymouth, de New-Hampshire, et de Connecticut méritent toute la sympathie du gouvernement. D’après le rapport que ce commissaire fit au roi, tout le pays se serait plaint de l’usurpation des magistrats de Boston, les habitans auraient désiré instamment que Sa Majesté ne les laissât pas opprimer plus longtemps, et qu’elle fît mettre enfin à exécution les mesures de soulagement promises par ses commissaires en 1665. C’est ainsi qu’il cherche à diviser les colons ; il parcourt en même temps le pays, et excite les habitans les uns contre les autres par ses propos.

Dans toutes ses communications adressées, soit au roi, soit à ses ministres, il sollicite l’envoi d’un quo warranto pour suspendre la charte de la Nouvelle-Angleterre, et il ne fit pas moins de huit voyages à Londres pour presser le gouvernement d’abolir les priviléges de cette province, vouée à l’ostracisme.

Quelques années après il en fut nommé par lettres royales percepteur des douanes (collector, surveyor & searcher), afin d’y faire exécuter les actes du parlement impérial qui, comme on l’a dit, continuaient d’y être méconnus ; il ne cessa point d’être avec cela agent politique. C’est dans sa dépêche (de 1682) au comte de Clarendon que l’on trouve le passage suivant, qui réfléchit parfaitement les opinions émises de nos jours au sujet de mes compatriotes, et nous montre les hommes toujours entraînés dans le même cercle de passions.

« Si Sa Majesté veut bien, écrivait Randolph, ordonner au gouverneur Cranfield d’examiner les derniers articles contre la faction du Massachusetts, elle y trouvera des motifs suffisans, non seulement pour révoquer la charte, mais pour envoyer un homme prudent comme gouverneur général de cette province (le gouverneur était alors électif). Si les factieux étaient assez forts pour se révolter contre la résolution du roi de régler les affaires de cette colonie de la manière qu’on le suggère, la première chose qu’ils feraient, serait de me demander compte de ma conduite pour avoir ouvertement appelé le renversement de leur constitution, et d’après la loi du pays, la mort serait le châtiment qui me serait réservé. Mais ce parti, il s’éclipse, il est divisé, les magistrats sont opposés aux magistrats, les uns désirent, les autres craignent, un changement. Mylord, je n’ai qu’une chose à vous dire, c’est que Sa Majesté ne doit ajouter foi, ni à ce que feront, ni à ce que diront les agens de cette faction en Angleterre. Veuillez bien vous rappeler que, quand le père de votre seigneurie était grand chancelier, il eut à traiter avec les agens de cette province en 1662 ; ils agréèrent tout ce qu’il proposa pour l’honneur du roi et l’avantage de ses sujets coloniaux. Cependant cela n’empêcha pas le Massachusetts de mépriser les ordres du roi, et d’employer les évasions et les petites supercheries pour s’y soustraire. Si on laisse à ce pays le soin de remédier lui-même à ses griefs, il s’ensuivra encore de plus grands maux. Une erreur malheureuse, sinon volontaire, les a très aggravés. On a dit que le roi ne peut, ni ne veut, quelque soient les provocations, sévir contre le pays ; que ses finances sont dans un état peu florissant. Le peuple croit ici tout ce qu’on lui débite… D’un autre côté, par une étrange déception deceptio visus, l’on peint à ce monarque les habitans de cette province comme un peuple très fidèle et très loyal, comme un grand peuple, qui peut lever des forces considérables ; qu’il a en outre fait des sacrifices et de grandes dépenses pour convertir les forêts du Nouveau-Monde en belles campagnes sans qu’il en ait rien coûté à la couronne.

« Il est vrai, en effet, qu’il y a ici beaucoup de sujets loyaux ; mais un bien petit nombre occupe des places de confiance. Les forces du pays sont très peu de chose, et plus d’apparat que de service. Je me fais fort de les chasser hors des frontières avec cinq cents hommes des gardes de Sa Majesté. Quant aux sacrifices, je connais bien peu d’habitans maintenant vivans, ou de leurs enfans, qui en aient fait. M. Dudley, l’un des agens actuels du Massachusetts, est un des premiers planteurs et un homme comme il faut (gentleman) ; il est venu ici avec une fortune assez honnête, mais les premiers aventuriers ou sont morts et les dépouilles de leurs enfans passées aux mains de leurs serviteurs, ou le peu qu’il en reste vit si misérablement qu’on n’en fait aucun cas. Pour ce qui est de ceux qui ont joint la faction, qui y appartiennent, qui dirigent tout ici, le gouverneur et le pays, je ne connais qu’un seul homme qui n’ait pas été domestique ou fils de domestique. Je prie votre seigneurie de croire que je ne cherche dans tout ceci que l’honneur du roi et le bien de la plantation dont, par la bonté de Sa Majesté et la faveur de votre seigneurie, je suis maintenant un des habitans ».

C’est à la suite de ces représentations insultantes, de ces basses calomnies, que le Massachusetts et les autres provinces de la Nouvelle-Angleterre perdirent leurs chartes. Déjà le New-Hampshire avait reçu une nouvelle constitution composée de deux branches seulement, le gouverneur et la chambre représentative (1680). Le Massachusetts fut traité en province rebelle, et soumis à un gouvernement purement despotique, composé d’un gouverneur général (le chevalier Edmond Andros) et d’un conseil nommé par lui et dont cinq membres formaient un quorum. Il fut revêtu de pouvoir de faire des lois et d’imposer des taxes. Il n’y eut plus de chambre représentative, et le principe électif fut aboli partout.[13]

Cela, comme on peut bien le penser, attira l’animadversion publique sur Randolph ; il devint si odieux que l’on perdait sa popularité seulement à correspondre avec lui.[14] Emprisonné par le peuple dans l’insurrection qui éclata à Boston en 1689, à la suite de la nouvelle du débarquement de Guillaume III en Angleterre, ce malheureux reconnut lui-même, dans une lettre qu’il écrivit à un des gouverneurs des Îles, le mal qu’il avait fait aux colons et la haine qu’ils lui portaient. « Ce pays est pauvre, écrivait-il, l’observation rigoureuse des lois de commerce a pesé grièvement sur les habitans ; tout le blâme retombe sur moi ; sur moi qui le premier ai attaqué leur charte, et la leur ai fait perdre, sur moi qui ai continué leur servitude par l’exercice de mon office de percepteur des douanes ».

Le despotisme ainsi établi et organisé fut rempli de troubles et de confusion, et ne put durer que jusqu’en 1691. L’opposition toujours de plus en plus violente des habitans força Guillaume et Marie de leur octroyer un gouvernement plus libéral. Toute la Nouvelle-Angleterre fut réunie en une seule province avec l’Acadie nouvellement conquise, et reçut une constitution représentative, qui exista jusqu’à la révolution ; mais dont les pauvres Acadiens, soumis à toute sorte de servages, furent exclus au moins dans la pratique.

Malgré leur dépendance de la mère-patrie, les colons anglais de l’Amérique avaient été jusque-là l’un des peuples les plus libres de la terre, et ils possédaient tous les élémens nécessaires pour devenir une grande nation. Ils avaient entre leurs mains les moyens de se former aux habitudes d’une société indépendante et à la science d’un gouvernement électif et populaire. Dès son origine, la Nouvelle-Angleterre s’était faite un code de lois, appelé « The Body of liberties, » qui fut observé jusqu’à ce que les besoins nécessitèrent de le modifier ou de l’augmenter. Le nom seul de ce code indique déjà par lui-même quels étaient les sentimens du peuple. Les dispositions de la partie criminelle, tirées de la Bible et modélées sur les lois pénales des Hébreux, démontrent jusqu’où les puritains avaient poussé le fanatisme biblique.[15] C’est dans le vieux code du Connecticut, un des États qui ont le mieux gardé les maximes et les mœurs originaires, que ce caractère est le plus prononcé. Ces lois dites les lois bleues (blue laws), punissent de mort l’enfant qui a maudit ou frappé ses parens ; elles donnent droit de vie et de mort aux pères sur le fils adulte coupable d’opiniâtreté et de rébellion (stubborn and rebellious son) ; elles défendent le mensonge et le jurement profane sous peine de l’amende, du pilori et du fouet, chaque récidive entraînant une forte aggravation de peine. L’usage du tabac est interdit ; un baiser donné ou reçu entre jeunes gens de différent sexe leur coûte une admonestation publique et une amende ; les ivrognes sont fouettés ; il n’est pas permis de courir le dimanche, ni de se promener dans son jardin, ni de voyager, ni de cuire son dîner, ni de faire les lits, balayer la maison, se faire tondre ou raser, ni d’embrasser sa femme, ni à la mère d’embrasser son enfant ! Il est également interdit de fêter Noël ou les saints, de faire des pâtés de hachis (mince pies), de danser ou de jouer d’autres instrumens que le tambour, la trompette ou la guimbarde. Personne ne doit fournir le vivre ou le couvert à un quaker ou à d’autres hérétiques. Celui qui se fera quaker sera banni, et s’il revient, puni de mort. (Les quakers refusaient de tirer sur les Indiens.) « La plupart des articles de ce code sont fondés sur des versets de l’Exode, du Lévitique et du Deutéronome. L’horreur des puritains de la Nouvelle-Angleterre contre le catholicisme les aveuglait au point que ces radicaux intraitables, à force de remonter aux dogmes primitifs, reculaient jusqu’au judaïsme. Non-seulement leurs codes, mais leurs idées, leur langage, leurs noms étaient hébreux. Il semblait que leur rigidité craignît de s’amolir au contact de la mansuétude évangélique. »

L’Imprimerie, cette arme si redoutable à la tyrannie et aux abus, fut introduite à Cambridge dans le Massachusetts peu de temps après sa fondation (1638). Le premier ouvrage qui sortit de la presse américaine, fut The Freeman’s Call un an après. Bientôt régna cette liberté de la pensée, cette indépendance de l’esprit qui est le partage d’une nation libre et avancée dans la civilisation, et qu’on retrouve rarement dans une colonie, même de nos jours. Dans ces petites sociétés naissantes, il est bien permis aux partis d’avoir une polémique violente, factieuse quelquefois sur des points particuliers ; mais qu’un homme se lève avec les armes de la raison pour défendre des principes qui sont d’une application générale, s’ils affectent le gouvernement, les hommes en autorité, soit militaire, civile ou religieuse, s’ils sont en opposition avec leurs intérêts, leur ambition, leurs vues, il n’aura pas d’écho, le peuple si turbulent dans ses colères, sera paralysé par une influence mystérieuse, par mille petits liens, qui des lieux occultes où trônent ces pouvoirs vraiment redoutables, s’étendent partout autour de lui, enchainent ses pas, et lui montrent leur puissance et son néant. Tel homme n’oserait combattre un de ces pouvoirs sans s’être du moins assuré l’appui de l’autre, pour le protéger en cas de revers. Le peuple de la Nouvelle-Angleterre est celui de toute l’Amérique qui s’est affranchi le premier de cet esprit de dépendance qui tient au sentiment qu’on a contracté de sa faiblesse, ou plutôt c’est parce qu’il ne l’avait pas, qu’il se trouvait rejeté sur les rives du Nouveau-Monde. Aussi ce peuple est-il le premier qui ait produit des hommes célèbres dans les lettres et dans les sciences : témoin, Franklin.

L’éducation si nécessaire aux peuples libres est un des premiers objets qui occupèrent l’attention des colons anglais ; ils savaient qu’elle était la principale sauve-garde de leurs franchises. Ce fut la Nouvelle-Angleterre qui commença et qui établit le système d’éducation primaire le plus populaire. Elle posa pour principe que l’éducation du peuple doit être à la charge commune et obligatoire, acte qui annonce déjà des vues profondes et en avant de l’époque. Des écoles furent ouvertes dans toutes les paroisses, sous la direction de comités élus par le peuple, qui votait les contributions nécessaires pour cet important objet. Afin, disaient ses législateurs, que les lumières de nos pères ne soient pas ensevelies avec eux dans leurs tombeaux, nous décrétons, à peine d’amende, que tout arrondissement de 50 feux établira une école publique où l’on enseignera à lire et à écrire ; et que toute ville de cent feux établira une école de grammaire dont le maître pourra préparer les enfans pour l’université. Cette loi qui se propagea dans les autres colonies, existe encore en substance dans le Massachusetts, qui s’en enorgueillit à juste titre[16]. Il est résulté de là que l’éducation est plus universellement répandue parmi le peuple des États-Unis, que parmi aucune autre nation du monde. En s’occupant de l’éducation primaire, l’on n’oublia pas les hautes études. Le célèbre collége de Harvard fut fondé dès 1638. Cet exemple fut suivi bientôt après par les autres provinces, excepté la Virginie où, sous ce rapport, l’on fit d’abord moins de progrès. Aussi le chevalier Berkeley s’en glorifia-t-il dans cette réponse singulière qu’il donna dans le cours d’un interrogatoire qu’on lui faisait subir : « Dieu merci, dit-il, il n’y a dans la colonie, ni écoles libres, ni imprimerie ; et j’espère que nous n’en aurons pas d’ici à trois siècles ; car les connaissances ont légué au monde la rébellion, l’hérésie et toutes les sectes ; et l’imprimerie les a répandues, comme elle a propagé les libelles contre le meilleur des gouvernemens », finissant ainsi le panégyrique de l’ignorance par la peinture des inconvéniens qui résultent des lumières pour l’autorité.

Dans le tableau rapide qui précède, nous avons assisté à la naissance, suivi les progrès des colonies anglaises jusqu’à la fin du 17e siècle, et esquissé les formes de leur société et les principes qui la dirigeaient. S’expatriant pour fuir la tyrannie et les persécutions, leurs habitans ne soupiraient qu’après la liberté ; ils ne craignaient rien tant que de retomber sous un joug pareil à celui auquel ils n’avaient pu se soustraire qu’en quittant leur pays. Pendant longtemps ils se crurent les dominateurs de l’Amérique septentrionale. Leurs établissemens faisaient des progrès rapides ; ceux des Français ne sortaient pas de leur berceau, où ils semblaient destinés à périr ; mais lorsqu’enfin ils virent Colbert peupler le Canada de soldats licenciés et élever des forts sur leurs frontières, ils s’alarmèrent et pressèrent l’Angleterre d’éloigner d’eux des voisins qui troublaient leur commerce et menaçaient leur indépendance. Témoins de l’ambition et des conquêtes de Louis XIV, qui dictait des lois à l’Europe, ils tremblaient que quelque jour la puissance de ce monarque ou de ses successeurs, ne se fit sentir en Amérique comme dans l’ancien monde. Le Canada, organisé militairement, pouvait devenir un voisin incommode et dangereux. Ils voulurent donc détruire, dès son enfance, cet ennemi qui les menaçait déjà, qu’ils ont combattu tant de fois depuis, et qui, semble interroger aujourd’hui secrètement sa pensée, partagée entre des idées d’indépendance future et absolue et de fraternisation avec ceux qui cherchaient ainsi à les expulser à jamais du continent. Ils firent offrir à leur métropole des secours en hommes et en argent ; et pour montrer leur bonne volonté, ils mirent immédiatement sur pied, en 1690, deux armées de deux mille hommes chacune pour envahir le Canada. Nous verrons bientôt de quel résultat fut accompagné le mouvement agresseur de ces colons déjà si ambitieux.

On a dû remarquer déjà que le caractère de l’émigration d’autrefois et de l’émigration d’aujourd’hui n’est pas le même. L’ancien colon américain n’est point l’image de l’émigrant qui débarque de nos jours sur les rivages de l’Amérique. Le premier s’exilant pour ne point abandonner des principes religieux ou politiques pour la défense desquels il avait combattu, et qu’il chérissait toujours, conservait malgré sa défaite ce respect pour l’honneur, cette fierté républicaine qu’il avait contractée dans des luttes dont l’empire devait être le prix. Le second, au contraire, n’est point une victime politique, c’est le fruit surabondant d’une société trop pleine et corrompue, que les vicissitudes du commerce, la centralisation de la propriété et les vices d’une organisation sociale très compliquée, ont réduit à la dernière misère. Les préoccupations de son esprit sont tout entières concentrées dans la recherche des moyens de se procurer une nourriture qui lui manque sans cesse. Cet homme ne peut avoir ni la noblesse de sentiment, ni l’indépendance de caractère qui ont distingué les premiers colons de l’Amérique septentrionale. Accablé sous le poids de la misère, et insensible à tout ce qui n’est pas immédiatement lié à son existence matérielle, il lui faudra à coup sûr de longues années d’aisance pour atteindre au niveau des républicains du Massachusetts ou des gentilshommes catholiques du Maryland. Il est facile de concevoir, qu’avec de pareils élémens la politique d’une métropole a plus de chances de prolonger sa domination.

Si l’on compare à présent le colon français avec le colon anglais du 17e et du 18e siècle, l’on trouve encore là un grand contraste. Ce dernier était principalement dominé par l’amour de la liberté, du commerce et des richesses qu’il fournit[17]. Il faisait avec plaisir tous les sacrifices pour s’assurer la possession de ces trois objets, vers lesquels tendaient toutes ses pensées. Aussi dès que les traitans de l’Acadie le molestèrent par leurs courses, ou que les Hollandais de la Nouvelle-York génèrent son extension, il dirigea tous ses efforts pour s’emparer de ces deux contrées. En Acadie, il n’y avait que quelques centaines d’habitans dispersés sur les bords de la mer ; il lui fut par conséquent assez facile de conquérir cette province encore couverte de forêts. La Nouvelle-Belgique encore moins en état de se défendre, passa sous son joug sans faire de résistance. Le colon canadien resta seul dans la lice avec lui ; et la lutte, commencée déjà depuis longtemps, devint alors plus vive, plus intéressante et mieux définie.

La vie à la fois insouciante et agitée, soumise et indépendante du Canadien, avait une teinte plus chevaleresque, plus poétique si l’on peut parler ainsi, que celle de ses voisins. Catholique ardent, il n’avait pas été jeté en Amérique par les persécutions, il ne demandait pas une liberté contre laquelle peut-être il eût combattu, c’était un aventurier inquiet, qui cherchait une vie nouvelle, ou un vétéran bruni par le soleil de la Hongrie, qui avait vu fuir le croissant devant lui sur le Raab, et pris part aux victoires des Turenne et des Condé. La gloire militaire était son idole, et, fier de marcher sous les ordres de son seigneur, il le suivait partout, et risquait sa vie avec joie pour mériter son estime et sa considération. C’est ce qui faisait dire à un ancien militaire : Je ne suis pas surpris si les Canadiens ont tant de valeur, puisque la plupart descendent d’officiers et de soldats qui sortaient d’un des plus beaux régimens de France.

L’éducation que les seigneurs et le peuple recevaient des mains du clergé presque seul instituteur en Canada, n’était point de nature à éteindre cet esprit qui plaisait au gouvernement, et qui était nécessaire jusqu’à un certain point au clergé lui-même, pour protéger plus efficacement les missions catholiques, lesquelles redoutaient pardessus tout la puissance et les principes protestans de leurs voisins. Ainsi le gouvernement et le clergé avaient intérêt à ce que le Canadien fût un guerrier. À mesure que la population augmentait en Canada, la milice avec ce système devait y devenir de plus en plus redoutable. C’était en effet presqu’une colonie militaire : dans les recensemens l’on comptait les armes, comme dans les rôles d’armée. Tout le monde en avait (voir App. A).

Tels étaient nos ancêtres ; et comme l'émigration française a toujours été peu considérable, ce système était peut-être ce qu’il y avait de mieux, dans les circonstances, pour lutter contre la force croissante des colonies anglaises. Pendant près d’un siècle leur vaste puissance vint se briser contre cette milice aguerrie, qui ne succomba, en 1760, que sous le nombre, après une lutte acharnée de six ans, et avoir honoré sa chute par de grandes et nombreuses victoires. C’est à elle que le Canada doit de ne pas faire partie aujourd’hui de l’Union américaine ; et elle sera probablement la cause première quoiqu’éloignée de l’indépendance de ce pays s’il cessait d’appartenir à l’Angleterre, en ce qu’elle l’a empêché de devenir complètement américain de mœurs, de langue et d’institutions.

  1. History of Massachusetts Bay.
  2. Maillefer.
  3. Un comité de la chambre des communes devait lui présenter une adresse. Il ordonna que douze siéges fussent apportés pour les membres de ce comité, « car, dit-il, ce sont douze rois qui viennent ».
  4. Jeremy Belknap : History of New-Hampshire.
  5. Commentaries on the constitution of the United-States, etc.
  6. Charles I se guida d’après le même principe en accordant une charte à Rhode-Island en 1663. « Notre plaisir royal, dit le monarque, est que personne dans la colonie ne soit à l’avenir molesté, puni, inquiété ni recherché pour différence d’opinion en matières religieuses ».
  7. Chalmer’s annals.
  8. Encyclopedia Americana.
  9. Rapport de M. E. Randolph au bureau du commerce et des plantations, 1676 : Collection de papiers relatifs à Massachusetts Bay.
  10. " The colonial laws of modern times, had furnished the most flagrant examples of tyrannical interference with the operations of manufactures and commerce ; and the narrow policy which had always presided over the planting and rearing of new settlements, was utterly inconsistant with the very liberal and enlightened views of the economical system ".

    Colonial policy of the European Powers", par Lord Brougham.

  11. Rapport de M. Randolph à Sa Majesté : Collection of original papers relative to the colony of Massachusetts Bay. Voyez aussi Story vol. I, p. 52 Commentaries on the constitution of the United States.
  12. Lord Sydenham tenait, dit-on, un livre dans lequel étaient inscrits les noms de toutes les personnes marquantes de la colonie, avec l’indication de leur parenté, de leur fortune, de leur caractère, de leurs bonnes ou mauvaises qualités, de leurs opinions politiques et religieuses, des principaux actes de leur vie, etc, S’il voulait les rallier à sa politique, et obtenir leur appui, il étudiait leur caractère dans cette singulière galerie de portraits, qui ferait peut-être pâlir bien des gens si elle était mise au jour, et faisait ensuite agir auprès d’elles ce qui pouvait tenter leur passion dominante, l’ambition, la vanité, la vengeance, la cupidité, etc. On ajoute que plus d’une fois il a surpris son interlocuteur en tirant d’un tiroir ce livre fatal, dans lequel l’on trouverait probablement les motifs des défections et des contradictions politiques, qui ont signalé la vie de tant d’hommes sous son administration, surtout dans le Canada occidental.
  13. Belknap : History of New-Hampshire.
  14. " His (M. Dudley) correspondency, écrivait M. Danforth, with that wicked man, M. Randolph, for the overturning the government, has made him the object of the people’s displeasure ".
  15. Aussi la rédaction du code est accompagnée de renvois au texte de l’écriture. Voici quelques articles pris au hasard.

    Tous les magistrats seront choisit :

    1°. Par les bourgeois libres. Deut. 1. 13.
    2°. D’entre les bourgeois libres. Deut. 17. 15.
    3°. Parmi les hommes les plus habiles, etc. Jéré. 30. 21.
    Les héritages descendront au plus proche parent, selon la loi naturelle donnée par Dieu. Nomb. 27. 7. à 11.
    Il ne sera exigé aucun intérêt d’un frère ou d’un voisin pauvre pour ce qui lui sera prêté. Lev. 25. 36. 36.
    L’hérésie sera punie de mort, par ce qu’un hérétique, comme un idolâtre, cherche à ravir les âmes des hommes au seigneur leur Dieu. Zach. 13. 3.
    L’ivrognerie, qui transforme l’image de Dieu en celle de la brute, sera passible du châtiment qu’on inflige aux bêtes, du fouet, etc. Prov. 26. 3.
  16. Story : Commentaries on the Constitution of the United States.
  17. Lord Brougham exagère singulièrement un fait lorsqu’il dit, « que ce colon bornait ses espérances de richesses aux inspirations du St.-Esprit, et son ambition au désir de posséder le ciel dans l’autre vie ». L’histoire nous prouve qu’il avait autant d’horreur de l’esclavage politique et commercial que de l’esclavage religieux.