100 percent.svg

Histoires incroyables (Palephate)/6

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

CHAP. VI.

Des Géants semés (1).

On raconte que Cadmus ayant tué le serpent de Dircé (2), en ramassa les dents qu’il sema dans sa propre terre, et qu’il en naquit des hommes tout armés. Mais, si cela était, les hommes ne se reproduiraient pas autrement. Voici le vrai de cette histoire : Cadmus, de la Phénicie, se rendant à Thèbes, pour disputer le trône à son frère Phénix, emportait une foule de choses telles que les rois ont coutume d’en avoir et entr’autres des dents d’éléphants. Le roi de Thèbes était Dracon (qui signifie en grec serpent) fils de Mars. Cadmus le tua et régna à sa place. Les amis de Dracon firent la guerre à Cadmus, les fils de Dracon se révoltèrent aussi contre lui. Les uns et les autres se trouvant inférieurs en force à Cadmus, se contentèrent de lui piller ses trésors et de lui enlever ses dents d’éléphants, puis s’enfuirent en se dispersant les uns en Attique, d’autres dans le Péloponèse, ceux-ci en Phocide, ceux là dans la Locride. Revenant ensuite de ces diverses contrées, ils renouvelèrent leurs attaques contre les Thébains, et ils étaient devenus des ennemis redoutables. Comme ils s’étaient enfuis en emportant les dents d’éléphants qu’avait possédées Cadmus, les Thébains disaient :

« Cadmus nous a fait bien du mal en tuant Dracon (le serpent) : ses dents semées dans le pays ont fait naître bien des ennemis qui nous donnent fort à faire. » Et voilà ce qui a donné naissance à la fable (3).

(1) Voyez les détails de cette fable dans la magnifique narration d’Ovide (Métam. liv. III, v. 14-130 p. 222-234, tom. 3, de l’édit. des class. de Lemaire) ; dans la bibliothèque d’Apollodore (liv. 3, chap. IV, § 1, p. 113-114, édit. de Heyne, in-8o, 1803) ; dans les fables d’Hyginus, fable 178, et dans Lactantius Placidius (Narrat. fab. lib. III, fab. 1. Mythogr. lat. de Van Staveren, p. 296, 803-804).

(2) Source à la garde de laquelle le serpent était préposé. (Eusthathe cité par Fisscher, p. 41).

(3) La fable 19 des histoires incroyables d’Héraclite donne une explication analogue, mais moins circonstanciée ( opusc. mythol, Thom. Gales, p. 75). Diodore de Sicile qui aime tant d’ordinaire à entrer dans les détails, se borne à dire que Cadmus, après avoir longtemps erré à la recherche de sa sœur Europe, alla dans la Béotie, où il fonda Thèbes pour obéir à un oracle. (Liv. IV, chap. 2, tom. 3, p. 10, édit. de Deux-Ponts).