Ivanhoé (Scott - Dumas)/X

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Traduction par Alexandre Dumas.
Michel Lévy (Tome 1 et 2p. 133-145).

X


Le chevalier Déshérité n’eut pas plutôt regagné son pavillon, que les écuyers et les pages vinrent lui offrir leurs services pour le désarmer, lui apprêter des habits de rechange, et l’engager à prendre un bain. Leur zèle en cette circonstance était peut-être aiguisé par la curiosité ; car chacun désirait savoir quel était ce chevalier qui avait moissonné tant de lauriers et qui, cependant, avait refusé, même sur l’ordre du prince Jean, de lever sa visière et de décliner son nom. Mais l’officieuse curiosité des pages ne fut pas satisfaite. Le chevalier Déshérité refusa ces offres d’aide, excepté celles de son propre écuyer ou yeoman, homme d’un aspect rustique, qui, enveloppé d’un manteau de feutre foncé, la tête et la figure à moitié cachées sous un bonnet de fourrure noire, paraissait rechercher l’incognito aussi bien que son maître.

Tous les autres ayant été exclus de la tente, ce serviteur débarrassa le chevalier des pièces les plus lourdes de son armure, et plaça devant lui des mets et du vin, que les fatigues de la journée rendaient très nécessaires.

Le chevalier avait à peine terminé son court repas, que son domestique lui annonça que cinq hommes, conduisant chacun un coursier barbe, désiraient lui parler. Le chevalier Déshérité avait échangé son armure contre une robe longue, portée habituellement par ceux de sa condition, et garnie d’un capuchon qui cachait les traits, quand tel était le plaisir du porteur, presque aussi complètement que la visière du casque lui-même ; mais le crépuscule qui tombait rapidement eût rendu tout déguisement inutile, si ce n’est pour ceux-là auxquels sa figure eût été particulièrement connue.

Le chevalier Déshérité s’avança donc hardiment sur le devant de sa tente, et rencontra les écuyers des chevaliers tenants, qu’il reconnut facilement à leur livrée rouge et noire. Chacun d’eux menait en bride le coursier de son maître, chargé de l’armature dans laquelle celui-ci avait combattu ce jour-là.

— Selon les lois de la chevalerie, dit celui qui marchait en tête de ces hommes, moi, Baudouin d’Oyley, écuyer du redoutable chevalier Brian de Bois-Guilbert, je vous offre, vous nommant provisoirement le chevalier Déshérité, le cheval et l’armure employés par ledit Brian de Bois-Guilbert dans la passe d’armes de ce jour, laissant au choix de Votre Seigneurie de les retenir ou de fixer une rançon, selon votre plaisir ; car telle est la loi des armes.

Les autres écuyers répétèrent à peu près la même formule, et attendirent la réponse du chevalier Déshérité.

— Pour vous quatre, messieurs, répondit celui-ci en se retournant vers ceux qui avaient parlé les derniers, et pour vos honorables et vaillants maîtres, j’ai une seule et même réponse à faire : Recommandez-moi à ces nobles chevaliers, vos seigneurs, et dites-leur qu’il serait mal de ma part de les priver d’armes et de coursiers qui ne pourraient appartenir à de plus braves guerriers. Je serais heureux de pouvoir ici terminer mon message à mes loyaux adversaires ; mais, étant véritablement déshérité, comme mon nom l’indique, il faut que je sois redevable à la courtoisie de vos maîtres de vouloir bien fixer eux-mêmes la rançon de ces objets, car l’armure que je porte m’appartient à peine.

— Chacun de nous est chargé, répondit l’écuyer de Réginald Front-de-Bœuf, d’offrir une centaine de sequins pour la rançon de ces chevaux et de ces armures.

— Cela suffit, répondit le chevalier Déshérité ; mes besoins actuels me forcent à accepter la moitié de cette somme ; quant à l’autre moitié, partagez-la entre vous, messires écuyers, et donnez une centaine de sequins aux hérauts, aux poursuivants, aux ménestrels et aux serviteurs.

Les écuyers, le bonnet à la main, et en faisant de profondes salutations, exprimèrent leur vive reconnaissance d’une courtoisie et d’une générosité qu’on ne pratiquait pas souvent sur une échelle aussi étendue. Le chevalier Déshérité, se tournant ensuite vers Baudouin, l’écuyer de Brian de Bois-Guilbert :

— Quant à votre maître, dit-il, je ne veux accepter de lui ni armes ni rançon. Dites-lui en mon nom que notre lutte n’est pas terminée, et ne le sera que quand nous aurons combattu aussi bien avec l’épée qu’avec la lance, aussi bien à pied qu’à cheval. C’est lui-même qui m’a porté ce défi mortel, je ne l’oublierai pas. En attendant, qu’il reste assuré que je ne le considère pas comme un de ces compagnons contre lesquels je puis avec plaisir faire échange de courtoisie, mais plutôt comme un homme envers lequel je dois observer une méfiance mortelle.

— Mon maître, répondit Baudouin, sait rendre mépris pour mépris, coup pour coup, et courtoisie pour courtoisie. Puisque vous ne daignez accepter de sa main aucune part de la rançon à laquelle vous avez fixé les armes des autres chevaliers, je dois laisser son cheval et son armure, sachant bien qu’il ne daignera jamais plus monter sur l’un ni porter l’autre.

— Vous avez bien parlé, brave écuyer, dit le chevalier Déshérité, bien et hardiment parlé, comme il convient de le faire à celui qui parle au nom d’un maître absent. Cependant, ne laissez pas ici le cheval et l’armure ; restituez-les à votre maître ; ou, s’il est trop fier pour les reprendre, gardez-les, mon brave ami, pour votre propre usage. En tant qu’ils sont à moi, je vous les donne tous deux de grand cœur.

Baudouin fit un profond salut, et se retira avec ses compagnons ; le chevalier Déshérité rentra dans le pavillon.

— Jusqu’ici, Gurth, dit-il à son valet, la réputation de la chevalerie anglaise n’a pas périclité dans mes mains.

— Et moi, dit Gurth, pour un porcher saxon, je n’ai pas mal représenté le personnage d’un écuyer normand.

— Oui, répondit le chevalier Déshérité ; mais tu m’as mis dans une inquiétude extrême que ton maintien de rustre ne te trahît.

— Bah ! dit Gurth, je n’ai craint d’être reconnu de personne, si ce n’est de mon camarade Wamba, le bouffon, dont je n’ai jamais pu savoir s’il était plus fripon que fou. Cependant, j’ai eu bien de la peine à ne pas éclater de rire lorsque mon vieux maître a passé si près de moi, s’imaginant toujours que Gurth gardait ses pourceaux dans les broussailles et les marécages de Rotherwood. Si je suis découvert…

— Assez, dit le chevalier Déshérité ; tu connais ma promesse.

— Non ; quant à cela, dit Gurth, jamais je ne manquerai à mon amitié, fût-ce pour sauver ma peau. J’ai une rude écorce qui résistera au couteau ou au fouet, aussi bien que celle d’aucun porc de mes troupeaux.

— Crois bien que je te récompenserai du risque que tu cours, Gurth, pour l’amour de moi, dit le chevalier. En attendant, je te prie d’accepter ces dix pièces d’or.

— Je suis plus riche, dit Gurth en les mettant dans sa poche, que ne le fut jamais aucun porcher ou serf.

— Porte ce sac d’or à Ashby, continua son maître, et va trouver Isaac, le juif d’York, et qu’il se paie du cheval et des armes que son crédit m’a procurés.

— Non, par saint Dunstan ! reprit Gurth, je ne ferai pas cela.

— Comment, coquin ! répliqua son maître, ne veux-tu plus obéir à mes ordres ?

— Tant qu’ils seront honnêtes, raisonnables et chrétiens, répondit Gurth, j’y obéirai ; mais cet ordre-ci ne l’est pas. Permettre au juif de se payer serait malhonnête, ce serait tromper mon maître. Il serait déraisonnable, parce que ce serait l’action d’un sot ; et ce ne serait pas chrétien, car ce serait piller un croyant pour enrichir un infidèle.

— Fais toutefois qu’il soit content, entêté varlet ! ajouta le chevalier Déshérité.

— Je le ferai, dit Gurth en mettant le sac sous son manteau et en quittant la tente, et j’aurai du mal, murmura-t-il, si je ne le contente pas avec la moitié de sa demande.

En disant ces mots, il sortit et laissa le chevalier Déshérité livré à ses réflexions perplexes, lesquelles étaient d’une nature particulièrement sombre et pénible, étant soulevées par des causes qu’il ne m’est pas encore possible de faire connaître au lecteur.

Il faut maintenant transporter la scène au village d’Ashby, ou plutôt à une maison de campagne dans ses environs, appartenant à un riche israélite, chez qui Isaac, sa fille et sa suite étaient logés momentanément ; car les juifs, on le sait bien, étaient aussi généreux dans l’exercice des devoirs de la charité et de l’hospitalité envers leurs frères, qu’ils passaient pour être récalcitrants et ladres quand il s’agissait de les appliquer à ceux qu’ils nommaient gentils, et qui, par leur conduite, méritaient peu certainement cette hospitalité de leur part.

Dans un appartement, petit à la vérité, mais richement meublé et décoré à l’orientale, était assise Rébecca, sur un monceau de coussins brodés rangés le long d’une espèce de plate-forme basse, qui, faisant le tour de la chambre, servait, comme l’estrade des Espagnols, de chaises et de tabourets. Elle observait les mouvements de son père d’un regard d’affection filiale et inquiète, tandis que, lui, il arpentait la chambre avec une mine abattue, d’un pas désordonné, tantôt joignant ses mains ensemble, tantôt fixant les yeux au plafond, comme un homme en proie à un grand trouble intérieur.

— Ô Jacob ! s’écria-t-il ; ô vous, les douze saints pères de nos tribus ! quel événement ruineux pour celui qui a observé religieusement tous les commandements de la loi de Moïse ! Cinquante sequins arrachés d’une seule rafle et par les griffes d’un tyran !

— Mais, mon père, dit Rébecca, vous avez paru donner cet or au prince Jean de votre pleine volonté ?

— De ma pleine volonté ? Que la lèpre d’Égypte le ronge ! s’écria Isaac. De ma pleine volonté, dis-tu ? Oui, aussi volontairement que lorsque j’ai jeté dans le golfe de Lyon mes marchandises à la mer pour soulager le navire ! aussi volontairement que j’ai couvert les flots furieux de mes belles soieries, que j’ai parfumé leur écume de myrte et d’aloès, que j’ai comblé leurs abîmes avec de l’or et de l’argent ! N’était-ce pas là une heure d’angoisse indicible, quoique mes propres mains accomplissent le sacrifice !

— Mais c’était un sacrifice que le Ciel exigeait pour sauver notre vie, répondit Rébecca, et le Dieu de nos pères, depuis ce temps, a béni votre bien et vos entreprises.

— Oui, répondit Isaac ; mais, si le tyran s’en empare, comme il l’a fait aujourd’hui, en nous forçant à sourire quand il nous vole !… Ô ma fille ! déshérités et errants comme nous le sommes, le pire des maux qui tombe sur notre race est, lorsqu’on nous injurie et qu’on nous pille, que tout le monde se moque de nous ; et nous sommes forcés de cacher le ressentiment de nos injures et de sourire timidement, au lieu de nous venger avec courage.

— Ne songez pas à cela, mon père, dit Rébecca ; nous aussi, nous avons nos avantages : ces gentils, tout cruels et oppresseurs qu’ils sont, dépendent en quelque sorte des enfants dispersés de Sion, qu’ils méprisent et persécutent. Sans le secours de nos richesses, ils ne sauraient équiper leurs armées pour la guerre, ni pourvoir à leurs triomphes pendant la paix ; et l’or que nous leur prêtons revient avec usure dans nos coffres. Nous ressemblons à cette herbe qui, plus on la foule aux pieds, plus elle fleurit. Et même la solennité de ce jour n’aurait pu avoir lieu sans l’assentiment du juif méprisé, qui en a avancé la dépense.

— Ma fille, dit Isaac, tu as touché là une autre corde de ma tristesse. Ce bon cheval et cette riche armure, équivalant à tous les bénéfices de mon entreprise avec Kirgath Jaïram, de Leicester, voilà encore une plaie mortelle ! oui, une perte qui engloutit les gains de toute une semaine, l’espace entre deux sabbats ; mais cependant cela peut finir mieux que je ne le pense, car c’est un brave jeune homme.

— Assurément, reprit Rébecca, vous n’aurez pas à vous repentir d’avoir payé le bon service que vous a rendu le chevalier étranger.

— Je l’espère, ma fille, dit Isaac ; mais j’espère aussi que l’on rebâtira Sion ; j’espère autant voir de mes propres yeux les murs et les remparts du nouveau temple, que de voir un chrétien, fût-ce le meilleur d’entre tous les chrétiens, acquitter une dette envers un juif, si ce n’est sous la terreur du juge et du geôlier.

Ayant dit ces paroles, il reprit sa marche incohérente à travers l’appartement, et Rébecca, s’apercevant que toutes les tentatives qu’elle avait faites pour le consoler n’avaient abouti qu’à réveiller de nouveaux sujets de plainte, eut la sagesse de se désister de ses vains efforts ; conduite prudente, que nous recommandons à tous ceux qui s’érigent en consolateurs et conseillers de suivre en pareille circonstance.

Il faisait déjà nuit lorsqu’une servante juive entra dans la salle et posa sur la table deux lampes d’argent garnies d’huile parfumée. Les vins les plus riches et les mets les plus délicats furent en même temps étalés par une autre domestique sur une petite table d’ébène incrustée d’argent ; car, dans l’intérieur de leurs maisons, les juifs ne se refusaient aucune jouissance dispendieuse. En même temps, cette dernière informa Isaac qu’un Nazaréen (c’était ainsi qu’ils désignaient entre eux les chrétiens) demandait à lui parler.

Celui qui vit du commerce doit se tenir à la disposition du premier venu qui ait affaire à lui. Isaac reposa aussitôt sans y goûter, sur la table, la coupe de vin grec qu’il venait de porter à ses lèvres, en disant à sa fille :

— Rébecca, voile-toi.

Et il ordonna qu’on admît l’étranger.

À peine Rébecca eut-elle abaissé sur son beau visage un voile de gaze argentée qui descendait jusqu’à ses pieds, que la porte s’ouvrit et que Gurth parut, enveloppé dans les vastes plis de son manteau normand.

Son apparence était plutôt suspecte que prévenante, surtout quand, au lieu d’ôter son bonnet, il l’enfonça encore davantage sur son front rude et hâlé.

— Serais-tu Isaac, le juif d’York ? demanda Gurth en saxon.

— Je le suis, répondit Isaac dans la même langue ; car son commerce l’avait rendu familier avec tous les idiomes en usage alors en Angleterre. Et qui es-tu, toi ?

— Cela ne te regarde pas, répondit Gurth.

— Cela me regarde autant que mon nom t’intéresse toi-même, répliqua Isaac ; car, sans connaître le tien, comment pourrais-je traiter avec toi ?

— Facilement, dit Gurth ; car, comme j’ai de l’argent à donner je dois savoir si je le livre à la véritable personne ; tandis que, toi qui dois le recevoir, je pense que tu te soucieras très peu de quelles mains il t’arrive.

— Oh ! dit le juif, vous venez me donner de l’argent ? Père Abraham ! cela change nos rapports mutuels. Et de quelle part me l’apportez-vous ?

— De la part du chevalier Déshérité, dit Gurth, le vainqueur du tournoi d’aujourd’hui. C’est le prix de l’armure que lui a fournie Kirgath Jaïram, de Leicester, sur ta recommandation. Le cheval est rendu à ton écurie. Je viens savoir le montant de la somme que j’ai à payer pour l’armure.

— Je l’avais bien dit, que c’était un brave jeune homme ! s’écria Isaac avec une joyeuse exaltation. Un coup de vin ne te fera pas de mal, ajouta-t-il en remplissant un hanap et en présentant au porcher un breuvage plus riche que Gurth n’en avait jamais goûté de sa vie. Et combien d’argent apportes-tu ? demanda Isaac.

— Sainte Vierge ! s’écria Gurth reposant la coupe sur la table, quel nectar boivent ces chiens de mécréants, tandis que, nous autres, vrais chrétiens, nous devons nous contenter d’ale aussi épaisse que le mélange que nous servons aux porcs dans leur auge. Combien d’argent j’apporte ? continua le Saxon après cette sortie inconvenante. Ce n’est qu’une petite somme, un acompte pour le moment. Allons, Isaac, tout juif que tu es, tu dois avoir une conscience ?

— Eh ! mais, dit Isaac, ton maître a gagné de bons chevaux et de riches armures avec sa bonne lance et sa main droite ; mais c’est un brave jeune homme. Le juif prendra ces dépouilles en paiement et lui rendra le surplus.

— Mon maître les a déjà vendues, dit Gurth.

— Ah ! il a mal fait, dit le juif ; c’est là l’acte d’un fou. Il n’y a point de chrétien ici qui pût acheter tant de chevaux et d’armures. Il n’y a pas de juif qui ait pu lui en donner la moitié de ce que j’en aurais offert ; mais tu dois avoir cent sequins dans ce sac, dit Isaac en regardant sous le manteau de Gurth ; il est lourd.

— J’ai des viretons pour les arbalètes, dit Gurth vivement.

— Eh bien ! donc, reprit Isaac haletant et hésitant entre son amour habituel du gain et le désir nouveau pour lui qu’il se sentait d’être généreux en cette occasion, si je disais que je prendrais quatre-vingts sequins pour le bon cheval et la riche armure, ce qui me laisse à peine un florin de profit, aurais-tu de l’argent pour me payer ?

— À peine, dit Gurth, bien que la somme qu’on lui demandait fût plus modérée qu’il ne s’y attendait, et cela laisserait mon maître presque sans un penny. Néanmoins, si c’est là ton dernier mot, il me faudra m’en contenter.

— Remplis-toi une nouvelle coupe de vin, dit le juif. Ah ! quatre-vingts sequins, c’est trop peu. Je n’aurais rien pour les intérêts de mon argent, et, d’ailleurs, le bon cheval aura dû souffrir dans le combat d’aujourd’hui. Oh ! c’était une rude et dangereuse mêlée ! Hommes et coursiers s’élançaient les uns sur les autres comme les taureaux sauvages de Basan ! Le cheval doit avoir souffert.

— Et moi, je vous dis, reprit Gurth, qu’il est parfaitement sain d’haleine et de corps. Vous pouvez le voir à cette heure dans votre écurie, et je crois en somme que soixante et dix sequins sont assez pour l’armure, et la parole d’un chrétien vaut bien celle d’un juif, j’espère. Si vous ne voulez pas accepter soixante et dix sequins, je rapporterai ce sac à mon maître.

En disant ces mots, il secoua le sac et fit sonner les sequins.

— Non, non, dit Isaac, dépose les talents et les shekels, compte les quatre-vingt sequins, et tu verras que je serai généreux envers toi.

Gurth à la fin consentit, et, quand il eut compté les quatre-vingt sequins sur la table, le juif lui délivra une quittance pour le cheval et l’armure.

La main du juif tremblait de joie en serrant les premières soixante et dix pièces d’or. Les autres dix, il les compta avec beaucoup plus de circonspection, et disant quelques mots à chaque pièce qu’il enlevait de la table et qu’il laissait tomber dans sa bourse. Il semblait que son avarice luttait contre de meilleurs sentiments et le forçait d’empocher sequin sur sequin, tandis que sa générosité l’engageait à en restituer au moins une partie à son bienfaiteur, ou à en gratifier son agent.

Il discourait à peu près ainsi :

— Soixante et onze, soixante et douze… Ton maître est un brave jeune homme !… Soixante et treize… Un excellent jeune homme !… Soixante et quatorze… Cette pièce est rognée dans son pourtour !… Soixante et quinze… Celle-ci ne me paraît pas avoir le poids !… Soixante et seize… Lorsque ton maître aura besoin d’argent, qu’il s’adresse à Isaac d’York !… Soixante-dix-sept… C’est-à-dire avec une hypothèque raisonnable.

Ici, il fit une longue pause, et Gurth avait bon espoir que les trois dernières pièces échapperaient au sort de leurs compagnes ; mais l’énumération continua :

— Soixante-dix-huit… Tu es un brave garçon !… Soixante-dix-neuf… Et tu mérites quelque chose.

Ici, le juif s’arrêta de nouveau, et se mit à regarder le dernier sequin, voulant sans doute le donner à Gurth. Il le pesa sur le bout de son doigt et le fit sonner en le laissant tomber sur la table. S’il eût rendu un son sourd, ou s’il se fût trouvé trop léger d’un cheveu, la générosité aurait eu le dessus ; mais, malheureusement pour Gurth, le son était plein et vrai ; le sequin, gras et nouvellement frappé, avait un grain en sus du poids.

Isaac ne pouvait prendre sur son cœur de s’en défaire ; aussi le laissa-t-il tomber dans sa bourse comme par distraction, en disant :

— Quatre-vingts ! Le compte y est, et j’espère que ton maître te récompensera dignement. Assurément, ajouta-t-il en regardant le sac avec des yeux avides, tu as encore de l’argent dans ce sac ?

Gurth fit une grimace ; c’était ce qui, chez lui, approchait le plus du rire, et répliqua :

— Environ la même somme que tu viens de compter avec tant de soin.

Puis il plia la quittance et la mit dans son bonnet, en ajoutant :

— Au péril de ta barbe, juif, aie soin que ceci soit en règle.

Puis il se remplit, sans y être invité, une troisième coupe de vin, et quitta l’appartement sans cérémonie.

— Rébecca, dit le juif, cet Ismaélite m’a joué cette fois. Néanmoins, son maître est un brave jeune homme, et je suis bien aise qu’il ait gagné de l’or et de l’argent par la vitesse de son cheval et la force de sa lance, laquelle, comme celle de Goliath le Philistin, pouvait se comparer à la navette d’un tisserand.

En se retournant pour recevoir la réponse de Rébecca, il s’aperçut que, pendant son colloque avec Gurth, elle avait quitté la chambre sans qu’il le remarquât.

Sur ces entrefaites, Gurth avait descendu les escaliers et avait gagné l’antichambre obscure ou vestibule, et était embarrassé de trouver la porte de sortie, lorsqu’une forme blanche, éclairée par une petite lampe d’argent qu’elle tenait à la main, lui fit signe d’entrer dans une salle latérale. Gurth éprouva quelque répugnance à obéir à cet appel. Rude et impétueux comme un sanglier pour les dangers terrestres, il avait toutes les terreurs caractéristiques de l’esprit saxon relativement aux faunes, aux démons des forêts, aux dames blanches et à toutes les superstitions que ses ancêtres avaient importées des déserts de l’Allemagne. Il se rappela encore qu’il était dans la maison d’un juif, c’est-à-dire d’un homme appartenant à ce peuple qui, outre les mauvaises qualités que le vulgaire lui attribuait, passait pour fournir des magiciens profonds et cabalistiques. Néanmoins, après un moment d’hésitation, il obéit à l’appel du fantôme et le suivit dans l’appartement indiqué, où il s’aperçut, à sa joyeuse surprise, que sa gracieuse conductrice était la belle juive qu’il avait vue au tournoi et pendant quelques instants dans l’appartement de son père.

Elle lui demanda sur sa transaction avec Isaac des détails qu’il rapporta fidèlement.

— Mon père a voulu plaisanter avec toi, brave homme, dit Rébecca. Il doit à ton maître une reconnaissance dix fois plus forte que le prix de ces armes et de ce coursier. Quelle somme as-tu payée tout à l’heure à mon père ?

— Quatre-vingt sequins, reprit Gurth surpris de la question.

— Dans cette bourse, dit Rébecca, tu en trouveras cent. Restitue à ton maître ce qui lui est dû, et garde le reste pour toi. Hâte-toi, pars ; ne t’amuse pas à me remercier, et prends garde en traversant cette ville encombrée, où tu pourrais facilement perdre ce que tu portes et même la vie. Ruben, ajouta-t-elle en frappant dans ses mains, éclairez cet étranger, et ne manquez pas de tirer sur lui les verrous et la barre.

Ruben, un israélite au front sombre et à la barbe noire, accourut à son appel, une torche à la main, ouvrit la porte extérieure de la maison, et, faisant traverser à Gurth une cour pavée, le fit sortir par un guichet pratiqué à la porte d’entrée, qu’il ferma sur lui avec des verrous et des chaînes qui auraient fait honneur à une prison.

— Par saint Dunstan ! s’écria Gurth en trébuchant dans la sombre avenue, celle-ci n’est pas une juive, mais un ange du ciel. Dix sequins de mon brave jeune maître, vingt autres de cette perle de Sion ! Ô jour heureux ! encore un jour comme celui-ci, Gurth, et tu peux te racheter de la servitude et devenir un frère aussi libre que le meilleur de ta classe ; et alors je déposerai ma corne et mon bâton de porcher pour prendre le bouclier et l’épée de l’homme libre, et je suivrai mon jeune maître jusqu’à la mort sans plus cacher ma figure ni mon nom.