Jude l’Obscur/Texte entier

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Traduction par Firmin Roz.
Ollendorf (p. 1-377).

m LES GRANDS ROMANS ÉTRANGERS HOMAS MAROy <?V.:>Jî> Quatrième Édition Judc f'Qbscu Traduit l'Anglais par M. FIRMIN ROZ

SOCIÉTÉ D'ÉDITIONS LITTÉRAIRES A ARTISTIQUES LIBRAIRIE PAUL OLLENDORFF 50.*.CHAUSSÉE D'ANTIN, 50

Jude l’Obscur
Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/3



PREMIÈRE PARTIE


À MARYGREEN


I


Le maître d’école quittait le village et chacun semblait attristé. Le meunier de Cresscombe lui avait prêté son cheval et sa petite charrette à bâche blanche pour transporter son mobilier à la ville où il devait se rendre, environ à vingt milles de là. Un tel véhicule était de dimensions suffisantes pour contenir les effets du magister qui s’en allait. La maison d’école étant meublée en partie par les administrateurs, le seul objet encombrant que possédât le maître, en plus de ses livres empaquetés, c’était un piano de campagne, acheté aux enchères l’année où il avait songé à apprendre la musique instrumentale. Mais son zèle tombé, le maître d’école n’était jamais devenu un fort pianiste ; et son acquisition lui avait été un tracas perpétuel, à chacun de ses déménagements.

Le pasteur était parti pour toute la journée, étant un de ces hommes qui haïssent le spectacle des changements. Il ne devait revenir que le soir, quand le nouveau maître serait arrivé et installé et tout redevenu paisible.

Le forgeron, le bailli et le maître d’école lui-même étaient debout, avec des attitudes perplexes, dans le salon, devant l’instrument. Le maître avait remarqué que, pût-il même l’emporter dans la charrette, il ne saurait qu’en faire lors de son arrivée à Christminster, la ville où il allait, et où précisément il devait habiter d’abord un logement provisoire.

Un petit garçon de onze ans, qui avait assisté tout pensif à l’emballage, se joignit au groupe des hommes, et comme ceux-ci se frottaient le menton, il parla, rougissant au son de sa propre voix :

— Ma tante a acheté un grand hangar de marchand de bois. Et le piano pourrait y tenir peut-être, jusqu’à ce que vous ayez trouvé place pour le mettre, monsieur ?

— Une bonne idée, dit le forgeron.

On décida d’envoyer une députation à la tante du garçon — une vieille fille du pays — afin de lui demander si elle voulait bien garder le piano jusqu’à ce que M. Phillotson l’envoyât chercher. Le forgeron et le bailli s’élancèrent pour s’assurer si l’abri proposé était praticable ; le jeune garçon et le maître restèrent seuls.

— Vous êtes fâché de mon départ, Jude ? demanda le maître avec bienveillance.

Des larmes montèrent aux yeux de l’enfant. Il ne comptait point parmi les élèves réguliers de la classe du jour qui occupait banalement la vie du maître d’école ; mais il avait suivi les cours du soir, seulement depuis que cet instituteur était en fonctions. À vrai dire, les élèves réguliers se trouvaient fort loin en ce moment, comme certains disciples historiques, et ne manifestaient aucun enthousiaste désir de se rendre utiles.

Le jeune garçon gauchement ouvrit le livre qu’il tenait à la main, et que lui avait donné en souvenir M. Phillotson. Il convint qu’il avait du chagrin.

— Moi aussi, dit M. Phillotson.

— Pourquoi partez-vous, monsieur ? demanda l’enfant.

— Ah ! ce serait une longue histoire… Vous ne pourriez pas comprendre mes raisons, Jude. Vous le pourrez, peut-être, quand vous serez plus âgé !

— Je crois que je comprendrais maintenant, monsieur.

— Bon, mais ne parlez de cela nulle part. Vous savez ce que c’est qu’une université et un grade universitaire. C’est le contrôle nécessaire à tout homme qui veut réussir dans l’enseignement. Mon projet ou mon rêve est de prendre mes grades, et alors d’entrer dans les ordres. En allant habiter Christminster, je serai, pour ainsi dire, au quartier général, et si mon projet est réalisable, mon séjour là-bas m’apportera des chances d’avancement plus sérieuses que partout ailleurs.

Le forgeron et son compagnon revinrent. Le hangar de la vieille miss Fawley était sec et tout à fait ce qu’il fallait, et elle paraissait disposée à y donner asile à l’instrument. On convint de le laisser dans l’école jusqu’au soir, où il y aurait plus de bras disponibles pour le transport. Le maitre d’école jeta un dernier regard autour de lui.

Jude assista au chargement de quelques petits articles ; puis, à neuf heures, M. Phillotson monta à côté de ses paquets de livres et autres impedimenta et il dit adieu à ses amis.

— Je ne vous oublierai pas, Jude, dit-il en souriant, comme la charrette s’ébranlait. Souvenez-vous d’être un bon garçon, bienveillant pour les animaux et surtout pour les oiseaux. Lisez tout ce que vous pourrez lire. Et si jamais vous allez à Christminster, ne négligez pas de venir me voir, en souvenir de nos anciennes relations. La charrette cria sur le gazon et disparut à l’angle du presbytère. L’enfant retourna’ vers le puits, au bord du pré où il avait laissé ses seaux pour aider son bienfaiteur et maître à charger. Un frisson passait maintenant sur ses lèvres. Il enleva le couvercle du puits ; le seau commençait à descendre. Jude appuya son front et ses bras sur la margelle, et son visage prit la fixe expression d’un enfant pensif qui a senti, avant le temps, les aiguillons de la vie. Le puits dans lequel il regardait était aussi ancien que le village même, et, dans la position actuelle de Jude, il lui apparaissait comme une longue perspective circulaire, terminée par un disque brillant d’eau frémissante à la profondeur de cent pieds. Là, il y avait une ligne de mousse verte à fleur d’eau, et, plus près encore, des touffes de fougère de l’espèce dite « langue de cerf».

Jude se disait à lui-même, avec le ton mélodramatique d’un enfant bizarre, que le maître d’école était venu bien des fois tirer de l’eau à ce puits et qu’il n’y viendrait plus jamais. « Je l’ai vu regarder là-dedans, quand il était fatigué de tirer les seaux, tout comme moi maintenant, et pendant les repos, avant d’emporter les seaux à la maison. Mais il était trop remarquable pour demeurer longtemps ici, dans un village endormi comme celui-là. »

Une larme roula de ses yeux dans les profondeurs du puits. Le matin était brumeux et l’haleine de l’enfant se déployait comme une vapeur plus épaisse dans l’air tranquille et lourd. Ses réflexions furent interrompues par un cri soudain :

— Voulez-vous bien apporter l’eau, jeune paresseux, espèce d’arlequin ?

Cela venait d’une vieille femme qui avait surgi près de la porte d’un jardin, au seuil d’une chaumière au toit moussu, située non loin de là. Le garçon fit aussitôt un signe d’assentiment, tira l’eau avec un effort pénible pour un gamin de sa taille, vida le grand seau dans ses deux seaux plus petits; et après s être arrêté un instant pour respirer, il s’élança tout chargé dans la.moiteur de l’herbe à travers le bout de pré où le puits était situé, presque au centre du hameau.

Il était aussi ancien que petit, placé dans un pli de terrain, vers les dunes du Vessex septentrional. Le vieux puits était probablement la seule relique locale qui fût demeurée intacte, car, pendant les dernières années, on avait démoli beaucoup de vieilles chaumières à lucarnes et jeté bas beaucoup d’arbres. On avait détruit l’église primitive, ornée de tours en bois, pour en utiliser les matériaux. À la place, s’élevait une nouvelle et vaste église, construite dans le style gothique allemand, peu familier aux yeux anglais. Il n’y avait plus aucun souvenir du temple antique sur la verte pelouse qui avait été un cimetière, depuis un temps immémorial, et les tombes effacées étaient marquées par d’humbles croix de fer garanties pour cinq ans.



II

Délicat comme était Jude Fawley, il porta sans s’arrêter les seaux pleins d’eau jusqu’au cottage. Sur la porte était un petit rectangle de carton bleu, où étaient peints en lettres jaunes ces mots : « Drusilla Fawley, boulangère. » Derrière les petits carreaux plombés de la fenêtre — cette maison était une des plus anciennes du pays — il y avait cinq bocaux de bonbons, et trois gâteaux sur une assiette à ramages.

Tandis qu’il vidait ses seaux derrière la maison, Jude pouvait entendre une conversation animée qui continuait à l’intérieur, entre sa grand’tante, la Drusilla de l’enseigne, et quelques autres villageoises. Ayant vu le départ du maître d’école, elles discutaient sur les détails de l’événement et se plaisaient à en tirer des pronostics pour l’avenir.

— Qui est donc celui-là ? demanda l’une, qui paraissait n’être pas du pays, quand le garçon entra.

— Vous pouvez bien me le demander, mistress Williams. C’est mon petit-neveu. Il n’était pas ici la dernière fois que vous êtes venue.

La vieille bonne femme qui répondait était une grande maigre ; elle parlait d’un ton tragique sur le sujet le plus trivial et adressait une phrase de sa conversation à chaque auditeur à son tour. « Il vient de Mellstock, dans le Vessex méridional, il y a un an déjà, — il n’a pas eu de chance, Belinda — (se tournant à droite) : son père vivait dans ce pays ; il attrapa le mal de la mort, et mourut en deux jours, comme vous savez, Caroline. (Se tournant à gauche) : C’eût été une bénédiction si la Providence t’avait enlevé aussi, avec ta mère et ton père, toi, pauvre enfant inutile ! … Mais je l’ai pris ici pour rester avec moi, jusqu’à ce que je puisse voir ce que je ferai de lui, quoique je sois obligée de le laisser gagner un penny quand il en trouve l’occasion. Précisément, en ce moment, il écarte les oiseaux dans les champs du fermier Troutham. Cela l’empêche de mal faire. — Pourquoi te tournes-tu, Jude ? continua-t-elle, en s’adressant à l’enfant qui sentait pleuvoir les regards comme des soufflets sur son visage et détournait la tête.

La blanchisseuse du pays répondit que Mme ou Mlle Fawley (comme on la nommait indifféremment) avait fait peut-être un très bon calcul en prenant Jude avec elle. « Pour vous tenir compagnie dans votre solitude, chercher l’eau, fermer les volets le soir, et vous aider un peu dans la boulangerie. »

Miss Fawley n’était pas convaincue… « Pourquoi n’avons-nous pas persuadé au maître d’école de le prendre avec lui à Christminster et d’en faire un étudiant ? continua-t-elle avec une plaisanterie renfrognée. Je suis sûre qu’il n’eût pas trouvé meilleur élève. Le garçon est fou des livres, il en est fou. Cela vient de famille. Sa cousine Sue est absolument de même ; je l’ai entendu dire, du moins, car je n’ai pas vu cette enfant depuis des années, quoiqu’elle soit née ici, entre ces quatre murs. Ma nièce et son mari, après leur mariage, n’eurent pas de maison à eux pendant un ou deux ans. Lorsqu’ensuite ils furent installés… mais ne parlons plus de ça. Jude, mon enfant, ne vous mariez jamais : il n’est pas bon pour les Fawley d’entrer dans ce chemin-là. Elle, leur unique enfant, fut comme ma propre Mie, Belinda, jusqu’à la séparation. Ah ! qu’une petite fille ait connu de tels changements !… »

Jude, voyant l’attention générale concentrée encore sur lui, quitta la boulangerie, où il avait mangé le gâteau réservé pour son déjeuner. La fin de son court repos était arrivée et, sortant du jardin en escaladant la haie, il suivit un sentier vers le nord jusqu’à une large et solitaire dépression du plateau, ensemencée de blé. Ce vaste creux était le théâtre de ses travaux pour M. Trontham, le fermier ; Jude descendit au milieu.

La surface brune du champ était limitée tout autour par le ciel et se perdait par degrés dans la brume qui envahissait ses confins et rendait la solitude plus saisissante. Rien n’en rompait l’uniformité, si ce n’est une meule formée par les récoltes de l’année précédente, des corneilles qui s’envolèrent à l’approche de Jude et le sentier par lequel il était venu,

— Que c’est laid, ici! murmura-t-il.

Il s’arrêta auprès de la meule et, pendant quelques instants, il fit vigoureusement résonner sa crécelle. À chaque claquement, les corneilles, cessant de becqueter, s’élevaient sur leurs ailes nonchalantes, sombres comme une cotte de mailles, tournoyaient en regardant Jude avec circonspection et descendaient picorer à distance respectueuse.

L’enfant agita sa claquette jusqu’à ce que son bras fût fatigué, et peu à peu son cœur sympathisa avec les désirs contrariés des oiseaux. Ils semblaient, comme lui, vivre dans un monde qui ne se souciait pas d’eux. Pourquoi les effaroucher ? Ils prenaient de plus en plus l’aspect de gentils amis et protégés — les seuls amis que Jude pût considérer comme siens, car sa tante lui avait dit souvent qu’il ne devait pas compter sur elle. Il cessa de claquer et, de nouveau, les oiseaux redescendirent.

— Pauvres petits chéris ! dit Jude à haute voix. Vous aurez votre diner, vous l’aurez ! Il y a bien assez pour nous tous, et le fermier Troutham est assez riche pour vous offrir quelque-chose. Donc, mangez, mes chers petits oiseaux, et faites un bon repas.

Les corneilles s’arrêtèrent pour manger, taches d’encre sur le sol brou de noix, et Jude se réjouissait de leur appétit. Un fil magique de sympathie unissait sa propre vie à la leur. Ces existences chétives et pénibles ressemblaient à son existence.

Il avait jeté de côté sa claquette, comme un vil et sordide objet, aussi cruel pour l’ami des oiseaux que pour les oiseaux eux-mêmes. Soudain, il sentit un rude choc sur sa culotte, choc suivit d’un sourd claquement qui révéla à ses sens surpris que l’instrument de correction employé était la claquette elle-même. Les oiseaux et Jude s’effrayèrent simultanément, et les yeux effarés du gamin aperçurent le fermier en personne, le grand Troutham, abaissant sur Jude épouvanté un visage coloré par l’indignation, et balançant la crécelle dans sa main.

— C’est cela : « Mangez, mes chers oiseaux ! » c’est cela, jeune homme ! « Mangez, chers oiseaux ! » En vérité ? J’arrive derrière vous et je vous entends dire : « Mangez, chers oiseaux ! » Et vous avez été faire le paresseux chez le maître d’école, avant de venir ici, n’est-ce pas, hein ?… C’est ainsi que vous gagnez vos six pence par jour pour écarter les oiseaux de mon blé ?

Tout en cornant aux oreilles de Jude ce discours indigné, Troutham avait saisi la main gauche de l’enfant dans la sienne, et balançant Jude au bout de son bras, il le fit tourner autour de lui en le frappant avec le plat de la crécelle, jusqu’à ce que l’écho du champ retentit du bruit des coups, distribués deux ou trois fois à chaque révolution.

— Ne me battez pas, monsieur, je vous en prie, ne me battez pas… Je… je… monsieur… je voulais dire qu’il y avait beaucoup de grain — je l’ai vu semer — et que les oiseaux pouvaient en prendre un peu pour leur repas et que ça ne vous ferait pas de tort, monsieur, et M. Phillotson, dit qu’il faut être bon pour eux. Oh !… Oh !… Oh !…

Cette explication sincère parut exaspérer le fermier, plus que ne l’eût fait une protestation. Il continua de balancer Jude et de faire résonner la claquette dont le bruit parvenait jusqu’aux travailleurs éloignés qui croyaient Jude assidûment occupé à sa besogne, et jusqu’à la nouvelle église pour laquelle le fermier avait largement souscrit en témoignage de l’amour qu’il portait à Dieu et aux hommes.

Quand il en eut assez de cette besogne, Troutham remit l’enfant tremblant sur ses jambes, prit six pence dans sa poche et les lui donna comme salaire en lui disant de retourner à la maison et de ne jamais reparaître devant ses yeux ni dans son champ.

Jude s’enfuit hors de la portée de son bras et s’en alla en pleurant, non de douleur, quoiqu’elle fût assez vive ; non même de la découverte qu’il avait faite d’une fêlure dans le système de l’univers, ce qui est bon aux oiseaux de Dieu étant nuisible au jardinier créé par Dieu ; mais il avait la sensation terrifiante de s’être porté le plus grand tort, depuis un an qu’il habitait la commune, et d’être un fardeau pour sa grand’tante durant toute sa vie.

Il y avait, sur son chemin, une quantité de ces vers qui sortent de terre à cette époque de l’année, et il était presque impossible d’avancer sans en écraser quelques-uns. Quoique le fermier Troutham l’eût justement corrigé, Jude était incapable de faire, du mal à qui que ce fût. Il n’avait jamais déniché des oiseaux, sans rester éveillé toute la nuit par la pitié ; et bien souvent, le lendemain matin, il avait remis les captifs dans leur nid. À peine pouvait-il supporter la vue des arbres taillés ou abattus… Cette disposition de caractère, qu’on appelle communément de la faiblesse, révélait qu’il appartenait à l’espèce des hommes destinés à souffrir beaucoup, avant que la chute du rideau sur le spectacle de leur vie inutile ne vienne marquer le moment où tout redeviendra bien pour eux. Il continua sa route sur la pointe du pied, parmi les vers de terre, sans en écraser un seul.

En entrant dans la chaumière, il trouva sa tante vendant un pain de deux sous à une petite fille. La cliente partie, elle demanda :

— Eh bien, pourquoi revenez-vous ici au milieu de la matinée ?

— Je suis renvoyé.

— Quoi ?

— M. Troutham m’a renvoyé parce que j’ai laissé les corneilles manger un peu de maïs. Et voilà mes gages, les derniers.

Tragiquement, il jeta les six pence sur la table.

— Ah ! dit la tante qui suspendit sa respiration. Elle commença un sermon pour prouver qu’elle allait avoir Jude sur les bras, tout le printemps, sans qu’il pût rien faire.

— Si vous ne pouvez écarter les oiseaux, à quoi êtes-vous bon ?… Là, vous ne semblez pas capable de grand’chose. Je suis meilleure que le fermier Troutham. Mais, comme a dit Job : « Maintenant, les jeunes me tournent en dérision, ceux dont j’aurais dédaigné les pères, comme gardiens de mes troupeaux. » Son père était ouvrier chez mon propre père ; n’importe, j’ai été bien folle de vous laisser travailler pour lui… Jude, Jude, pourquoi n’avez-vous pas suivi le maître d’école à Christminster ou ailleurs ?

— Où est cette belle cité, tante, cette ville où est allé M. Phillotson ? demanda l’enfant après une méditation silencieuse.

— Seigneur ! vous devriez savoir où est Christminster. À une vingtaine de milles environ. C’est un endroit beaucoup trop beau pour vous, mon pauvre garçon, j’en ai bien peur.

— Et M. Phillotson y restera toujours ?

— Est-ce que je sais ?

— Ne pourrais-je aller le voir ?

— Dieu non. On voit bien que vous n’êtes pas d’ici ; ou vous ne demanderiez pas une chose pareille. Nous n’avons jamais eu aucun rapport avec les gens de Christminster ni eux avec nous.

Jude sortit et, sentant plus que jamais L’inanité de son existence, il se laissa tomber sur un tas de paille près de l’étable & porcs. Le brouillard était devenu transparent et l’on devinait le soleil au travers… Jude comprit que l’âge apportait des responsabilités. L’ordre des événements ne ressemblait pas à celui qu’il avait espéré. La logique de la nature était trop cruelle pour le ménager, et son sens de l’harmonie était blessé de ce que la compassion due à certaines créatures portât préjudice aux autres…

S’il pouvait seulement s’empêcher de grandir ! Il n’éprouvait nul besoin de devenir un homme.

Dans l’après-midi, quand il n’eut plus rien à faire à la maison, il sortit du village et demanda le chemin de Christminster, qu’on lui indiqua, dans la direction du champ de Troutham.



III


Pas une âme sur la route blanche, qui semblait monter et se perdre dans le ciel. Une ancienne voie romaine la croisait à angle droit, allant de l’est à l’ouest sur un espace de plusieurs milles. Jamais Jude ne s’était hasardé si loin, vers le nord, hors du hameau où le courrier d’une petite station l’avait déposé, par un soir très sombre, quelques mois auparavant. Il ne soupçonnait pas qu’une aussi vaste, plate et basse région s’étendit si près de lui, aux confins de son plateau. La contrée septentrionale s’étendait devant lui, en demi-cercle, sur une largeur de quarante à cinquante milles ; et l’atmosphère semblait plus bleue et plus humide que celle où il respirait.

Il y avait, au bord de la route, une vieille grange bâtie en briques et en tuiles et que les gens du pays appelaient la Maison-Noire. Jude aperçut une échelle appuyée, au bord du toit où deux hommes réparaient les tuiles. Il grimpa sur l’échelle, et, arrivant près des ouvriers il leur demanda où était Christminster.

— Christminster est par ici, dans la direction de ce bouquet d’arbres. Vous ne pouvez pas le voir par un temps comme celui d’aujourd’hui… Il faut choisir un temps clair. Moi, quand je l’ai vu, c’est à l’heure où le soleil descend dans une auréole de flammes… Alors on croirait voir… je ne sais pas quoi…

— La Jérusalem céleste ? dit le grave bambin.

— Oui… quoique je ne me sois jamais avisé de penser à cela…

Jude abandonna donc le projet de voir Christminster et se mit à errer çà et là en observant toutes choses. Quand il repassa près de la grange, il vit que les tuiliers étaient partis, mais que l’échelle était encore à sa place. Le soir tombait. Il y avait toujours un léger brouillard. Jude songea à Christminster et désira n’avoir pas marché inutilement pendant deux ou trois milles, sans apercevoir la ville qui l’attirait. Il monta jusqu’au sommet de l’échelle et s’assit sur le dernier barreau, parmi les tuiles… Au bout de dix ou quinze minutes, le brouillard s’évanouit à l’est, et un quart d’heure après, les vapeurs du couchant disparurent ; les rayons filtrèrent entre deux barres de nuages gris. À l’extrême limite du paysage, l’enfant vit briller des points de topaze, qui devinrent peu à peu des girouettes, des fenêtres, des toits d’ardoise, des clochers, des dômes… C’était Christminster ou son mirage. Le petit spectateur regarda jusqu’à ce que les fenêtres et les girouettes eussent perdu leur éclat, comme des flambeaux brusquement éteints. La vague apparition se voila de brume. Se tournant vers l’ouest, Jude vit que le soleil avait disparu. Le premier plan du paysage s’assombrissait d’une manière funèbre, et les objets les plus proches prenaient des formes et des couleurs chimériques. Il descendit l’échelle, plein d’anxiété, et s’en alla par la route, essayant de ne pas penser aux géants, à Herne le chasseur, à l’Apollon qui tend des pièges, à Christian[1], au capitaine qui porte un trou sanglant au milieu du front et chaque nuit lutte contre des cadavres ressuscités et révoltés à tord du vaisseau maudit. Il savait bien qu’il avait passé l’âge de croire à ces horreurs, mais, néanmoins, il fut charmé quand il vit le clocher et les lumières aux fenêtres de la chaumière, quoique cette maison ne fût pas son foyer natal et que sa grand’tante ne se souciât guère de lui.


À travers la solide barrière de froides collines crétacées qui s’étendait au nord, Jude contempla toujours une cité merveilleuse, ce lieu qui avait semblé à son imagination la nouvelle Jérusalem. Pendant la morne saison humide, il savait qu’il pleuvait à Christminster, mais il pouvait à peine croire que la pluie y fût aussi triste qu’ailleurs. Souvent il allait jusqu’à la Maison-Noire, fasciné par la vue d’un dôme, d’un clocher ou d’une petite fumée qui lui semblait mystique comme un encens.

Il rêva de s’y rendre après la tombée du jour, et même d’aller un peu plus loin pour voir les lumières nocturnes de là cité. Malgré son appréhension de rentrer seul, il s’arma de courage et mit son projet à exécution. Il n’était pas bien tard quand il arriva à la Maison-Noire, juste à l’heure du crépuscule; mais le ciel sombre au nord-est, d’où soufflait le vent, paraissait favoriser son entreprise, n fut récompensé : sans distinguer Ira lumières, il apercevait un halo de brouillard lumineux. Dans ce rayonnement, Jude crut voir Phillotson se promener, comme dans la fournaise de Nabuchodonosor. Il offrit ses lèvres au vert du nord-est qu’il savoura comme une douce liqueur. Et il crut entendre le son des cloches, la voix de la cité, faible et musicale, murmurant : « On est heureux ici. »

Un bruit le tira de son extase. Il aperçut une voiture de charbon conduite par deux hommes et un gamin. Celui-ci plaça une grosse pierre contre les roues et donna aux bêtes haletantes le loisir de se reposer. Jude s’adressa aux deux hommes, demandant s’ils venaient de Christminster.

— À Dieu ne plaise !… Avec ce chargement !…

— L’endroit dont je parle est là-bas.

Jude était si romanesquement épris de Christminster qu’il n’osait prononcer ce nom : tel un amant parlant de sa maltresse. Il montra la lumière dans le ciel; elle était à peine visible pour des yeux un peu figés.

— Oui, il y a au nord-est un point brillant. Cela doit être Christminster. Ici, un petit livre de contes, que Jude portait sous son bras, glissa et tomba sur la route. Le charretier l’examina pendant qu’il le ramassait et arrangeait les feuillets.

— Ah ! jeune homme, dit-il, il vous faudrait une autre caboche pour lire ce qu’on lit là-bas.

— Pourquoi ? demanda l’enfant.

— Oh ! les gens de Christminster ne s’occupent jamais de rien que nous puissions comprendre. Ils étudient les langues étrangères, les langues d’avant le déluge, quand il n’y avait pas deux familles, qui parlaient la même. Et ils lisent ces sortes de choses aussi vite que vole un engoulevent… Oh ! c’est une ville grave… Vous savez, je pense, qu’ils élèvent les pasteurs comme des radis de couche. Il leur faut cinq ans pour faire d’un lourdaud bredouillant un prêcheur solennel, à la longue figure, à la longue redingote noire, que sa propre mère ne reconnaîtrait pas toujours… Voilà ; c’est leur métier : chacun le sien.

— Mais comment savez-vous ?…

— N’interrompez pas, mon garçon, n’interrompez jamais vos anciens… Je ne suis point allé à Christminster, mais j’en ai entendu parler, ici et là, en allant par le monde et en fréquentant toutes les classes de la société. J’ai été renseigné par un de mes amis qui cirait les bottes à l’hôtel Crozier, à Christminster, dans sa jeunesse.

Jude remercia chaleureusement le charretier, disant qu’il aurait désiré pouvoir parler de Christminster, la moitié seulement aussi bien que lui.

Il continua seul sa route vers la maison; et sa méditation était si profonde qu’il en oublia d’avoir peur. L’enfant se transformait soudain. C’était le vœu de son cœur de s’attacher, de se vouer à quelque chose d’admirable. Trouverait-il à Christminster cet objet d’admiration ? Y avait-il un endroit où sans crainte des fermiers, des empêchements; du ridicule, il pourrait veiller et attendre, et se préparer à quelque haute entreprise, comme ces hommes d’autrefois dont il avait entendu parler ? Pareil au halo lumineux qui avait paru devant ses yeux un quart d’heure plus tôt, le lieu idéal rayonnait dans son esprit pendant qu’il poursuivait sa route ténébreuse.

« C’est une ville de lumière, » se disait-il.

« C’est là que croit l’arbre de la science, » ajouta-t-il quelques pas plus loin.

« C’est de là que viennent et c’est là que vont ceux qui parlent aux hommes.

« On peut dire que c’est un château gardé par la science et la religion. »

Après cette métaphore, il resta silencieux quelque temps, puis il ajouta :

« C’est là ce qu’il me faut. »



IV


L’enfant marchait avec lenteur, absorbé dans ses pensées — homme déjà vieux par certains côtés de son esprit, et, par d’autres, plus jeune que son âge. — Il fut rejoint par un voyageur alerte, et, malgré l’ombre, il vit que le nouveau venu portait un chapeau extraordinairement haut, un habit à queue d’hirondelle, une chaîne de montre qui dansait follement et accrochait les reflets du jour. 11 avait des jambes grêles et des chaussures qui ne faisaient pas de bruit.

Jude, qui commençait à s’émouvoir de sa solitude, résolut de l’accompagner.

— Bien, mon camarade !… Mais je suis pressé et vous irez d’un bon pas si vous voulez me suivre. Savez-vous qui je suis ?

— Oui, je crois… Le docteur Vilbert ?

— Ah ! Je vois que je suis connu partout… Ce que c’est que d’être un bienfaiteur public !

Vilbert était un charlatan ambulant, bien connu de la population rustique, et absolument ignoré des autres, comme il le désirait, d’ailleurs, pour éviter une surveillance gênante. Les paysans composaient seuls sa clientèle. Il traversait à pied des distances énormes, dans la longueur et la largeur du Wessex Jude l’avait vu un jour vendre un pot de graisse colorée à une vieille femme comme un remède certain pour guérir une jambe malade. La vieille avait payé fort char ce remède précieux, tiré, disait Vilbert, d’un animal particulier qui paissait sur le mont Sinaï et qui ne pouvait être capturé sans danger de mort. Bien qu’il commençât à douter des vertus médicales du personnage, Jude pensa qu’il était bon de l’interroger :

— Je suppose que vous êtes allé à Christminster, docteur ?

— Oui, plusieurs fois, répondit le grand homme maigre. C’est un de mes centres d’opération.

— C’est une ville étonnante par la science et la religion…

— Vous pourriez en parler, mon garçon, si vous l’aviez vue… Les fils des blanchisseuses du collège y parlent latin — non pas le meilleur latin, j’en conviens : un latin de chien, un latin de chat, comme nous disons au collège.

— Et le grec ?

— Le grec est bon pour les futurs évéques qui doivent lire le Nouveau Testament dans le texte original.

— Je voudrais apprendre le latin et le grec.

— Noble désir… il vous faut une grammaire pour chaque langue.

— Je tâcherai d’aller un jour à Christminster.

— Quand vous irez, vous direz que le docteur Vilbert est le seul propriétaire des célèbres pilules qui Il guérissent infailliblement tons les désordres du système digestif, l’asthme et l’insuffisance de la respira lion. Quatre et six sous la boite, avec autorisation spéciale du gouvernement.

— Pourriez-vous m’apporter les grammaires si je vous promettais de dire cela un peu partout ?

— Je vous vendrais les miennes avec plaisir, celles que j’avais quand j’étais étudiant.

— Oh ! merci, dit Jude avec reconnaissance, et tout haletant, car il suivait avec peine le charlatan au petit trot.

— Je crois que vous feriez mieux de rester en arrière, jeune homme. Voici ce que je ferai : je vous apporterai les grammaires et je vous donnerai une première leçon si, dans chaque maison du village, vous vous souvenez de recommander l’onguent d’or du docteur Vilbert, ses gouttes de vie, et ses pilules pour les dames.

— Où serez-vous avec les grammaires ?

— Je passerai ici d’aujourd’hui en quinze, à sept heures vingt-cinq minutes. Mes mouvements sont réglés comme ceux des planètes dans leur cours.

— Je vous rencontrerai ici, dit Jude.

— Avec des commandes de médicaments ?

— Oui, docteur.

Jude resta en arrière, attendit un instant pour reprendre haleine et retourna à la maison avec la conscience d’avoir fait un grand pas vers Christminster. Il tint consciencieusement sa promesse, et, quinze jours plus tard, il était immobile sur le plateau, attendant Vilbert au même endroit où il l’avait rencontré.

Mais à sa grande surprise, le CHARLATAN RA parut pas le reconnaître. Jude, pensant que c’était JPDE L’OBSCUR 33 l’effet d’un chapeau neuf qu’il avait mis, salua avec dignité. — Eh bien,mot» garçon ?...diU’autre,distraitement. — Je suis venu, dit Jude. — Vous’ ?... Qui ôtes-vous ?... Oh !. .. je sais... Ap- portez-vous des commandes, petit ? — Oui. Jude donna les noms et les adresses des villageois qui désiraient s’assurer des vertus spéciales des pilules. Le charlatan les retint précieusement. — Et les grammaires grecque et latine ? La voix de Jude tremblait d anxiété. — Lesquelles ? — Vous m’aviez promis les vôtres, celles qui vous ont servi pour vos études. — Ah ! oui, oui... J’ai oublié... Vous le voyez, jeune homme, tant de vies dépendent de mes soins que je n’ai pas le temps de penser à autre chose. Jude mit quelque temps k s’as9urer de la vérité ; puis ; d’un ton de profonde douleur, il répéta : — Vous ne les avez pas apportées ? — Non, mais vous me ferez avoir quelques com- mandes de plus pour les malades, et je vous appor- l terai les grammaires la prochaine fois. | Jude laissa Vilbert passer en avant. C’était un être ^ simple et droit, mais le don de pénétration est sou- £ vent dévolu aux enfants et Jude devinait tout à coup à quelle humanité de camelote appartenait le charla- »çtan. Le laurier de sa couronne imaginaire s’effeuilla. retourna chez lui, s’appuya coulre la porte et ’^pleura amèrement. ">. Cette désillusion fut suivie par une série de jours ^jjmles et vides. Jude aurait pu faire venir ses grain- •à24 JUDE L’OBSCL’R maires d’Alfredston, mais il aurait fallu choisir ces livres et les payer, et bien qu’il ne manquât pas du nécessaire, il ne p^sédait pas un liard. A cette époque, M. Phillotson envoya chercher son piano, ce qui donna une heureuse idée à Jude. Pour- quoi n’écrirait-il pas au maître d’école, en le priant de bien vouloir lui envoyer les grammaires de Christ- minster ? Il pouvait glisser sa lettre .dans le couvercle de l’instrument. Pourquoi même ne pas demander à M. Phillotson de vieux cahiers -d’exercices, tout imprégnés de l’atmosphère de l’Université ? Jude mit son projet à exécution sans rien- dire à sa tante, et après quelques jours d’anxiété, il reçut un paquet qu’il alla chercher à la poste même’. Ce paquet contenait deux petits livres. Jude choisit un coin’soli- taire et s’assit sur un orme abattu pour le défaire. Depuis qu’il rêvait de Christminster, Jude avait beaucoup médité sur le procédé probable par lequel on transposait les mots d’une langue dans une autre. Il avait cèncln que la grammaire de la langue en question contiendrait d’abord un mode, un procédé, la clef d’un chiffre secret, qu’une fois connue il n’au- rait qu’à utiliser pour changer à son gré fous les mots de sa langue en ceux d’une autre. Quand, ayant coupé la ficelle du paquet et pris les livres, il ouvrit la grammaire latine, il put à peine en croire ses yeux. - Le livre était très vieux — trente ans au moins — mais ce n’était pas son aspect qui causait la surprise de Jude. Il apprenait, pour la première fois, que la loi de transmutation, supposée par son ignorance, n’avait jamais existé ; et que chaque mot grec ou latin devait être retenu par un effort de mémoiro qui représentait des années de pénible assiduité. Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/28 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/29 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/30 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/31 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/32 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/33 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/34 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/35 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/36 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/37 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/38 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/39 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/40 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/41 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/42 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/43 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/44 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/45 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/46 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/47 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/48 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/49 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/50 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/51 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/52 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/53 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/54 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/55 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/56 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/57 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/58 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/59 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/60 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/61 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/62 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/63 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/64 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/65 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/66 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/67 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/68 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/69 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/70 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/71 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/72 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/73 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/74 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/75 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/76 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/77 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/78 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/79 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/80 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/81 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/82 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/83 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/84 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/85 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/86 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/87 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/88 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/89 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/90 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/91 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/92 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/93 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/94 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/95 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/96 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/97 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/98 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/99 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/100 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/101 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/102 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/103 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/104 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/105 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/106 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/107 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/108 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/109 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/110 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/111 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/112 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/113 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/114 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/115 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/116 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/117 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/118 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/119 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/120 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/121 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/122 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/123 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/124 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/125 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/126 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/127 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/128 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/129 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/130 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/131 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/132 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/133 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/134 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/135 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/136 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/137 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/138 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/139 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/140 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/141 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/142 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/143 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/144 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/145 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/146 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/147 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/148 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/149 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/150 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/151 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/152 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/153 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/154 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/155 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/156 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/157 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/158 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/159 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/160 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/161 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/162 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/163 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/164 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/165 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/166 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/167 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/168 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/169 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/170 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/171 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/172 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/173 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/174 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/175 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/176 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/177 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/178 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/179 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/180 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/181 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/182 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/183 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/184 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/185 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/186 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/187 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/188 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/189 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/190 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/191 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/192 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/193 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/194 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/195 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/196 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/197 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/198 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/199 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/200 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/201 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/202 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/203 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/204 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/205 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/206 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/207 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/208 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/209 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/210 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/211 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/212 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/213 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/214 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/215 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/216 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/217 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/218 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/219 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/220 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/221 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/222 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/223 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/224 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/225 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/226 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/227 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/228 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/229 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/230 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/231 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/232 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/233 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/234 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/235 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/236 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/237 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/238 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/239 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/240 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/241 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/242 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/243 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/244 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/245 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/246 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/247 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/248 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/249 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/250 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/251 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/252 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/253 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/254 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/255 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/256 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/257 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/258 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/259 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/260 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/261 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/262 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/263 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/264 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/265 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/266 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/267 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/268 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/269 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/270 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/271 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/272 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/273 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/274 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/275 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/276 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/277 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/278 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/279 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/280 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/281 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/282 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/283 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/284 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/285 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/286 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/287 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/288 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/289 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/290 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/291 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/292 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/293 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/294 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/295 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/296 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/297 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/298 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/299 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/300 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/301 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/302 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/303 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/304 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/305 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/306 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/307 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/308 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/309 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/310 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/311 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/312 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/313 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/314 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/315 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/316 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/317 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/318 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/319 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/320 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/321 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/322 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/323 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/324 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/325 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/326 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/327 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/328 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/329 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/330 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/331 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/332 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/333 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/334 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/335 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/336 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/337 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/338 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/339 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/340 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/341 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/342 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/343 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/344 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/345 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/346 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/347 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/348 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/349 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/350 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/351 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/352 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/353 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/354 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/355 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/356 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/357 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/358 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/359 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/360 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/361 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/362 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/363 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/364 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/365 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/366 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/367 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/368 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/369 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/370 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/371 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/372 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/373 Jl'l>E LOBSCVK — Le philtre opère, vous savez ? dit-il avec une œillade. C’est honteux de faire sombrer les cœurs ainsi. — Jo ne parle pas d’amour aujourd’hui. — Pourquoi pas ? C’est congé général. Elle ne répondit pas. Le bras de Yilbert enlaça fur- tivement sa taille, ce qui pouvait passer inaperçu dans la foule. Une expression malicieuse glissa sur le visage d’Arabella au contact du bras : mais elle tint ses yeux tixés sur la rivière comme si elle ne s’apercevait pas de cette étrein.e. La foule devint houleuse, poussait ! Arabella et ses amis parfois presque jusque dans la rivière, et la jeune femme aurait ri de bon cœur au jeu de mains qui suivit si l’œil de son esprit n’avait gardé l’em- preinte d’une pâle attitude de statue, récemment contemplée et qui la dégrisait un peu. Le divertissement de l’eau atteignait sou apogée. Ce n’étaient que plongeons, ce n’étaient que cris : la course était perdue et gagnée ; les toilettes grises, les bleues, les jaunes, quittaient les bateaux et les cu- rieux commençaient à avancer. • — Eh bien ! ç’a été rudement réussi ! s’écria Ara- bella. Mais je crois qu’il faut aller retrouver mon pauvre homme. Mon père y est, autant que je sache. Mais je ferai mieux de retourner. — Qu’est-ce qui vous presse ? — Il faut bien que j’y aille... (".lier, cher, c’est vi- lainl - la première rampe où l’on reiiioiilail du boni de l’eau sur le pont, la foule u’<-U>il plus qu’un bloc compact el siirchaMllé. W .ilxll.i et VÏIIMTI agglutinés au reste. Ils restaient lit. immobiles. Arabi-llit sY-criant : « Cher, cher ! de plus en phi> impatiente : car cil» Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/375 Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/376

— Croyez-vous gu’Elle viendra ? demanda-t -elle.

— Je ne saurais le dire. Elle a juré de ne pas le revoir.

— Comment est-elle ?

— Épuisée et misérable, pauvre cœur. Des années et des années plus vieille que quand vous l’avez vue la dernière fois. Tout à fait une femme éteinte, usée aujourd’hui. C’est le mari… Elle ne peut pas le digérer, même maintenant.

— Si Jude avait été en vie pour la voir, il ne se serait presque plus soucié d’elle, peut-être ?

— C’est ce que nous ne savons pas… Vous a-t-il jamais demandé de l’envoyer chercher depuis qu’il lui fit cette étrange visite ?

— Non. C’est tout le contraire. Je le lui ai offert et il m’a dit que je ne lui fisse pas savoir combien il était malade.

— L’a-t-il oubliée ?

— Non, que je sache.

— Eh bien ! pauvre petite créature, c’est à croire qu’elle a trouvé le pardon quelque part. Elle dit qu’elle a trouvé la paix.

— Elle peut jurer cela à genoux, devant la sainte Croix, mais ce n’est pas vrai, dit Arabella. Elle n’a jamais trouvé la paix depuis qu’elle est sortie de ses bras, et elle ne la retrouvera jamais, qu’elle ne soit comme il est maintenant.



fin





  1. Héros du fameux poème : Pilgrim’s Progress.