75%.png

L’Alcoran (Traduction de Du Ryer)/25

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Traduction par André Du Ryer.
Antoine de Sommaville (p. 342-348).



LE CHAPITRE DE L’ALCORAN,
contenant ſoixante & dix-ſept verſets,
eſcrit à la Meque.


AU Nom de Dieu clement & miſericordieux. Loüé ſoit celuy qui a envoyé l’Alcoran à ſon ſerviteur pour inſtruire le monde, il eſt Roy des Cieux & de la Terre, il n’a point d’enfant & de compagnon en ſon regne; il a creé & ordonné toute choſe, les infidelles adorent des Dieux qui ne peuvent rien créer & ſont choſes crées, ils ne leur peuvent faire ny bien ny mal, ils ne leur peuvent donner ny la vie ny la mort,·ny les faire reſſuſciter ; Ils ont dit que l’Alcoran n’eſt que menſonge de ton invention, controuvée avec l’ayde de quelque autre perſonne, mais ils mentent & blaſphèment, ils diſent que ce n’eſt qu’une vieille chanſon, & une fable des anciens que tu eſcrits, & que tu eſtudie ſoir & matin ; Dis leur, il a eſté envoyé par celuy qui ſçait tout ce qui eſt au Ciel & en la terre, tout clement & miſericordieux. Ils ont dit, qui eſt ce Prophete ? il mange pain & viande & chemine par les ruës, nous ne le croirons pas ſi un Ange ne deſcend du Ciel pour nous preſcher avec luy, que cet Ange ne l’enrichiſſe, & qu’il n’ayt un jardin remply de fruict bons & ſavoureux, ce n’eſt qu’un ſorcier, ou un homme poſſedé du Diable ; Conſidere à quoy ils te comparent, certainement ; ils ſont dévoyez, & ne peuvent pas trouver le droict chemin ; Loüe & beny celuy qui te peut donner un plus grand bien quand bon luy ſemblera, à ſçavoir des jardins où coulent pluſieurs fleuves, & des maiſons de plaiſance. Ils ont nié la certitude du Jugement univerſel, & nous avons preparé le feu d Enfer pour les chaſtier, la colere les emportera avec des cris effroyables quand ils verront le lieu de l’aſſemblée du Jugement ; & lors qu’ils y ſeront arrivez, ils ſeront deſeſperez, & crieront, ô malheur, ne cryez pas ô malheur, criez ô malheurs (en pluriel ? ) Demandez-leur qui eſt meilleur & plus advantageux, ou cela, ou le Paradis qui eſt preparé pour recompenſer les gens de bien, où ils demeureront eternellement avec toute ſorte de felicité ; c’eſt ce que Dieu a promis, & ce qui a eſté demandé à ſa divine Majeſté (pour ceux qui ont ſa crainte devant les yeux.) J’aſſembleray un jour les idolatres avec leurs Idoles, Dieu leur dira, c’eſt vous qui avez devoyez mes creatures du droict chemin ; ils diront, loüé ſoit ton nom, nous ne devions adorer que ta divine Majeſté, mais les biens que tu as donnez à nos Magiſtrats, & la vie que tu leur as prolongée, leur a fait oublier tes commandemens ; ils eſtoient gens perdus puis qu’ils ont abjuré ta loy, ils ne nous peuvent pas aujourd’huy exempter de la punition de nos crimes ny nous proteger contre ta colere. Les idolatres ſeront rigoureuſement chaſtiez, les Prophetes que nous vous avons envoyez auparavant toy, mangeoient & pain & viande, & marchoient par les ruës, nous les eſprouvons les uns par les autres, perſeverez, Dieu void ceux qui ſont patiens. Ceux qui ne croyent pas la reſurrection ont dit ; Les Anges ne ſont pas deſcendus du Ciel, nous n’avons pas veu Dieu ; il ſe ſont enorgueillis, & ſont tombez en une tres grande erreur, mais les meſchans, ſeront un jour ſans conſolation, lors qu’ils verront les Anges, ils crieront, au ſecours, au ſecours : Nous mettrons devant leurs yeux tous les pechez qu’ils ont faits, les bonnes œuvres qu’ils croiront avoir faites ſeront ſemblables à la pouſſiere que le vent emporte ; & les bien-heureux joüiront d’un bien tres-aſſuré, ils n’entendront rien qui ne les contentent. Lors que les Cieux ſe fendront & que les Anges deſcendront alors la vérité paroiſtra, & le miſericordieux regnera ; ce jour ſer faſcheux aux infidelles, ils morderont leurs doigts & diront, pleuſt à Dieu que j’euſſe ſuivy le Prophete ſon Apoſtre ? O malheur pleuſt à Dieu que je n’euſſe point contracté d’amitié avec un tel infidelle, il m’a dévoyé du droict chemin, il m’a empeſché de croire en l’Alcoran que Dieu a envoyé, certainement le Diable a tenté les hommes ; Alors le Prophete dira, Seigneur, ceux qui m’ont ſuivy ont obey à ce qui eſt eſcrit dans l’Alcoran, & les infidelles l’ont abjuré. Nous avons donné un ennemy entre les meſchans, à chaque Prophete de ceux qui t’ont precedé, mais il te ſuffit que. Dieu te conduite & te protege, Les infidelles nt demandé ſi L’Alcoran eſté envoyé tout en une fois j’en ay ainſi uſé, pour confirme a vérité en tous cœur, je l’ay envoyé piece par piece, ils ne feront rien voir de ſemblable, je t’ay enſeigné une verité claire et intelligible, les incredules ſeront confinez dedans le feu d’Enfer, & ſeront tres-malheureux. Certainement nous avons donné à Moïſe le livre de la loy, nous avons envoyé avec luy ſon frere Aaron pour l’ayder, nous leur avons dit, Allez tous deux preſcher les infidelles, nous les exterminerons, s’ils ne ſe convertiſſent. Lors que le peuple de Noé à meſpriſé nos commandemens nous l’avons ſubmergé, & fait ſervir d’exemple à la poſterité, & avons preparé de grands tourmens aux impies ; Souviens-toy de Aad ; de Temod & de ceux qui habitoient auprez du puy long-temps apres eux, nous leurs avons parlé par parabole & les avons exterminez. O impies, conſiderez le malheur de la ville ſur laquelle eſt tombé une mauvaiſe pluye, qui l’a exterminée, parce que ſes habitans ne croyoient pas en la reſurrection. Lors que les infidelles t’ont veu paroiſtre ; ils ſe ſont mocqués de toy & ont dit, ce Prophete nous veut dévoyer, & nous faire abandonner nos Dieux ; Nous avons eu patience, & avons ; differé noſtre punition : ils cognoiſtront au jour du Jugement ceux qui ont eſté devoyez : As-tu conſideré l’action de celuy qui a parlé de ſon Dieu à ſa fantaiſie ? eſtois-tu ſon tuteur pour l’empeſcher de parler ? crois-tu que la plus grande partie des impies entendent & comprennent ce que tu leur dis ? ils ſont comme des beſtes & encore pire ; Ne voids-tu pas comme ton Seigneur eſpend la roſée ? s’il vouloit elle ſeroit permanente, le Soleil l’a fait fondre & l’eſleve doucement à ſoy. C’eſt luy qui a creé la nuit pour repoſer, & le jour pour travailler. C’eſt luy qui euvoye les vents ; par ſa grace ſpeciale il fait deſcendre la pluye du Ciel pour rafraichir la terre, pour luy donner la vie, pour abreuver les animaux, & pour le contentement des hommes, nous l’avons partagée entr’eux afin qu’ils ſe ſouviennent de noſtre grace, neantmoins la plus grande : partie ſont des ingrats. Si nous euſſions voulu nous euſſions envoyé à chaque ville un predicateur pour preſcher à ſes habitans les tourmens de l’Enfer, preſche leur ſouvent ce qui eſt eſcrit dans l’Alcoran. C’eſt Dieu qui a adoucy l’eau de l’Eufrate qui a joint les deux mers, qui les a ſalées & qui a mis entre elles une ſeparation pour les empeſcher de ſe meſler ; il a creé l’homme & la femme d’un peu d’eau pour croiſtre & multiplier enſemble, ton Seigneur peut tout ce qu’il veut, neantmoins les infidelles adorent ce qui ne peut leur faire ny bien ny mal, & aydent au Diable leur Maiſtre à tenter le monde, Nous ne t’avons envoyé que pour preſcher les tourmens de l’Enfer, & pour annoncer les joyes du Paradis, Dis leur, je ne vous demande point de recompenſe de mes predications, celuy qui ſera agreable à Dieu ſuivra le chemin de ſa loy. Loüe & exalte ton Seigneur, confies toy en luy, il ſçait tous les pechez des hommes, il a creé les Cieux & la Terre en ſix jours, & s’eſt aſſis en ſon trône, apprens cela de celuy qui le ſçait. Lors qu’on a dit aux infidelles ; Adorez le miſericordieux, ils ont dit, quel miſericordieux ? adorerons-nous ce que vous nous ordonnez ? & ont augmenté leur impieté ; Beny ſoit celuy qui a creé les ſignes au Ciel, qui a creé le Soleil & la Lune pleins de clairté & de lumiere, & qui a fait que les jours s’enrtre ſuivcnt pour le remercier de ſes graces. Les ſerviteurs du miſericordieux qui marchent avec humilité, qui ſaluënt les ignorans lors qu’ils parlent à eux, Ceux qui prient & adorent Dieu jour & nuit, Ceux qui diſent, Seigneur delivre-nous des tourment de l’Enfer, qui craignent Dieu, qui ne ſont ny prodigues ny avaricieux qui ſuivent le milieu entre la prodigalité & l’avarice, Ceux qui n’adorent qu’un ſeul Dieu, qui ne tuënt perſonne qu’avec raiſon & ſuivant les commandemens de Dieu ; & ceux qui ne ſont pas luxurieux, joüiront eternellement de la grace de Dieu ; Ceux qui feront le contraire ſeront chaſtiez, leur punition fera augmentée au jour du Jugement, & ſeront eternellement damnez, excepté celuy qui ſe ſera converty, & qui aura fait de bonnes œuvres, Dieu luy pardonnera ſes pechez, il eſt clement & miſericordieux. Ceux qui font de bonnes œuvres & qui ſe convertiſſent, qui ne font point de faux ſerment, qui ſont humbles, & qui ne font pas les ſourds ny les muets quand ils entendent lire l’Alcoran, & diſent, Seigneur, donne-nous & à noſtre poſterité des enfans qui ſoient la lumiere de nos yeux, & qui te ſoient obeïſſans, donne-nous la crainte de deſobeyr à tes commandemens, ces perſonnes jouyront eternellement des delices du Paradis pour recompenſe de leur perſeverance, elles y trouveront des ſalutations & des benedictions avec des graces immenſes. Dis aux meſchans, Dieu ne vous eſclairera pas, & n’exaucera pas vos prieres, parce que vous avez démenty son Apoſtre, le temps de la punition de vos crimes arrivera bien-toſt.