75%.png

L’Alcoran (Traduction de Du Ryer)/33

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Traduction par André Du Ryer.
Antoine de Sommaville (p. 397-406).



LE CHAPITRE DES BANDES & TROUPES DES GENS DE GUERRE,
contenant quatre-vingt-ſept verſets,
eſcrit à la Medine.


AU Nom de Dieu clement & miſericordieux. O Prophete ! crains Dieu, & n’obeys pas aux infidelles. Dieu ſçait tout & eſt tres-prudent en ce qu’il ordonne, obſerve ce que ton Seigneur t’a enſeigné, il ſçait ce que les hommes font, reſigne toy en Dieu, il te doit ſuffire qu’il te protege. Il n’a pas donné deux cœurs aux hommes, il ne nous a pas ordonné d’appeller vos femmes vos Meres, tous ceux que vous appellez vos enfans ne ſont pas vos enfans, vous le dictes ſeulement de bouche, mais Dieu dict touſjours la verité, & conduit les hommes au chemin de ſalut. Appellez voſtre prochain par le nom de ſon pere, cette action ſera agreable à Dieu, pourvu que vous n’ayez point des mauvais deſſeins dans le cœur, ſi vous ne ſçavez pas ſon nom appellez-le voſtre frere en Dieu, où Monſieur; Dieu eſt clement & miſericordieux. Le Prophete eſt obey par ceux qui croyent en Dieu, & qui honnorent ſes femmes comme leurs meres. Les parens ſont heritiers les uns des autres, il eſt ainſi ordonné par ſa divine Majeſté aux fidelles qui ſont ſortis de la Meque pour ſuivre le Prophete : Il eſt ordonné en l’eſcriture de faire du bien à vos parens. Souviens toy que nous avons receu la promeſſe des Prophetes de Toy, de Noé, d’Abraham, de Moïſe, & de Jeſus fils de Marie (d’adorer un ſeul Dieu) nous en avons receu une forte promeſſe : On leur demandera compte de leurs actions, & les impies ſentiront la rigueur des peines infinies. O vous qui croyez en Dieu, ſouvenez vous de la grace qu’il vous a faite lors que vous avez eſté chargez par les trouppes des ennemis, il a envoyé contre eux un vent impetueux, & des trouppes inviſibles à vos yeux pour les combattre, il void tout ce que vous faites, ces trouppes inviſibles ſont venuës du coſté du Levant, & du coſté du Ponant, d’en bas & d’en hault, lorſque voſtre veuë eſtoit troublée & que le cœur vous manquoit à cauſe du grand nombre de vos ennemis, vous aviez deſja conçeu une tres-mauvaiſe opinion de la loy de Dieu, alors les vray-croyants ont eſté eſprouvez, ils ont tremblé de peur ; les impies & ceux qui eſtoient foibles en leur foy ont dict que tous ce que Dieu & ſon Prophete leur avoit promis n’eſtoit qu’abus & vanité ; Souviens-toy comme une partie d’entre-eux a dit aux habitans du Terroir de la Medine, il n’y’a point de ſeureté pour vous aupres de Mahomet, retournez en vos maiſons ; Souviens-toy comme pluſieurs d’entre-eux, t’ont demandé congé, & ont dit que leurs maiſons eſtoient abandonnees : Leurs maiſons n’eſtoient pas abandonnées, mais ils avoient deſſein de fuir ; s’ils fuſſent retournez en leurs maiſons, on leur auroit perſuadé de tous coſtez de ſuivre l’impieté, ils n’y auroient pas fait long ſejour, parce qu’ils avoient auparavant promis à Dieu de ne pas fuir, il leur auroit demandé compte de leurs promeſſes: Dis leur, la. fuitte vous ſera inutile ſi vous fuyez la mort, puiſque vous ne devez guere demeurer dans le monde ; Dis leur, qui vous peut proteger contre Dieu lors qu’il voudra vous exterminer ? ne prenez point d’autre protecteur que luy ; il cognoit ceux qui ont eſté diſſuadez d’aller au combat pour eſpargner leurs biens, & leurs perſonne ; ils jettent la veuë ſur toy lors qu’ils ſont ſurpris de peur, ils tournent les yeux dans la teſte comme une perſonne qui ſe meurt, & lors qu’ils ſont delivrez de peur, ils mediſent de toy à cauſe de leur extreme avarice. Telles gens ne croyent pas en Dieu, il rend toutes leurs œuvres infructueuſes, c’eſt choſe tres-facile à ſa divine Majeſté. Les trouppes des infidelles ont creu quelles eſtoient invincibles, & lors quelles ont veu les trouppes des vray-croyants, elles ont ſouhaité de fuyr. Les infidelles ont deſiré d’attirer les Arabes à leur party, & s’informent de vos nouvelles pour ſçavoir en quel eſtat vous eſtes, s’ils avoient eſté de voſtre party peu d’entr’eux auraient eſté tuez, la fuitte du Prophete Apoſtre de Dieu vous ſert de citadelle, elle ſert de boulevart à ceux qui apprehendent le jour du Jugement, & qui penſent ſouvent en ſa divine Majeſté. Lors que les fidelles ont dit, voila ce que Dieu & ſon Prophete nous ont promis, ils ſont veritables en leurs promeſſes, la veuë de leurs ennemis a augmenté leur foy & leur zele envers Dieu, & ſon Prophete. Il y à des perſonne entre les vray-croyants qui ont effectué ce qu’ils ont promis à Dieu, pluſieurs d’entr’eux ſont morts en l’obeyſſance des commandemens de ſa divine Majeſté, les autres attendent la meſme choſe, & ne contreviennent pas à ce qu’ils ont promis, Dieu les recompenſera de leur zele, & chaſtiera les infidelles ou leur pardonnera ſi bon luy ſemble ; il eſt clement & miſericordieux, Dieu exterminera les infidelles avec leur colere contre les fidelles, il protege les vray-croyants dans les combats, il eſt fort & tout puiſſant. Les Juifs ſont deſcendus de leur fortereſſe pour donner ſecours aux infidelles, mais Dieu a jetté la peur dans leur cœur, une partie a eſté tuée, & l’autre a eſté priſe eſclave, ils vous ont fait par leur mort heritiers de leur pays, de leurs maiſons, de leurs richeſſes, &de leurs fortereſſes, que vous ne pouviez pas conquerir ; Dieu eſt tout puiſſant. O Prophete ſi tes Femmes ſont trop ambitieuſes des biens de la terre, & de veſtements trop ſompteux, appellez lez, dis leur que tu leur feras du bien, & que tu les repudieras avec douceur & civilité. Si elles ayment Dieu & ſon Prophete, ſi elles ſont vertueuſes, ſa divine Majeſté leur donnera une tres-grande recompenſe: O femmes du Prophete celles d’entre vous qui ſeront impudiques ſeront chaſtiées doublement plus que les autres femmes, c’eſt une choſe facile à Dieu, celles d’entre vous qui obeyront à Dieu & à ſon Prophete, v c& ferons de bonnes œuvres ſeront recompenſées plus que les autres femmes, ou vous a preparé vue tres-grande de recompenſe ; O femmes du Prophete, vous n’eſtes pas comme les autres femmes du monde, craignez Dieu & ne croyez pas au diſcours de ceux qui ont deſſein de vous ſeduire, parlez avec civilité, demeurez dans vos maiſons, n’en ſortez pas pour faire paroiſtre voſtre beauté, & pour en faire monſtre comme faiſoient les anciens ignorants, priez Dieu avec affection, faites des aumoſnes, obeyſſez à Dieu à ſon Prophete ; Dieu vous veut delivrer de ſa colere, & vous veut purifier, ſouvenez vous de la loy qu’on vous a enſeignee dans vos maiſons, il eſt miſericordieux à ceux qui l’honnorent, il ſçait tout ce que le Prophete fait, il a promis ſa miſericorde, & une tres-grande recompenſe à ceux & à celles qui obeïront à ſes commandemens. Ceux & celles qui croient en ſon unité, qui ſe reſignent à ſa divine volonté, qui ſont patiens, qui ſont humbles, qui diſent la verité, qui jeuſnent, qui font des aumoſnes, qui ſont chaſtes, & les hommes & les femmes qui obſervent ſa loy, ne doivent pas controller ſes actions, ny celles de ſon Prophete, ny dire qu’ils feroient mieux qu’eux s’ils voulaient travailler ; celuy qui deſobey à Dieu & à ſon Prophete eſt devoyé du droict chemin ; Souviens-toy de ce que tu as dit à celuy a qui Dieu a fait la grace de le recevoir dans ſa loy, & que tu as gratifié de la liberté, que tu as dit, ne repudie pas ta femme, & crains Dieu, tu cache en ton ame un deſſein que Dieu manifeſtera, tu as peur du peuple, mais tu ne dois craindre qu’un ſeul Dieu. Lors que Zeid a repudié ſa femme[1], nous t’avons marié avec elle, afin qu’il ne reſte point d’erreur entre les vray-croyans, lors qu’ils auront repudié leurs femmes, ils obſerveront en les repudiant ce que Dieu a ordonné, Le Prophete ne peche pas de faire ce que Dieu luy a permis, la loy de Dieu a eſté ainſi obſervee par ceux qui nous ont precedé & le commandement de ſa divine Majeſté s’execute ſans retardements ; Ceux qui preſchent la parole de Dieu, ſes Apoſtres & ſes Prophetes n’ont peur de perſonne que de ſa divine Majeſté, il leur ſuffit qu’ils ſoient en ſa protection. Mahomet n’eſt pas voſtre pere [2], il eſt l’Apoſtre de Dieu & le dernier de tous les Prophetes, Dieu ſçait tout il ne viendra point d’autre Prophete apres luy. O vous qui croyez en Dieu, penſez ſouvent en ſa divine Majeſté, loüez le ſoir & matin, il vous donnera ſa miſericorde, les Anges demanderont pardon afin qu’il vous delivre des tenebres ; il eſt miſericordieux aux vray-croyans, les Anges les ſaluëront & de ſa part au jour du Jugement, il leur a preparé une tres-grande recompenſe. O Prophete, nous t’avons envoyé pour eſtre teſmoin des deportemens du peuple, & comme lumiere pour les conduire au droict chemin annonce aux vray-croyans qu’ils recevront de ſon Seigneur, une tres-grande grace ; N’obeis pas aux infidelles ny aux meſchans, ne crains pas leur malice, & te confie en Dieu, tu dois eſtre ſatisfait que Dieu te protege. O vous qui croyez, il, ne vous eſt pas permis de mal traiter vos femmes ; Si vous les repudiez avant que de les cognoiſtre, faites leur du bien, & les repudiez avec douceur & civilité ; O Prophete, nous te permettons de cognoiſtre les femmes que tu as dottée, les filles eſclaves que Dieu t’a données ; les filles de tes oncles, & de tes tantes qui ont abandonné avec toy de la compagnie des meſchans, & la femme vray-croyante qui ſe ſera donnée à toy, ſi tu l’a veux eſpouſer, & qu’elle ne ſoit pas femme d’un vray-croyant ; Nous ſçavons ce que nous avons ordonné aux vray-croyans touchant leurs femmes & leurs eſclaves, nous te l’avons enſeigné, afin que tu n’offenſe pas Dieu, il de clement & miſericordieux à ceux qui luy obeïſſent. Tu garderas celles que tu voudras garder de tes femmes, tu repudieras celles que en voudras repudier, & coucheras avec celles qui t’agréeront, il eſt plus à propos que tu les repudie ſans offenſer Dieu, que de les voir mal contente & affligées, elles ſe contenteront du bien que tu leur feras en en les repudiant, Dieu ſçait ce qui eſt en vos cœurs, il ſçait tout & eſt tres-miſericordieux. Il ne t’eſt pas permis de cognoiſtre autres femmes que les tiennes[3], il ne t’eſt pas permis de les troquer encore que la beauté des autres t’agrée, excepté tes eſclaves, Dieu prend garde à tout. O vous qui croyez ; n’entrez pas dans les maiſons du Prophete ſans permiſſion, excepté à l’heure du repas , & ce, par rencontre & ſans deſſein, ſi vous y eſtes invitez entrez avec liberté, lors que vous aurez pris voſtre repas ſortez de la maiſon, & ne vous arreſtez pas à diſcourir les uns avec les autres, cela importune le Prophete, il a honte de vous congedier, mais Dieu n’a pas honte de vous dire la verité ; Les femmes du Prophete auront le viſage couvert, lors que vous, parlerez ; à elles, cela reſſent mieux ſa pureté, tant à elles qu’à vous ; Vous ne devez pa importuner le Prophete de Dieu, &, ne devez pas cognoiſtre ſes femmes, ce ſeroit un tres-enorme peché, ſi vous couvez quelque deſſein, ou ſi vous le decouvrez, ſçachez que Dieu ſçait tout ; elles n’offenſeront pas Dieu de ſe faire voir à leurs peres, à leurs enfans, à leurs freres, à leurs neveux, à leurs ſervantes, & à leurs filles eſclaves, elles craindront Dieu, il voit tout, Dieu & les Anges prient[4] pour le Prophete ; O vous qui croyez ; priez pour le Prophete, & luy obeiſſez ; celuy qui deſplaira à Dieu & à ſon Prophete ſera maudit en ce monde, & reſſentira de rigoureuſes peines en l’autre ; Ceux qui font mal ſans raiſon à ceux & à celles qui croyent en Dieu, commettent un tres-grand peché ; O Prophete dis à tes femmes, à tes filles, & aux femmes des vray-croyans, qu’elles ſe couvrent de leurs voiles, elles en ſeront plus honorées, & ne recevront point de deplaiſir, Dieu eſt clement & miſericordieux. Si les meschants, les paillards, & ceux de la Medine qui ſont foibles en leur foy, ne quittent leur impieté, je te donneray pouvoir abſolu ſur eux, peu d’entr’eux te reſpecteront, mais prens les, & les tüe où tu les rencontreras, Dieu l’a ainſi ordonné à ceux qui t’ont precedé, tu ne trouveras point de changement en la loy de Dieu. Le peuple t’interrogera quand ſera le jour du Jugement, Dis leur que Dieu ſeul le ſçait, & que tu ne ſçais pas s’il ſera bien-toſt, mais que Dieu a preparé pour les infidelles un tres-grand braſier où ils brûleront eternellement, & ils ne trouveront point de protection, ils ſerons j renverſez la teſte premiere dans le feu, & diront plûſt à Dieu que nous euſſions obey à ſa divine Majeſté & à ſon Prophete ſon Apoſtres, ils diront, Seigneur, nous avons obey à nos Maiſtres & à nos Superieurs, ils nous ont devoyez du droict chemin, Seigneur chaſtie-les doublement, & leur donne ta malediction. O vous qui croyez, ne ſoyez pas comme ceux qui ont deſplû à Moïſe, il eſtoit innocent des crimes qu’ils luy impoſoient, il eſtoit inſpiré de Dieu, craignez Dieu & parlez avec civilité, vos œuvres luy ſeront agreables, &e vous pardonnera vos pechez ; Celuy ſera heureux qui obeïra à Dieu, & à ſon Apoſtre, la fidelité & l’obeïſſance luy ſont agreables au. Ciel & en la Terre & ſur les montagnes ; Ceux qui s’en eſloignent comme a fait Adam, ſe ſont fait tort à eux-meſmes, & font des ignorans, il chaſtiera ceux & celles qui ſeront deſobeiſſans & impies, il dennera ſa grace à ceux & à celles qui croiront en ſa loy, il eſt clement & miſericordieux à ceux qui luy obeïſſent.

  1. Mahomet fut amoureux de la femme de Zeid ſon eſclave, il la luy fit repudier pour l’eſpouſer à cauſe de ſa beauté.
  2. Il n’eſt pas le pere de Zeid pour ne pas eſpouſer la femme qu’il a repudiee. Voy Teffir anf joahir.
  3. Mahomet avoit neuf femmes. Voy Gelaldin.
  4. Beniſſent le Prophete. Voy Gelaldin.