75%.png

L’Alcoran (Traduction de Du Ryer)/49

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Traduction par André Du Ryer.
Antoine de Sommaville (p. 494-496).



LE CHAPITRE DES CLOSTURES,
contenant dix-huict verſets,
eſcrit à la Medine.

Ekteri intitule ce Chapitre le Chapitre des Murailles.


AU Nom de Dieu clement & miſericordieux. O vous qui croyez, ne preferez pas ce que vous faites à ce que Dieu & ſon Prophete ont fait, & craignez Dieu, il entent tout ce que vous dites, & void tout ce que vous faites. O vous qui croyez, lors que vous parlerez au Prophete, ne parlez pas plus haut que luy, ne criez pas comme lors que vous parlez entre vous, autrement vous rendez vos bonnes œuvres vaines & inutiles & ne le cognoiſtrez pas, Dieu a eſprouvé la vertu de ceux qui parlent bas en la preſence du Prophete, il leur pardonnera leur pechez &leur donnera une grande recompenſe. Ceux qui t’appellent par derriere les Cloſtures, ne ſçavent pas ce qu’ils font, s’ils euſſent attendu que tu euſſes eſté vers eux, ils auroient tres-bien fait, Dieu eſt clement & miſericordieux. O vous qui croyez, ſi quelque infidelle vous veut preſcher, diſtinguez la verité d’avec le menſonge, ſi vous croyez les ignorans vous vous en repentirez ; Sçachez que l’Apoſtre de Dieu eſt entre vous, vous offenſerez Dieu ſi vous obeiſſez aux infidelles en pluſieurs choſes, Dieu veut que vous embraſſiez ſa loy, elle reſjouira vos cœurs, & vous fera abhorrer la deſobeiſſance & l’impieté, ceux qui l’abhorrent ſont fermes en leur foy par ſa grace ſpecialle, il les cognoit, & eſt tres-ſage. Si deux nations ou deux Provinces de ceux qui croyent en Dieu s’entrebattent, mettez la paix entr’eux, ſi l’un fait tort à l’autre, combattez celuy qui eſt injuſte juſques à ce qu’il ait ſatisfait à ce que Dieu a ordonné, s’il y ſatisfait accordez-les avec equité, ſoyez juſte, Dieu ayme ceux qui rendent bonne juſtice à ſon peuple ; tous ceux qui croyent en ſa loy ſont freres, mettez la paix entre vos freres, & craignez Dieu, il vous donnera ſa miſericorde. O vous qui croyez, ne vous moquez pas de voſtre prochain, peut-eſtre qu’il vaudra un jour mieux que vous. O femmes, ne vous mocquez pas des autres, peut-eſtre qu’elles vaudront un jour plus que vous ; Ne vous dites point d’injures, & ne donnez point de nom à voſtre prochain qui luy deplaiſe, appellez-le par ſon nom, autrement vous deſobeirez à, Dieu, ceux qui ne le convertiſſent pas ont tres-grand tort. O vous qui croyez en Dieu, gardez vous de mauvaiſes penſée elles ſont ſouvent au nombre des pechez, ne faites point de deplaiſir à voſtre prochain, & ne vous dites rien les uns aux autres qui vous puiſſe deplaire ; Quelqu’un d’entre vous voudront manger la chair de ſon frere mort ? vous l’abhorreriez, craignez donc Dieu il eſt clement & miſericordieux à ceux qui ont ſa crainte devant les yeux. O peuple, nous vous avons creé maſle & femelle, Nous avons fait ſortir de voſtre lignée des peuples & des nations, vous vous cognoiſſez les uns les autres, mais voſtre plus grand honneur eſt de craindre Dieu ; il vous cognoit & ſçait tous vos ſecrets. Quelques uns d’entre les Arabes ont dit, Nous croyons ; Dis leur, ne dites pas nous croyons, dites, nous ſommes obeiſſans, autrement la foy n’entrera pas dans vos cœurs, ſi vous obeiſſez à Dieu & à ſon Prophete, Vous ſerez recompenſez de vos bonnes œuvres, Dieu eſt clement & miſericordieux à ceux qui obeiſſent à ſes commandemens ; Ceux qui ſont aymez de Dieu, croyent en ſon unité & en ſon Prophete, ils ne doutent pas de ſa loy, & employent leurs perſonnes & leurs biens pour la propagation de la foy, Dis leur, Ne cognoiſſez-vous pas que voſtre loy procede de Dieu Qu’il ſçait tout ce qui eſt dans les Cieux & dans la Terre ; il ſçait tout. Ils croyent te faire plaiſir de ſe ſauver : Dis leur, ne croyez pas de me faire plaiſir ; au contraire, c’eſt Dieu qui vous fait grace de vous conduire au chemin de ſalut, vous le devez ainſi croire, Dieu ſçait tout ce que vous faites.