75%.png

Le Koran (Traduction de Kazimirski)/49

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Librairie Charpentier (p. 422-424).

CHAPITRE XLIX.

LES APPARTEMENTS.


Donné à Médine. — 18 versets.


Au nom du Dieu clément et miséricordieux


  1. O vous qui croyez ! n’anticipez point sur les ordres de Dieu et de son envoyé ; craignez Dieu, car il entend et sait tout.
  2. O vous qui croyez ! n’élevez point la voix au-dessus de celle du prophète ; ne lui parlez pas aussi haut que vous le faites entre vous, afin que vos œuvres ne deviennent pas infructueuses à votre insu.
  3. Ceux qui baissent leur voix en présence du prophète sont précisément ceux dont Dieu à disposé les cœurs pour la dévotion. Ils obtiendront le pardon de leurs péchés et une récompense généreuse.
  4. Ceux qui t’appellent à haute voix, pendant que tu es dans l’intérieur de tes APPARTEMENTS, sont pour la plupart des hommes dépourvus de sens.
  5. Que n’attendent-ils plutôt le moment où tu en sortiras toi-même pour leur parler ? Cela vaudrait beaucoup mieux. Mais Dieu est indulgent et miséricordieux.
  6. Si quelque homme méchant vous apporte quelque nouvelle, cherchez d’abord à y voir clair[1], de peur que vous ne fassiez du mal à quelqu’un par ignorance et que vous n’en ayez ensuite des regrets.
  7. Sachez que l’envoyé de Dieu est au milieu de vous. S’il vous écoutait dans beaucoup de choses, vous tomberiez dans le péché. Mais Dieu vous a fait préférer la foi, il l’a embellie dans vos cœurs ; il vous a inspiré de la répugnance pour l’infidélité, pour l’impiété, pour la désobéissance. De tels hommes sont dans la droite voie,
  8. Par la grâce de Dieu et par l’effet de sa générosité. Dieu est savant et sage.
  9. Lorsque deux nations de croyants se font la guerre, cherchez à les réconcilier. Si l’une d’entre elles agit avec iniquité envers l’autre, combattez celle qui a agi injustement, jusqu’à ce qu’elle revienne aux préceptes de Dieu. Si elle reconnaît ses torts, réconciliez-la avec l’autre selon la justice ; soyez impartiaux, car Dieu aime ceux qui agissent avec impartialité.
  10. Car les croyants sont tous frères ; arrangez donc les différends de vos frères et craignez Dieu, afin qu’il ait pitié de vous !
  11. Que les hommes ne se moquent pas des hommes : ceux que l’on raille valent peut-être mieux que leurs railleurs ; ni les femmes des autres femmes : peut-être celles-ci valent mieux que les autres[2]. Ne vous diffamez pas entre vous, ne vous donnez point de sobriquets. Que ce nom : Méchanceté, vient mal après la foi que vous professez ! Ceux qui ne se repentent pas, ceux-là seront véritablement méchants.
  12. Ô vous qui croyez ! évitez le soupçon trop fréquent ; il y a des soupçons qui sont des péchés ; ne cherchez point à épier les pas des autres, ne médisez point les uns des autres ; qui de vous voudrait manger la chair de son frère mort ? — Cela vous répugne ? — Craignez donc Dieu. Il aime à revenir aux hommes[3], et il est miséricordieux.
  13. Ô hommes ! nous vous avons procréés d’un homme et d’une femme ; nous vous avons partagés en familles et en tribus, afin que vous vous connaissiez entre vous. Le plus digne devant Dieu est celui d’entre vous qui le craint le plus. Or, Dieu est savant et l’instruit de tout.
  14. Les Arabes du désert disent : Nous avons cru. Réponds-leur : Point du tout. Dites plutôt : Nous avons embrassé l’islam, car la foi n’a pas encore pénétré dans vos cœurs. Si vous obéissez à Dieu et à son apôtre, aucune de vos actions ne sera perdue, car Dieu est indulgent et miséricordieux.
  15. Les vrais croyants sont ceux qui ont cru en Dieu et à son apôtre, et qui ne doutent plus, qui combattent de leurs biens et de leurs personnes dans le sentier de Dieu. Ceux-là seuls sont sincères dans leurs paroles.
  16. Pensez-vous apprendre à Dieu quelle est votre religion ? Mais il sait tout ce qui est dans les cieux et sur la terre. Il connaît tout.
  17. Ils te reprochent, comme un bienfait de leur part, d’avoir embrassé l’islam. Dis-leur : Ne me reprochez point votre islam. Dieu pourrait bien vous reprocher comme un bienfait de vous avoir conduits vers la foi. Convenez-en, si vous êtes sincères.
  18. Dieu connaît les secrets des cieux et de la terre ; il voit toutes vos actions.
  1. C’est-à-dire, de discerner, si cette nouvelle a quelque garantie de vérité.
  2. Ceci doit se rapporter à Safia, une des femmes de Mahomet, à laquelle d’autres femmes auraient dit avec mépris : juive, fille d’un juif et d’une juive. Safia étant venue s’en plaindre à Mahomet, celui-ci aurait répandu : « Ne peux-tu pas leur dire : Aaron est mon père, Moïse est mon oncle, et Mahomet est mon époux. »
  3. C’est-à-dire, Dieu aime à pardonner.