75%.png

L’Alcoran (Traduction de Du Ryer)/90

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Traduction par André Du Ryer.
Antoine de Sommaville (p. 633).



LE CHAPITRE DE LA VILLE,
contenant vingt verſets,
eſcrit à la Meque.

Pluſieurs ont intitulé ce Chapitre, le Chapitre de la Nuit.


AU Nom de Dieu clement & miſericordieux. Je jure par cette Ville[1], qu’il t’eſt permis de la conquerir. Je jure par le pere & par l’enfant que nous avons creé l’homme dans la miſere ; Penſe-t’il que perſonne ne ſoit plus fort que luy[2] ? Il dit qu’il a depenſé de grands biens, penſe-t’il que perſonne n’aye veu ce qu’il a fait ? Ne luy avons nous pas donné deux yeux ? une langue ? deux levres ? ne luy avons nous pas fait voir le chemin du bien & du mal ? il ſera rigoureuſement chaſtié, mais je ne te diray pas de quelle ſorte de chaſtiment. Pourquoy ne delivrera-t’il pas les eſclaves ? Pourquoy ne donnera-t’il pas à manger à ceux qui ont faim ? aux orphelins ? à ſes parens qui ſont en neceſſité ? aux pauvres ? La patience & la charité ſont recommandées entre les vray-croyans, ils ſerons aſſis à la main droite, & ceux qui impugnent les myſteres de noſtre loy ſeront à la main gauche, ils ſeront enfermez dedans le feu d’Enfer.

  1. C’eſt la Meque
  2. Il declame contre Coreis. Voy Gelaldin