L’Encyclopédie/1re édition/APPROCHER

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Texte établi par D’Alembert, Diderot (Tome 1p. 558).
◄  APPROCHE

APPROCHER, (Marine.) s’approcher du vent. Voyez Aller au plus près. (Z)

Approcher, (en Monnoyage.) c’est ôter du flanc son poids fort en le limant, pour le rendre du poids prescrit par les Ordonnances. Voyez Rebaisser.

Approcher carreaux, (terme d’ancien Monnoyage.) c’étoit achever d’arrondir les carreaux, & approcher du poids que le flanc devoit avoir.

Approcher, à la pointe, à la double pointe, au ciseau : ce sont en Sculpture diverses manieres de travailler le marbre, lorsqu’on fait quelques figures. Voyez Pointe.

Approcher le gras des jambes, les talons ou les éperons, (Manege) c’est avertir un cheval qui ralentit son mouvement, ou qui n’obéit pas, en serrant les jambes plus ou moins fort vers le flanc. (V)

Approcher conserve sa signification dans la chasse aux oiseaux marécageux.

Voici une machine plus facile & de moindre dépense que les peaux de vaches préparées pour tirer aux canards.

C’est un habit de toile couleur de vache ou de cheval, depuis la tête jusqu’aux piés, avec un bonnet qui doit être fait comme la tête d’une vache ou d’un cheval, avant des cornes ou des oreilles, des yeux, deux pieces de la même toile pour attacher autour du col, & tenir le bonnet ; il faut laisser pendre deux morceaux de la même toile au bout des manches pour imiter les deux jambes de devant du cheval ou de la vache ; il faut marcher en se courbant, & présentant toûjours le bout du fusil : vous approcherez ainsi peu-à-peu pour tirer les oiseaux à bas ; & s’ils se levent, rien ne vous empêchera de les tirer en volant : la meilleure heure pour cette chasse est le matin.