L’Encyclopédie/1re édition/BARBOTINE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  BARBOTE
BARBOUDE  ►

BARBOTINE, s. f. (Hist. nat. bot. & mat. Med.) semen contra, semen sanctum, ou semen sanctonicum, est une semence menue, amere, chaude & dessiccative, propre à faire mourir les vers qui s’engendrent dans le corps humain, sur-tout dans celui des petits enfans. Voyez Ver.

Cette semence est menue, brune, oblongue, amere, & d’une odeur forte & desagréable. Il faut la choisir récente, verdâtre, d’un goût amer, aromatique & desagréable. Elle croît dans la Perse, sur les frontieres de la Moscovie. On nous l’apporte d’Alep, &c.

Les Naturalistes ne sont point d’accord sur la plante qui produit cette semence, sur laquelle J. Bauhin a donné une longue dissertation. Quelques auteurs veulent que le semen contra soit la graine d’une espece d’absinthe appellée santonicum ou marinum absinthium : d’autres disent qu’elle est la graine de la tanésie ; d’autres enfin, celle de l’auronne.

Voici ce qu’en dit M. Tavernier, dans le second tome de ses Voyages. « Pour ce qui est de la semencine, ou poudre à vers, on ne peut pas la recueillir comme on fait les autres graines. C’est une herbe qui croît dans les prés, & qu’il faut laisser mûrir ; & le mal est, que lorsqu’elle approche de sa maturité, le vent en fait tomber une grande partie entre les herbes, où elle se perd : c’est ce qui la rend chere.

Comme on n’ose la toucher de la main, parce qu’elle en seroit plûtôt gâtée, & que même quand on en fait usage, on la prend dans une écuelle ; lorsqu’on veut recueillir ce qui est resté dans l’épi, on a recours à cet expédient. On a deux paniers à ance ; & en marchant dans les prés, on fait aller un des paniers de la droite à la gauche, & l’autre de la gauche à la droite, comme si l’on fauchoit l’herbe, & toute la graine tombe ainsi dans ces paniers ». V. Semen contra & Vermifuge. (N)