L’Encyclopédie/1re édition/BLANCHET

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Texte établi par D’Alembert, Diderot (Tome 2p. 272).
◄  BLANCHE
BLANCHEUR  ►

BLANCHET, s. m. est un morceau de drap blanc, dont on se sert en Pharmacie, pour passer les sirops & les décoctions ; il s’étend sur le carrelet. V. Carrelet, Filtration.

Blanchet ; les Imprimeurs nomment ainsi un gros drap blanc, qu’ils employent pour garnir le grand tympan d’une presse ; ils en font usage pour faciliter le foulage de l’impression, & garantir en même tems l’œil de la lettre. Un blanchet entier est un morceau de ce drap d’une aune environ, plié en deux ; un demi blanchet est simple : par ce moyen on a la facilité de garnir le tympan d’un blanchet, ou d’un demi blanchet, pour racourcir ou alonger le coup de la presse.

Blanchet, en terme de Rafineur, est une piece de gros drap contenant vingt aunes ou environ, bordé tout autour d’une double bande de toile. Elle s’étend par un bout dans le panier à clairée, où il vaut mieux qu’elle soit lâche & aisée que tendue, parce que le poids de la clairée qui y coule à flots de la dale, la déchireroit. Voyez Dale & Clairée. Si j’ai dit étendue par un bout, c’est que le même endroit ne sert jamais qu’une fois. On laisse tomber à mesure le bout qui a servi, en tirant au-dessus du panier celui qui n’a point encore servi. Quand toute la piece a été chargée, on la lave avec soin, en la battant avec force dans la riviere, pour la degraisser ; & quand elle est seche on la bat avec des baguettes, pour en faire sortir toute la poussiere. La même piece sert jusqu’à ce qu’elle soit bien usée. On retient le blanchet sur les bords du panier par des crochets qui pressent étroitement l’étoffe de chaque côté du bord, & au-dessus. Voyez Crochet.