L’Encyclopédie/1re édition/BLANCHEUR

La bibliothèque libre.
◄  BLANCHET

BLANCHEUR, s. f. (Physiq.) est la qualité qui distingue les corps blancs. V. Blanc & Couleur.

M. Newton a prouvé par l’expérience, que la blancheur consiste dans le mêlange de toutes les couleurs, & que la lumiere du soleil n’est blanche que parce qu’elle est composée de toutes les couleurs. Voyez Couleur, Prisme, Rayon

Le même auteur fait voir que la blancheur la plus forte & la plus éclatante doit être mise au premier rang des couleurs, & que les blancheurs qui sont au-dessous, sont des mêlanges de couleurs de différens ordres. Les métaux blancs donnent cette blancheur du premier ordre ; l’écume, le papier, le linge, & les autres substances blanches, sont de la blancheur du second ordre. M. Newton conjecture que les métaux blancs sont plus blancs que les autres corps, parce qu’ils sont plus denses, & composés de parties plus serrées. Selon le même auteur, les particules des métaux blancs, comme l’argent, l’étain, &c. doivent avoir plus de surface que celles de l’or ou du cuivre. Ces deux derniers métaux, amalgamés avec du mercure, ou mêlés par la fusion avec de l’étain, de l’argent, ou du régule d’antimoine, deviennent blancs. (O)

Blancheur, se dit, en Medecine, du teint, des urines, des déjections, du pus, des crachats. Quand la blancheur du visage est extrème, elle se nomme pâleur. C’est dans les femmes le symptome de la suppression des regles, ou de la maladie dite dans les auteurs, febris alba amatoria, pâles couleurs. Voyez Pasles couleurs.

Elle est aussi ordinaire dans la sécheresse, dans la convalescence, dans les pertes ; dans ceux qui ont le frisson ; dans ceux qui ont peur, ou qui sont agités de passions semblables.

La pâleur denote que la circulation est diminuée, que le sang est épais, & qu’il ne peut aborder dans les petits vaisseaux lymphatiques, ou mieux, dans les arteres capillaires extrèmement fines, qui rampent dans le tissu de la peau. Voyez Pasleur.

Les urines pâles & blanches, sont un signe de resserrement dans les conduits urinaires. Voy. Urine.

Les déjections blanches & grises, marquent ou la lienterie, ou les obstructions du foie. Voyez Lienterie, Obstruction.

Le pus d’un blanc terne & mat, est un pus benin & louable.

Les crachats blancs & mousseux sont assez équivoques, &c. (N)