L’Encyclopédie/1re édition/CHEVET

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  CHEVESTRE
CHEVEUX  ►

CHEVET, s. m. on donne ce mot à la partie supérieure d’un lit ; celle où l’on place l’oreiller & le traversin ; la partie opposée s’appelle le pié du lit : on a transporté ce nom à d’autres choses.

Chevet, (Jurisp.) est un droit que quelques seigneurs exigeoient autrefois des nouveaux mariés dans l’étendue de leur seigneurie. La plûpart de ces droits que la force & la licence avoient introduits, ont été abolis dans la suite comme contraires à l’honnêteté & à la bienséance, ou convertis en argent. Il y a encore un droit de chevet dû par les nouveaux mariés dans certaines compagnies. Ce droit autrefois consistoit en un festin qui se donnoit à toute la compagnie ; présentement il est presque par-tout converti en une somme d’argent qui se partage entre tous les confreres du nouveau marié. Les officiers de la chambre des comptes & les conseillers au Châtelet payent en se mariant un droit de chevet. (A)

Chevet, terme d’Architecture : chevet d’église est la partie qui termine le chœur d’une église, le plus souvent de figure ronde, du Latin absis ; c’est ce que les anciens appelloient rond point. (P)

Chevet ou Coussinet, (Fortificat.) est une maniere de petit coin de mire qui sert à lever un mortier. Il se met entre l’affut & le ventre du mortier. Voyez Mortier. (Q)