L’Encyclopédie/1re édition/CHOQUE ou CHOC

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  CHOQUARD
CHORÉE  ►

CHOQUE ou CHOC, s. m. est un outil dont les Chapeliers se servent pour donner au feutre la forme de chapeau, & pour faire descendre également la ficelle jusqu’au lien, c’est-à-dire jusqu’à l’endroit où les bords du chapeau se terminent & touchent au commencement de la tête. On ne se sert de cet outil qu’après que la ficelle a été descendue jusqu’au bas de la forme, par le moyen d’un autre outil qu’on appelle avaloire.

Le choque est fait de cuivre & de figure presque quarrée, mais un peu tourné en rond afin de mieux embrasser la forme du chapeau. Il a deux ou trois lignes d’épaisseur, cinq pouces de hauteur, & un peu plus de largeur ; le haut qui lui tient lieu de poignée, est fait du même morceau de cuivre roulé à jour, & d’environ un pouce de diametre. Le chapelier tient cet instrument de la main droite ; & en le pressant fortement sur la ficelle par sa partie inférieure, il la fait descendre également jusqu’au lien, & répete cette opération tout autour du chapeau. Voyez la fig. 13. Pl. du Chapelier.

L’ouvrier doit avoir soin quand il donne cette façon au chapeau, que la forme soit posée horisontalement & de niveau sur une plaque de fer, afin que le lien du chapeau soit égal par-tout, & que la forme ne soit pas plus haute d’un côté que de l’autre. Voyez l’article Chapeau.

Choquer la tournevire, (Marine.) c’est rehausser la tournevire sur le cabestan, afin d’empêcher qu’elle ne se croise ou qu’elle ne s’embarrasse lorsqu’on la vire. Voyez à l’article Cabestan, l’incommodité de cette manœuvre, & les meilleurs ouvrages que nous ayons sur ce sujet. (Z)