L’Encyclopédie/1re édition/COURS

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  COURROYEUR
COURSE  ►

COURS, s. m. (Gram.) se dit des élémens & des principes d’une science, ou rédigés par écrit dans un livre, ou démontrés en public par des expériences.

C’est en ce dernier sens qu’on dit, un cours d’Anatomie, de Chimie, de Mathématiques, &c. Le mot de cours vient apparemment de ce qu’on y parcourt toutes les matieres qui appartiennent à la science qui en est l’object.

Le cours d’une science doit contenir non-seulement toutes les parties de cette science & leurs principes, mais les détails les plus importans. Au reste, comme les principes de chaque science ne sont pas en fort grand nombre, sur-tout pour un esprit philosophique, il ne seroit peut-être pas impossible de faire un cours général de Sciences, dans lequel chaque science seroit réduite à ses principes essentiels : un tel ouvrage, s’il étoit bien fait, dispenseroit un génie inventeur de bien des lectures inutiles ; il sauroit jusqu’où les hommes ont été, & ce qu’il peut avoir à y ajoûter. Voici quel pourroit être le plan d’un tel ouvrage. On poseroit chaque principe, on le démontreroit, & on indiqueroit ensuite en peu de mots tous les usages & toutes les applications qu’on auroit fait de ce principe, en se contentant d’indiquer les auteurs qui en auroient le mieux traité ; peu-à-peu cet ouvrage pourroit en produire un plus grand, où presque toutes les connoissances humaines seroient renfermées. Je doute qu’il y ait aucune science sur laquelle il ne soit possible d’exécuter ce projet : il me le paroît du moins sur le petit nombre de celles que j’ai étudiées, entre autres sur les différentes parties des Mathématiques ; & je pourrois tenter de l’exécuter un jour sur ces différentes parties. Je ne doute point, par exemple, que des élémens de Géométrie & de Méchanique faits dans ce goût ou sur ce plan, ne fussent un ouvrage très-utile : mais il y a beaucoup d’apparence qu’un tel ouvrage ne ressembleroit guere aux élémens ordinaires qu’on donne de ces Sciences. Voyez Elémens. (O)

Cours, est aussi le tems qu’on employe à étudier & à apprendre les principes d’une science : en ce sens on dit, qu’un écolier a fait son cours de Philosophie.

Cours d’une Courbe. Voyez Courbe. (O)

Cours royales, Cours solennelles, Cours couronnées, ou Fêtes royales, (Hist. mod.) assemblées pompeuses que les anciens rois de France tenoient aux principales fêtes de l’année, pour se faire voir à leurs sujets, aussi-bien qu’aux étrangers, dans toute leur majesté & avec une magnificence vraiment royale.

Cette cour se tenoit aux grandes fêtes de Pâques & de Noël, & étoit fort différente des champs de Mars ou de Mai dont on a parlé. Grégoire de Tours rapporte que Chilperic fit cette cérémonie à Tours aux fêtes de Pâques. Eginhard dit que Charlemagne paroissoit dans ces solennités revêtu d’habits de drap d’or, de brodequins enrichis de perles & d’autres ornemens royaux, avec la couronne sur la tête. Les rois de la 3e race imiterent en cela leurs prédécesseurs. Le moine Helgaud raconte que le roi Robert tint des cours solennelles aux jours de Pâques en son palais de Paris, où il fit des festins publics ; & S. Louis nonobstant sa modestie ordinaire, paroissoit dans les mêmes occasions avec tout l’appareil de la royauté, comme il fit, dit Joinville, en cette cour & maison ouverte qu’il tint à Saumur, où le roi de Navarre se trouva en cotte & mantel, avec le chapel d’or fin ; & comme en ces occasions les rois paroissoient avec la couronne en tête, on donna à ces solennités le nom de cours couronnées, curiæ coronatæ. Sous les rois de la seconde race, on ne les célébroit qu’à Noël & à Pâques ; mais ceux de la troisieme y ajoûterent les assemblées des fêtes de l’Epiphanie & de la Pentecôte. Elles étoient accompagnées d’un festin où le roi mangeoit en public, servi par ses grands officiers ; leur faisoit des libéralités, & faisoit jetter au peuple une grande quantité de toutes sortes de monnoies, tandis que les hérauts crioient largesse. A l’imitation de la France, Guillaume le Conquérant en introduisit l’usage en Angleterre. Eadmer, parlant du roi Henri I. les appelle les jours de la couronne du roi, parce que le souverain y paroissoit avec la couronne sur la tête. Les marches ou processions des rois avec les chevaliers de leur ordre, telle que celle des chevaliers du saint-Esprit à la Pentecôte, des chevaliers de la Jarretiere le jour de l’Epiphanie, ont succédé à ces anciennes cours royales, mais n’en ont pas conservé toute la magnificence. Chambers & Morery. (G)

Cours, (Jurispr.) a plusieurs significations. Le cours du change, c’est le taux de ce que les banquiers prennent pour droit de change, à raison de tant pour cent, pour faire tenir de l’argent d’un lieu dans un autre. Voyez Change.

Cours d’eau, signifie une certaine étendue d’eau courante.

Cours des intérêts, c’est le tems pendant lequel les intérêts s’accumulent.

Cours de la place, est la même chose que cours du change.

Cours de la peremption, c’est le tems qui est compté pour acquérir la peremption.

Cours de la prescription, est le tems qui sert pour la prescription. Voyez Prescription. (A)

Cours, terme fort usité dans le Commerce, où il a diverses significations.

Cours se dit des longs voyages qui se font par mer pour le commerce ; ainsi l’on appelle les voyages des Indes, des voyages de long cours.

Cours signifie aussi quelquefois la mesure & l’étendue d’une étoffe : cette tapisserie a vingt aulnes de cours.

Cours, signifie encore le crédit ou le discrédit que les billets d’un marchand, négociant, ou banquier, ont dans le commerce. Ils ont cours lorsqu’on les trouve bons, & qu’on veut s’en charger : quand on les trouve mauvais, & que personne ne veut les accepter, ils n’ont plus de cours.

Cours se prend encore dans le même sens, pour la faveur que prennent ou perdent dans le public, suivant les circonstances, les billets introduits dans le commerce ; tels qu’ont été en France les billets de l’épargne, les billets de monnoie, de banque, &c.

Cours se dit aussi parmi les marchands de la bonne ou mauvaise vente des étoffes, des denrées. C’est la mode qui donne le cours aux étoffes nouvelles ; celles qui sont d’ancienne mode n’ont plus de cours. Chambers & Dict. du Comm.

Cours d’une riviere, voyez Riviere.

Cours, en terme d’Architecture, est un rang de pierres continu, de même hauteur dans toute la longueur, d’une façade, sans être interrompu par aucune ouverture.

Cours de plinthe, c’est la continuité d’une plinthe de pierre ou de plâtre dans les murs de face, pour marquer la séparation des étages. V. Plinthe. (P)

Cours, Course, Chemin, Sillage, (Mar.) ces mots sont synonymes, & s’employent pour désigner la route que fait le vaisseau. Voyez Courir ; voyez aussi Route & Sillage.

Cours, voyages de longs cours, (Marine.) cela se dit des voyages éloignés, & plus particulierement de ceux où l’on passe la ligne.

Cours, Course, Faire la course, Armer en course, (Marine.) c’est se mettre en mer avec un ou plusieurs vaisseaux armés en guerre, pour en tems de guerre attaquer les ennemis, & enlever les vaisseaux marchands : on dit à cet effet, armer en course. Voyez Corsaire. (Z)

Cours, (à la Monnoie.) est le prix que le prince & l’hôtel des monnoies attachent tant aux especes répandues actuellement dans le commerce, qu’à celles qui se reçoivent suivant leur titre ; conséquemment aux arrêts du conseil, enregistrés à la cour des monnoies. Voyez les articles Monnoie, Evaluation, Titre, Valeur, &c.

Cours de pannes, en termes de Charpente, sont toutes les pannes qui sont au bout l’une de l’autre, pour faire la longueur du comble : ainsi sur un comble il peut y avoir autant de cours de pannes qu’il y a de rangs de pannes. Voyez la fig. 17. Pl. du Charpentier.

* Cours ou Course, (Manuf. en soie, Passement. Rubann.) se dit de l’ordre entier selon lequel il faut faire mouvoir les marches pour exécuter l’ouvrage : ainsi le cours ou course commence à la premiere marche que l’on presse, & il finit lorsque l’ouvrier revenu à la même marche, va lui faire succéder les autres dans le même ordre ; si le cours ne consistoit pas dans un certain nombre fixe & déterminé de mouvemens des marches, quel est l’ouvrier qui pourroit travailler ?