L’Encyclopédie/1re édition/EMBOUCHURE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  EMBOUCHER
EMBOUCLÉ  ►

EMBOUCHURE, s. f. (Manége.) terme spécialement adopté pour désigner la portion du mors qui est reçue dans la bouche du cheval, & dont l’effet ou l’impression doit se manifester précisément sur les barres.

Nous trouvons dans Castella, Grisone, Fiaschi, Cadamusto, Sanseverino, Caracciolo, Massari, la Noüe, la Broüe, &c. un appareil énorme d’embouchures différentes, telles que les poires simples, doubles, secretes, à pas d’âne ; les melons doux, ronds, à olives ; les campanelles simples, doubles, à cul-de-bassin, à cul-plat ; les hottes simples, à balottes entaillées, les canons à trompe ; les canons montans ; les canons simples, à compas, à cou d’oie, à bascule ; les demi-canons coudés ouverts à cou d’oie, ou ouverts à pié de chat ; les gorges de pigeon ; les escaches à bouton, à bavette, à la pignatelle ; les olives tambours, les pas d’âne, &c. mais nous avons renoncé avec raison aux frivoles avantages que les anciens sembloient se promettre de leurs recherches sur ce point, & nous avons banni loin de nous cette multitude prodigieuse d’instrumens, dont la diversité des formes & des noms a vainement épuisé leur génie, & qui seroient plûtôt capables d’altérer & de détruire le sentiment de la partie sur laquelle la main du cavalier exerce sa puissance, qu’ils ne nous procureroient les moyens de captiver l’animal sans l’avilir. Je ne sai néanmoins si notre supériorité à cet égard est telle qu’il ne nous reste rien à desirer, & s’il nous est permis de croire que les principes vagues, qui, relativement à cet objet, sont répandus & répétés dans tous les écrits modernes, puissent constituer une théorie suffisante & aussi lumineuse que s’ils étoient déduits des effets constans de la main & des effets certains & combinés des portions principales du mors. Voyez Mors. (e)

Embouchure d’une Riviere, (Géog.) c’est l’endroit par où une riviere se décharge dans la mer. (Z)

* Embouchure, s. f. (Commerce.) il se dit, dans le commerce des grains, d’une espece de friponerie qui consiste à faire que le dessous de celui qu’on vend, ne soit pas aussi bon que le dessus. S’il y a embouchure au grain, il est confiscable.

Embouchure, s. f. c’est, en terme de Chauderonnier & de Luthier, la partie sur laquelle se posent les levres, & d’où l’on pousse le vent dans le tuyau du cor, de la trompette, & autres instrumens semblables. Voyez les Planches de Lutherie.

Embouchure, s. f. (Tireur d’or.) c’est l’ouverture la plus large des pertuis de leur filiere. Voyez Or.