L’Encyclopédie/1re édition/EPAIS

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  EPAILLER

* EPAIS, adj. (Gramm.) Il se prend ou relativement à la dimension, ou relativement au nombre, ou relativement à la consistance. Dans le premier cas on dit un livre épais, un bloc épais ; dans le second on dit des bataillons épais ; dans le troisieme on dit une encre épaisse, un vin épais, &c. Il se prend aussi au figuré, & l’on dit un homme épais, une machoire épaisse.

Un livre épais est celui qui contient un trop grand nombre de feuillets, eu égard à son format ; car un in-folio pourroit être trop mince avec le même nombre de feuillets qu’un in-douze trop épais : d’où l’on voit que le mot épais est un terme relatif. Le substantif d’épais est épaisseur. Si la dimension d’un corps qu’on aura appellée sa largeur, est parallele à l’horison, son épaisseur sera perpendiculaire à sa largeur.

Epais, adject. en Musique : genre épais ou dense, πυκνός ; est, selon la définition d’Aristoxene, celui où dans chaque tétracorde la somme des deux premiers intervalles est toûjours moindre que le troisieme : ainsi le genre enharmonique est épais, parce que les deux premiers intervalles, qui sont d’un quart de ton chacun, ne forment ensemble qu’un semi-ton ; somme beaucoup moindre que le troisieme intervalle, qui est une tierce majeure. Le genre chromatique est aussi un genre épais ; car ses deux premiers intervalles ne forment qu’un ton, moindre encore que la tierce mineure qui suit. Mais le genre diatonique n’est point épais, car ses deux premiers intervalles forment un ton & demi ; somme plus grande que le ton qui suit. Voyez Tétracorde, Genre, &c. (S)