L’Encyclopédie/1re édition/ETOFFE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  ETOC
ETOFFÉ  ►

* ETOFFE, s. f. (Ourdissage.) est un nom général qui signifie toutes sortes d’ouvrages d’or, d’argent, de soie, laine, poil, coton ou fil, travaillés au métier ; tels sont les velours, les brocards, les moeres, les satins, les taffetas, draps, serges, &c. Voyez Draps, Velours, Manufacture, &c.

* Etoffes se dit plus particulierement de certaines sortes d’étoffes de laine legeres, qui servent pour les doublures ou les robes des femmes, comme les brocatelles, les ratines, &c.

* Etoffe, terme de Chapelier : c’est ainsi que ces ouvriers nomment les matieres qui doivent entrer dans les chapeaux, comme les poils de castor, de lievre, de lapin, de chameau & d’autruche ; & les laines de moutons, d’agnelins & de brebis.

On appelle un chapeau bien étoffé, quand il est suffisamment fourni de matiere, & que cette matiere est bonne & bien conditionnée.

* Etoffe, (Ruban.) s’entend de toutes les matieres d’or & d’argent qui servent à la fabrication des ouvrages de ce métier ; ainsi on dit, donnez-moi des étoffes, pour dire, donnez-moi les filés, clinquans, cablés, cordonnets, &c. qui me sont nécessaires. Chaque ouvrier a une petite boîte fermant à clé, fixée sur la grande barre de son métier, près du pilier, dans laquelle il renferme ses étoffes.

* Etoffe, (Manufact. en soie.) Toutes les étoffes de la manufacture en soie sont distinguées en étoffes façonnées & en étoffes unies.

On appelle étoffes façonnées, celles qui ont une figure dans le fond, soit dessein à fleur, soit carrelé, &c. Voyez ces articles.

On appelle étoffes unies, celles qui n’ont aucune figure dans le fond.

Toutes les étoffes en général, soit façonnées, soit unies, sous quelque dénomination, genre ou espece qu’elles puissent être, ne sont travaillées que de deux façons différentes ; savoir en satin ou en taffetas.

On appelle étoffes travaillées en satin, celles dont la marche ne fait lever que la huitieme ou la cinquieme partie de la chaîne, pour faire le corps de l’étoffe. Voyez Satin.

On appelle étoffes travaillées en taffetas, celles dont la marche fait lever la moitié de la chaîne, & alternativement l’autre moitié, pour faire également le corps de l’étoffe. Voyez Taffetas.

Il y a encore une espece d’étoffe appellée serge ; mais comme ce n’est qu’un diminutif du satin, & que d’ailleurs cette étoffe n’est faite que pour doublure d’habit, elle ne doit point être comprise sous la dénomination générale. Voyez Serge.

Toutes les étoffes travaillées en satin, soit à huit lisses, pour lever la huitieme partie ; soit à cinq lisses, pour lever la cinquieme, doivent être composées depuis 75 portées (la portée de 80 fils) jusqu’à 100 portées ; mais les plus ordinaires, de 90.

Toutes les étoffes travaillées en taffetas, doivent être composées depuis 40 portées simples ou doubles, jusqu’à 160, & à proportion de leur largeur. Il y a des moeres qui ont jusqu’à 90 portées doubles ; ce qui vaut autant, pour la quantité des fils, que si elles avoient 180 portées.

Les étoffes ordinaires sont de 40 à 45 portées, doubles ; ce qui vaut autant que 80 & 90 simples.

Outre les chaines qui sont le corps des étoffes façonnées, on y ajoûte encore d’autres petites chaînes appellées poils. Ces poils sont destinés à lier la dorure dans les étoffes riches ; à faire la figure dans d’autres étoffes, telles que les carrelés, cannelés, persiennes, doubles-fonds, ras de Sicile, &c. & dans les velours unis ou ciselés, à faire le velours. Voyez ces articles.

Il y a beaucoup d’étoffes façonnées qui n’ont point de poil, tant de celles qui sont brochées soie, que de celles qui sont brochées en dorure & en soie ; ce qui dépend de la richesse de l’étoffe, ou de la volonté du fabriquant. Cependant il est de regle, lorsqu’une étoffe passe deux onces & demie, trois onces de dorure, de lui donner un poil, tant pour lier la dorure, que pour servir à l’accompagner.

On appelle accompagner la dorure, passer une navette garnie de deux ou trois brins de belle trame de la couleur de la dorure même, sous les lacs où cette dorure doit être placée ; savoir d’une couleur aurore pour l’or, & d’une couleur blanche pour l’argent.

Toutes les étoffes, tant façonnées qu’unies, soit satins, soit taffetas ; soit qu’elles ayent un poil, ou qu’elles n’en ayent point, doivent avoir une façon de faire lever les lisses, à laquelle on donne le nom d’armure. On pourroit cependant excepter les taffetas sans poil de cette regle, parce que la façon de faire lever les lisses dans ce genre d’étoffe, est uniforme & égale dans toutes, de même que dans les satins ; & à proprement parler ce n’est que le poil qui embarrasse pour l’armure, les mouvemens de la chaîne dans l’une ou l’autre étoffe, étant simples & aisés. Voyez Manufacture & Armure.

* Etoffe ; (Coutell. Serrur. Taill.) Presque tous les ouvriers en fer & en acier donnent ce nom à des morceaux d’acier commun dont ils forment les parties non-tranchantes de leurs ouvrages : les parties tranchantes sont faites d’un meilleur acier. Ils ont aussi une maniere économique d’employer tous les ouvrages manqués, tous les bouts d’acier qui ne peuvent servir ; en un mot, toute piece d’acier rebutée pour quelque défaut : c’est d’en faire de l’étoffe. Pour cet effet ils prennent une barre d’acier commun plus ou moins forte, selon la quantité de matiere de rebut qu’ils ont à employer ; ils en forment un étrier, soit en l’ouvrant à la tranche, soit en la courbant au marteau ; ils rangent & renferment dans cet étrier la matiere de rebut ; ils la couvrent de ciment & de terre-glaise délayée, ils mettent le tout au feu, & le soudent. Quand toutes ces parties détachées sont bien soudées, & forment une masse bien solide & bien uniforme, ils l’étirent en long, & en forment une barre plus ou moins forte, selon l’ouvrage auquel ils la destinent. Cette barre s’appelle de l’étoffe.

Etoffe, (basse) terme de Potier d’étain ; c’est une composition faite en partie de plomb, & en partie d’étain. On l’appelle aussi petite étoffe, claire étoffe, & claire soudure. Voyez Etain.

Etoffe, terme de riviere, se dit de toutes les parties de bois qui entrent dans la composition d’un train.