L’Encyclopédie/1re édition/HERPES

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Briasson, David l’aîné, Le Breton, Durand (Tome 8p. 183).
◄  HÉROS
HERRNGRUND  ►

HERPES, sub. fém. terme de Médecine, ardeur, ou inflammation accompagnée d’un âpreté de cuir, & de l’éruption d’un grand nombre de petites pustules qui le rongent & le dévorent. Voyez Erésipelle.

Ce mot est dérivé du grec ἕρπω, paulatim gradior, parce que ces boutons rampent & se traînent d’un lieu à un autre.

Il y en a de plusieurs sortes.

L’herpe miliaire, est un assemblage d’une infinité de petites pustules qui se forment sous l’épiderme, & qui ont la grosseur d’un grain de millet. On l’appelle communément feu volage. Voyez Feu volage.

Herpes miliaire, suivant Wisemand, approche beaucoup de la nature de la gale, & demande les purgatifs mercuriels. Voyez Gale.

L’herpe simple, n’est qu’une pustule ou deux qui se forment sur le visage, de couleur blanchâtre ou jaunâtre, pointues & enflammées à leur base. Ces pustules se dessechent d’elles-mêmes, après avoir rendu le peu de pus qu’elles contiennent. Il y a une troisieme espece d’herpe, à qui l’on donne le nom de dartre. Voyez Dartre.

L’herpe corrosive, est celle dont les boutons sont rudes, causent des demangeaisons, & ulcerent les parties sur lesquelles ils se forment.

Herpes de plat-bord, (Marine.) c’est la coupe d’une lisse qui se trouve à l’avant & à l’arriere du haut des côtés d’un navire. On y met un ornement de sculpture, & cet ornement se nomme aussi herpe : il y en a quatre qui sont au plat-bord, deux à stribord, & deux à bas-bord. On peut voir dans la Planche IV. n°. 195, ce qu’on nomme herpe, & n°. 170, ce qu’on nomme plat-bord.

Herpes d’éperon, ce sont des pieces de bois taillées en balustre, qui forment la partie supérieure de l’éperon, & qui se répondent l’une à l’autre par des goutereaux.

Herpes marines ; on donne ce nom à toutes productions que la mer tire de son sein, & qu’elle jette naturellement sur ses bords, telles que l’ambre, le corail, &c. Ce mot vient de harpir, ancien mot qui signifioit prendre ; aujourd’hui l’on dit plus communément épaves de mer, plûtôt que herpes marines. (Z)