L’Encyclopédie/1re édition/INITIAL

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Briasson, David l’aîné, Le Breton, Durand (Tome 8p. 751).
◄  INIS-OWEN
INITIÉ  ►

INITIAL, adj. (Grammaire.) On appelle lettre initiale la premiere lettre de chaque mot, comme on appelle finale la derniere. Initial vient du latin initium, entrée, commencement. L’exactitude de l’ortographe exige que quelques lettres initiales soient majuscules : ce sont,

1°. Dans la Poésie, la lettre initiale de chaque vers grand ou petit, soit qu’il commence un sens, soit qu’il ne fasse que partie d’un sens commencé.

Renonçons au stérile appui
Des grands qu’on implore aujourd’hui ;
Ne fondons point sur eux une esperance folle :
Leur pompe indigne de nos vœux
N’est qu’un simulacre frivole,
Et les solides biens ne dépendent pas d’eux.

Rousseau.

2°. La lettre initiale de toute phrase qui commence après un point ou un a linea.

3°. Les lettres initiales du nom de Dieu, & des noms propres d’hommes, d’animaux, de villes, de provinces, de royaumes ou empires, de fleuves ou rivieres, de sciences, d’arts, &c. comme Priscien, Bucéphale, Paris, Bourgogne, France, Allemagne, Tibre, Meuse, Grammaire, Ortographe, Musique, Menuiserie, &c.

4°. Les lettres initiales des noms appellatifs qui déterminent par l’idée d’une dignité, soit ecclésiastique, soit civile. Lorsque ces noms sont employés au lieu des noms propres, pour désigner les individus qui sont revêtus de ces dignités : ainsi on écrit avec une majuscule : le Roi reçut alors les preuves les plus éclatantes de l’affection de ses peuples, parce qu’il est question d’un individu ; mais on écrit avec une minuscule ; un roi doit faire son capital de mériter l’affection de ses sujets, parce que le nom roi demeure sans application individuelle. C’est la même chose de tout autre nom appellatif ou de tout adjectif, qui devient le connotatif d’un individu ; l’Apôtre, en parlant de S.Paul ; l’Orateur, en parlant de Cicéron, &c.

5°. Les lettres initiales des noms des tribunaux, des jurisdictions, des compagnies & corps ; comme le Parlement, le Bailliage, la Connétablie, l’Université, l’Académie, l’Eglise, &c. lorsque ces noms sont pris dans un sens individuel.

6°. On met quelquefois une lettre majuscule à la tête de certains mots susceptibles de divers sens dans l’usage ordinaire, & alors la majuscule initiale indique le sens le plus considérable : par exemple les Grands (les premiers de la nation), pour distinguer ce mot de l’adjectif grand, la jeunesse (âge tendre), la Jeunesse (les jeunes gens) ; les devoirs de votre état, les lois de l’Etat, &c.

Eviter de faire majuscules les lettres initiales dans tous ou dans plusieurs de ces cas, c’est une entreprise qui a droit de révolter la raison autant qu’elle choque les yeux. Outre que cette pratique est contraire à l’usage général de la nation, elle tend à nous priver de l’avantage réel qu’on a trouvé jusqu’à présent à se conformer là-dessus aux regles qu’on vient de prescrire, & ne peut être bonne qu’à bannir de notre écriture la netteté de l’expression, qui dépend toujours de la distinction précise des objets. Conformez-vous à l’usage reçu, quelque anomalie que vous pensiez y voir ; l’usage universel est moins capricieux & plus sage qu’on n’a coutume de le croire, & à s’en écarter, on risque au moins de choquer le grand nombre. (B. E. R. M.)

Initiale, adj. f. pris subst. (Hist. anc.) On appelloit ainsi les mysteres de Cérès ; voyez Céréales, parce que pour y assister, il falloit être initiés ou consacrés par des cérémonies particulieres.