L’Encyclopédie/1re édition/LUNAIRE, ou BULBONAC

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  LUNA
LUNAISON  ►

LUNAIRE, ou BULBONAC, lunaria, (Botan.) genre de plante à fleur en croix, composée de quatre petales : il sort du calice un pistil qui devient dans la suite un fruit très-applati, divisé en deux loges par une cloison qui soutient des panneaux membranneux & transversaux. Ce fruit renferme des semences qui ont ordinairement la forme d’un rein & qui sont bordées. Tournefort, Inst. rei herb. Voyez Plante.

M. de Tournefort distingue sept especes de ce genre de plante, qu’il a eu l’honneur d’établir & de caractériser le premier. La principale des especes est celle qu’il appelle lunaria major, siliquâ rotundiore, grande lunaire, à silique arrondie. Cette grande lunaire est nommée vulgairement le bulbonach, la médaille, la satinée, le satin blanc ou passe-satin ; voyez-en la description au mot Bulbonac.

Elle tire son nom de bulbonac de sa racine bulbeuse ; celui de médaille dérive de la rondeur de ses siliques & de leur bord argentin. Le nom de lunaire dépend de la même cause ou de la forme de ses graines ; les noms de satinée, de satin blanc ou de passe-satin viennent de ce que les cosses de cette plante, dans leur maturité, sont transparentes & ressemblent à du satin blanc. Cette transparence est produite par la cloison mitoyenne de ces siliques, laquelle cloison est d’un blanc argenté, très-luisant. Les Anglois connoissent aussi cette espece de lunaire sous le nom de white-satin, & ce sont eux qui m’ont appris l’origine du nom françois.

Mais une chose plus importante, c’est d’avertir le lecteur, que plusieurs de nos botanistes modernes ont nommé lunaires des plantes d’un genre tout différent de celui de Tournefort ; ainsi la lunaire biscutata de quelques-uns est le thlaspidium de Monipellier ; la lunaire peltata des autres est une des especes de Jonthlaspi, la lunaire radiata de Lobel est une sorte de luzerne, &c. (D. J.)

Lunaire, (pierre) (Hist. nat.) lapis lunaris, en allemand monden stein. C’est une pierre qui se trouve, dit-on, dans quelques mines de Suede ; elle est ronde & plate, & lisse d’un côté : on prétendoit y voir des demi-cercles qui représentoient comme une demi-lune d’une couleur jaune, & l’on étoit dans le préjugé de croire que cette tache semblable à la lune, croissoit & décroissoit avec cet astre. Mais Kunckel assure n’avoir jamais remarqué ce phénomene, & dit que la tache restoit toujours dans le même état, quoique cependant l’humidité de l’air contribuât quelquefois à rendre cette tache plus apparente, effet que l’on pouvoit produire, même en poussant l’haleine sur cette pierre.

On a encore donné le nom de pierre lunaire au talc, à la sélenite, à la pierre spéculaire, &c. Voyez éphémerides natur. curios. decad. III. ann. v. & vj.

Lunaire, adj. (Astron.) se dit de ce qui appartient à la lune. Voyez Lune.

Les mois périodiques lunaires sont de 27 jours 7 heures & quelques minutes.

Les mois synodiques lunaires sont de 29 jours 12 heures . Voyez Lunaison & Synodique.

L’année lunaire est de 354 jours. Voyez Année.

Dans les premiers âges, toutes les nations se servoient de l’année lunaire. Ces variétés du cours de de la lune étant plus fréquentes & par conséquent mieux connues aux hommes que celles de toutes les autres planetes, les Romains réglerent leurs années par la lune jusques au tems de Jules Cesar. Voyez An & Calendrier.

Les Juifs avoient aussi leur mois lunaire. Quelques rabins prétendent que le mois lunaire ne commençoit pas au premier moment où la lune paroissoit, mais qu’il y avoit une loi qui obligeoit la premiere personne qui la verroit paroître, d’en aller avertir le sanhedrin : sur quoi le président du sanhedrin prononçoit solemnellement que le mois étoit commencé, & on en donnoit avis au peuple par des feux qu’on allumoit au haut des montagnes ; mais ce fait ne paroît pas trop certain. Chambers.

Cadran lunaire. Voyez Cadran.

Eclipse lunaire. Voyez Eclipse.

Arc-en-ciel lunaire. Voyez Arc-en-ciel.