L’Encyclopédie/1re édition/MIXTURE

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  MIXTION
MIZINUM  ►

MIXTURE, s. f. (Pharmacie.) on trouve sous ce nom dans plusieurs auteurs, plusieurs especes de remedes magistraux. Gaubius distingue trois especes de mixture : la mixture étendue, la mixture moyenne & la mixture concentrée. La qualité commune ou générique de ces sortes de remedes, c’est d’être formés sur le champ & par le simple mélange, c’est-à-dire sans décoction, infusion, &c. & les trois especes sont distinguées entr’elles par la dose sous laquelle chacune opere son effet moyen, la premiere n’agissant qu’à grandes doses & même à doses réitérées ; la seconde à doses beaucoup moindres ; & enfin la derniere à très-petites doses.

La premiere espece n’est autre chose que la composition beaucoup plus connue sous le nom de julep (voyez Julep) ; la seconde est une véritable espece de la préparation beaucoup plus connue sous le nom de potion (voyez Potion) ; & enfin la troisieme n’est autre chose que ce qu’on appelle goutte. Voyez Goutte, (Pharmacie).

Mixtura de tribus, (Phar. Mat. méd.) préparation qu’on trouve encore dans les livres sous le nom de mixtura simplex de tribus, & de spiritus carminativus de tribus. Ce n’est autre chose qu’un mélange d’esprit thériacal camphré & de sel ammoniac, secret de Glauber : & si elle est appellée mélange de trois, & non pas de deux, c’est qu’on compte les deux principes du sel ammoniac avant leur combinaison. La recette de la pharmacopée de Paris est la suivante. Prenez d’esprit thériacal camphré dix onces, d’esprit de vitriol deux onces, d’esprit de tartre rectifié, qui est un alkali volatil assez concentré, six onces, digérez dans un matras bien fermé pendant trois semaines. Les proportions de l’acide & de l’alkali sont ici mal déterminées, car elles ne doivent jamais l’être par le poids ou la mesure. Voyez Sel neutre. Ici donc comme ailleurs, il faut le prescrire au point de saturation, ou prescrire l’excès de l’un ou de l’autre, si par hasard on se propose que l’acide ou l’alkali domine dans cette préparation.

Secondement, il est inutile de digérer pendant si longtems : l’union convenable des trois ingrédiens est operée en très-peu de tems, & il suffit pour la hâter d’agiter pendant quelque tems le vaisseau dans lequel on a fait le mélange.

Cette mixture est un puissant cordial & sudorifique qu’on doit prescrire par gouttes mélées à quelque liqueur aqueuse appropriée. Ce remede est fort peu usité. (b)