L’Encyclopédie/1re édition/NATRUM, NATRON ou NATER

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
NATTA  ►

NATRUM, NATRON ou NATER, s. m. (Hist. nat. Minéralog.) c’est un sel alkali fixe, tout formé par la nature, qui se trouve ou dans le sein de la terre, ou qui se montre à sa surface ; c’est sur-tout en Egypte, en Syrie, dans l’Assyrie, dans l’Asie-mineure & dans les Indes orientales, que l’on rencontre le natrum. Les voyageurs nous apprennent qu’en Egypte sur-tout, il s’en trouve un amas immense dans un endroit que l’on appelle la mer séche, l’on en tire tous les ans une quantité prodigieuse qui se débite dans tout le levant ; on s’en sert pour faire du savon, & pour blanchir le linge. C’est un sel de cette espece que l’on trouve encore abondamment aux environs de Smyrne. où on l’emploie à faire du savon. Voyez Smyrne, terre de.

Le natrum tel qu’il se trouve dans la terre, est ordinairement d’un blanc rougeâtre & en masses informes ; il est mêlé de particules terreuses & d’une portion plus ou moins grande de vrai sel marin. Quelquefois on le trouve sous la forme d’une poudre blanche, qui se montre à la surface de la terre ; quelquefois il forme une espece de croûte feuilletée & friable. Ce sel est légerement caustique sur la langue, il fait effervescence avec tous les acides, comme les sels alkalis tirés des végétaux ; il fait du savon avec les huiles, & mêlé avec du sable, il entre en fusion & fait du verre, d’où l’on voit que ce sel a tous les caracteres des sels alkalis fixes, tirés des cendres des végétaux. Cependant il en differe à d’autres égards ; quand il a été purifié par la dissolution, l’évaporation & la crystallisation, il forme des crystaux en paralélépipédes quadrangulaires oblongs, applatis par les extrémités ; cette figure peut venir du sel marin avec qui il est très communément mêlé. Un autre phénomene singulier du natrum, c’est que lorsqu’il est sous une forme séche & concrete, il fait une effervescence très forte avec tous les acides, au lieu qu’il n’en fait aucune même avec les acides les plus concentrés, lorsqu’il a été mis parfaitement en dissolution dans l’eau, & lorsque la dissolution est devenue claire.

Quelques auteurs disent, que le natrum contient une portion d’alkali volatil, cela peut venir des végétaux pourris dont quelques particules se joignent à lui accidentellement, mais l’alkali volatil ne doit point être regardé comme faisant une des parties constituantes de ce sel.

M. Rouelle ayant reçu des échantillons du natrum d’Egypte, a eu occasion d’en faire l’examen. Il a trouvé qu’il y en a de deux especes, l’un est le plus parfait & le plus pur, c’est un alkali fixe que ce savant chimiste regarde comme précisément de la même nature que le sel de soude, qui lui même est l’alkali qui sert de base au sel marin, voyez Soude. Le natrum de la seconde espece est mêlé de sel marin & de sel de Glauber ; & par conséquent est un alkali fixe impur. Suivant Hérodote, les anciens Egyptiens se servoient de natrum dans leurs embaumemens, ils y laissoient séjourner les corps morts pendant long-tems, afin de les dessécher avant que de les embaumer. Voyez les mémoires de l’académie des Sciences année 1750.

Le natrum ou sel alkali minéral dont nous parlons, différe des autres sels alkalis fixes, tirés des cendres des végétaux par les mêmes côtés que la soude ; combiné avec l’acide vitriolique il fait du vrai sel de Glauber ; il se dissout plus difficilement dans l’eau que les autres alkalis fixes ; il n’attire point l’humidité de l’air comme eux, & il est beaucoup moins caustique. Voyez Soude.

Il paroît indubitable que le natrum qui vient d’être décrit, est le sel que Dioscoride, Pline & les anciens connoissoient sous le nom de nitrum. La description qu’ils en donnent ne convient nullement au sel que nous appellons nitre aujourd’hui, & ses propriétés annoncent un vrai sel alkali fixe. L’Ecriture-Sainte sert à prouver cette vérité ; Salomon compare la gaieté d’un homme triste à l’action du nitre avec le vinaigre : & Jérémie dit, que quand le pécheur se laveroit avec du nitre, il ne seroit point purifié de ses souillures. On voit que ces effets ne peuvent s’appliquer qu’à un sel alkali fixe, & non à un sel neutre, connu des modernes sous le nom de nitre. Voyez Nitre.

Ce qui vient d’être dit dans cet article suffit pour faire connoître la nature du natrum, & pour faire sentir le peu de fondement de ce que des voyageurs peu instruits nous ont rapporté de sa formation. Quelques uns ont voulu nous persuader que ce sel étoit produit par une rosée qui causoit une espece de fermentation & de gonflement dans la terre & qui en faisoit sortir le natrum ; on sentira aussi l’erreur dans laquelle sont tombés plusieurs Naturalistes modernes, qui ont pris pour du natrum du vrai sel marin ou sel gemme, & d’autres sels qu’ils ont trouvé dans quelques fontaines & dans quelques terreins. La description qui vient d’être donnée suffira pour faire reconnoître le vrai natrum partout où on en pourra trouver.

Quant à la formation de ce sel, on pourroit conjecturer avec assez de vraissemblance, qu’il doit son origine au sel marin dont le terrein de l’Egypte est sur-tout rempli, la chaleur du climat a pû dégager une portion de l’acide de ce sel ; ensorte qu’il ne reste plus que sa base alkaline, qui est encore mêlée d’une partie de sel marin qui n’a point été décomposée. (—)