L’Encyclopédie/1re édition/RABAT

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  RABASTENS
RABATAGE  ►

RABAT, s. m. (Gram.) partie du vêtement des ecclésiastiques, & de la plûpart des gens de robe, des marguilliers, des officiers de communautés, &c. c’est un morceau de toile qui fait le tour du cou, monté sur un porte-rabat, qui couvre le porte-rabat, & qui descend divisé en deux portions oblongues & ourlées, plus ou moins bas sur la poitrine. Autrefois, il bordoit le collet du pourpoint ; tous les hommes portoient le rabat ; il y en avoit à dentelle, à point, d’uni, de plissé, d’empesé. Aujourd’hui il n’est plus d’usage que dans l’église, au palais, & dans les fonctions de quelques dignités ; les ecclésiastiques l’ont court ; les gens de robe & autres, long. Il a été appellé rabat, parce qu’autrefois ce n’étoit que le col de la chemise rabattu en-dehors sur le vêtement. Lorsque le rabat n’a point de barbes ou d’aîles pendantes, mais que ce n’est qu’une simple bande de toile ourlée & attachée sur le porte-collet, on l’appelle collet ; c’est de cette bande de toile qu’on a appellé nos jeunes ecclésiastiques, des petits collets.

Rabat, (Géog. mod.) ville d’Afrique, dans la province de Trémecen, au royaume de Fez, entre la ville de Fez & celle de Tanger, à l’embouchure de la riviere de Burregreg, du côté du couchant, bâtie par Jacob Almanzor. Du vivant de ce prince, elle étoit très-brillante ; on y voyoit plusieurs mosquées, & quelques palais ; à peine y a-t-il aujourd’hui 400 feux ; son château n’est bon que pour un coup de main ; le port est à demi-lieue de la ville, en remontant le fleuve. Long. 11. 28. latit. 33. 42. (D. J.)

Rabat, terme de Commerce, fort usité à Amsterdam : c’est un excompte ou diminution que l’on fait sur le prix de certaines marchandises, lorsque l’acheteur avance le payement de la somme dont il étoit convenu avec le vendeur. Voyez Excompte.

Le rabat s’estime par mois, & s’accorde seulement pour certaines sortes de marchandises, qui, suivant l’usage d’Amsterdam sont,

Les laines d’Allemagne, qui se vendent 15 mois de rabat.
Les cendres & potasses, 18
Les soies d’Italie, 18
Les sucres du Brésil, 18
Les laines d’Espagne, 21

C’est-à-dire, que ces marchandises se vendent à payer comptant, en déduisant ou rabattant l’intérêt de l’argent qu’on ne devroit payer qu’au bout de quinze, de dix-huit, de vingt-un, ou de trente-trois mois.

Cet intérêt qu’on appelle rabat, est pour l’ordinaire reglé à huit pour cent par an, qui sont incorporés dans le prix de la marchandise par le vendeur, lequel pouvant donner sa marchandise pour cent florins argent comptant, la vend cent-huit florins, s’il la vend à un an de terme.

Les Marchands n’étant pas toujours en état de payer comptant les marchandises qu’ils achetent, ont imaginé le rabat, tant pour donner le moyen à ceux qui le font de payer comptant, que pour engager les autres à se libérer le plutôt qu’ils peuvent, en vûe de cet excompte. Dictionnaire de Commerce, Trévoux & Chambers.

Rabat, (Outil de Charron.) cet outil est une petite planche quarrée de la grandeur de trois à quatre pouces, qui est percée au milieu d’un trou quarré dans lequel passe un morceau de bois long d’un pié & demi, & de la grosseur en quarré du trou qui est à la planche ; de façon cependant qu’en cognant, l’on peut faire reculer ou avancer le morceau de bois quarré ; le long de ce morceau de bois sont placées de petites pointes qui marquent, quand on les passe sur un autre morceau de bois.

Les Charrons se servent de cet outil pour tracer des lignes droites, de même que les Menuisiers se servent du trusquin dont le rabat est une espece. Voyez Trusquin.

Rabat, (Cirerie.) les Blanchisseurs de cire nomment de la sorte, un morceau de grosse toile qu’on met sur le tour ou tourillon de la greloire à quelque distance, pour rabattre ce qui s’éleve de la baignoire en tournant. Savary. (D. J.)

Rabats, (Jardinage.) est un terme chez les Fleuristes, qui exprime les feuilles d’une fleur qui tombant à côté des feuilles supérieures, forment comme une espece de rabat ; les balsamines, les iris ont des rabats.

Rabat, (Lutherie.) c’est dans les soufflets d’orgue une piece de peau triangulaire & parée sur tous les bords, qui assemble les éclisses par leur bout étroit les unes avec les autres. Voyez abc, fig. 23. Planche d’orgue, & l’article Soufflets d’orgue. Cette peau, comme toutes les autres pieces, est collée avec de bonne colle forte de Menuisier.

Rabat, (Manufacture en soie.) lisse sous la maille de laquelle les fils de chaîne sont passés ; elle sert à les faire baisser.

Rabat, terme de Teinturier ; c’est une légere façon de teinture qu’on donne aux étoffes de peu de valeur ; on dit aussi donner un rabat dessiné aux couleurs brunes, comme celle d’olive passée en verd.

Rabat, terme de Vannier, c’est le dessus d’une cage.

Rabat, on appelle chasse au rabat, celle où on va la nuit avec des filets pour rabattre sur le gibier qu’on pousse dedans par le moyen des chiens secrets.

Rabat, (Jeu de paume.) c’est le toît d’un ou de deux des côtés du jeu de paume, qui couvre la galerie & forme les dedans.

Rabat, (au jeu de quille.) le coup de rabat, est celui qu’on joue de l’endroit où la boule s’est arrêtée après avoir été poussée vers les quilles dressées au coup précédent. Il y a deux coups ; le premier qu’on joue d’une distance marquée, c’est le coup de boule ; le second qu’on joue de la distance à la quelle la boule s’arrête au premier coup, c’est le coup de rabat. On joue autant de coups de rabat, qu’on a abattu de quilles au premier coup de boule, & tous ces coups de rabats se jouent tous de la distance à laquelle la boule s’éloigne du quillier. Il faut donc ménager son premier coup & les coups de rabat, de maniere qu’on abatte le plus de quilles possible, & que la boule s’éloigne le moins du quillier. Si en rabattant, on abat plus de quilles qu’il n’en faut, on perd la partie.