L’Encyclopédie/1re édition/SABLE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  SABIS
SABLÉ  ►

SABLE, arena, sabuium, glarea, (Hist. nat. Minéralogie.) le sable n’est autre chose qu’un amas de petites pierres détachées ; il est rude au toucher, & insoluble dans l’eau. De même qu’il y a des pierres de différentes especes, il y a aussi du sable de différentes qualités ; il varie pour la figure, la couleur & la grandeur des parties qui le composent. Le sable le plus grossier se nomme gravier. Voyez cet article. Le sable le plus fin s’appelle sablon : ce dernier paroît n’être autre chose qu’un amas de petits cailloux arrondis, ou de crystaux transparens, dont souvent les angles ont disparu par le frottement. C’est à cette substance que l’on doit proprement donner le nom de sable : tel est celui que l’on trouve sur le bord de la mer ; il est très-fin, très-mobile, & très-blanc, lorsqu’il n’est point mêlé de substances étrangeres ; tel est aussi le sable que l’on trouve dans une infinité de pays ; l’on a tout lieu de conjecturer qu’il a été apporté par les inondations de la mer, ou par le séjour qu’elle a fait anciennement sur quelques portions de notre globe, d’où elle s’est retirée par la suite des tems.

On a dit que c’étoit à cette derniere substance que convenoit proprement le nom de sable : en effet, les autres substances à qui on donne ce nom, n’ont point les mêmes caracteres ; elles paroissent n’être que de la terre, produite par les débris de certaines pierres, & dont les parties n’affectent point de figure déterminée, & qui ne differe en rien de la poussiere. Wallerius a mis le sable dans une classe particuliere distincte des terres & des pierres ; il en distingue plusieurs especes ; mais ses distinctions ne sont fondées que sur des circonstances purement accidentelles ; telles que la couleur, la finesse des parties, & les substances avec lesquelles le sable est mêlé. Il appelle le vrai sable ou sablon dont nous avons parlé en dernier lieu, arena quarzosa ; peut-être eût-il été plus exact de l’appeller arena crystallisata.

Quoi qu’il en soit, c’est-là le sable dont on se sert pour faire du verre ; le sablon d’Etampes & celui de Nevers sont de cette espece ; il varie pour la finesse, la blancheur, & la pureté : celui dont les parties sont les plus déliées, s’appelle glarea mobilis, sable mouvant.

Presque tous les sables sont mêlés de parties étrangeres qui leur donnent des couleurs & des qualités différentes ; ces parties sont des terres, des parties végétales, des parties animales, des parties métalliques, &c.

Le sable noir des Indes, qui est attirable par l’aimant, dont parle M. Muschenbroeck, est un sable mêlé de parties ferrugineuses ; en joignant à ce sable mis dans un creuset un grand nombre de matieres grasses, ce savant physicien n’a fait que réduire ces parties ferrugineuses en fer ; c’est pour cela qu’il a trouvé que ce sable étoit devenu plus attirable par l’aiman qu’auparavant. Les Physiciens, faute de connoissances chimiques, ne savent pas toujours apprécier les expériences qu’ils font.

Le sable verd qui, suivant la remarque de M. Rouelle, se trouve assez constamment au-dessous des couches de la terre, dans lesquelles on trouve des coquilles & des corps marins, semble redevable de sa couleur à la destruction des animaux marins qui l’ont ainsi coloré.

Outre le sable que nous avons décrit, il s’en trouve qui est composé de fragmens ou de petites particules de pierres de différente nature, & qui ont les propriétés de ces sortes de pierres ; tel est le sable luisant qui est un amas de petites particules de mica ou de talc ; il est infusible & ne se dissout point dans les acides. On sent aussi que le sable spatique ou calcaire doit avoir d’autres propriétés : en général, il paroît que les Naturalistes n’ont considéré les sables que très-superficiellement ; ils ne sont entrés dans aucun détail sur leurs figures, qui ne peuvent être observées qu’au microscope, ni sur leurs qualités essentielles, par lesquelles ils different les uns des autres ; il semble que l’on ne se soit occupé que des choses qui lui sont accidentelles. Cependant une connoissance exacte de cette substance pourroit jetter un grand jour sur la formation des pierres, vu qu’un grand nombre d’entre elles ne sont que des amas de grains de sable liés par un suc lapidifique : de cette espece, sont sur-tout les grais, &c.

Le sable mêlé avec de la glaise contribue à la diviser & à la fertiliser ; en Angleterre on se sert du sable de la mer pour le mêler avec des terres trop fortes ; par-là elles deviennent perméables aux eaux du ciel, & propres par conséquent à favoriser la végétation. (—)

Sable de la mer, (Médecine.) le sable de la mer est d’usage en Médecine pour les bains que l’on en fait sur les côtes maritimes, & que l’on ordonne aux gens attaqués de paralysie & de rhumatisme ; ce sable est sur-tout recommandé dans ces occasions aux personnes qui habitent les côtes maritimes de Provence & de Languedoc. On fait échauffer le sable pendant les jours les plus chauds de l’été aux rayons du soleil le plus ardent après l’avoir étendu ; ensuite on le ramasse & on enfonce les malades dans ces tas de sable, de façon qu’ils y soient comme ensevelis, lorsqu’ils y ont resté environ un quart-d’heure ou une demi-heure, on les en voit sortir, à-peu-près comme des morts de leur tombeau, de façon que cette espece de bain imite une résurrection ; d’autant que l’on voit tous les soirs les malades sortir des tas de sable, à-peu-près comme des morts de leur tombeau.

L’efficacité de ce bain est dûe à la chaleur, à la salure, & à la volatilité des principes que l’eau de la mer a communiquées au sable ; ces principes exaltés par les rayons du soleil, n’en deviennent que plus propres à donner du ressort aux fibres, à résoudre les concrétions lymphatiques, & tous les vices de la lymphe.

Sable, bain de, (Chimie.) voyez Bain, Feu, Intermede.

Sable, (Marine.) terme synonyme à horloge, voyez Horloge. On dit manger son sable, lorsqu’on tourne l’horloge avant que le sable ne soit écoulé, afin que le quart soit plus court ; ce qui est une friponnerie punissable, & à laquelle le quartier-maître doit avoir l’œil.

Sable, (Agriculture.) on employe dans l’Agriculture plusieurs especes de sable ; les uns sont stériles, comme ceux de la mer, des rivieres, des sablieres, &c. Les autres sont gras & fertiles : de ceux-ci, les uns le sont plus, & c’est ce qui fait les bonnes terres ; les autres le sont moins, ou ne le sont point du tout ; & c’est ce qui fait les terres médiocrement bonnes, ou les terres mauvaises, & sur-tout les terres légeres, arides, & sablonneuses. De plus, les uns sont plus doux, & ceux-là font ce qu’on nomme une terre douce & meuble ; les autres sont plus grossiers, & ceux ci font ce qu’on appelle une terre rude & difficile à gouverner ; enfin, il en est d’onctueux & d’adhérans les uns aux autres ; ceux qui le sont médiocrement font les terres fortes ; ceux qui le sont un peu plus font les terres franches ; & ceux qui le sont extrèmement font les terres argilleuses & les terres glaises, incapables de culture. (D. J.)

Sable, Fondeur en, (Arts méch.) les Fondeurs en sable ou de petits ouvrages, composent une partie très-nombreuse de la communauté des Fondeurs qui se partage en plusieurs parties par rapport aux différens ouvrages qu’ils fabriquent, comme fondeur de cloches, de canons, de figures équestres, ou grande fonderie (voyez tous ces articles), & de petits ouvrages moulés en sable. C’est de cette derniere espece de fondeurs dont il est mention dans cet article, & celle qui est la plus commune, parce que les occasions de faire de grandes fonderies sont rares à proportion de celles que les fondeurs de petits ouvrages ont de faire usage de leurs talens.

Pour fondre en sable, on commence par préparer les moules ; ce qui se fait en cette maniere : on corroye le sable dont on doit faire les moules avec le rouleau de bois, représenté figure 12. Planche du fondeur en sable, dans la caisse à sable, qui est un coffre ABCD, non couvert, de 4 piés de long BC, & 2 de large AB, de 10 pouces de profondeur BE, monté sur quatre piés ffff qui le soutiennent à hauteur d’appui. Voyez la figure 14. Planche du fondeur en sable. Corroyer le sable, c’est en écraser toutes les mottes avec le rouleau ; on rassemble ensuite le sable dans un coin de la caisse, avec une petite planche de six pouces de long, appellée ratisse-caisse ; voyez la figure 14. n°. 2. on recommence plusieurs fois la même opération jusqu’à ce que le sable soit mis en poudre ; c’est ce qu’on appelle corroyer.

Tous les sables ne sont pas également propres aux Fondeurs ; ceux qui sont trop secs, c’est-à-dire, sans aucun mélange de terre, ne peuvent point retenir la forme des modeles : celui dont les fondeurs de Paris se servent vient de Fontenay-aux-roses, village près de Paris ; sa couleur est jaune, mais devient noire par la poussiere de charbon, dont les Fondeurs saupoudrent leurs modeles.

Pour faire le moule, le sable médiocrement humecté, on pose le chassis A B C D, figure 16. sur un ais, figure 17. & le tout sur un autre ais ghik, posé entravers sur la caisse, figure 14. le côté inférieur en-dessus ; on emplit l’intérieur du chassis de sable que l’on bat avec un maillet de bois pour en assûrer toutes les parties, & le faire tenir au chassis dont toutes les barres ont une rainure à la partie intérieure ; en sorte que le sable ainsi battu avec le maillet, forme une table que l’on peut lever avec le chassis ; avant de le retourner on affleure (avec le racloir représenté figure 13. qui est une lame d’épée emmanchée) le sable du moule aux barres du chassis, en coupant tout ce qui est plus élevé qu’elle. On retourne ensuite le moule sur lequel on place les modeles, soit de cuivre ou de bois, &c. que l’on veut imiter. On fait entrer les modeles dans ce premier chassis à moitié de leur épaisseur, observant avant de poser les modeles, de poncer le sable du chassis avec de la poussiere de charbon contenue dans un sac de toile, au-travers de laquelle on l’a fait passer. L’usage de cette poudre est de faciliter la retiration de modeles que l’on doit faire ensuite : le ponsif, qui est une sorte de sable tres fin, sert au même usage.

Lorsque les modeles sont placés dans le sable du premier chassis, & que leur empreinte y est parfaitement imprimée, on place le second chassis, fig. 15. qui a trois chevilles, que l’on fait entrer dans les trous correspondans du premier chassis. Ces chevilles servent de repaires, pour que les creux des deux parties du moule se présentent vis-à-vis les uns des autres ; le chassis ainsi placé, on ponce soit avec de la poussiere de charbon ou du ponsif contenu dans un sac de toile les modeles & le sable du premier chassis ; on souffle ensuite avec un soufflet à main, semblable à celui qui est représenté dans les planches du ferblantier, sur le moule & les modeles pour faire voler toutes les parties du charbon ou du ponsif, qui ne sont point attachés au moule ou au modele où on a placé des verges de laiton ou de fer cylindriques, qui doivent former les jets & évents après qu’elles sont retirées : la verge du jet aboutit par un bout contre le premier modele, & de l’autre passe par la breche e pratiquée à une des barres CD, cd de chaque chassis ; ces breches servent d’entonnoir pour verser le métal fondu dans le moule.

Ce premier chassis ainsi préparé, & le second placé dessus ; on l’emplit de sable, que l’on bat de même avec le maillet pour lui faire prendre la forme des modeles & des jets placés entre deux : on commence par mettre un peu de sable sur les modeles que l’on bat légerement avec le cogneux, qui est un cylindre de bois d’un pouce de diamettre, & de quatre ou cinq de long, voyez la fig. 11. dont on se sert comme du maillet, pour faire prendre au sable la forme du modele ; par-dessus ce premier sable, on en met d’autre, jusqu’à ce que le chassis soit rempli. On affleure ce sable comme celui du premier chassis avec le racloir, fig. 13. & le moule est achevé.

Pour retirer les modeles qui occupent la place que le métal fondu doit remplir, on leve le premier chassis qui a les chevilles, ce qui sépare le moule en deux, & laisse les modeles à découvert que l’on retire du chassis où ils sont retirés, en cernant tout-autour avec la tranche, sorte de couteau de fer représenté fig. 10. Le même outil sert à tracer les jets de communication d’un modele à l’autre, lorsque le chassis en contient plusieurs, & les évents particuliers de chaque modele. Le moule ainsi préparé, & reparé avec des ébauchoirs de fer, s’il est besoin, est, après avoir été séché, en état d’y couler le métal fondu.

Pour faire secher le moule, on allume du charbon, que l’on met par terre en forme de pyramide, que l’on entoure de quatre chassis, ou demi-moules ; savoir, deux appuyés l’un contre l’autre par le haut, comme un toît de maison, & deux autres à côté de ceux-ci, ensorte que le feu en est entierement entouré ; ce qui fait évaporer des moules toute l’humidité qui ne manqueroit pas d’en occasionner la rupture, lorsqu’on y verse le métal fondu, si les moules n’étoient pas bien séchés auparavant.

Pendant qu’un ouvrier prépare ainsi les moules, un autre fait fondre le métal, qui est du cuivre, dans le fourneau représenté, fig. 1. Le fourneau est un prisme quadrangulaire de 10 pouces ou environ en tous sens, & d’un pié & demi de profondeur, formé par un massif de maçonnerie ou de briques révêtues intérieurement avec des carreaux de terre cuite, capables de résister au feu. Le prisme creux ABCD, cbd, fig. 9. est séparé en deux parties par une grille de terre cuite ff, percée de plusieurs trous : la partie supérieure, qui a environ un pié de hauteur, sert à mettre le creuset E & le charbon allumé : la partie inférieure est le cendrier, dont on ferme l’ouverture avec une pâte de terre x, fig. 1. bien latée avec de la terre glaise ou de la cendre ; c’est dans le cendrier que le porte-vent hgF du soufflet aboutit d’où le vent qu’il porte passe dans le fourneau proprement dit, par les trous de la grille ff, ce qui anime le feu de charbon dont il est rempli, & fait rougir le creuset & fondre le métal qu’il contient. Pour augmenter encore la force du feu, On couvre le fourneau avec un carreau de terre A, qui glisse entre deux coulisses cd, fe, on a aussi un couvercle de terre pour couvrir le creuset. Voyez Creuset. Celui des fondeurs a 10 pouces de haut & 4 de diametre. On se sert pour mettre le cuivre dans le creuset d’une cuilliere représentée, fig. 4. appellée cuilliere aux pelotes, qui est une gouttiere de fer enmanchée d’un manche de même métal ; la cuilliere est creuse & ouverte dans toute sa longueur, pour que les pelotes de cuivre puissent couler plus facilement dans le creuset. Les pelotes sont des amas de petits morceaux de cuivre que l’on ploie ensemble pour en diminuer le volume, & faire qu’elles puissent entrer en un paquet dans le creuset ; on se sert aussi au fourneau d’un outil appellé tisonnier, représenté fig. 5. C’est une verge de fer de 2 piés de long, pointu par un bout, qui sert à déboucher les trous de la grille sur laquelle pose le creuset. On se sert aussi des pincettes, fig. 2. pour arranger les charbons, ou retirer du creuset les morceaux de fer qui peuvent s’y trouver.

Le soufflet I de de la forge est composé de deux soufflets d’orgue, qu’on appelle soufflet à double vent, voyez Soufflet à double vent, suspendu à une poutre P par deux suspentes de fer PQ, qui soutiennent la table du milieu ; le mouvement est communiqué à la table inférieure par la bascule 10, qui fait charniere au point N ; l’extrémité O de la bascule est attachée par une chaîne ok, qui tient à la table inférieure où est attaché un poids k, dont l’usage est de faire ouvrir le soufflet, que l’on ferme en tirant la bascule IO, par la chaîne IM, terminée par une poignée M, que l’ouvrier tient dans sa main. Voyez la fig. 1. Le vent passe par le porte-vent de bois ou de fer HG dans le cendrier, d’où il passe dans le fourneau par les trous de la grille, comme il a été dit plus haut.

Pendant que le métal est en fusion, deux ouvriers placent les moules dans la presse, fig. 18. on commence par mettre un ais, fig. 17. de ceux qui ont servi à former les moules sur la couche AB de la presse, qui est posée sur le baquet plein d’eau, fig. 6. sur cet ais on étale un peu de sable, pour que le moule que l’on pose dessus porte dans tous ses points sur le premier moule, composé de deux chassis, on met une couche de sable, sur lequel on pose un autre moule ; ainsi de suite jusqu’à ce que la presse soit remplie ; par-dessus le sable qui couvre le dernier moule on met un ais, par-dessus lequel on met la traverse CD de la presse, que l’on serre également avec les deux écroues EF, taraudés de pas semblables à ceux des vis ef ; toute cette machine est de bois.

Lorsque l’on veut couler le métal, on incline la presse, ensorte que les ouvertures ee des chassis qui servent d’entonnoirs pour les jets, regardent en en-haut ; ce qui se fait en appuyant les moules par la partie opposée sur le bord du baquet, ensorte que leur plan fasse avec l’horison un angle d’environ 30 degrés.

Avant de verser le métal, le fondeur l’écume avec une écumoire représentée fig. 8. c’est une cuillere de fer percée de plusieurs trous, au-travers desquels le métal fondu passe, & qui retient les scories que le fondeur jette dans un coin du fourneau ; après que le métal est écumé, on prend le creuset avec les happes, représenté fig. 3. & on verse le métal fondu dans les moules. Lorsque le métal a cessé d’être liquide, on verse de l’eau sur les chassis pour éteindre le feu que le métal fondu y a mis ; on releve ensuite les moules, & on desserre la presse, d’où on retire les moules, que l’on ouvre pour en tirer les ouvrages. Le sable est ensuite remis dans la caisse, où on le corroie de nouveau pour en former d’autres moules.

Les happes avec lesquelles on prend les creusets dans le fourneau, sont des pinces de fer dont les deux branches sont recourbées en demi-cercle, qui embrassent le creuset ; le plan du cercle, que les courbures des branches forment, est perpendiculaire à la longueur des branches de la tenaille. L’ouvrier qui prend le creuset, a la précaution de mettre à sa main gauche un gros gant mouillé, qui l’empêche de se brûler en tenant la tenaille près du creuset, ce qui ne manqueroit pas d’arriver sans cette précaution, tant par la chaleur des tenailles, que par la vapeur enflammée du métal fondu qui est dans le creuset.

Les fondeurs coupent les jets des ouvrages qu’ils ont fondus, & les remettent à ceux qui les ont commandés sans les réparer.

Sable, s. m. (Jardin.) terre légere sans aucune consistance, mélée de petits graviers, qu’on mêle avec de la chaux pour faire du mortier, & dont on se sert pour couvrir les allées. Il y a du sable blanc, du rouge & du noir ; celui-ci se tire des caves. Il a de gros grains comme des petits cailloux, & fait du bruit quand on le manie : c’est le meilleur de tous les sables. On connoît leur bonté en les mettant sur de l’étoffe : si le sable la salit, & qu’il y demeure attaché, il ne vaut rien.

On appelle sable màle, celui qui dans un même lit est d’une couleur plus forte qu’une autre, qu’on nomme sable femelle. Le gros sable s’appelle gravier, & on en tire le sable fin & délié en le passant à la claie serrée, pour sabler les aires battues des allées des jardins. (D. J.)

Sable, (Plomberie.) les plombiers se servent de sable très-blanc pour mouler plusieurs de leurs ouvrages, & particulierement pour jetter & couler les grandes tables de plomb. Pour préparer le sable de ces tables, on le mouille légerement, & on le remue avec un bâton ; ce qu’on appelle labourer le sable. après quoi on le bat, & on le plane avec la plane de cuivre. (D. J.)

Sable, terme de Blason ; le sable est la quatrieme couleur des armoiries ; c’est le noir. Il y a deux opinions sur l’origine de ce terme : plusieurs écrivains le dérivent des martes zébelines, que l’on nommoit anciennement zables ou sables ; d’autres croient que la terre étant ordinairement noire, on s’est servi du mot sable pour exprimer la couleur noire que l’on voit souvent dans les armoiries ; mais quand on considere que la marte est presque noire, & qu’on l’a toujours appellée zébeline, on vient à penser qu’elle est la véritable origine du mot sable en terme de blason. C’est aussi le sentiment de Borel. (D. J.)

Sables d’Olonne, les, (Géog. mod.) ville maritime de France en Poitou, à 8 lieues de Luçon. Voyez Olonne.