L’Encyclopédie/1re édition/STOECHADES, îles

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  STOCKHOLM
STOECHAS  ►

STOECHADES, îles, (Géog. anc.) îles de la mer Méditerranée, sur la côte de la Gaule narbonnoise, au voisinage de la ville de Marseille. Pline entre les anciens, est celui qui paroît les avoir le mieux connues. Il en donne non-seulement le nombre & le nom général ; il en marque encore les noms particuliers & la situation. Les Marseillois, dit-il, donnerent des noms particuliers à ces trois îles Stoechades, selon leur situation, c’est-à-dire, à l’égard de Marseille. La premiere, ou la plus proche de la ville, fut nommée d’un nom grec Proce, ce qui veut dire premiere : la seconde fut nommée Mese, c’est-à-dire, celle du milieu, ou mediana, comme on l’appella après l’abolition de la langue greque dans ce pays-là : la troisieme fut nommée Hupœa, inférieure, c’est-à-dire, celle qui est au-dessous des deux autres, & la plus éloignée de Marseille.

A cette description il n’est pas difficile de reconnoître les trois îles, que l’on trouve dans la mer voisine de la ville d’Hieres, & qui prennent aujourd’hui leur nom de cette ville, quoique chacune des trois ait aussi le sien en particulier. La premiere île s’appelle vulgairement Porqueyroles ou Porqueroles, à cause qu’il y vient beaucoup de sangliers, qui y passent à la nage de la terre ferme, pour manger le gland des chênes verds qui s’y trouvent en abondance. La seconde île a le nom de Portecroz, du nom du port, où il y a un petit fort. La troisieme se nomme l’île du Titan ou du Levant, à cause qu’elle est à l’orient des deux autres ; & l’on voit par les anciens registres de Provence, que cette troisieme île s’appelloit autrefois Cabaros.

Ces îles furent premierement habitées par les Marseillois, qui les nommerent Stoecades, peut-être à cause de la plante stoechas qui y abonde. Les trois écueils ou rochers voisins de Marseille, nommés If, Ratonneau & Pomègue, ne sont point, comme quelques-uns l’ont imaginé, les Stoechades des anciens, parce que ces rochers sont stériles, & ne produisent ni la plante stoechas, ni presqu’aucune autre. Les trois îles d’Hieres sont aussi nommées les îles d’or, par corruption du mot latin Araé, qui est l’ancien nom de la ville d’Hieres ; ainsi le nom d’insulæ Arearum, est celui des îles d’Hieres ou des Stoechades de l’antiquité. (D. J.)