L’Encyclopédie/1re édition/SYNDIC

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

SYNDIC, s. m. en matiere de Gouvernement & de Commerce, est un officier chargé des affaires d’une ville ou d’une communauté ; c’est lui qui convoque les assemblées, & qui fait les représentations au ministere & au magistrat, &c. suivant l’exigence des cas.

Ce mot dérive du latin syndicus, ou plutôt du grec syndycos, qui signifie la même chose.

Le syndic est chargé de répondre de la conduite du corps ; il fait & reçoit les mémoires qui regardent les affaires ou les intérêts de la communauté ; il contrôle & corrige les actions & les fautes des particuliers qui dépendent de la communauté, ou du-moins il les fait blâmer ou réprimander dans les assembles publiques. Dans le fond, le syndic est en même tems l’agent & le censeur de la communauté. La plûpart des compagnies de Paris & d’autres villes, comme les universités & les communautés des arts & métiers, ont leur syndic aussi bien que la plûpart des villes de Provence & de Languedoc.

On appelle aussi syndic, celui qui est chargé de solliciter une affaire commune, & où il est intéressé lui-même ; comme il arrive en particulier dans les directions où il se trouve plusieurs créanciers d’un même débiteur qui a fait banqueroute, ou qui est mort insolvable. Voyez Avocat, &c.

Le premier magistrat de la ville de Genève, s’appelle syndic ; il y a quatre syndics pour chaque année ; le plus ancien préside au conseil des vingt-cinq, qui est conseil principal de la ville, & où l’on décide de toutes les affaires, tant civiles que politiques : les trois autres syndics élus ne peuvent revenir en charge qu’au bout de quatre ans ; de sorte que le syndicat roule entre seize personnes, que l’on choisit toujours dans le nombre de ceux qui composent le conseil des vingt-cinq.

Syndic est aussi le nom que le roi Louis XIV. a accordé par les arrêts de son conseil d’état pour l’érection des chambres particulieres de commerce dans quelques villes de son royaume aux marchands, négocians ou autres qui composent lesdites chambres. Ceux de Rouen sont appellés syndics du commerce de la province de Normandie : à Lille simplement syndics de la chambre de commerce : dans les autre villes ce sont des députés ou directeurs. Voyez Chambre de Commerce, Députés du Commerce, &c. Dictionnaire de commerce, tome III. lettre V. p. 256.

Syndic, (Littér. grec.) σύνδικος ; ce mot avoit en grec deux significations ; il signifioit en premier lieu, tout orateur commis pour défendre avec un autre, la même cause. En second lieu, il désignoit un orateur choisi, & député pour soutenir les prérogatives d’une ville, ou d’une nation entiere. Ainsi nous lisons dans Plutarque, que les Athéniens élurent Aristide pour syndic, & le chargerent de plaider au nom de leurs citoyens, la cause de toute la Grece, on ne pouvoit pas être deux fois syndic dans ce dernier sens. Nous avons emprunté le terme de syndic, mais nous en avons un peu détourné la signification, car en France il veut dire celui qui est élu pour prendre soin des affaires d’une communauté, ou d’un corps dont il est membre. (D. J.)