L’Encyclopédie/1re édition/TAPISSERIE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  TAPISSER
TAPISSIER  ►

TAPISSERIE, s. f. (Tapissier.) piece d’étoffe ou d’ouvrage dont on se sert pour parer une chambre, ou tel autre appartement d’une maison.

On peut faire cet ameublement de toutes sortes d’étoffes, comme de velours, de damas, de brocards, de brocatelle, de satin de Bruges, de calemande, de cadis, &c. mais quoique toutes ces étoffes taillées & montées se nomment tapisseries, on ne doit proprement appeller ainsi que les hautes & basses lisses, les Bergames, les cuirs dorés, les tapisseries de tenture de laine, & ces autres que l’on fait de coutil, sur lequel on imite avec diverses couleurs les personnages & les verdures de la haute-lisse.

Ce genre de tableaux, ou si l’on veut cette sorte d’ameublement, dans lequel les soies, la laine & les pinceaux

Tracent de tous côtés
Chasses & paysages,
En cet endroit des animaux,
En cet autre des personnages.

n’est point d’une invention nouvelle ; les Latins avoient de riches tapisseries, qu’ils nommoient aulæa, & les Grecs les appelloient avant eux peripetasmata. Pline nous apprend que les Romains donnerent seulement le nom aulæa aux tapisseries, lorsqu’Attale, roi de Pergame, eut institué le peuple romain héritier de ses états & de tous ses biens, parce que parmi les meubles de son palais, il y avoit des tapisseries magnifiques brodées d’or ; ainsi aulæa est dit ab auloeâ. (D. J.)

Tapisserie de haute & basse-lisse. Voyez l’article Lisse.

Tapisserie de Bergame. Voyez Bergame.

Tapisserie de cuir doré. Voyez Cuir doré.

Tapisserie de coutil. Voyez Coutil.

Tapisserie des Gobelins ; l’on nomme ainsi une manufacture royale établie à Paris au bout du fauxbourg saint Marceau, pour la fabrique des tapis- series & meubles de la couronne. Voyez Tapisserie.

La maison où est présentement cette manufacture, avoit été bâtie par les freres Gobelins, célebres teinturiers, qui avoient les premiers apporté à Paris le secret de cette belle teinture d’écarlate qui a conservé leur nom, aussi-bien que la petite riviere de Biévre, sur le bord de laquelle ils s’établirent, & que depuis l’on ne connoît guere à Paris que sous le nom de riviere des Gobelins.

Ce fut en l’année 1667, que celui-ci changea son nom de Tobie Gobelin, qu’il avoit porté jusques-là, en celui d’hôtel royal des Gobelins, en conséquence de l’édit du roi Louis XIV.

M. Colbert ayant rétabli & embelli les maisons royales, sur-tout le château du Louvre, & le palais des Tuileries, songea à faire travailler à des meubles qui répondissent à la magnificence de ces maisons. Dans ce dessein, il rassembla une partie de ce qu’il y avoit de plus habiles ouvriers dans le royaume en toutes sortes d’arts & de manufactures, particulierement de peintres, de tapissiers, de sculpteurs, d’orfévres, & d’ébénistes, & en attira d’autres de différentes nations par des promesses magnifiques, des pensions, & des priviléges considérables.

Pour rendre plus stable l’établissement qu’il projettoit, il porta le roi à faire l’acquisition du fameux hôtel des Gobelins, pour les y loger, & à leur donner des réglemens qui assurassent leur état, & qui fixassent leur police.

Le roi ordonne & statue que lesdites manufactures seront régies & administrées par le sur-intendant des bâtimens, arts, & manufactures de France ; que les maîgres ordinaires de son hôtel prendront connoissance de toutes les actions ou procès qu’eux, leur famille, & domestique, pourroient avoir ; qu’on ne pourra faire venir des pays étrangers des tapisseries, &c.

La manufacture des Gobelins est jusqu’à présent la premiere de cette espece qu’il y ait au monde ; la quantité d’ouvrages qui en sont sortis, & le grand nombre d’excellens ouvriers qui s’y sont formés, sont incroyables.

En effet, c’est à cet établissement que la France est redevable du progrès que les arts & les manufactures y ont fait.

Rien n’égale sur-tout la beauté de ces tapisseries ; sous la sur-intendance de M. Colbert & de M. de Louvois son successeur, les tapisseries de haute & de basse-lisse, y ont acquis un degré de perfection fort superieur à tout ce que les Anglois & les Flamands ont jamais fait.

Les batailles d’Alexandre, les quatre saisons, les quatre élémens, les maisons royales, & une suite des principales actions du roi Louis XIV. depuis son mariage jusqu’à la premiere conquête de la Franche-Comté, exécutés aux Gobelins, sur les desseins du célebre M. le Brun, directeur de cette manufacture, sont des chefs-d’œuvre en ce genre.

Tapisserie de papier ; cette espece de tapisserie n’avoit long-tems servi qu’aux gens de la campagne, & au petit peuple de Paris, pour orner, & pour ainsi dire, tapisser quelques endroits de leurs cabanes, & de leurs boutiques & chambres ; mais sur la fin du dix-septieme siecle, on les a poussées à un point de perfection & d’agrément, qu’outre les grands envois qui s’en font, pour les pays étrangers & pour les principales villes du royaume, il n’est point de maison à Paris, pour magnifique qu’elle soit, qui n’ait quelque endroit, soit garde-robes, soit lieux encore plus secrets, qui n’en soit tapissé, & assez agréablement orné.

Pour faire ces tapisseries, qui sont présentement le principal objet du commerce de la dominoterie, les Dominotiers, s’ils en sont capables, sinon quelque dessinateur habile, fait un dessein de simples traits sur plusieurs feuilles de papier, collées ensemble de la hauteur & largeur que l’on desire donner à chaque piece de tapisserie.

Ce dessein achevé se coupe en morceaux, aussi hauts & aussi longs que les feuilles du papier que l’on a coutume d’employer en ces sortes d’impressions ; & chacun de ces morceaux se grave ensuite séparément sur des planches de bois de poirier, de la maniere qu’il a été dit à l’article des Graveurs sur bois.

Pour imprimer ces planches ainsi gravées, on se sert de presses assez semblables à celles des Imprimeurs en lettres ; à la réserve que la platine n’en peut être de métal, mais seulement de bois, longue d’un pié & demi, sur dix pouces de large ; & que ces presses n’ont ni chassis, ni tympans, ni frisquettes, ni cornieres, ni couplets, hors de grands tympans, propres à imprimer histoires, comme portent les anciens réglemens de la Librairie.

L’on se sert aussi de l’encre & des balles des Imprimeurs ; & de même qu’à l’Imprimerie, on n’essuie point les planches, après qu’on les a noircies, à cause du relief qu’elles ont, qui les rend plus semblables à une forme d’imprimeur, qu’à une planche en taille-douce.

Les feuilles imprimées & séchées, on les peint, & on les rehausse de diverses couleurs en détrempe, puis on les assemble pour en former des pieces ; ce que font ordinairement ceux qui les achetent ; se vendant plus communément à la main, que montées.

L’on ne dit point ici quels sont les sujets représentés sur ces legeres tapisseries, cela dépendant du goût & du génie du peintre ; mais il semble que les grotesques & les compartimens mêlés de fleurs, de fruits, d’animaux, & de quelques petits personnages, ont jusqu’ici mieux réussi que les paysages & les especes de haute-lisses, qu’on y a quelquefois voulu peindre.

Tapisserie de tonture de laine ; c’est une espece de tapisserie faite de la laine qu’on tire des draps qu’on tond, collée sur de la toile ou du coutil.

On l’a d’abord fait à Rouen, mais d’une maniere grossiere ; car on n’y employoit au commencement que des toiles pour fonds, sur lesquelles on formoit des desseins de brocatelles avec des laines de diverses couleurs qu’on colloit dessus après les avoir hachées. On imita ensuite les verdures de haute-lisse, mais fort imparfaitement ; enfin, une manufacture de ces sortes de tapisseries s’étant établie à Paris dans le faubourg saint Antoine, on y hasarda des personnages, des fleurs, & des grotesques, & l’on y réussit assez bien.

Le fond des tapisseries de cette nouvelle manufacture peut être également de coutil ou de forte toile. Après les avoir tendues l’une ou l’autre exactement sur un chassis de toute la grandeur de la piece qu’on a dessein de faire, on trace les principaux traits & les contours de ce qu’on y veut représenter, & on y ajoute les couleurs successivement, à mesure qu’on avance l’ouvrage.

Les couleurs sont toutes les mêmes que pour les tableaux ordinaires, & on les détrempe de la même maniere avec de l’huile commune mêlée avec de la térébenthine ou telle autre huile, qui par sa ténacité puisse haper & retenir la laine, lorsque le tapissier vient à l’appliquer.

A l’égard des laines, il faut en préparer de toutes les couleurs qui peuvent entrer dans un tableau, avec toutes les teintes & les dégradations nécessaires pour les carnations & les draperies des figures humaines, pour les peaux des animaux, les plumages des oiseaux, les bâtimens, les fleurs ; enfin, tout ce que le tapissier veut copier, ou plutôt suivre sur l’ouvrage même du peintre.

On tire la plûpart de ces laines de dessus les différentes especes de draps que les tondeurs tondent ; c’en est proprement la tonture : mais comme cette tonture ne peut fournir toutes les couleurs & les teintes nécessaires, il y a des ouvriers destinés à hacher des laines, & d’autres à les réduire en une espece de poudre presque impalpable, en les passant successivement par divers sas ou tamis, & en hachant de nouveau ce qui n’a pu passer.

Les laines préparées, & le dessein tracé sur la toile ou sur le coutil, on couche horisontalement le chassis sur lequel l’un ou l’autre est étendu sur des traiteaux élevés de terre d’environ deux piés ; & alors le peintre commence à y peindre quelques endroits de son tableau, que le tapissier lainier vient couvrir de laine avant que la couleur soit seche ; parcourant alternativement l’un après l’autre toute la piece, jusqu’à ce qu’elle soit achevée. Il faut seulement observer que lorsque les pieces sont grandes, plusieurs lainiers & plusieurs peintres y peuvent travailler à la-fois.

La maniere d’appliquer la laine est si ingénieuse, mais en même tems si extraordinaire, qu’il ne faut pas moins que les yeux même pour la comprendre. On va pourtant tâcher de l’expliquer.

Le lainier ayant arrangé autour de lui des laines de toutes les couleurs qu’il doit employer, séparées dans de petites corbeilles ou autres vaisseaux semblables, prend de la main droite un petit tamis de deux ou trois pouces de longueur, de deux de largeur, & de douze ou quinze lignes de hauteur. Après quoi mettant dans ce tamis un peu de laine hachée de la couleur convenable, & le tenant entre le pouce & le second doigt, il remue légerement cette laine avec quatre doigts qu’il a dedans, en suivant d’abord les contours des figures avec une laine brune, & mettant ensuite avec d’autres tamis & d’autres laines les carnations, si ce sont des parties nues de figures humaines ; & les draperies, si elles sont nues, & à proportion de tout ce qu’il veut représenter.

Ce qu’il y a d’admirable & d’incompréhensible, c’est que le tapissier lainier est tellement maître de cette poussiere laineuse, & la sait si bien ménager par le moyen de ses doigts, qu’il en forme des traits aussi délicats qu’on pourroit le faire avec le pinceau, & que les figures sphériques, comme est, par exemple, la prunelle de l’œil, paroissent être faites au compas.

Après que l’ouvrier a lainé toute la partie du tableau ou tapisserie que le peintre avoit enduite de couleur, il bat légerement avec une baguette le dessous du coutil ou de la toile à l’endroit de son ouvrage, ce qui le dégageant de la laine inutile, découvre les figures, qui ne paroissoient auparavant qu’un mélange confus de toutes sortes de couleurs.

Lors enfin que la tapisserie est finie par ce travail alternatif du peintre & du lainier, on la laisse sécher sur son chassis qu’on dresse de haut en bas dans l’attelier ; après qu’elle est parfaitement seche, on donne quelques traits au pinceau dans les endroits qui ont besoin de force, mais seulement dans les bruns.

Ces sortes de tapisseries, qui, quand elles sont faites de bonne main, peuvent tromper au premier coup d’œil, & passer pour des hautes-lisses, ont deux défauts considérables auxquels il est impossible de remédier ; l’un, qu’elles craignent extrèmement l’humidité, & qu’elles s’y gâtent en peu de tems ; l’autre, qu’on ne sauroit les plier comme les tapisseries ordinaires pour les serrer dans un garde-meuble, ou les transporter d’un lieu dans un autre, & qu’on est obligé, lorsqu’elles ne sont pas tendues, de les tenir roulées sur de gros cylindres de bois, ce qui occupe beaucoup de place, & est extrèmement incommode.