L’Encyclopédie/1re édition/TAUPE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

TAUPE, s. f. (Hist. nat. Zoolog.) animal quadrupede qui a environ cinq pouces de longueur depuis le bout du museau jusqu’à la queue. La taupe vit sous terre ; elle est noire ; cependant il y en a aussi des blanches, & d’autres qui ont le corps comme marbré de taches noires & de taches blanches. Le poil est doux, court & épais ; le museau ressemble au groin du cochon ; le cou, les jambes & la queue sont très courts. Il y a cinq doigts à chaque pié ; ceux de devant sont très-larges, & ont des ongles plus grandes que ceux d’aucun autre animal à proportion de la grandeur du corps. Les piés de devant ont par leur conformation plus de rapport à des mains qu’à des piés ; la paume est tournée en-arriere, & les doigts sont dirigés obliquement en-dehors & en-bas, & très propres à jetter la terre à côté & en-arriere, lorsque l’animal la fouille pour s’y cacher. Les yeux sont extrèmement petits, en partie recouverts par la peau, & entierement cachés sous le poil ; on ne peut les trouver qu’en l’écartant à l’endroit de chaque œil.

La taupe de Virginie differe de la taupe de ce pays en ce qu’elle a le poil de couleur noirâtre, luisant & mêlé d’un pourpre foncé.

La taupe rouge d’Amérique n’a que quatre doigts aux piés de derriere, & seulement trois à ceux de devant ; le doigt extérieur des piés de devant est plus grand que les deux autres ; il a aussi un ongle plus fort, plus long, pointu & un peu recourbé. Le poil est d’un roux tirant sur le cendré clair. Au reste la taupe rouge d’Amérique ressemble à la taupe de ce pays-ci.

La taupe dorée de Sibérie ressemble à la précédente par la conformation des piés ; elle a le nez plus court que celui de la taupe de ce pays-ci ; mais elle est de la même grandeur. Le poil a diverses couleurs ; le verd & la couleur d’or y dominent. Regn. anim. Voyez Quadrupede.

Taupe, (Mat. méd.) Le sage Juncker lui-même compte le cœur & le foie de taupe parmi les bons remedes des convulsions épileptiques : mais c’est un éloge bien modeste, en comparaison de celui que les anciens pharmacologistes ont fait de la taupe ; ils ont mis parmi les remedes sa chair, sa tête, son sang, sa graisse & sur-tout ses cendres. Mais tous ces prétendus remedes, & même celui dont parle Juncker, sont absolument inusités.

Le bouillon de taupe est un remede de bonne-femme pour guérir les enfans de l’incommodité de pisser au lit. (b)

Taupe de mer. Voyez Scolopendre.

Taupe-Grillon. Voyez Courtilliere.

Taupe, s. f. (Chirurg.) espece de tumeur dure, qui survient à la tête, avec une ouverture par laquelle on peut exprimer la matiere ténace. Cette tumeur est un follicule membraneux, contenant une matiere grossiere, & ayant un trou au milieu. Ce petit réservoir qui contenoit auparavant une humeur fluide, se remplit d’une matiere épaisse, parce que ce qu’il y a de plus constant s’évapore, & ce qui reste s’épaissit toujours davantage, la tumeur recevant toujours une nouvelle matiere, devient toujours plus dure ; les liqueurs qui couloient dans la membrane s’y arrêtent & la gonflent ; d’un autre côté, les vaisseaux sanguins étant comprimés, le sang y coule plus lentement, s’y dépouille de sa partie fluide, & forme une couleur noire. Il semble résulter de-là qu’il y a des réservoirs où se ramasse la matiere que filtrent les arteres des réservoirs qui sont voisines des conduits excrétoires. Voyez Talpa. (D. J.)