L’Encyclopédie/1re édition/TRAVERSE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  TRAVERSAGE
TRAVERSÉ  ►

TRAVERSE, s. f. (Archit.) mot générique, qui se dit d’une piece de bois ou de fer, qui sert à en affermir d’autres. Il y a des traverses de portes, de fenetres, de chassis ; il y en a qui se posent obliquement sur une porte de menuiserie ; les traverses sont appellées par Vitruve, impages. (D. J.)

Traverse, c’est dans la Fortification, une élévation de terre ou de maçonnerie, qui occupe la largeur d’un ouvrage quelconque pour le couvrir de l’enfilade.

Traverses du chemin-couvert, sont des solides de terre de même épaisseur que le parapet du rempart, qui en occupent la largeur de distance en distance, & qui la mettent à l’abri de l’enfilade. Elles sont marquées b, b, Pl. I. des fortifications, fig. 1. & 2.

Traverse dans le fossé sec, est une espece de chemin-couvert qui en traverse la largeur ; on les nomme quelquefois places d’armes. Voyez Places d’armes. Ces traverses ne consistent qu’en un parapet perpendiculaire aux faces des ouvrages qui traverse toute la largeur du fossé, à l’exception d’un petit espace auprès de la contrescarpe, fermé par une barriere. Ce parapet est élevé de 3 piés sur le niveau du fossé, qui est creusé du même nombre de piés en cet endroit : il a une banquette, & il est palissadé comme celui du chemin-couvert. La pente des terres du parapet de la traverse se perd en pente dans le fossé, de la même maniere que celui du chemin-couvert le fait dans la campagne. On fait de ces sortes de traverses dans les fossés secs des dehors. (Q)

Traverse, (Fortification.) dans un fossé plein d’eau, est une espece de galerie que l’on fait en jettant dans le fossé des solides, des fascines, des pierres, de la terre ou autres choses, vis-à-vis l’endroit où on doit attacher le mineur au pié de la muraille, afin de remplir le fossé & de se pratiquer un passage par-dessus. Voyez Galerie, Chambers.

Cette espece de galerie ou de traverse n’est plus guere en usage. Voyez Passage du fossé. (Q)

Traverse, (Fortification.) signifie aussi tout retranchement ou ligne fortifiée avec des fascines, des tonneaux, ou sacs à terre ou gabions. Chambers.

Traverses tournantes, (Fortificat.) ce sont dans l’attaque des places, des traverses qu’on construit dans les logemens pour se garantir de l’enfilade, & autour desquelles le logement tourne, à l’exception néanmoins du côté où elles joignent le parapet du logement. Elles se construisent principalement dans le logement du chemin-couvert, dans ceux des demi-lunes, &c. voyez de ces traverses dans le logement du chemin-couvert ou du haut du glacis, Pl. XVI. de Fortificat. fig. I. n°. 1. (Q)

Traverse, (Marine.) voyez Traversin.

Traverse misaine, (Marine.) commandement à l’équipage du vaisseau, de haler l’écoute du misaine pour la traverser.

Traverse de devant, terme de Charron ; c’est un morceau de bois sculpté qui s’attache des deux bouts sur les deux brancarts, entre le siége du cocher & la planche des pages, cette traverse sert pour attacher par-devant les suspentes. Voyez les Planches du Sellier.

Traverse de support, terme de Charron ; c’est une bande de bois plate de la longueur environ de trois piés qui se pose avec des chevilles sur le derriere des fourchettes. Voyez les fig. Pl. du Charron.

Traverse, (Jardinage.) se dit d’une allée qui ne peut être ainsi appellée que relativement à une autre, qui est sur un autre alignement & qui la coupe.

Traverse, s. f. (Menuis.) piece de bois qui s’assemble avec les battans d’une porte, ou qui se croise quarrément sur le meneau montant d’une croisée.

On appelle aussi traverses des barres de bois, posées obliquement & clouées sur une porte de menuiserie. (D. J.)

Traverse de chassis, s. f. terme de Menuisier ; c’est le morceau de bois qui est au-dessus & au bas du chassis, & qui se joint avec le battant de ce chassis. (D. J.)

Traverse de fer, (Serrur.) grosse barre de fer qui avec une pareille, retient par le haut & par le bas, les montans de costiere & de battement, & les barreaux du ventail d’une porte de fer. Il y a de ces traverses qui se mettent à hauteur de serrure pour entretenir les barreaux trop longs, & qui servent à renfermer les ornemens de frise, & bordures de serrurie. Les grilles de fer ont aussi des traverses qui en fortifient les barreaux. (D. J.)

Traverse, s. f. terme de Blason, ce mot se dit d’une espece de filet qui se pose dans les armes des bâtards, traversant l’écu de l’angle sénestre du chef, à l’angle dextre de la pointe, & qui ne contient en sa largeur que la moitié du bâton. P. Menestrier. (D. J.)