L’Encyclopédie/1re édition/VOYELLE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
VOYER  ►

VOYELLE, s. f. (Gram.) La voix humaine comprend deux sortes d’élémens, le son & l’articulation. Le son est une simple émission de la voix, dont les différences essentielles dépendent de la forme du passage que la bouche prête à l’air qui en est la matiere. L’articulation est le degré d’explosion que reçoivent les sons, par le mouvement subit & instantané de quelqu’une des parties mobiles de l’organe. Voyez h.

L’écriture qui peint la parole en en représentant les élémens dans leur ordre naturel, par des signes d’une valeur arbitraire & constatée par l’usage que l’on nomme lettres, doit donc comprendre pareillement deux sortes de lettres ; les unes doivent être les signes représentatifs des sons, les autres doivent être les signes représentatifs des articulations : ce sont les voyelles & les consonnes.

Les voyelles sont donc des lettres consacrées par l’usage national à la représentation des sons. « Les voyelles, dit M. du Marsais (Consonne), sont ainsi appellées du mot voix, parce qu’elles se font entendre par elles-mêmes, elles forment toutes seules un son, une voix : » c’est-à-dire, qu’elles représentent des sons qui peuvent se faire entendre sans le secours des articulations ; au lieu que les consonnes, qui sont destinées par l’usage national à la représentation des articulations, ne représentent en conséquence rien qui puisse se faire entendre seul, parce que l’explosion d’un son ne peut exister sans le son, de même qu’aucune modification ne peut exister sans l’être, qui est modifié : de là vient le nom de consonne, (qui sonne avec) parce que l’articulation représentée ne devient sensible qu’avec le son qu’elle modifie.

J’ai déja remarqué (Lettres) que l’on a compris sous le nom général de lettres, les signes & les choses signifiées, ce qui aux y eux de la philosophie est un abus, comme c’en étoit un aux yeux de Priscien. (Lib. I. de litterâ.) Les choses signifiées auroient dû garder le nom général d’élémens, & les noms particuliers de sons & d’articulations ; & il auroit fallu donner exclusivement aux signes le nom général de lettres, & les noms spécifiques de voyelles & de consonnes. Il est certain que ces dernieres dénominations sont en françois du genre féminin, à cause du nom général lettres, comme si l’on avoit voulu dire lettres voyelles, lettres consonnes.

Cependant l’auteur anonyme d’un traité des sons de la langue françoise (Paris 160. in 8°.) se plaint au contraire, d’une expression ordinaire qui rentre dans la correction que j’indique : voici comme il s’en explique. (Part. I. pag. 3.) « Plusieurs auteurs disent que les voyelles & les consonnes sont des lettres. C’est comme si on disoit que les nombres sont des chiffres. Les voyelles & les consonnes sont des sons que les lettres représentent, comme les chiffres servent à représenter les nombres. En effet, on prononçoit des consonnes & des voyelles avant qu’on eût inventé les lettres. »

Il me semble, au contraire, que quand on dit que les voyelles & les consonnes sont des sons, c’est comme si l’on disoit que les chiffres sont des nombres ; sans compter que c’est encore un autre abus de désigner indistinctement par le mot de sons tous les élémens de la voix. J’ajoûte que l’on prononçoit des sons & des articulations avant qu’on eût inventé les lettres, cela est dans l’ordre ; mais loin que l’on prononçât alors des consonnes & des voyelles, on n’en prononce pas même aujourd’hui que les lettres sont connues ; parce que, dans la rigueur philosophique, les voyelles & les consonnes, qui sont des especes de lettres, ne sont point sonores, ce sont des signes muets des élémens sonores de la voix.

Au reste, le même auteur ajoute : « on peut cependant bien dire que ces lettres a, e, i, &c. sont des voyelles, & que ces autres b, c, d, &c. sont des consonnes, parce que ces lettres réprésentent des voyelles & des consonnes ». Il est assez singulier que l’on puisse dire que des lettres sont voyelles & consonnes, & que l’on ne puisse pas dire réciproquement que les voyelles & les consonnes sont des lettres ? je crois que la critique exige plus de justesse.

Selon le p. Lami, (Rhét. liv. III. chap. iij. pag. 202.) On peut dire que les voyelles sont au regard des lettres qu’on appelle consonnes, ce qu’est le son d’une flûte aux différentes modifications de ce même son, que font les doigts de celui qui joue de cet instrument. Le p. Lami parle ici le langage ordinaire, en désignant les objets par les noms mêmes des signes. M. du Marsais, parlant le même langage, a vu les choses sous un autre aspect, dans la même comparaison prise de la flûte : tant que celui qui en joue, dit-il, (Consonne.) y souffle de l’air, on entend le propre son au trou que les doigts laissent ouvert.... Voilà précisément la voyelle : chaque voyelle exige que les organes de la bouche soient dans la situation requise pour faire prendre à l’air qui sort de la trachée-artère la modification propre à exciter le son de telle ou telle voyelle. La situation qui doit faire entendre l’a, n’est pas la même que celle qui doit exciter le son de l’i. Tant que la situation des organes subsiste dans le même état, on entend la même voyelle aussi long-tems que la respiration peut fournir & air. Ce qui marquoit, selon le P. Lami, la différence des voyelles aux consonnes, ne marque, selon M. du Marsais, que la différence des voyelles entr’elles ; & cela est beaucoup plus juste & plus vrai. Mais l’encyclopédiste n’a rien trouvé dans la flûte qui pût caractériser les consonnes, & il les a comparées à l’effet que produit le battant d’une cloche, ou le marteau sur l’enclume.

M. Harduin, dans une dissertation sur les voyelles & les consonnes qu’il a publiée (en 1760.) à l’occasion d’un extrait critique de l’abregé de la Grammaire françoise par M. l’abbé de Wally, a repris (pag. 7.) la comparaison du p. Lami, & en la rectifiant d’après des vues semblables à celles de M. du Marsais, il étend ainsi la similitude jusqu’aux consonnes : « la bouche & une flûte sont deux corps, dans la concavité desquels ils faut également faire entrer de l’air pour en tirer du son. Les voyelles répondent aux tons divers causés par la diverse application des doigts sur les trous de la flûte ; & les consonnes répondent aux coups de langue qui précedent ces tons. Plusieurs notes coulées sur la flûte sont, à certains égards, comme autant de voyelles qui se suivent immédiatement ; mais si ces notes sont frappées de coups de langue, elles ressemblent à des voyelles entremêlées de consonnes ». Il me semble que voilà la comparaison amenée au plus haut degré de justesse dont elle soit susceptible, & j’ai appuyé volontiers sur cet objet, afin de rendre plus sensible la différence réelle des sons & des articulations, & conséquemment celle des voyelles & des consonnes qui les représentent.

J’ai observé (art. Lettres.) que notre langue paroît avoir admis huit sons fondamentaux, qu’on auroit pû représenter par autant de voyelles différentes ; & que les autres sons usités parmi nous dérivent de quelqu’un de ces huit premiers, par des changemens si légers & d’ailleurs si uniformes, qu’on auroit pû les figurer par quelques caracteres accessoires. Voici les huit sons fondamentaux rangés selon l’analogie des dispositions de la bouche, nécessaires à leur production.

a, comme dans la premiere syllabe de cadre.
ê, tête.
é, lésard.
i, misere.
eu, mnier.
o, poser.
u, lumiere.
ou, poudre.

I. La bouche est simplement plus ou moins ouverte pour la génération des quatre premiers sons qui retentissent dans la cavité de la bouche : je les appellerois volontiers des sons retentissans, & les voyelles qui les représenteroient seroient pareillement nommées voyelles retentissantes.

Les levres, pour la génération des quatre derniers, se rapprochent ou se portent en avant d’une maniere si sensible, qu’on pourroit les nommer sons labiaux, & donner aux voyelles qui les représenteroient le nom de labiales.

II. Les deux premiers sons de chacune de ces deux classes sont susceptibles de variations, dont les autres ne s’accommodent pas. Ainsi l’on pourroit, sous ce nouvel aspect, distinguer les huit sons fondamentaux en deux autres classes ; savoir, quatre sons variables, & quatre sons constans : les voyelles qui les représenteroient recevroient les mêmes dénominations.

1°. Les sons variables que M. Duclos (Rem. sur le chap. j. de la part. I. de la Gramm. gén.) appelle grandes voyelles, sont les deux premiers sons retentissans a, ê, & les deux premiers labiaux eu, o ; chacun de ces sons peut être grave ou aigu, oral ou nasal.

Un son variable est grave, lorsqu’étant obligé d’en traîner davantage la prononciation, & d’appuyer, pour ainsi dire, dessus, on sent qu’indépendamment de la longueur, l’oreille apperçoit dans la nature même du son quelque chose de plus plein & plus marqué. Un son variable est aigu, lorsque passant plus légerement sur sa prononciation, l’oreille y apperçoit quelque chose de moins nourri & de moins marqué, qu’elle n’en est, en quelque sorte, que piquée plutôt que remplie. Par exemple, a est grave dans pâte, & aigu dans pate ; ê est grave dans la tête, & aigu dans il tete ; eu est grave dans jeûne, (abstinence de manger), aigu dans jeune (qui n’est pas vieux), & muet ou presqu’insensible dans âge ; o est grave dans côte (os), & aigu dans cote (jupe).

Un son variable est oral, lorsque l’air qui en est la matiere sort entierement par l’ouverture de la bouche qui est propre à ce son. Un son variable est nasal, lorsque l’air qui en est la matiere, sort en partie par l’ouverture propre de la bouche, & en partie par le nez. Par exemple, a est oral dans pâte & dans pate, & il est nasal dans pante de lit ; ê est oral dans tête & dans tète, & il est nasal dans teinte ; eu est oral dans jeûne & dans jeune, & nasal dans jeun ; o est oral dans côte & dans cote, & il est nasal dans conte.

2°. Les sons constans, que M. Duclos (ibid.) nomme petites voyelles, sont les deux derniers sons retentissans, é, i, & les deux derniers labiaux u, ou. Je les appelle constans, parce qu’en effet chacun d’eux est constamment oral, sans devenir jamais nasal, & que la constitution en est invariable, soit qu’on en traîne ou qu’on en hâte la prononciation.

M. l’abbé Fromant (supplém. 1. j.) pense autrement, & il n’est pas possible de discuter son opinion ; c’est une affaire d’organe, & le mien se trouve d’accord à cet égard avec celui de M. Duclos. J’observerois seulement que par rapport à l’i nasal, qu’il admet & que je rejette, il se fonde sur l’autorité de l’abbé de Dangeau, qui, selon lui, connoissoit assurément la prononciation de la cour & de la ville, & sur la pratique constante du théatre, où l’on prononce en effet l’i nasal.

Mais en accordant à l’abbé de Dangeau tout ce qu’on lui donne ici ; ne peut-on pas dire que l’usage de notre prononciation a changé depuis cet académicien, & en donner pour preuve l’autorité de M. Duclos, qui ne connoît pas moins la prononciation de la cour & de la ville, & qui appartient également à l’académie françoise ?

Pour ce qui regarde la pratique du théatre, on peut dire, 1°. que jusqu’ici personne ne s’est avisé d’en faire entrer l’influence dans ce qui constitue le bon usage d’une langue ; & l’on a raison : voyez Usage. On peut dire, 2°. que le grand Corneille étant en quelque sorte le pere & l’instituteur du théatre françois, il ne seroit pas surprenant qu’il se fût conservé traditionellement une teinte de la prononciation normande que ce grand homme pourroit y avoir introduite.

Dans le rapport analysé des remarques de M. Duclos & du supplément de M. l’abbé Fromant, que fit à l’académie royale des Sciences, belles-lettres, & arts de Rouen, M. Maillet du Boullay, secrétaire de cette académie pour les belles-lettres, il compare & discute les pensées de ces deux auteurs sur la nature des voyelles. « Cette multiplication de voyelles, dit-il, est-elle bien nécessaire ? & ne seroit-il pas plus simple de regarder ces prétendues voyelles (nasales) comme de vraies syllabes, dans lesquelles les voyelles sont modifiées par les lettres m ou n, qui les suivent » ? M. l’abbé de Dangeau avoit déja répondu à cette question d’une maniere détaillée & propre, ce me semble, à satisfaire. (Opusc. pag. 19-32.) Il démontre que les sons que l’on nomme ici, & qu’il nommoit pareillement voyelles nasales, sont de véritables sons simples & inarticulés en eux-mêmes ; & ses preuves portent, 1°. sur ce que dans le chant les ports de voix se font tout entiers sur an, ein, on, &c. que l’on entend bien différens de a, è, o, &c ; 2°. sur l’hiatus que produit le choc de ces voyelles nasales, quand elles se trouvent à la fin d’un mot & suivies d’un autre mot commençant par une voyelle. Ces preuves, détaillées comme elles sont dans le premier discours de M. l’abbé de Dangeau, m’ont toujours paru démonstratives ; & je crains bien qu’elles ne l’aient paru moins à M. du Boullay, par la même raison que l’abbé de Dangeau trouva vingt-six de ces hiatus dont je viens de parler dans le Cinna de Corneille, & qu’il n’en rencontra qu’onze dans le Mithridate de Racine, huit dans le Misantrope de Moliere, & beaucoup moins dans les opéra de Quinault.

Voici donc sous un simple coup-d’œil, le système de nos sons fondamentaux.

  Sons. Exemples.
S
O
N
S

F
O
N
D
A
M
E
N
T
A
U
X
LABIAUX. variables. A oral. grave, 1 â pâte.
aigu, 2 a patte.
nasal. 3 an pante.
Ê oral. grave, 4 ê tête.
aigu, 5 è tète.
nasal. 6 ein teinte.
constans. É 7 é présent.
I 8 i prison.
RENTENTISSANS. variables. EU oral. grave, 9 jneur.
aigu, 10 eu jeunesse.
muet, 11 e âge.
nasal. 12 eun jeun.
O oral. grave, 13 ô côte.
aigu, 14 o cote.
nasal. 15 on conte.
constans. U 16 u sujet.
OU 17 ou soumis.


Les variations de ceux de ces huit sons fondamentaux qui en sont susceptibles, ont multiplié les sons usuels de notre langue jusqu’à dix-sept bien sensibles, conformément au calcul de M. Duclos. Faudroit-il également dix-sept voyelles dans notre alphabet ? Je crois que ce seroit multiplier les signes sans nécessité, & rendre même insensible l’analogie de ceux qui exigent une même disposition dans le tuyau organique de la bouche. En descendant de l’a à l’ou, il est aisé de remarquer que le diametre du canal de la bouche diminue, & qu’au contraire, le tuyau qu’elle forme s’alonge par des degrés, inappréciables peut-être dans la rigueur géométrique, mais distingués comme les huit sons fondamentaux : au lieu qu’il n’y a dans la disposition de l’organe, aucune différence sensible qui puisse caractériser les variations des sons qui en sont susceptibles ; elles ne paroissent guere venir que de l’affluence plus ou moins considérable de l’air, de la durée plus ou moins longue du son, ou de quelque autre principe également indépendant de la forme actuelle du passage.

Il seroit donc raisonnable, pour conserver les traces de l’analogie, que notre alphabet eût seulement huit voyelles, pour représenter les huit sons fondamentaux ; & dans ce cas un signe de nasalité, comme pourroit être notre accent aigu, un signe de longueur, tel que pourroit être notre accent grave, & un signe tel que notre accent circonflexe, pour caractériser l’eu muet, feroient avec nos huit voyelles tout l’appareil alphabétique de ce système. La voyelle qui n’auroit pas le signe de nasalité, représenteroit un son oral ; celle qui n’auroit pas le signe de longueur, représenteroit un son bref : & quoique Théodore de Bèze (de francicæ linguæ rectâ pronunciatione tractatus, Genev. 1584.) ait prononcé que eadem syllaba acuta quæ producta, & eadem gravis quæ correpta, il est cependant certain que ce sont ordinairement les sons graves qui sont longs, & les sons aigus qui sont brefs ; d’où il suit que la présence ou l’absence du signe de longueur serviroit encore à désigner que le son variable est grave ou aigu. Ainsi a oral, bref & aigu ; à oral, long & grave ; á nasal. C’est à mon sens, un vrai superflu dans l’alphabet grec, que les deux e & les deux o qui y sont figurés diversement ; ε, η, ο, ω.

Notre alphabet peche dans un sens contraire ; nous n’avons pas assez de voyelles, & nous usons de celles qui existent d’une maniere assez peu systématique. Le détail des différentes manieres dont nous représentons nos sons usuels, ne me paroît pas assez encyclopédique pour grossir cet article ; & je me contenterai de renvoyer sur cette matiere, aux éclaircissemens de l’abbé de Dangeau, (opusc. p. 61-110.) aux remarques de M. Harduin, sur la prononciation & l’orthographe, & au traité des sons de la langue françoise, dont j’ai parlé ci-dessus. (B. E. R. M.)