L’Internationale, documents et souvenirs/Tome III/Errata et Addenda

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L’INTERNATIONALE - Tome III
Errata et Addenda




ERRATA ET ADDENDA




POUR LE TOME Ier :


Page 42. — Supprimer la note 2.

Page 55, ligne 10. — Au lieu de : « résolution », lire : « résolutions ».

Page 76, note 1, ligne 9. — Au lieu de : « du Progrès de Locle », lire : « du Progrès du Locle ».

Page 260, ligne 5. — Au lieu de : « Y. Z. », lire : « Lioubavine ».

Page 261, ligne 39. — Au lieu de : « il écrivit à l’éditeur Poliakof », lire : « il écrivit à Lioubavine, au commencement de mars ».

Même page, lignes 44-45. — Au lieu de : « ne parvint à la connaissance de Bakounine qu’au mois de mai ou juin 1870 : il l’apprit par Y. Z., qui lui écrivit... », lire : « parvint à la connaissance de Bakounine par une lettre de Lioubavine, qui lui écrivit... »

Même page, note 4, ligne 1. — Au lieu de : « la lettre de Netchaïef à Poliakof», lire : « une copie de la lettre de Netchaïef à Lioubavine ».

Même page, même note, ligne 3. — Au lieu de : « de l’éditeur », lire : « de Lioubavine ».

Pages 278, ligne 6. — Au lieu de : « entre les membres », lire : « entre les mains ».




POUR LE TOME II :


Page 22, ligne 27. — À cet endroit (de même que plus loin, aux pages 101 et 208), j’ai parlé de la brochure L’Alliance de la démocratie socialiste et l’Association internationale des travailleurs en l’attribuant à Marx seul. On voudra bien rectifier cette erreur, en se reportant à ce qui est dit dans la note 1 de la p. 274 du tome II.

Page 31, ligne 4. — Au lieu de : « Frankel », lire : « Fränkel ». Corriger la même faute partout où elle a été commise.

Page 81. — À la première ligne de la note 1, après les mots : « d’une lettre de Lassalle à Marx », intercaler ceux-ci : « écrite pendant la guerre d’Italie, à un moment où on se demandait si la Prusse se joindrait à l’Autriche contre la France et le Piémont ».

Page 82, ligne 46. — Au lieu de : « entraîner », lire : « déchaîner ».

Page 89, ligne 1. — Au lieu de : « contenue dans », lire : « qu’exprime ».

Page 90, ligne 35. — Au bout de la ligne, mettre un point-virgule au lieu d’une virgule.

Page 96, ligne 41. — Après : « étaient accourus », ajouter : « armés » (entre deux virgules).

Page 98, ligne 33. — Supprimer les mots : « vers trois heures à peu près », ainsi que l’appel de note, et, au bas de la page, la note 4. — Bakounine avait bien écrit, dans le brouillon de sa lettre (qui est conservé et que j’ai vu), les mots « vers trois heures à peu près », mais ensuite il les a biffés, évidemment parce qu’il a reconnu que cette indication d’heure était inexacte.

C’est vers cinq heures et non vers trois heures que son arrestation a dû avoir lieu.

Pages 98-99. — La lettre de Bakounine à Palix a été imprimée d’après une copie fautive. On en trouvera le texte correct au tome IV des Œuvres de Bakounine, dans l’Avant-propos du fragment intitulé Manuscrit de 114 pages.

Page 101. — La ligne 4 de la note 3 doit être lue ainsi : « du 2 octobre 1852 (« Sur la révolution et la contre-révolution en Allemagne ») ;... »

Page 103 ligne 15. — Au lieu de : « sa ville natale », lire : « la ville où résidaient ses parents ». — Paul Robin est né à Toulon en 1837.

Page 132, ligne 4. — Au lieu de : « 285 », lire : « 273 ». — Et à la ligne 5, avant les mots : « Je pars demain... », intercaler ceux-ci : « 13 pages, 273-285 inclusivement ».

Page 133. — Remplacer le contenu des lignes 6-8 par ce qui suit : «... sa propriétaire ; il y vit Louguinine, un Russe avec lequel il avait été en relations1, et qui lui promit d’intervenir activement auprès de ses frères, en Russie, pour lui faire obtenir le paiement de ce qui lui était dû comme sa part de l’héritage paternel ; et il rentra à Locarno le 3 avril, rapportant 200 fr. que lui avaient procurés ses amis Friscia, Mazzoni et Fanelli, et la promesse que Gambuzzi emprunterait pour lui un millier de francs à quelque banquier de Naples ».

Page 155, ligne 24. — Au lieu de : « Souvillier », lire : « Sonvillier ».

Page 174, note 1, ligne 3. — Après : « Quatrième Partie », ajouter : « p. 258, note 1 ».

Page 190, ligne 17. — Au lieu de : « où s’il était », lire : « où il s’était ».

Page 203, note, ligne 5. — Avant : « intitulée », intercaler ces mots : « datée du 24 octobre 1871, et... »

Page 206, lignes 6-7. — Au lieu de : « pages 106-107 », lire : « pages 206-207 ».

Page 237. — Remplacer la note par celle-ci : « Le texte des articles cités ci-après a été emprunté à la nouvelle édition française des statuts faite à Paris par les soins de Robin, au printemps de 1870 ».

Page 269, note 3, ligne 6. — Après : « aufzutreten », placer un signe de parenthèse.

Page 276, ligne 2. — Après : « membres du Conseil fédéral », placer les six noms suivants, entre parenthèses : « ( F. Mora, José Mesa, Paulino Iglesias, Victor Pagès, Inocente Calleja, Hipolito Pauly) ».

Page 288, ligne 3. — Au lieu de : « inconnu à », lire : « inconnu de ».

Même page, ligne 26. — Après : « à Barcelone », placer un appel de note. Au bas de la page, intercaler la note suivante : « Bakounine s’est trompé d’un an en disant « l’an passé » : le Congrès de Barcelone avait eu lieu en juin 1870. »

Page 289, dernière ligne du texte. — Après : « Conseil fédéral », placer un appel de note. Au bas de de la page, ajouter la note suivante : « Il y a là une erreur de Lafargue. Les deux membres de l’ancien Conseil fédéral que le Congrès de Saragosse élut pour faire partie du nouveau Conseil sont Anselmo Lorenzo et F. Mora (voir p. 276) ; mais Lorenzo n’avait pas été un des six membres expulsés en mars par la Fédération madrilène (il me l’a confirmé lui-même par une lettre écrite le 1er juin 1907). »

Page 320, lignes 2-3. — Supprimer ces mots placés entre parenthèses : « les persécutions politiques lui avaient fait perdre sa place à l’atelier, et il vivait d’un petit commerce de houille ». Il y a dans cette phrase un anachronisme : en 1872, Weiss travaillait encore dans la fabrique de Kœchlin frères ; c’est en août 1875 qu’il fut renvoyé par ses patrons, comme le raconte une lettre écrite par lui et publiée par le Bulletin de la Fédération jurassienne du 19 septembre 1875.

Page 327, ligne 21. — Au lieu de : « p. 300 », lire : « p. 343 ».

Page 355, ligne 3. — Après : « dans un faubourg de Paris », placer un appel de note. Au bas de la page, intercaler cette note : « Il babitait alors 17, rue Tournefort, dans le quartier Mouffetard ».

Page 356, ligne 11. — Au lieu de : « à l’attitude lente », lire : à l’allure lourde ».




POUR LE TOME III :


Page 4, note 1, ligne 3. — Au lieu de : « Locles, » lire : « Locle ».

Page 13, ligne 20. — Après le mot « Kapital », placer un appel de note. Au bas de la page, ajouter la note suivante : « Comme on le verra dans l’Appendice du présent volume, Marx connaissait dès 1870 l’histoire de la lettre de Netchaïef, et il avait demandé alors à Hermann Lopatine de lui communiquer la copie qu’il possédait de cette pièce, ce que celui-ci refusa de faire. Néanmoins, dans sa lettre du 15 août 1872 à Nicolas ...on (p. 14), Marx, chose singulière, parle comme s’il venait d’apprendre l’existence de ce document. Peut-être Outine ne lui donna-t-il qu’en août 1872 l’idée de s’en servir ? »

Page 30, ligne 6. — A la fin de la ligne, supprimer « que ».

Page 94, ligne 22. — Au lieu de : « durch der Krieg », lire : « durch den Krieg ».

Page 99, note 7, ligne 1. — Au lieu de : « mai », lire : «juin ».

Page 102, ligne 6. — Au lieu de : « servît », lire : « servit ».

Page 140, ligne 4. — Au lieu de : « En avril 1874 », lire : « En août 1874 ».

Page 148, ligne 39, — Au lieu de : « maustod », lire : « maustodt ».

Page 187, lignes 12 et 13. — Au lieu de : « faire acquérir à sa femme », lire : « faire acquérir ainsi à sa femme ».

Page 254, ligne 21. — Au lieu de : « Ludovico », lire : « Lodovico ».

Page 287, ligne 33. — Au lieu de : « leur jurés », lire : « le jugement ».