L’Internationale, documents et souvenirs/Tome III

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Tome 3
P. - V. Stock.
Tome II Tome III Tome IV


Errata et Addenda




AVANT-PROPOS





J’avais cru pouvoir faire tenir en un seul volume ce que j’avais à dire des événements de la période qui commence au lendemain du Congrès de la Haye (septembre 1872) pour s’achever au printemps de 1878 avec la disparition du Bulletin de la Fédération jurassienne : mais j’ai dû constater que ce serait chose impossible, à moins d’écourter de façon regrettable un récit qui ne vaut guère que par le détail, et dans lequel je me suis interdit à dessein les généralisations. Il fallait, entre autres, rapporter complètement et sans réticences ce que je sais des actes et des pensées de Bakounine dans les quatre dernières années de sa vie. Il fallait faire pénétrer le lecteur dans la vie intime des militants de la Fédération jurassienne, par de nombreuses citations de leur correspondance. Il fallait enfin faire connaître au public de langue française les édifiantes révélations contenues dans la correspondance de Sorge parue en 1906 (Briefe und Auszüge ans Briefen von Joh. Phil. Becker, Jos. Dietzgen, Friedrich Engels, Karl Marx u. A. an F. A. Sorge und Andere), qui éclaire, par les aveux les plus cyniques et les plus inattendus, tout le complot de la coterie marxiste ; et profiter des renseignements fournis par quelques autres publications récentes, comme les récits de Mme A. Bauler sur Bakounine (Byloé, juillet 1907), les lettres de Marx à un ami russe, M. Nicolas ...on, relatives à la pièce secrète sur laquelle fut échafaudée l’accusation d’escroquerie lancée contre Bakounine à la Haye (Minouvchié Gody, janvier 1908), etc. Au dernier moment, j’ai pu donner encore, dans un Appendice, la lettre de Lioubavine à Marx du 8/20 août 1872, publiée par Ed. Bernstein dans le numéro de novembre 1908 de Minouvchié Gody.

En conséquence, au lieu d’un troisième et dernier volume achevant l’ouvrage, et contenant les deux dernières parties de mon travail, j’ai dû me décider à faire deux volumes : un tome III, que voici, comprenant la Cinquième partie : La Fédération jurassienne, Deuxième période, septembre 1872 — mars 1876 ; et un tome IV, qui renfermera la Sixième et dernière partie : La Fédération jurassienne, Troisième période, mars 1876 — mai 1878.

Cela me permettait de donner aux lecteurs un portrait de plus. J’ai choisi celui de notre cher et regretté Carlo Cafiero, et l’ai placé en tête du présent volume : c’est la reproduction d’une photographie faite en 1878, après l’acquittement des accusés du procès de Bénévent, photographie que je dois à l’amitié de Mme Olympia Cafiero-Koutouzof. — Le portrait d’Adhémar Schwitzguébel sera placé en tête du tome IV et dernier.

Le tome IV est entièrement rédigé, et sa publication ne tardera pas.


J. G.









CINQUIÈME PARTIE


La Fédération jurassienne : deuxième période
(Septembre 1872-Mars 1876).


I.Le Congrès de Saint-Imier (15 et 16 septembre 1872). — Organisation secrète internationale, 1-2 ; le Congrès jurassien à Saint-Imier (10 septembre 1872) ; il déclare ne pas reconnaître les résolutions du Congrès de la Haye, 2-4 ; le Congrès international à Saint-Imier (même jour 15 septembre), pacte de solidarité entre les Fédérations qui ne reconnaissent pas les pouvoirs du nouveau Conseil général, 4-10. — Après le Congrès : lettre des délégués espagnols (18 septembre) ; protestation signée de huit réfugiés russes (4 octobre), 10-13. — La correspondance entre Marx et un publiciste russe (Nicolas ...on) au sujet du « document » qui fut montré à la Commission d’enquête à la Haye, 13-17.

II.D’octobre 1872 à janvier 1873. — Le Conseil général de New York. Lettre d’Engels (5 octobre), 17 ; dispositions des Belges, 17-18 ; démissions de David et de Ward, 18-19 ; Sorge entre au Conseil comme secrétaire général ; circulaire du 20 octobre ; Engels en corrige et en fait corriger les fautes grammaticales, 19. — Blâme à Karl Marx voté par le Conseil fédéral anglais ; lettre de Hales au Conseil fédéral belge (21 octobre), 20. — Brochure des blanquistes, Internationale et Révolution, rédigée par Vaillant (novembre) ; article du Bulletin, « Les Jacobins s’en vont » (15 décembre) ; appréciation d’Engels, 20-21. — Les représentants du Conseil général en Europe : Marx pour l’Allemagne, Engels pour l’Italie, Serraillier pour la France ; extraits des lettres d’Engels à Sorge (Bignami et la Plèbe, Mesa et la Emancipacion, la situation en France), 21-24. — En Angleterre : Lettre du Conseil fédéral anglais au Comité fédéral jurassien (6 novembre) ; réponse du Comité fédéral jurassien (17 novembre), 24-28. Marx réussit à faire entrer quelques-uns de ses agents au Conseil fédéral anglais, et à s’emparer de l’International Herald ; Congrès convoqué par une décision (10 décembre) de la majorité du Conseil fédéral (Hales, Jung, Mottershead, Roach, etc.) ; la minorité (Dupont, Lessner, etc.) sort du Conseil et prend elle-même le titre de Conseil fédéral (19 décembre) ; la majorité fixe (23 décembre) au 26 janvier la réunion du Congrès anglais, à Londres ; article du Bulletin, « L’Internationale en Angleterre », 28-35 ; lettres de Marx et d’Engels à Sorge (21 décembre et 4 janvier), 35-37. — En France : Formation de nouvelles sections ; les Sections de France s’affilient à la Fédération jurassienne ; protestation de la fédération rouennaise contre l’attitude de son délégué à la Haye (octobre) ; affaire d’Abel Bousquet, de Béziers ; les proconsuls marxistes Van Heddeghem, à Paris, et Dentraygues, à Toulouse ; expulsion de Brousse par Dentraygues, et lettre de Jules Guesde à la Liberté de Bruxelles (10 octobre) ; circulaire du Comité fédéral jurassien relative aux actes de Dentraygues (octobre) ; arrestations dans le Midi (décembre), 37-39. — En Suisse : Élections au Conseil national suisse ; la Section de Moutier prend part à la campagne électorale, et se prononce pour les résolutions de la Haye en matière politique ; toutes les autres sections de la Fédération jurassienne adhèrent aux résolutions du Congrès international de Saint-Imier ; L’Almanach du Peuple pour 1873, avec un article de Jules Guesde sur le suffrage universel, 39-40. Le Conseil général de New York met la Fédération jurassienne en demeure de rétracter les résolutions de son Congrès du 15 septembre, dans un délai de 40 jours (8 novembre), 40-42 ; circulaire du Comité fédéral jurassien à toutes les Fédérations de l’Internationale, pour faire appel à leur solidarité (8 décembre), 42-43. — En Amérique : Le Conseil fédéral de Spring Street déclare vouloir ignorer les élus du Congrès de la Haye (octobre) ; il donne son adhésion au pacte de solidarité de Saint-Imier (19 janvier 1873), 43. — En Italie : La Rivoluzione sociale (imprimée à Neuchâtel, octobre) ; les Sections italiennes refusent de participer à une manifestation en faveur du suffrage universel ; la Commission italienne de correspondance envoie au Comité fédéral jurassien l’assurance de la solidarité de l’Internationale italienne (décembre), 43-44. — En Belgique : Congrès régional belge à Bruxelles (25 et 26 décembre) ; le Congrès repousse les résolutions de la Haye, et adhère au pacte fédératif autonome entre les fédérations régionales : il réorganise le Conseil fédéral belge, 44-46. — En Espagne : Congrès régional espagnol à Cordoue (25-30 décembre) ; approbation du pacte de solidarité de Saint-Imier ; le Conseil fédéral espagnol est transformé en une Commission de correspondance, qui est placée à Alcoy ; création du Boletin de la Federacion española, 46-47. — En Angleterre : Congrès de la Fédération anglaise à Londres (26 janvier 1873) ; révélations de Jung et d’Eccarius ; le Congrès repousse les résolutions de la Haye et son représentant le soi-disant Conseil général de New York ; lettre de Marx à Bolte (12 février), 47-51. — Bakounine rentre à Locarno (22 octobre) ; manuscrit inachevé faisant suite à L’Empire knouto-germanique (4 novembre-11 décembre). Extradition de Netchaïef (26 octobre) ; les papiers enlevés par Netchaïef recouvrés par Ross (novembre) ; rupture avec Pierre Lavrof (décembre) ; lettre de Nicolas Sokolof à Ogaref (2 janvier 1873), 52-54. Cafiero, Fanelli, Palladino à Locarno (novembre et décembre) ; mort de Vincenzo Pezza à Naples, (8 janvier 1873), ses funérailles, 54-55.

III.De janvier à juin 1813. — Le Conseil général de New York prononce la suspension de la Fédération jurassienne (5 janvier 1873) ; réponse du Bulletin (9 février), 55-56; la Fédération hollandaise, la seule qui ne se fût pas encore prononcée, déclare ne pas accepter la suspension de la Fédération jurassienne (14 février), 57 ; lettre de la Commission fédérale espagnole au Conseil général (22 février), 58 ; lettres d’Engels et de Marx reprochant au Conseil général de n’avoir prononcé que la suspension, tandis qu’il eût dû prononcer l’expulsion de la Fédération jurassienne et de toutes les fédérations rebelles, 58-59. — En Espagne : Tentative des marxistes pour créer à Valencia un Conseil fédéral dissident (janvier 1873) ; ce Conseil se dissout au bout de deux mois, et la Emancipacion cesse de paraître, 59-60 ; proclamation de la République (11 février), et article du Bulletin sur la situation politique, 60-61. — En France : Procès de Toulouse (10-28 mars), lettre de Guesde, Dentraygues reconnu mouchard, 61-63 ; procès de Paris (10 mars), article du Bulletin, Van Heddeghem se démasque comme un ennemi de l’Internationale ; Engels, dans ses lettres, déclare que Van Heddeghem est un espion, et l’était déjà à la Haye, mais que Dentraygues ne l’est pas, 63-65. — Lettre du Conseil fédéral de Spring Street (2 février), 66. — En Italie : Congrès régional convoqué à Mirandola pour le 15 mars, tenu à Bologne du 15 au 18 ; la Fédération italienne refuse de reconnaître les décisions de la Haye, et adhère au pacte de Saint-Imier ; Terzaghi est expulsé comme agent de la police. Nombreuses arrestations, non suivies de procès, 66-67. — En Suisse : La situation à Genève, décadence du Temple-Unique, brochure de F. Caudaux, grève des bijoutiers, 67-68. Congrès de la Fédération jurassienne à Neuchâtel (27 et 28 avril) : proposition de tenir un Congrès anti-autoritaire, le 28 août, dans la ville où le Congrès général se réunira le premier lundi de septembre ; proposition de remplacer le Conseil général par trois commissions distinctes ; le Comité fédéral jurassien transféré à la Chaux-de-Fonds ; le Bulletin deviendra hebdomadaire à partir du 1er juillet ; questions diverses, 68-71. Apparition du Mémoire de la Fédération jurassienne (avril), 71-72. Congrès à Olten (1er juin), convoqué par un comité d’initiative formé à Genève : cinq délégués du Jura s’y rendent, et se retirent après que la majorité du Congrès, formée de délégués de langue allemande, s’est prononcée pour la création d’une Association ouvrière suisse centralisée, sous le nom de Schweizerischer Arbeiterbund, 72-79. Incidents dans la colonie russe à Zurich ; fondation du Vpered (avril), journal de P. Lavrof ; affaire de la bibliothèque russe ; Sokolof et Smirnof, voyage de Bakounine à Zurich, entrevue avec P. Lavrof, 79-81. — En Belgique : Congrès régional à Verviers (13 avril) : une commission est chargée de rédiger un projet de nouveaux, statuts pour l’Internationale, fondé sur la non-existence d’un Conseil général ; le Congrès discute l’idée de la grève générale. Autre Congrès régional à Gohyssart-Jumet (1er juin) : adoption d’un projet de statuts généraux, remplaçant le Conseil général par trois commissions distinctes ; proposition de charger la Fédération jurassienne de l’organisation du Congrès général de 1873, faite par la Fédération belge, et adoptée ensuite par toutes les Fédérations, 81-82. — En Angleterre : le Conseil fédéral anglais annonce (avril) que pour la Fédération anglaise la suspension de la Fédération jurassienne est nulle et non avenue ; il propose de remplacer le Conseil général par un Conseil exécutif fédéral élu par les diverses fédérations, et de changer le nom d’Association internationale des travailleurs en celui de Fédération générale du travail. Congrès des partisans de Marx à Manchester (2 juin) ; disparition de l’International Herald, et fin de l’organisation marxiste en Angleterre, 82.

IV.De juin à août 1873. — Préparatifs de la coterie marxiste en vue du Congrès général ; instructions envoyées par Engels et Sorge pour fermer aux autonomistes les portes du Congrès : Genève doit être choisie comme lieu de réunion (3 mai) ; le Conseil général déclare, conformément aux instructions d’Engels, que toutes les fédérations qui ont refusé de reconnaître les décisions de la Haye ont cessé de faire partie de l’Internationale (30 mai), 82-84. Engels se félicite que les autonomistes aient décidé de ne pas prendre part au Congrès que le Conseil général pourrait convoquer, et aient résolu que le Congrès général se réunirait le premier lundi de septembre dans une ville suisse à désigner ; il en conclut que les autonomistes n’iront pas à Genève (14 juin). La Fédération jurassienne, chargée, conformément à la proposition belge, d’organiser le Congrès général, choisit Genève (24 juin) ; par une circulaire du 8 juillet, le Comité fédéral jurassien invite les délégués des fédérations à ouvrir à Genève, le 1er septembre, le sixième Congrès général, 85. — En Espagne : Progrès de la Fédération espagnole, du Congrès de Cordoue jusqu’en août 1873. Événements politiques ; Pi y Margall chef du pouvoir exécutif (11 juin) ; troubles dans toute l’Espagne; grève d’Alcoy et insurrection (9 juillet) ; démission de Pi (13 juillet), Salmeron le remplace ; révolte des intransigeants ou cantonalistes (Carthagène, Murcie, Valencia, Cadix, Séville, etc.) ; détails empruntés à des correspondances du Bulletin ; la Commission fédérale est transférée d’Alcoy à Madrid, le Boletin cesse de paraître ; manifestation sympathique de la Section internationale de Lisbonne, 85-89. — En France : Lettre de Bakounine à Pindy (11 janvier 1873), 89 ; fondation à Barcelone (avril) d’un Comité de propagande révolutionnaire socialiste de la France méridionale (Alerini, Brousse, Carnet) ; publication de la Solidarité révolutionnaire (juin) ; article de Jules Guesde (1er juillet), 90-91 ; le mouvement syndical ; impuissance des marxistes, 91. — En Belgique : Crise industrielle dans la région de Verviers, situation révolutionnaire ; mouvement pour la création d’Unions internationales de métier ; Congrès régional belge à Anvers (15 et 16 août), 91-92. — En Hollande : Propagande politicienne de Rademacher ; elle n’a pas d’écho ; lettre de Gerhard ; Congrès d’Amsterdam (10 août), nomination d’un délégué pour le Congrès général, 92-93. — En Angleterre : Le Conseil fédéral anglais se prépare à envoyer des délégués au Congrès général, 93. — Allemagne, Autriche, Suisse allemande : Lettres d’Engels et de Becker, constatant la désorganisation du parti marxiste dans ces pays, 93-94. — Publications de l’imprimerie russe des « bakounistes » de Zürich en 1873 ; conflit entre Ross et trois autres membres du groupe ; Bakounine intervient vainement ; il prend parti pour Ross, 94-97. — En Italie : Progrès de l’Internationale ; congrès provinciaux, 96. Plan formé par Cafiero et Bakounine : achat de la Baronata près Locarno ; extraits d’un Mémoire justificatif de Bakounine (écrit les 28 et 29 juillet 1874), 96-101 ; extrait des Souvenirs de Débagori-Mokriévitch, 101-102. — Dans le Jura : Le Bulletin agrandi et hebdomadaire (1er juillet), 102-103. Article sur l’appropriation des machines par les sociétés ouvrières, 103-104. Assemblée d’Undervelier (3 août), et résolutions adoptées sur l’organisation ouvrière, la propagande, et la politique, 104-106. Énumération des groupes formant la Fédération jurassienne en août 1873, 106. Article du Bulletin à la veille du Congrès général (31 août), 106-108.

V. — Le sixième Congrès général de l’Internationale, à Genève ( septembre 1873). — Arrivée des délégations, liste des délégués, 108-111. Rapports des Fédérations, nomination des commissions (1er septembre), 111-113. Question de la révision des statuts généraux (2, 3 et 4 septembre), 113-116, 119-120, 121-128 ; texte des statuts généraux révisés, 128-130. Question de la grève générale, discutée en séances privées (3 et 4 septembre), 116-118, 120-121. Question de la statistique du travail (4 et 5 septembre), 130, 132. Télégramme de sympathie des lassalliens de Berlin (3 septembre). Déclaration de solidarité avec tous les travailleurs, quelle que soit l’organisation à laquelle ils appartiennent (5 septembre), 132, 133. Résolution relative à l’organisation par fédérations du même métier et au groupement des fédérations d’une même industrie dans une Union de métiers (5 septembre), 132-134. Questions et résolutions diverses, 113, 116, 132, 134. Meeting destiné aux ouvriers genevois (jeudi soir 5 septembre), 130-132. — Le Congrès marxiste (8-13 septembre). Personne ne s’y rend de New York ni de Londres ; pour éviter de n’avoir que des délégués genevois, qui voudraient placer le Conseil général à Genève, J.-Ph. Becker fabrique des délégués auxquels il délivre des mandats autrichiens écrits par Oberwinder, 134-136. Articles du Bulletin sur ce pseudo-Congrès, 136. Le fiasco du Congrès est reconnu par Marx lui-même ; lettres de Marx, Becker et Engels à Sorge, et appréciation de Jaeckh, 136-138. Terzaghi recommandé à Sorge par Becker, 139. L’Union des travailleurs, Jules Nostag et Gustave Bazin, 139. Fin du Conseil général de New York et de l’Internationale marxiste ; désaveu du Congrès marxiste de Genève par Sorge et par un Congrès marxiste tenu à Philadelphie (avril 1874) ; retraite de Sorge (août 1874) et lettre d’Engels (12 septembre 1874) ; rupture finale de Marx et d’Engels avec la plupart de leurs affidés de l’ancien Conseil général de Londres, 139-141. — Bakounine à Berne, en septembre et au commencement d’octobre. Ma visite chez Adolphe Vogt. Consommation de la rupture entre Bakounine et le groupe de Holstein, Œlsnitz et Ralli, ensuite de la publication par ceux-ci du programme théorique de l’organisation secrète dont ils avaient fait partie. Bakounine leur rembourse l’argent qu’il avait reçu d’eux, 141-142. Lettre de Bakounine au Journal de Genève, publiée dans le numéro du 25 septembre, par laquelle il annonce qu’il est dégoûté de la vie publique et qu’il se retire de la lice, 143-144. Autre lettre de Bakounine, publiée dans le Bulletin du 12 octobre, par laquelle il fait ses adieux à la Fédération jurassienne en quittant la vie publique, après le triomphe du principe d’autonomie dans l’Internationale et la ruine définitive de la dictature de Marx, 143-147. — Le pamphlet d’Engels, Lafargue et Marx : L’ Alliance de la démocratie socialiste ; personne ne lit cette brochure ; lettre d’Engels du 25 novembre 1873, et observations sur cette lettre, 148-149. Rectification : en 1876, j’avais attribué la rédaction du pamphlet à Ch. Longuet, mais celui-ci n’y a pris aucune part ; ma rencontre avec lui à Paris en 1901, 149.

VI.D’octobre 1873 à la fin de 1873. — En Espagne : Persécutions contre l’Internationale, 150 ; articles d’Engels dans le Volksstaat, réponse du Bulletin (9 et 16 novembre), 150-158 ; les intransigeants de Carthagène, 158 ; grèves, progrès de l’organisation ouvrière, 158. — En Italie : Journaux socialistes ; lettre de Costa (décembre) 158-159. — En France ; Reculade du comte de Chambord (octobre) ; condamnation de Bazaine (10 décembre) ; les déportés de la Commune, 159-160 ; nouveau manifeste bonapartiste d’Albert Richard (août) ; correspondances bonapartistes de G. Durand (Aubry) dans l’Internationale de Bruxelles, et articles du Bulletin à ce sujet; attaque perfide du Volksstaat, 160-161. — En Belgique : Grèves, propagande anti-militariste ; Congrès de la Fédération belge à Bruxelles (25 décembre) ; le Conseil fédéral est placé à Verviers, le Mirabeau devient l’organe fédéral, l’Internationale cesse de paraître, 161-162. — En Hollande : Congrès de la Fédération hollandaise à Amsterdam (25 décembre), 162. — En Allemagne : Réception d’ouvriers français à Augsbourg ; lettre d’Alsace, 162. — Aux États-Unis : Crise financière et industrielle ; grand meeting à New York (11 décembre), convoqué par le Conseil fédéral de Spring Street, uni à des ouvriers américains et aux socialistes allemands Carl et Bolte, et nomination d’un Committee of safety, 162-163. — Dans le Jura : Révision de la constitution neuchâteloise, article du Bulletin (21 septembre) sur la séparation de l’Église et de l’État et le « référendum », 163-165 ; la Constituante neuchâteloise et Coullery, 165 ; collaboration de la Fédération jurassienne avec l’Arbeiterbund sur le terrain économique, 165-166 ; les fédérations ouvrières locales dans le Jura, 166-167 ; L’Almanach du peuple pour 1874, la chanson de Charles Keller (la Jurassienne). 167-168.

VII.De janvier 1874 au Congrès Jurassien de la Chaux-de-Fonds (23 avril 1874.) — En Espagne : Coup d’État de Pavia (2-3 janvier 1874) ; l’Internationale dissoute par décret ; Manifeste de la Commission fédérale espagnole et lettre de cette commission au Comité fédéral jurassien (29 mars), 168-169. — En Italie : Le Comitato italiano per la Rivoluzione sociale et ses deux premiers bulletins (janvier et mars), 169-170. — En France : Les déportés ; l’autel de Jésus-Ouvrier à Montmartre ; condamnations à Lyon (Camet, Gillet, etc.) en février, 170. — En Belgique : Manifeste du nouveau Conseil fédéral, mars ; Congrès régional à Baume (5-6 avril), 170-171. — En Allemagne : Élections au Reichstag (janvier), dix députés socialistes ; démission du Dr J. Jacoby ; les élections à Mulhouse, renvoi de Weiss l’année suivante ; dans la question d’Alsace, déclaration collective des députés socialistes (18 février), premier rapprochement entre les deux fractions des lassalliens et d’Eisenach ; le Bulletin s’en félicite ; discours de Hasselmann contre le Kontrakt-bruchgesetz ; appel de Hasenclever pour la célébration du 18 mars ; article du Bulletin sur l’idée de « Volksstaat » et l’idée de Commune (29 mars), 171-173. — En Autriche : Pétition de l’Association « Volksstimme » enterrée : jugement du Volksstaat, 173. — En Angleterre : Les conservateurs au pouvoir ; Macdonald et Burt élus députés, accusations contre eux ; procès de Th. Halliday, 173-174. — Aux États-Unis : Manifestation de Tompkins Square à New York (13 janvier) ; l’agitation reste sans résultat, 174. — Dans le Jura : Crise industrielle ; grève des monteurs de boîtes à la Chaux-de-Fonds ; article de Spichiger ; assemblée populaire du 27 février, 174-176 ; au Val de Saint-Imier, 176 ; célébration du 18 mars, 176-177 ; le catholicisme « libéral » dans le Jura bernois, 177-178 ; renaissance du coullerysme à la Chaux-de-Fonds, la Jeune République, 178 ; rapports de solidarité entre les ouvriers de la Suisse française et ceux de la Suisse allemande, 178-179 ; la révision de la constitution fédérale suisse (19 avril) et l’attitude de la Tagwacht, 179 ; l’Arbeiterbund demande pour son second congrès la salle du Grand-Conseil zurichois, qu’il n’obtient pas, 179 ; conflit à Genève (avril), 180 ; Congrès de la Fédération jurassienne à la Chaux-de-Fonds (25-27 avril) ; le Comité fédéral est placé à la Chaux-de-Fonds, le Bulletin reste au Locle, 180-181.— Suite de l’histoire de la Baronata, d’octobre 1873 à mai 1874 ; extraits du Mémoire justificatif de Bakounine ; Pindy à la Baronata (décembre 4873) ; en janvier 1874, Pindy et moi, allant à la Baronata, sommes retenus à Bellinzona par L. Nabruzzi ; lettre que m’écrit Bakounine au printemps de 1874 ; départ de Cafiero pour Pétersbourg (juin), où il épouse Olympia Koutouzof ; Ross à Londres, de la fin de 1873 à juin 1874, 181-187.

VIII.D’avril 1874 au septième Congrès général à Bruxelles, 7 septembre 1874. — En Espagne : L’Internationale vit toujours, les persécutions continuent ; le journal las Represalias ; Congrès annuel (clandestin) de la Fédération espagnole à Madrid (25 juin), 187-188. — En Italie : Agitation, persécutions ; un mouvement insurrectionnel se prépare, 188-189. — En France : Chute du ministère de Broglie ; manifeste des blanquistes de Londres et article du Bulletin (12 juillet) ; les déportés, 189-191. — En Belgique : Congrès de la Fédération belge à Liège (25 mai) ; autre Congrès à Gand (15 août), 191. — En Allemagne : Congrès annuel des lassalliens à Hanovre (25 mai) ; perquisitions chez Hasenclever (8 juin) ; il transfère le siège de l’Association lassalienne de Berlin à Brême ; le tribunal de Berlin prononce la fermeture de l’Association (24 juin) ; persécutions contre les socialistes des deux fractions ; l’Alsace, 191-192. — En Autriche : Arrestation d’Andreas Scheu (juin), 193. — En Angleterre : Grèves nombreuses ; grève des travailleurs agricoles, couronnée de succès (août), 192. — Aux États-Unis : Le Bulletin de l’Union républicaine de langue française, la Section de langue française de l’Internationale à New York, 192. — En Suisse : Grève des charpentiers et menuisiers à la Chaux-de-Fonds (mai-juillet) ; grèves des menuisiers de Genève, des charpentiers de Lausanne ; articles de Schwitzguébel, dans le Bulletin, sur les fédérations de métier (24 mai) et la tactique des grèves (22 et 29 juin), 192-194 ; Congrès de la Fédération des graveurs et guillocheurs (17-19 mai), de la Fédération des monteurs de boîtes, 194-195 ; Congrès de l’Arbeiterbund à Winterthour (25 mai) ; observations du Bulletin, recommandant la conquête de la journée de dix heures par « l’effort direct » des ouvriers (14 juin), 195 ; reconstitution des Sections du Locle, de Porrentruy, de Vevey (juin, juillet, août) ; la Section de propagande de Genève se retire de la Fédération jurassienne (juillet), 195-196. Réunions de Fontaines (5 juillet) et de Saint-Imier (9 août), 196-197. Le Social-demokratisches Bulletin (24 mai) ; la Commune, ou la Revue socialiste, à Genève (20 avril-20 novembre), 197. Préparation au Congrès général de Bruxelles ; rédaction des mandats des Sections jurassiennes (juillet-août) ; Schwitzguébel élu délégué, 197-198. Cafiero à Neuchâtel (1er septembre), traduction d’une adresse italienne au Congrès de Bruxelles, 198.

La crise de la Baronata : arrivée de Ross (juin), retour de Russie de Cafiero et de sa femme (commencement de juillet) ; Cafiero se rend à Barletta, et y constate qu’il est ruiné ; arrivée à la Baronata de Mme Bakounine, de ses enfants et de son père (13 juillet), retour de Cafiero le même jour ; Cafiero déclare qu’il n’a plus d’argent à dépenser pour la Baronata (15 juillet) ; Bakounine signe un acte de renonciation à la propriété de la Baronata, (25 juillet), et se décide à partir en secret pour Bologne, 198-200. — Préparatifs faits, en juin et juillet, pour un mouvement insurrectionnel en Italie, 200-201. Départ de Bakounine de Locarno (27 juillet) ; il s’arrête deux jours à Splügen, où il écrit un Mémoire justificatif ; nouveaux extraits de ce Mémoire ; Bakounine arrive à Bologne le 30, 201-204. — Proposition d’une action commune de l’Internationale et des mazziniens ; arrestation de 28 mazziniens à la villa Ruffi (2 août) ; arrestation de Costa (5 août) ; troisième bulletin du Comitato italiano per la Rivoluzione sociale (7 août), tentative manquée d’insurrection à Bologne (nuit du 7 au 8 août), nombreuses arrestations. — Bakounine quitte Bologne (12 août) et arrive à Splügen (14 août) ; entrevue de Bakounine et de Ross (21 août). — Malatesta à Castel del Monte (10-14 août) ; son arrestation à Pesaro ; quatrième et dernier bulletin du Comitato italiano per la Rivoluzione sociale (août) ; appréciation du Bulletin jurassien sur les mouvements insurrectionnels italiens d’août 1874,204-208. — Mme Bakounine quitte la Baronata (9 août) et se retire à Arona, puis à Lugano ; Bakounine, demeuré à Splügen du 14 au 26 août, après avoir songé à passer en Amérique, se rend à Sierre pour y rencontrer Cafiero ; son entrevue à Sierre avec Cafiero et Ross, leur rupture (2 et 3 septembre), 209-210.

IX.Le septième Congrès général de l’Internationale, à Bruxelles (7- 12 septembre 1874). — Liste des délégués ; ordre du jour, 210-212. Rapports des fédérations ; adresse du Comité italien pour la Révolution sociale, 212-218. Adoption d’un Manifeste à tous les travailleurs, 218 ; extraits de ce Manifeste, 226-228. Question d’une langue unique internationale, 218-219. Question des services publics, 219-224. Question de l’action politique, 224-225. Questions administratives, 225-226. — Congrès de la Ligue de la paix et de la liberté, à Genève, 228-229. — Articles du Bulletin sur le Congrès de Bruxelles, 229-235.

X.De septembre à décembre 1874. — Notre rupture avec Bakounine à Neuchâtel (25 septembre). Séjour de Bakounine à Berne (26 septembre-5 octobre) ; il rejoint ensuite sa femme à Lugano, 235-239. — En Espagne : Deux circulaires de la Commission fédérale (septembre et décembre), 239-240. — En Italie : Les lettres écrites par Cafiero pour notre Bulletin ; j’écris, à la demande de Cafiero, un résumé populaire des idées socialistes, qu’il traduit en italien, 240-241. — En Belgique : Congrès régional de Noël 1874, à Verviers ; le Conseil régional est maintenu dans cette ville ; grève de mineurs à Charleroi ; article de la Persévérance, 241. — En France : L’Internationale ne progresse pas ; le mouvement syndical languit ; article de la Lanterne sur Tirard ; réflexion du Bulletin sur les républicains fusilleurs, 241-242. — En Allemagne : Les socialistes au Reichstag ; article du Bulletin (6 décembre) ; annonce, par Hasenclever, des négociations commencées en vue de réaliser l’union de tous les socialistes allemands, 242-245. — En Amérique : Propagande de la Section de langue française de New York ; querelle de Sorge avec Carl et son groupe, 245-246. — En Suisse : Conflit dans la société du Grütli entre les socialistes et les non socialistes. La journée de dix heures : article du Bulletin recommandant la conquête directe, par les travailleurs, de la réduction de la journée de travail (1er novembre), 246-248. Le programme pseudo-socialiste de M. Bleuler-Hausheer, rédacteur du Grütlianer ; article du Bulletin, 248-250. Pétition de l’Arbeiterbund à l’Assemblée fédérale suisse au sujet d’une loi sur les fabriques ; article du Bulletin (20 décembre), 250-251. Réunion des Sections jurassiennes à Berne (11 octobre), 251. Élection des membres du Bureau fédéral international, 251. Campagne de conférences, à Neuchâtel, Saint-Imier, Berne (novembre-décembre), 252. L’Almanach du peuple pour 1875, 252. Je publie la première série des Esquisses historiques (décembre), 252. Nouvel agrandissement du format du Bulletin décidé pour le 1er janvier 1875, sur la proposition de la Section de Neuchâtel, 253. Activité des fédérations ouvrières au Val de Saint-Imier, à la Chaux-de-Fonds, 253. Souscription permanente en faveur des condamnés de la Commune, 253-254. — Bakounine à Lugano ; il cherche à conclure un emprunt auprès de Cafiero ; celui-ci se trouve hors d’état de lui venir en aide ; lettres de Ross à Bakounine (6 et 18 décembre), écrites de Zürich ; Ross se rend à Londres, 254-257.

XI.De janvier à juin 1875. — En Espagne : Pronunciamiento de Martinez Campos (30 décembre 1874), avènement d’Alphonse XII ; lettres de Farga-Pellicer au Bulletin, 257-258. — En Italie : Garibaldi à la Chambre, sa prestation de serment (25 janvier 1875) ; le quatuor Victor-Emmanuel, Pie IX, Garibaldi et Torlonia. Ordonnances de non-lieu rendues en faveur d’un certain nombre de socialistes détenus ; mesures policières ; procès de Rome, condamnation de dix internationaux (8 mai), 258-259. — En France : vote de l’amendement Wallon (30 janvier) ; rapport Savary, accusation de bonapartisme lancée contre les communards (25 février) ; manœuvres du parti clérical, le vicomte de Melun ; nouvelles de la Nouvelle-Calédonie ; le mouvement ouvrier à Paris, 259-262. — En Belgique : Fin de la grève de Charleroi : Congrès régional à Jemappes (16 et 17 mai) ; fête socialiste à Anvers (16 mai), 262-263. — En Hollande : Lettre de Gerhard, Bulletin du 14 mars, 263. En Angleterre : Commencement d’une correspondance envoyée régulièrement au Bulletin par Paul Robin ; Congrès annuel des Trade Unions à Liverpool (janvier) ; grand lock out dans le Pays de Galles ; procès des cinq ébénistes à Londres (mai), 203-204. — En Amérique : Lettres de Boston sur l’introduction de travailleurs chinois dans les fabriques d’horlogerie ; meeting à New York pour protester contre le Conspiracy Bill (10 mars) ; grèves de mineurs en Pensylvanie. Une circulaire du soi-disant Conseil général de New York convoque une Conférence de délégués de l’Internationale à Philadelphie, pour juillet 1876 : lettre d’Engels à ce sujet (13 août 1875), 264-260. — En Allemagne : L’union des deux fractions du parti socialiste ; projet de programme commun (mars) ; mécontentement des marxistes, lettre de Bracke à Sorge (avril). Mort du poète Herwegh (7 avril) et de Moritz Hess. Congrès de Gotha (23-27 mai), dissolution de l’Allgemeiner deutscher Arbeiterverein ; critique du programme d’union par Marx, appréciation de Franz Mehring, 266-269. — En Alsace : Lettres de Weiss et d’Avrial, 269-270. — En Autriche: Congrès socialiste à Marchegg (16 mai), dissous par la police, 270. — En Russie : Mouvement de propagande et d’organisation socialiste, de 1873 à 1875 ; le « cercle de Tchaïkovsky » ; persécutions, arrestations, déportations ; arrestation de Pierre Kropotkine (avril 1874) ; lettres de B. Zaytsef au Bulletin ; circulaire secrète du comte Pahlen (7-19 janvier 1875), reproduite par le Bulletin en mai, 270-271. — Arrestations en Serbie, 271. — En Suisse : Agrandissement du Bulletin, fête familière à Neuchâtel (2 janvier 1875), 271-272. Constitution du Bureau fédéral international, placé au Locle (24 janvier), 112. Au Val de Saint-Imier, progrès de la Fédération ouvrière (janvier-avril), 272-273. Sections de la Fédération jurassienne fondées à Fribourg et à Zurich (février), 273. Anniversaires du 1er mars et du 18 mars, 273. Reconstitution d’une Section de la Fédération jurassienne à Moutier (mars), 273. Indications sur le mouvement à Vevey, Fribourg, Neuchâtel, Chaux-de-Fonds, Berne, 273-275. Le Grütli à Saint-Imier, réponse du Bulletin, 275. Congrès de l’Arbeiterbund à Bâle (15-17 mai), 275. Quelques articles du Bulletin ; Sur le projet de loi sur les fabriques, 275-277 ; critique du programme Bleuler-Hausheer, 277-278 ; sur la coopération de production, qui doit « sauver le capital », 278 ; sur le programme du nouveau parti socialiste d’Allemagne. 278-280 ; sur la conquête électorale des municipalités, 280-281 ; à propos de quelques observations de la Revista social, 281-282 ; les « Variétés » du Bulletin, 282 ; la Nouvelle Géographie universelle d’Élisée Reclus, 282-283. Dernières années et mort de la veuve de Constant Meuron, 283. — Bakounine à Lugano (suite) : Détresse financière momentanément conjurée ; lettre écrite par Bakounine à Élisée Reclus (15 février 1875) ; il achète à crédit une villa et un terrain (mars), et se propose de devenir horticulteur ; il obtient un permis de séjour (mai). Cafiero toujours à la Baronata ; il fait un voyage en Italie au printemps de 1875 ; Ross quitte Londres pour Paris (avril), 283-287.

XII.De juin à septembre 1875. — En Espagne : Correspondances de Farga ; la Fédération espagnole propose la suppression du Congrès général de 1875, 287-288. — En Portugal : O Protesto, 288. — En Italie : Procès de Florence (30 juin-30 août) ; condamnation des accusés de Rome cassée (août) ; procès de Trani (août), 288-289. — En France : Préparatifs pour l’envoi d’une délégation ouvrière à l’Exposition de Philadelphie ; lettres de Nouvelle-Calédonie, 289. — En Belgique : Grèves dans le Borinage, dans le bassin de Seraing ; Chambre du travail formée à Bruxelles ; Congrès de la fédération des marbriers et tailleurs de pierre, 289-290. — En Angleterre : Attitude satisfaite des chefs des Trade Unions, 290. — Aux États-Unis : Continuation de la crise, 290. — En Allemagne : Le socialisme dans le Lauenbourg, 290. — En Danemark : Grande manifestation socialiste (5 juin) ; grève des ouvriers en tabacs (juillet). 290. — En Hertségovine : Insurrection, 290-291. — En Russie : Mémoire secret du comte Pahlen, et lettre du ministre de l’instruction publique ; annonce d’un procès monstre, 291. — En Suisse : Congrès de la Fédération jurassienne à Vevey (31 juillet-2 août) ; rapport de Schwitzguébel sur les services publics ; le Comité fédéral reste à la Chaux-de-Fonds, le Bulletin reste au Locle, 291-295. Le massacre de Göschenen (28 juillet) ; ouverture d’une souscription en faveur des familles des victimes ; lettre de Félix Pyat, 296-297 ; article anti-militariste du Bulletin (22 août), 297 ; résolution votée par le Congrès des graveurs, proposant aux associations ouvrières de se concerter en vue des « mesures pratiques » à prendre contre l’intervention militaire en cas de grève (5 septembre), 297-298; affaire de Reigoldswyl, 298 ; réorganisation de la Section de Berne, reconstitution d’une section à Bienne, 298 ; mort de Samuel Rossier (19 septembre), 298 ; lettre écrite par moi à Joukovsky (10 septembre), et réponse de celui-ci, 298-299 ; extraits, publiés par le Bulletin, des Notes morales sur l’homme et la société, de Georges Caumont, 299.— Bakounine à Lugano ; suite de ses embarras financiers. Malatesta, rendu à la liberté, visite Cafiero à la Baronata et Bakounine à Lugano (août). Ross et Kraftchinsky, qui se sont rendus en Hertségovine (juillet), en reviennent au commencement de septembre, et rendent visite ensemble à Cafiero, puis à Bakounine ; Ross se fixe ensuite à Genève. Réconciliation entre Bakounine et Cafiero, visite de Bakounine à la Baronata (septembre) ; billet de Cafiero à Bakounine (10 octobre) ; Cafiero et Olympia Koutouzof vont rendre visite à Bakounine à Lugano, et quittent ensuite la Baronata : Cafiero va travailler à Milan chez un photographe, Olympia Cafiero-Koutouzof se rend en Russie, 300-302.

XIII.D’octobre à décembre 1875. — En Espagne : Le gouvernement conjure le danger d’une insurrection en promettant le maintien du suffrage universel, 302. — En Italie : La Plèbe émigre de Lodi à Milan et se transforme en quotidien (novembre) ; article révolutionnaire de la Plèbe reproduit par le Bulletin ; intrigues de Nabruzzi, Zanardelli et Malon contre la Fédération italienne de l’Internationale, publication à Lugano de l’Almanacco del proletario per l’anno 1876 ; le Bulletin déclare qu’il traitera Nabruzzi et Zanardelli en ennemis, 302-303. — En France : Rapport Ducarre sur la situation des employeurs et des employés (novembre) ; polémique dans le Bulletin entre Lefrançais et Cluseret (décembre), 303-304. — En Belgique : Constitution de la Fédération des mineurs du bassin de Seraing (novembre) ; Het Vlaamsche Lantaarn, almanach flamand, à Gand, et l’Almanach socialiste à Liège ; conférences de De Paepe sur l’économie sociale, à Bruxelles ; Congrès de la Fédération belge à Verviers (Noël) ; le Conseil régional placé à Anvers, le Werker d’Anvers et le Mirabeau de Verviers organes fédéraux, 304-305. — En Grande-Bretagne : Congrès des Trade Unions à Glasgow (octobre), 303. — En Allemagne : Discours de Liebknecht au Reichstag, 305. — En Autriche : Un chef du parti socialiste, le Dr Tauchinsky, démasqué comme allié des conservateurs, 305. — En Danemark : Protestation des ouvriers de Copenhague contre les mauvais traitements infligés aux déportés de la Commune, 305. — En Grèce : Apparition du journal socialiste l’Ergatis à Athènes (décembre), 305. —En Russie : Réflexions du correspondant du Bulletin sur la nécessité de la résistance à main armée ; tentative pour faire évader Tchernychevsky, 306. — En Serbie : Apparition du journal socialiste Narodna Vola à Smederevo (décembre), 306. — En Amérique : Échange du Bulletin avec le journal le Socialista, de Mexico (novembre) ; appel de la Section internationale de Montevideo ; manifestation à Montréal (19 décembre), 306. — En Suisse : Articles du Bulletin à propos des élections au Conseil national (3 et 24 octobre, 7 et 21 novembre), 307-308. La résolution du Congrès des graveurs condamnée par la Tagwacht (novembre) ; lettre énergique d’un membre du Comité de l’Arbeiterbund, 308-309 ; incident de Wohlen (12 décembre), 309 ; publication du projet de loi sur les fabriques, 309. Nos sections : réunion de Bienne (3 octobre) ; réunion de Berne (30 octobre) ; section formée à Lugano (décembre) ; à Genève, marche rétrograde ; campagne de conférences, 309-310 ; publication de la seconde série des Esquisses historiques (novembre) ; l’administration du Bulletin transférée à la Chaux-de-Fonds (décembre); article du Bulletin : « Ouvriers, si vous vouliez ! » (26 décembre), 310-312. — Bakounine à Lugano : les ouvriers italiens de son entourage, Mazzotti, Santandrea, Getti ; il s’installe dans la villa qu’il a achetée (11 décembre), 312-313.

XIV.De janvier au milieu de mars 1876. — En Espagne : Élections aux Cortès (20 janvier 1876), 313. — En Portugal : Article extrait du Protesto (janvier), 314.— En Italie : Arrestation de Malon (5 janvier), son expulsion. L’avocat Barbanti devient notre correspondant à Bologne ; Cafiero, qui a quitté Milan pour Rome, recommence ses correspondances régulières ; procès de Livourne et de Massa-Garrara ; l’ouverture du procès de Bologne est fixée au 15 mars, 314. — En France : Fin de la session de l’Assemblée de Versailles, proposition d’amnistie (Alfred Naquet) écartée ; campagne électorale ; élection de la Chambre des députés (20 février), 314-315. — En Belgique : Grève de mineurs dans le Centre-Hainaut (janvier) ; Congrès belge extraordinaire (27 février), 313. — En Angleterre : Réunion de l’Union nationale des employeurs, 315. — En Allemagne : Projet d’article punissant les attaques à la famille et à la propriété, repoussé par le Reichstag, 315. — En Russie : Rébellions parmi les paysans, 313. — En Suisse : La Section française de Zürich propose à la Section allemande de cette ville de prendre l’initiative d’une protestation analogue à celle qui a été faite par les ouvriers danois, contre les mauvais traitements infligés aux députés de la Commune ; le Comité central de l’Arbeiterbund se prononce (26 janvier) contre cette proposition, et contre celle de la Fédération des graveurs, 313-316 ; le Comité de l’Arbeiterbund, se ravisant, écrit une lettre à l’ambassadeur de France en Suisse (février), 316. Congrès de la Fédération des ouvriers cordonniers à Bienne (2 janvier) ; à cette occasion, articles du Bulletin et de la Tagwacht, manifestant un désir de rapprochement, 317-318. Dans nos sections : à Fribourg ; section reconstituée à Lausanne (février) ; section de langue française créée à Bâle (mars) ; suite de la campagne de conférences ; Le Radicalisme et le Socialisme, conférence de Schwitzguébel publiée en brochure ; préparatifs pour la commémoration du 18 mars, 318-319. Le Comité fédéral transféré à Neuchâtel (28 février), l’administration du Bulletin transférée à Sonvillier, 319. Les Sections de la Fédération jurassienne, consultées, acceptent que le Bureau fédéral de l’Internationale soit maintenu dans la Fédération jurassienne jusqu’au Congrès général de 1876 : il est placé à la Chaux-de-Fonds ; une souscription est ouverte en faveur des détenus de Bologne ; Cafiero est chargé de la répartition de la souscription en faveur des familles des victimes de Goschenen, 319-320. — À Lugano : La détresse financière de Bakounine continue jusqu’en mars ; il touche un à-compte sur la vente de la coupe de la forêt dont ses frères lui ont cédé le bois comme sa part du patrimoine commun (23 mars) ; visite de Ross à Bakounine ( 16 mars) ; il part pour la Russie. Malon et Mme André Léo à Lugano, 320-322.

Appendice. — Extraits d’un article d’Edouard Bernstein dans Minouvchié Gody (lettre de Lioubavine à Marx, du 8/20 août 1872), 323-328.


Carlo Cafiero1.png