La Cité de Dieu (Augustin)/Livre XII/Chapitre XXVI

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Cité de Dieu
Texte établi par Raulx, L. Guérin & Cie (p. 265-266).

Page:Augustin - Œuvres complètes, éd. Raulx, tome XIII.djvu/275 temporel, est un bienfait divin, comment serait-ce un châtiment de reprendre de nouveau un corps ? Enfin, si Dieu renferme dans son intelligence éternelle les types de tous les animaux, comme Platon le répète si souvent[1], pourquoi ne les aurait-il pas créés tous de ses propres mains ? pourquoi lui aurait-il répugné d’être l’auteur de tant d’ouvrages qui réclament tout l’art de son intelligence infinie et infiniment louable ?

  1. Si le monde est beau, dit Platon (Timée, trad. fr., tome xii, page 117), et si celui qui l’a fait est excellent, il l’a fait évidemment d’après un monde éternel ». — Voyez aussi dans le Timée les pages 120, 134 et suivantes.