La Cité de Dieu (Augustin)/Livre XII

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Texte établi par Raulx, L. Guérin & Cie (p. TdM).
◄  Livre XI
Livre XIII  ►
Tome 13
Chapitre premier. La nature des anges, bons et mauvais, est une.
247
Chap. II. Aucune essence n’est contraire à Dieu, tout ce qui n’est pas différant absolument de celui qui est souverainement et toujours.
248
III. Les ennemis de Dieu ne le sont point par leur nature, mais par leur volonté.
248
IV. Les natures privées de raison et de vie, considérées dans leur genre et à leur place, n’allèrent point la beauté de l’univers.
249
V. Toute nature de toute espèce et de tout mode honore le Créateur.
250
VI. De la cause de la félicité des bons anges et de la misère des mauvais.
250
VII. Il ne faut point chercher de cause efficiente de la mauvaise volonté.
251
VIII. De l’amour déréglé par lequel la volonté se détache du bien immuable pour un bien muable.
252
IX. Si Dieu est l’auteur de la bonne volonté des anges aussi bien que de leur nature.
252
X. De la fausseté de l’histoire qui compte dans le passé plusieurs milliers d’années.
253
XI. De ceux qui, sans admettre l’éternité du monde actuel, supposent, soit des mondes innombrables, soit un seul monde qui meurt et renaît au bout d’une certaine révolution de siècles.
254
XII. Ce qu’il faut répondre à ceux qui demandent pourquoi l’homme n’a pas été créé plus tôt.
254
XIII. De la révolution régulière des siècles qui, suivant quelques philosophes, remet toutes choses dans le même ordre et le même état.
255
XIV. De la création du genre humain, laquelle a été opérée dans le temps, sans qu’il y ait eu en Dieu une décision nouvelle, ni un changement de volonté.
256
XV. S’il faut croire que Dieu ayant toujours été souverain et seigneur comme il a toujours été Dieu, n’a jamais manqué de créatures pour adorer sa souveraineté, et en quel sens on peut dire que la créature a toujours été sans être coéternelle au Créateur.
256
XVI. Comment on doit entendre que Dieu a promis à l’homme la vie éternelle avant les temps éternels.
258
XVII. De ce que la foi nous ordonne de croire touchant la volonté immuable de Dieu, contre les philosophes qui veulent que Dieu recommence éternellement ses ouvrages et reproduise les mêmes êtres dans un cercle qui revient toujours.
258
XVIII. Contre ceux qui disent que Dieu même ne saurait comprendre des choses infinies.
260
XIX. Sur les siècles des siècles.
260
XX. De l’impiété de ceux qui prétendent que les âmes, après avoir participé à la vraie et suprême béatitude, retourneront sur terre dans un cercle éternel de misère et de félicité.
261
XXI. De la formation du premier homme et du genre humain renfermé en lui.
263
XXII. En même temps qu’il a prévu le péché du premier homme, Dieu a prévu aussi le grand nombre d’hommes pieux que sa grâce devait sauver.
263
XXIII. De la nature de l’âme humaine créée à l’image de Dieu.
263
XXIV. Les anges ne sauraient créer la moindre chose.
264
XXV. Dieu seul est le créateur de toutes choses.
264
XXVI. Sur cette opinion des Platoniciens, que Dieu, après avoir créé les anges, leur a donné le soin de faire le corps humain.
265
XXVII. Toute la plénitude du genre humain était renfermée dans le premier homme, et Dieu y voyait d’avance toute la suite des élus et toute celle des réprouvés.
266