Aller au contenu

La Cité de Dieu (Augustin)/Livre VI

La bibliothèque libre.
Texte établi par RaulxL. Guérin & Cie (Œuvres complètes de Saint Augustin, tome XIIIp. TdM).
◄  Livre V
Livre VII  ►
Tome 13
Chapitre premier. De ceux qui prétendent adorer les dieux, non en vue de la vie présente, mais en vue de la vie éternelle.
120
II. Sentiment de Varron touchant les dieux du paganisme, qu’il nous apprend à si bien connaître, qu’il leur eût mieux marqué son respect en n’en disant absolument rien.
120
III. Plan des antiquités de Varron.
121
IV. Il résulte des dissertations de Varron que les adorateurs des faux dieux regardaient les choses humaines comme plus anciennes que les choses divines.
121
V. Des trois espèces de théologies distinguées par Varron, l’une mythique, l’autre naturelle, et l’autre civile.
122
VI. De la théologie mythique ou fabuleuse et de la théologie civile, contre Varron.
123
VII. Il y a ressemblance et accord entre la théologie mythique et la théologie civile.
125
VIII. Des interprétations empruntées à la science de la nature par les docteurs du paganisme, pour justifier la croyance aux faux dieux.
126
IX. Des attributions particulières de chaque dieu.
127
X. De la liberté d’esprit de Sénèque, qui s’est élevé avec plus de force contre la théologie civile que Varron contre la théologie fabuleuse.
129
XI. Sentiment de Sénèque sur les Juifs.
131
XII. Il résulte évidemment de l’impuissance des dieux des Gentils en ce qui touche la vie temporelle, qu’ils sont incapables de donner la vie éternelle.
131