À valider

La Muse au cabaret

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
La Muse au cabaret
La Muse au cabaretLibrairie Charpentier et Fasquelle.



À
MES TRÈS CHERS AMIS
JEAN RICHEPIN
ET
MAURICE BOUCHOR
EN TÉMOIGNAGE
DE MA PROFONDE AFFECTION
JE
DÉDIE CES RIMES
FAMILIÈRES
R. P.


Ô quatrains de Khèyam ! Quel vin d’or il me verse,
Cet ivrogne subtil, fougueux et souriant !

JEAN RICHEPIN
(Mes Paradis.)



De toute éternité, Dieu, par sa prescience,
A su que je boirais ........

MAURICE BOUCHOR.
(Le songe de Khèyam.)
LA MUSE AU CABARET
Pages.
 13
 41
 92
 146
 149
 153
 185


FIVE O’CLOCK ABSINTHE


 207


PROPOS DE TABLE


 291
 300
 303
 306
 307