100%.png

La Petite Fadette (illustré, Hetzel 1852)/Chapitre 04

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  III.
V.  ►

IV.

Le père Caillaud, voyant que des deux bessons on lui amenait le plus fort et le plus diligent, fut tout aise de le recevoir. Il savait bien que cela n’avait pas dû se décider sans chagrin, et comme c’était un brave homme et un bon voisin, fort ami du père Barbeau, il fit de son mieux pour flatter et encourager le jeune gars. Il lui fit donner vitement la soupe et un pichet de vin pour lui remettre le cœur, car il était aisé de voir que le chagrin y était. Il le mena ensuite avec lui pour lier les bœufs, et il lui fit compliment de la manière dont il s’y prenait. De fait, Landry n’était pas novice dans cette besogne-là ; car son père avait une jolie paire de bœufs, qu’il avait souvent ajustés et conduits à merveille. Aussitôt que l’enfant vit les grands bœufs du père Caillaud, qui étaient les mieux tenus, les mieux nourris et les plus forts de race de tout le pays, il se sentit chatouillé dans son orgueil d’avoir si belle aumaille au bout de son aiguillon. Et puis il était content de montrer qu’il n’était ni maladroit ni lâche, et qu’on n’avait rien de nouveau à lui apprendre. Son père ne manqua pas de le faire valoir, et quand le moment fut venu de partir pour les champs, tous les enfants du père Caillaud, garçons et filles, grands et petits, vinrent embrasser le besson, et la plus jeune des filles lui attacha une branchée de fleurs avec des rubans à son chapeau, parce que c’était son premier jour de service et comme un jour de fête pour la famille qui le recevait. Avant de le quitter, son père lui fit une admonestation en présence de son nouveau maître, lui commandant de le contenter en toutes choses et d’avoir soin de son bétail comme si c’était son bien propre.

Là-dessus, Landry ayant promis de faire de son mieux, s’en alla au labourage, où il fit bonne contenance et bon office tout le jour, et d’où il revint ayant grand appétit ; car c’était la première fois qu’il travaillait aussi rude, et un peu de fatigue est un souverain remède contre le chagrin.

Mais ce fut plus malaisé à passer pour le pauvre Sylvinet, à la Bessonnière ; car il faut vous dire que la maison et la propriété du père Barbeau, situées au bourg de la Cosse, avaient pris ce nom-là depuis la naissance des deux enfants, et à cause que, peu de temps après, une servante de la maison avait mis au monde une paire de bessonnes qui n’avaient point vécu. Or, comme les paysans sont grands donneurs de sornettes et sobriquets, la maison et la terre avaient reçu le nom de Bessonnière ; et par tout où se montraient Sylvinet et Landry, les enfants ne manquaient pas de crier autour d’eux : — Voilà les bessons de la Bessonnière !

Or donc, il y avait grande tristesse ce jour-là à la Bessonnière du père Barbeau. Sitôt que Sylvinet fut éveillé, et qu’il ne vit point son frère à son côté, il se douta de la vérité, mais il ne pouvait croire que Landry pût être parti comme cela sans lui dire adieu ; et il était fâché contre lui au milieu de sa peine.

— Qu’est-ce que je lui ai donc fait, disait-il à sa mère, et en quoi ai-je pu le mécontenter ? Tout ce qu’il m’a conseillé de faire, je m’y suis toujours rendu ; et quand il m’a recommandé de ne point pleurer devant vous, ma mère mignonne, je me suis retenu de pleurer, tant que la tête m’en sautait. Il m’avait promis de ne pas s’en aller sans me dire encore des paroles pour me donner courage, et sans déjeuner avec moi au bout de la Chenevière, à l’endroit où nous avions coutume d’aller causer et nous amuser tous les deux. Je voulais lui faire son paquet et lui donner mon couteau qui vaut mieux que le sien. Vous lui aviez donc fait son paquet hier soir sans me rien dire, ma mère, et vous saviez donc qu’il voulait s’en aller sans me dire adieu ?

— J’ai fait la volonté de ton père, répondit la mère Barbeau.

Et elle dit tout ce qu’elle put s’imaginer pour le consoler. Il ne voulait entendre à rien ; et ce ne fut que quand il vit qu’elle pleurait aussi, qu’il se mit à l’embrasser, à lui demander pardon d’avoir augmenté sa peine, et à lui promettre de rester avec elle pour la dédommager. Mais aussitôt qu’elle l’eut quitté pour vaquer à la basse-cour et à la lessive, il se prit de courir du côté de la Priche, sans même songer où il allait, mais se laissant emporter par son instinct comme un pigeon qui court après sa pigeonne sans s’embarrasser du chemin.

Il aurait été jusqu’à la Priche s’il n’avait rencontré son père qui en revenait, et qui le prit par la main pour le ramener, en lui disant : — Nous irons ce soir, mais il ne faut pas détemcer ton frère pendant qu’il travaille, ça ne contenterait pas son maître ; d’ailleurs la femme de chez nous est dans la peine, et je compte que c’est toi qui la consoleras.