100%.png

La Petite Fadette (illustré, Hetzel 1852)/Chapitre 38

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
La Petite FadetteJ. HetzelŒuvres illustrées de George Sand, volume 1 (p. 45-46).
◄  XXXVII.
XXXIX.  ►

XXXVIII.

— Pourquoi m’accusez-vous d’avoir un mauvais cœur ? dit-il ; vous me dites des injures, quand vous voyez que je n’ai pas la force de me défendre.

— Je vous dis vos vérités, Sylvain, reprit la Fadette, et je vais vous en dire bien d’autres. Je n’ai aucune pitié de votre maladie, parce que je m’y connais assez pour voir qu’elle n’est pas bien sérieuse, et que, s’il y a un danger pour vous, c’est celui de devenir fou, à quoi vous teniez de votre mieux, sans savoir où vous mènent votre malice et votre faiblesse d’esprit.

— Reprochez-moi ma faiblesse d’esprit, dit Sylvinet ; mais quant à ma malice, c’est un reproche que je ne crois point mériter.

— N’essayez pas de vous défendre, répondit la petite Fadette ; je vous connais un peu mieux que vous ne vous connaissez vous-même, Sylvain, et je vous dis que la faiblesse engendre la fausseté ; et c’est pour cela que vous êtes égoïste et ingrat.

— Si vous pensez si mal de moi, Fanchon Fadet, c’est sans doute que mon frère Landry m’a bien maltraité dans ses paroles, et qu’il vous a fait voir le peu d’amitié qu’il me portait, car, si vous me connaissez ou croyez me connaître, ce ne peut être que par lui.

— Voilà où je vous attendais, Sylvain. Je savais bien que vous ne me diriez pas trois paroles sans vous plaindre de votre besson et sans l’accuser ; car l’amilié que vous avez pour lui, pour être trop folle et désordonnée, tend à se changer en dépit et en rancune. À cela je connais que vous êtes à moitié fou, et que vous n’êtes point bon. Eh bien ! je vous dis, moi, que Landry vous aime dix mille fois plus que vous ne l’aimez, à preuve qu’il ne vous reproche jamais rien, quelque chose que vous lui fassiez souffrir, tandis que vous lui reprochez toutes choses, alors qu’il ne fait que vous céder et vous servir. Comment voulez-vous que je ne voie pas la différence entre lui et vous ? Aussi, plus Landry m’a dit de bien de vous, plus de mal j’en ai pensé, parce que j’ai considéré qu’un frère si bon ne pouvait être méconnu que par une âme injuste.

— Aussi, vous me haïssez, Fadette ? je ne m’étais point abusé là-dessus, et je savais bien que vous m’ôtiez l’amour de mon frère en lui disant du mal de moi.

— Je vous attendais encore là, maître Sylvain, et je suis contente que vous me preniez enfin à partie. Eh bien ! je vas vous répondre que vous êtes un méchant cœur et un enfant du mensonge, puisque vous méconnaissez et insultez une personne qui vous a toujours servi et défendu dans son cœur, connaissant pourtant bien que vous lui étiez contraire ; une personne qui s’est cent fois privée du plus grand et du seul plaisir qu’elle eût au monde, le plaisir de voir Landry et de rester avec lui, pour envoyer Landry auprès de vous et pour vous donner le bonheur qu’elle se retirait. Je ne vous devais pourtant rien. Vous avez toujours été mon ennemi, et, du plus loin que je me souvienne, je n’ai jamais rencontré un enfant si dur et si hautain que vous l’étiez avec moi. J’aurais pu souhaiter d’en tirer vengeance et l’occasion ne m’a pas manqué. Si je ne l’ai point fait et si je vous ai rendu à votre insu le bien pour le mal, c’est que j’ai une grande idée de ce qu’une âme chrétienne doit pardonner à son prochain pour plaire à Dieu. Mais, quand je vous parle de Dieu, sans doute vous ne m’entendez guère, car vous êtes son ennemi et celui de votre salut.

— Je me laisse dire par vous bien des choses, Fadette ; mais celle-ci est trop forte, et vous m’accusez d’être un païen.

— Est-ce que vous ne m’avez pas dit tout à l’heure que vous souhaitiez la mort ? Et croyez-vous que ce soit là une idée chrétienne ?

— Je n’ai pas dit cela, Fadette, j’ai dit que… Et Sylvinet s’arrêta tout effrayé en songeant à ce qu’il avait dit, et qui lui paraissait impie devant les remontrances de la Fadette.

Mais elle ne le laissa point tranquille, et, continuant à le tancer :

— Il se peut, dit-elle, que votre parole fût plus mauvais que votre idée, car j’ai bien dans la mienne que vous ne souhaitez point tant la mort qu’il vous plaît de le laisser croire afin de rester maître dans votre famille, de tourmenter votre pauvre mère qui s’en désole, et votre besson qui est assez simple pour croire que vous voulez mettre fin à vos jours. Moi, je ne suis pas votre dupe, Sylvain. Je crois que vous craignez la mort autant et même plus qu’un autre, et que vous vous faites un jeu de la peur que vous donnez à ceux qui vous chérissent. Cela vous plaît de voir que les résolutions les plus sages et les plus nécessaires cèdent toujours devant la menace que vous faites de quitter la vie ; et, en effet, c’est fort commode et fort doux de n’avoir qu’un mot à dire pour faire tout plier autour de soi. De cette manière, vous êtes le maître à tous ici. Mais, comme cela est contre nature, et que vous y arrivez par des moyens que Dieu réprouve, Dieu vous châtie, vous rendant encore plus malheureux que vous ne le seriez en obéissant au lieu de commander. Et voilà que vous vous ennuyez d’une vie qu’on vous a faite trop douce. Je vais vous dire ce qui vous a manqué pour être un bon et sage garçon, Sylvain. C’est d’avoir eu des parents bien rudes, beaucoup de misère, pas de pain tous les jours et des coups bien souvent. Si vous aviez été élevé à la même école que moi et mon frère Jeanet, au lieu d’être ingrat, vous seriez reconnaissant de la moindre chose. Tenez, Sylvain, ne vous retranchez pas sur votre bessonnerie. Je sais qu’on a beaucoup trop dit autour de vous que cette amitié bessonnière était une loi de nature qui devait vous faire mourir si on la contrariait, et vous avez cru obéir à votre sort en portant cette amitié à l’excès ; mais Dieu n’est pas si injuste que de nous marquer pour un mauvais sort dans le ventre de nos mères. Il n’est pas si méchant que de nous donner des idées que nous ne pourrions jamais surmonter, et vous lui faites injure, comme un superstitieux que vous êtes, en croyant qu’il y a dans le sang de votre corps plus de force et de mauvaise destinée qu’il n’y a dans votre esprit de résistance et de raison. Jamais, à moins que vous ne soyez fou, je ne croirai que vous ne pourriez pas combattre votre jalousie, si vous le vouliez. Mais vous ne le voulez pas, parce qu’on a trop caressé le vice de votre âme, et que vous estimez moins votre devoir que votre fantaisie.

Sylvinet ne répondit rien et laissa la Fadette le réprimander bien longtemps encore sans lui faire grâce d’aucun blâme. Il sentait qu’elle avait raison au fond, et qu’elle ne manquait d’indulgence que sur un point : c’est qu’elle avait l’air de croire qu’il n’avait jamais combattu son mal et qu’il s’était bien rendu compte de son égoïsme ; tandis qu’il avait été égoïste sans le vouloir et sans le savoir. Cela le peinait et l’humiliait beaucoup, et il eût souhaité lui donner une meilleure idée de sa conscience. Quant à elle, elle savait bien qu’elle exagérait, et elle le faisait à dessein de lui tarubuster beaucoup l’esprit avant de le prendre par la douceur et la consolation. Elle se forçait donc pour lui parler durement et pour lui paraître en colère, tandis que, dans son cœur, elle sentait tant de pitié et d’amitié pour lui, qu’elle était malade de sa feinte, et qu’elle le quitta plus fatiguée qu’elle ne le laissait.