Mozilla.svg

La Vénus des aveugles/L’Aurore vengeresse

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
La Vénus des AveuglesAlphonse Lemerre, éditeur (p. 23-24).

L’AURORE VENGERESSE



L’aube, dont le glaive reluit,
Venge, comme une blanche Électre,
La fiévreuse aux regards de spectre,
Dupe et victime de la nuit…

Vers l’horreur des étoiles noires
Montent les funèbres accords…
Sur la rigidité des morts
Veillent les lys expiatoires.


L’ombre aux métalliques reflets
Engourdit les marais d’eau brune,
Et voici que s’éteint la lune
Dans le rire des feux follets.

Ta chevelure est une pluie
D’or et de parfums sur mes mains.
Tu m’entraînes par les chemins
Où la perversité s’ennuie.

J’ai choisi, pour ceindre ton front,
La pierre de lune et l’opale,
L’aconit et la digitale,
Et l’iris noir d’un lac profond.

Volupté d’entendre les gouttes
De ton sang perler sur les fleurs !…
Les lys ont perdu leurs pâleurs
Et les roses s’empourprent toutes…