Mozilla.svg

La Vie nouvelle/Chapitre X

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche


La Vita Nuova (La Vie nouvelle) (1292)
Traduction par Maxime Durand-Fardel.
Fasquelle (p. 44-45).


CHAPITRE X


Après mon retour, je me mis à la recherche de cette femme que mon Seigneur m’avait nommée sur le chemin des soupirs. Et, afin que mon discours soit plus bref, je dirai qu’en peu de temps j’en fis ma protection, si bien que trop de gens en parlèrent, en dépassant les limites de la discrétion et de la courtoisie, ce qui me fut souvent fort pénible. Et il résulta de ces bavardages, qui semblaient m’accuser d’infamie, que cette merveille, qui fut la destructrice de tous les vices et la reine de toutes les vertus, passant quelque part, me refusa ce si doux salut dans lequel résidait toute ma béatitude. Et ici j’interromprai mon récit pour faire comprendre l’effet que son salut exerçait sur moi.