100%.png

La Vie nouvelle/Commentaires/Chapitre III

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche


La Vita Nuova (La Vie nouvelle) (1292)
Traduction par Maxime Durand-Fardel.
Fasquelle (p. 134-142).


CHAPITRE III


A ciascun alma presa e gentil cuore

Ce sonnet se divise en deux parties ; dans la première, je salue et demande la réponse. Dans la deuxième est indiqué à quoi l’on doit répondre. Cette deuxième partie commence à : à peine étaient arrivées…

Les réponses suivantes ont été adressées à l’auteur du sonnet.

cino da pistoja[1].

Tout amoureux désire[2]
Que son cœur soit connu de sa Dame.
Et c’est cela que l’Amour a entendu te montrer
Lorsque ta Dame humblement
S’est repue de ton cœur brûlant,
Pendant son long sommeil,
Enveloppée d’un manteau et insensible.
L’Amour se montrait joyeux en venant
Te donner ce que ton cœur désirait,
En unissant ainsi deux cœurs.
Et quand il connut la peine amoureuse
Qu’il avait infusée en elle,
Il partit en pleurant de compassion pour elle.

guido cavalcanti.

Tu as vu à mon avis toute perfection[3],
Et tout ce que l’homme peut sentir de bon et de bien,
S’il est dominé par le puissant Seigneur
Qui gouverne le monde de l’honneur.

Il vit[4] là où meurt toute peine,
Et il s’établit dans tous les esprits tendres,
Et il vient charmer les rêves de ceux
Dont il a pris les cœurs. Voyant
Que la mort demandait votre Dame,
Et la craignant pour elle, il la nourrit de ce cœur.
Quand il te sembla qu’il s’en allait en gémissant,
Ce fut un doux sommeil qui s’achevait,
Car le réveil te gagnait.

L’interprétation de ce premier sonnet de Dante a été l’objet d’une infinité de controverses et d’interprétations. Que signifie ce contraste entre la joie que témoignait l’Amour en arrivant, et son chagrin quand il partit ?

Il faut entendre d’abord que le rôle assigné à l’Amour par le Poète, dans les circonstances où il simule son intervention, n’est autre chose que la traduction de ce qui se passait dans son esprit.

La joie vient ici de l’espérance ou de la révélation que son amour sera partagé. Le chagrin vient de la crainte ou du pressentiment de l’issue funeste de cette passion. Cette issue sera-t-elle la mort de Béatrice ou une séparation fatale ? Avait-il, derrière les illusions dont ne se départ guère une passion exaltée, le sentiment que son union avec Béatrice se heurterait à des obstacles infranchissables ? On a encore supposé que Béatrice était déjà promise, ou même mariée à Simone dei Bardi. Mais il serait inutile de s’arrêter à des circonstances qui ne peuvent être encore que de simples suppositions.

Il importe de remarquer que dans le sonnet, c’est-à-dire dans ce que nous devons considérer comme la rédaction primitive, « le retour vers le ciel » ne gisse verso il cielo, n’existe pas. On ne le trouve que dans la prose ajoutée longtemps après, et alors que Béatrice était montée nel gran secolo.

Un véritable pressentiment de la mort de Béatrice, dont on a cru rencontrer des traces dans bien des passages de la Vita nuova, ne pouvait exister dès cette époque naissante de sa vie amoureuse et dès cette première expression formulée et publiée d’une passion encore secrète.

Ne serait-ce pas simplement l’expression d’une profonde mélancolie propre au caractère même du poète et à la nervosité qui le domina dès son enfance, et propre aussi à cette époque où les esprits et les consciences étaient livrés à un trouble inexprimable, et plongés dans une atmosphère de doute angoissant, que les esprits d’élite subissaient aussi bien que les foules ?

Les idées et les raisonnemens suivaient alors, si l’on veut me permettre cette manière de parler, des procédés perdus aujourd’hui et bien difficiles à retrouver. Les écrivains les plus distingués, à qui nous devons tant de commentaires précieux de l’œuvre dantesque, ont peut-être eu le tort de trop chercher la logique et la clarté modernes dans des esprits faits autrement que les nôtres.


La réponse de Guido n’est pas moins difficile à déchiffrer que le sonnet de Dante. J’ai dû la traduire aussi littéralement qu’il m’était possible, sans me préoccuper des interprétations auxquelles elle pouvait être soumise. On a cru trouver dans les allusions funestes qui la terminent, et ne sont qu’indiquées dans la réponse de Cino (beaucoup plus claire dans son ensemble), l’expression des angoisses de Béatrice, déjà mariée à l’approche d’un amour qui ne pouvait qu’être coupable[5]. Mais le sonnet ne comportait aucune révélation et ne pouvait donner lieu à aucune suspicion. Ne faut-il pas voir là simplement une allusion mélancolique aux souffrances que peut engendrer toute passion amoureuse, sans aller chercher des explications qui me semblent tout à fait imaginaires ?

Je signalerai dans ce sonnet de Guido Cavalcanti un passage absolument amphibologique :

Che la vostra donna la morte Veggendo
Che la vostra donna la morte chiedea

Comme, en italien, le sujet et le régime suivent ou précèdent à peu près indifféremment le verbe actif (ce qui n’est usité en français qu’assez exceptionnellement), on pourrait aussi bien traduire : « Votre Dame demandait la mort » ou « la mort demandait (réclamait) votre Dame. » À quel propos cette femme aurait-elle demandé la mort ? Le sonnet de Dante ne contenait aucune allusion dans un tel sens. Si la mort la demandait, ne serait-ce pas simplement une allusion à la fragilité de la vie, semblable à celle que le poète de la Vita nuova exprimera plus tard (chap. XXVIII) ?

Le langage des rimeurs du trecento, même les plus avancés dans le dolce stil nuovo est, autant qu’il m’a été permis d’en juger par moi-même, beaucoup plus difficile à pénétrer et à reproduire que celui de l’Alighieri. Chez celui-ci, en dehors de l’obscurité symbolique dont il aime à s’envelopper, le style en lui-même est généralement d’une clarté remarquable[6].

Il me semble que pareille observation peut encore être faite à propos de quelques rimeurs (poètes) modernes.

C’est ainsi que les beaux vers de Leopardi sont certainement plus difficiles à reproduire littéralement en français que ceux de la Vita nuova.


Quoi qu’il en soit, il paraît que dès maintenant nous pouvons saisir bien nettement les deux époques différentes auxquelles appartiennent d’une part la poésie et de l’autre la prose de la Vita nuova.

Ici la poésie, le sonnet, c’est-à-dire l’expression première, n’exprime que de vagues pressentimens sans aucune signification précise.

Dans la prose, c’est-à-dire dans la rédaction manifestement postérieure à la mort de Béatrice, nous voyons celle-ci formellement exprimée : « avec une courtoisie qui est aujourd’hui récompensée dans l’autre vie[7] ».

Ceci ne laisse donc aucun doute relativement à la date respective des deux rédactions.

Quant aux éclaircissemens relatifs au premier sonnet de Dante et aux réponses qui lui furent faites, on ne peut que répéter avec M. Melodia : « Cette pauvre Sphinx attendra encore son Œdipe. »


« C’était la première fois que sa voix frappait mes oreilles. » Il paraît donc que ce ne fut pas seulement un salut muet, et que Béatrice y joignit quelques paroles, peut-être un compliment banal que permettait seul la compagnie où elle se trouvait. Mais il faut bien peu de chose pour transporter un amoureux tel que Dante l’était alors.

Il faut remarquer combien celui-ci demeure discret à propos de tout ce qui lui vient de la femme qu’il aime, et comment il s’attache à affirmer la noblesse de son propre amour, et à écarter tout vizioso pensiero, qui pourrait offenser le moins du monde la mémoire de Béatrice[8]. Cependant, nous le verrons plus tard, en parlant de la pâleur des femmes alors qu’elles se sentent touchées par l’amour, avouer qu’il avait vu plus d’une fois pâlir ainsi le visage de Béatrice[9]. Nous devons donc croire, sans que cela doive entraîner aucune atteinte à la pureté de l’affection qu’elle lui portait, qu’il a reçu d’elle des témoignages plus significatifs que ceux qu’il nous laisse à peine entrevoir.

Si, dans les œuvres uniquement consacrées à la représentation des passions humaines, nous sommes toujours heureux de rencontrer quelques lueurs de sentimens immatériels, nous ne devons pas l’être moins de voir une œuvre tout idéale et mystique s’éclairer de quelques rayons humains.



  1. Ce sonnet est attribué, dans l’édition de M. Whitehead, à Cino da Pistoja. M. Scherillo semble l’attribuer à Torino de Castel Florentino (alcuni capitoli… p. 330).
  2. Naturalmente chere (chiede) ogn’ amadore
  3. Vedesti al mio parer ogni valore
  4. Ce seigneur c’est-à-dire l’Amour.
  5. Scherillo, alcuni capitoli della biografia di Dante. Voir aussi un article très intéressant de M. Melodia sur le premier sonnet de Dante, dans le Giornale Dantesco, an V, nouv. série, quaderno I-II.
  6. Je ne connais pas de traduction française du sonnet de Guido Cavalcanti, et n’ai rencontré aucun commentaire italien à son sujet.
  7. Per la sua ineffabile cortesia, la quale è oggi meritata nel gran secolo.
  8. P. Giuliani, la Vita nuova.
  9. Voir au chapitre XXXVII.