La philosophie du bon sens/III/XII

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
◄  XI.
XIII.  ►

§. XII.

du Syllogisme, ou vrai
Raisonnement


Le Raiſonnement ou Syllogisme, forme, ainſi que je vous l’ai dit, Madame, dès le commencement de cette Réfléxion, la troiſieme Partie de la Logique : & ce qu’on entend, par ce Mot de Raiſonnement, ou de Syllogiſme, eſt l’Opération que fait notre Eſprit, lorſque, de deux Propoſitions, il en tire néceſſairement une troiſieme ; & que notre Entendement, reconnoiſſant deux Notions, qui conviennent entre elles, prononce une Déciſion ſur leur Convénance.

Les deux prémieres Propoſitions, dont le Syllogisme eſt compoſé, ſont appellées Prémiſſes, ou Antécédents, parce qu’on les met devant la troiſieme qu’elles précèdent ; & cette troiſieme ou derniere eſt nommée Concluſion, parce qu’elle termine le Raiſonnement. Ainſi, lorſque je dis :

i. Quand on a de l’Eſprit, on apprend aiſément ;

2. Madame de *** a de l’Eſprit ;

3. Madame de *** apprend donc aiſément :

les deux prémieres Propoſitions ſont appellées Prémiſſes, & la derniere Concluſion, comme en effet, vous voïez qu’elle ſert comme de Cloture au Raiſonnement.